Afficher le sujet - Fin du "vivrensemble" (c)

Fin du "vivrensemble" (c)

Sur la vie en société, par temps de liquidation du pays, de propagande incessante et de déculturation
Messages: 3089

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

29 Avril 2015, 20:27 Message

« Ce que je ne peux pas accepter cependant, c’est l’idée qui est en train de s’installer selon laquelle l’islam, par nature, serait particulièrement dangereux pour les juifs. Il n’existe qu’un continent où les juifs aient été massacrés en masse : c’est l’Europe. »


C'est la camisole qu'il faudrait lui faire enfiler ...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

29 Avril 2015, 21:05 Message

Vos photos me font du mal, Didier.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 388
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

30 Avril 2015, 18:40 Message

Eric Veron a écrit:Vos photos me font du mal, Didier.


Je plussoie.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19550

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

1 Mai 2015, 09:26 Message

Baltimore et le krach multiracial américain (Bd Voltaire)

Je ne partage pas les positions de Bonnal, loin s'en faut ; on les retrouve en creux dans ce texte ; texte qui, cependant, malgré son excès...

« Dans un monde occidental transformé en terrifiante dystopie, qui n’attend que le prochain krach monétaire et boursier pour plonger dans la barbarie préhistorique qu’annonçaient Freud et Einstein, on ne peut que se féliciter d’avoir de tels politiciens, de tels démographes et de tels journalistes. »

Messages: 3089

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

1 Mai 2015, 09:46 Message

Aux USA les blancs (White Flight) se sont enfuis et réfugiés en dehors des villes dans des quartiers et résidences sécurisés. A Baltimore il y avait en 1960 encore 80 % de blancs dans la ville et maintenant ils ne représentent plus que 15 % des habitants de cette cité.

Un européen est incapable de comprendre ce qui se passe aux USA et l'échec total de l'intégration des noirs africains n'est pas que culturel. A Baltimore 90 % des enfants naissent dans une famille monoparentale cad sans père.

Messages: 3089

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

1 Mai 2015, 10:10 Message

Sur Baltimore quelques faits qui laissent rêveur:

- In 1990s, an average of 300 people a year were murdered in Baltimore.
- From 2007 to mid-2013, 1,267 black people were murdered in the streets of Baltimore, which accounted for 91.5 percent of homicide. 77 White people were also killed during this period – mostly at the hands of black people.
- In 2012, 94 percent of murder victims in Baltimore were African-American.
- At 46 officers per 100,000, Baltimore has one the highest rates of police officers per capita in the United States.
- $3 billion dollars is spent every decade policing Baltimore.
- 92 percent of defendants in Baltimore courts are non-White.
- 89 percent of people in jail in Baltimore are black.
- In the early 1990s, 56 percent of black men in Baltimore between 18 and 35 were under the supervision of the criminal justice system.
- Baltimore has the highest percentage of its population incarcerated in jail of the Top 20 jails in the United States.
- 86 percent of victims and offenders in Baltimore are recidivist criminals.
- In Baltimore, children are often killed by stray bullets.

J'ai trouvé tous ces renseignements dans un compte-rendu du livre d'un certain Paul Kersey The City That Bleeds.

http://www.occidentaldissent.com/2014/05/24/book-review-the-city-that-bleeds-race-history-and-the-death-of-baltimore/

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19550

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

8 Mai 2015, 12:59 Message

On a dit la lourde rechute délirante de Todd ; voici toutefois un avis original sur son dernier livre. Une autre "tabula rasa" est en grand danger : 1789.






Messages: 3089

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

8 Mai 2015, 15:07 Message

Sacré Verhaeghe !

Les inepties de Todd sont assez est bien résumées ci-après:

Le monde de 1945 est bien mort
On pensera ce qu’on voudra de la thèse générale d’Emmanuel Todd, surtout préoccupé, de son propre aveu, par le montée de l’antisémitisme (et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes que de consacrer un livre à la réaction contre l’Islam pour se soucier d’abord de l’antisémitisme). Il est en revanche intéressant de voir qu’une analyse politique ne peut plus aujourd’hui se contenter de l’année 1945 comme borne historique pour expliquer le monde contemporain. Pour comprendre la France, il faut désormais interroger ses racines séculaires, voire millénaires. C’est cet héritage-là qui nous domine.


Todd prend la défense des musulmans pour protéger les juifs qui est sa préoccupation principale...
A se frapper la tête contre les murs.

Quant à Verhaeghe il ne fait, en avancant cependant à pas de loup, que de jeter prudemment le projecteur sur ce que les contre-révolutionnaires de tout acabit nous répétent depuis 1789 (je veux dire de Maistre, Rivarol, Bonald, Auguste Comte, Gaxotte, Maurras, etc...).

En 1944-46 le régime pétainiste fut écrasé dans le sang (l'épuration fut bien plus sanglante que la révolution de 1789) et le jacobinisme rétablit.

Pour comprendre la crise actuelle il faut bien sûr aller voir à la racine.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19550

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

20 Mai 2015, 21:57 Message

Ça ne s'invente pas :

Bagarre générale lors d'un tournoi de foot "Mieux vivre ensemble" à la Trinité (Nice matin)

Avatar de l’utilisateur
Messages: 524

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

4 Juin 2015, 13:54 Message

Le mainstream n'en parle pas, mais le feu couve.

Violences urbaines : une vingtaine d’interpellations à Tourcoing, extension à Roubaix et Wattrelos (La voix du nord)

« Extension aux villes voisines
Fait nouveau, si les affrontements entre jeunes et forces de l’ordre sont restés cantonnés au quartier de la Bourgogne, les incendies criminels se propagent à d’autres quartiers de Tourcoing, Roubaix et Wattrelos. À Tourcoing, les quartiers de l’Épidème, de la Croix Rouge et du Pont Rompu ont aussi été le théâtre d’incendies. À Wattrelos, c’est à la Mousserie qu’un véhicule a été incendié. Un bus y a aussi été dégradé. A Roubaix, des incendies ont été perpétrés à La Fosse aux Chênes, à l’Épeule et aux Trois Ponts. »

Messages: 3089

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

5 Juin 2015, 07:48 Message

Hier jeudi c'était en Allemagne la Fête-Dieu qui fut, avant le 14 juillet 1789 une des plus grandes fêtes catholiques du calendrier. En dehors de la Bretagne cette journée est aujourd'hui en France complétement oubliée.
----------------------------------------------------------------------------------------------

Elisabeth Levy est en colère...

Emmanuel Todd : Qui est zombie ?

Je n’ai plus l’heur de pouvoir débattre avec Emmanuel Todd. Si nous étions autrefois amis, il me reproche aujourd’hui mes idées islamophobes. Mais quand il convoque la science pour valider la rhétorique victimaire des islamistophiles, on a envie de lui dire, comme Jésus, « Qu’as-tu fait de tes talents ? ».

Par Elisabeth Lévy. Publié dans Causeur

Emmanuel Todd n’a pas de chance : il est de gauche, donc il vit dans un milieu de gauche – « de centre gauche », précise-t-il sur France Inter.

La plupart du temps, c’est très agréable : appartenir au camp des gentils, ça donne le droit d’insulter en boucle et de calomnier en bande un tas de méchants – Sarkozy, Zemmour, Finkielkraut, Merkel, La Manif pour tous, la roue tourne.

Je ne me rappelle pas l’avoir entendu s’offusquer de l’unanimisme satisfait qui, à intervalles réguliers, se déchaîne contre l’une ou l’autre de ses têtes de Turc. Et il ne me cause plus, rapport à mes mauvaises idées islamophobes – il faut croire que l’exogamie intellectuelle, ce n’est pas son truc. Il faut dire qu’en plus de ne pas penser comme lui, je ne suis même pas un savant. Todd, c’est du sérieux, il lit l’avenir dans les courbes de la France, on ne peut pas lutter.

Jusqu’au 7 janvier, Todd s’entendait à merveille avec ses copains « de centre gauche », des gens sympas qui sont pour le mariage gay, adorent le rap et sont abonnés à Mediapart. D’accord, ils se disputaient souvent sur l’Europe, mais, en 2012, ils étaient tous hollandistes, et même, dans le cas de Todd qui rêvait de New Deal, hollandiste révolutionnaire. Alors, il n’a pas l’habitude de se faire engueuler dans les dîners, ni de se faire chahuter à France Inter.

Et puis il y a eu ces attentats, à Charlie et à l’Hyper Cacher et, surtout, il y a eu le 11 janvier, quand 4 millions de gogos ont défilé en croyant défendre la République, ou la liberté, ou quelque chose d’approchant, alors qu’en vrai, ils ne se mettaient ensemble que pour réclamer le droit de « blasphémer sur Mahomet, personnage central de la religion d’un groupe faible et discriminé ».

Et n’allez pas lui faire le coup de Voltaire qu’on assassine : le blasphème, affirme notre savant, « devrait être qualifié d’incitation à la haine religieuse, ethnique ou raciale ».

Des caricatures de Mahomet ! Que fait la Justice ? Il est vrai qu’à la fin de son livre, il précise, dans un grand accès d’œcuménisme réconciliateur, que, dans l’heureuse perspective d’un accommodement de la République avec l’islam, « le droit au blasphème est absolu ». Délit ou droit, il faudrait savoir. Passons.

Le 11 janvier, donc, Todd a eu un « flash totalitaire ». Rappelez-vous, il flottait dans l’air une odeur d’Inquisition, un relent de Vichy. Dopées aux bons sentiments, les foules marchaient au pas et ses copains de centre-gauche tenaient à l’œil ceux qui osaient braver l’ordre nouveau et dire qu’ils n’étaient pas Charlie.

Todd raconte son expérience initiatique du désaccord en milieu progressiste. « Quand j’ai annoncé que je n’irais pas manifester, j’ai entendu des horreurs dans mon environnement proche, on m’a accusé d’être un mauvais Français. Pour la première fois de ma vie, j’ai eu peur de m’exprimer. » Ça a dû lui faire tout drôle, d’habitude c’est lui qui dénonce la mauvaise France.

De son calvaire, notre savant a fait un livre, un livre savant, avec des cartes et des courbes, dont il est très satisfait. N’empêche, s’il n’était pas de gauche, il n’aurait pas eu à se donner tout ce mal. En effet, il lui aurait suffi de sortir un peu de son « environnement proche » pour observer qu’ailleurs, dans le mien par exemple, on n’était pas obligé de communier.

On avait le droit de se moquer de l’air compassé des animateurs de Canal+, avec leurs T-shirts « Je suis Charlie » enfilés par-dessus leurs vêtements. On avait le droit de ne pas vouloir manifester. On avait le droit de ne pas en être. Le 10 janvier, j’ai publié un texte disant que je n’étais plus très sûre d’aller marcher.

L’ambiance fusionnelle, avec la ritournelle des grands mots, les promesses que plus jamais ça et la prolifération planétaire des « Je suis Charlie » commençaient à me taper sur les nerfs. Moi et mes copains pas-de-gauche (enfin, pas tous), on était partagés, on avait envie d’y croire mais on n’était pas dupes.

Le 11 janvier, il y avait déjà pas mal de goguenards dans les rues. Après, le président nous a demandé, avec des accents churchilliens, de garder pieusement l’esprit du 11 janvier. Et puis il nous a conseillé d’aller faire les soldes, parce qu’on n’allait quand même pas y passer l’année. Cela dit, si Todd était sorti de chez lui, ça lui aurait plu, d’entendre le Premier ministre déclarer que tout ça, c’était la faute à l’apartheid, donc notre faute à nous.

En réalité, dès le jour de l’attentat, quelques-uns de mes avisés confrères faisaient du Todd sans le savoir. Les vrais responsables, proclamaient-ils, n’étaient pas les islamistes mais les islamophobes.

Rien ne serait arrivé si on n’avait pas laissé Finkielkraut dire qu’il y a un problème avec l’islam, répétait Plenel, la moustache tremblante. Dommage, vraiment, que Todd ait raté tout ça, il se serait senti moins seul.

Sauf que justement, il voulait se sentir seul. Seul contre tous. Pour pouvoir jouer les prophètes maudits, il lui fallait une France lobotomisée. Il lui a fallu quatre mois pour l’inventer.

Début mai, il est ressorti de sa boîte très remonté, avec un livre annoncé comme un brûlot. Depuis, toute la France l’a entendu vitupérer, de plateau en studio, les vieux, les riches et les Bas-Bretons (façon de parler). Les journalistes qui osaient le contredire se faisaient rembarrer sans ménagement : « Vous n’avez pas lu mon livre ! » – sinon, tu saurais où est la vérité.

Le Premier ministre, lui, l’a fait lire par ses conseillers, qui lui ont rédigé une tribune pour répondre – c’est son nouveau hobby, à Valls, il aime bien nous dire ce qu’il faut lire. Moi, si le Premier ministre me répondait, je serais un peu flattée, mais Todd, ça l’a mis en rage, alors il l’a traité de pétainiste, et toc. Il est comme ça, il adore épater le bourgeois.

Un jour, je l’ai entendu insinuer que les meurtres de Merah étaient peut-être le résultat d’une basse manœuvre des services sarkozystes. Un garnement narcissique qui conjugue la suffisance du premier de la classe et l’insolence du cancre.

Dans ces conditions, pourquoi participer à la curée ? D’abord, il n’y a pas de curée. Dans les médias, on l’interroge avec déférence même quand il part en vrille et se répand en imprécations – j’appelle ça son genre entonnoir sur la tête. On le contredit poliment. On le prend au sérieux, peut-être pas toujours à raison d’ailleurs. N’empêche, avec « l’affaire Charlie », il a énervé pas mal de monde, y compris votre servante.

Moi aussi il m’a énervée, mais pas pour les mêmes raisons. Ses copains de centre-gauche, socialistes tièdes et petits bourgeois frileux qu’il accable de son mépris, sont blessés ou furieux parce qu’ils n’aiment pas qu’on blasphème sur leur « 11 janvier ». Il a décrété que c’était une « imposture », ça les a vexés. Pas moi. Sur ce coup, je suis comme Todd, je ne crois pas au « 11 janvier ». Notez que j’aimerais bien.

Seulement, il y a quelques raisons de craindre que l’esprit de résistance n’ait été que le masque festif du désir de soumission. Le livre de Todd est l’une de ces raisons. Par une petite farce de la généalogie, ce juif athée et assimilationniste est, avec Edwy Plenel, Claude Askolovitch et d’autres, l’une des têtes de file du « parti de l’Autre » (trouvaille que j’envie à Alain Finkielkraut).

On pourrait aussi bien parler de « parti des Musulmans », puisque Todd, comme Plenel et Askolovitch, se pose explicitement en défenseur de la minorité musulmane victime de l’islamophobie hargneuse des classes moyenne.

Bref, sa grille de lecture de l’après-Charlie ressemble beaucoup à celle qui a cours dans une certaine gauche pénitentielle, anti-laïque et fanatiquement intolérante. Dans les milieux islamistes et crypto-islamistes, chez les Indigènes de la République, le Todd 2015 doit faire un tabac.

Faute de temps et plus encore d’énergie pour entrer dans le maquis des assertions non démontrées, des contre-vérités et des propos délirants, entrelardés, soyons honnêtes, de quelques considérations stimulantes, on se contentera de résumer le propos à grands traits. Le décor que Todd a planté depuis longtemps, ce sont les deux France, inscrites dans l’histoire des structures familiales.

La France centrale et méditerranéenne, de tradition athée et révolutionnaire, est égalitaire, aimable, tolérante ; la France périphérique, qui resta longtemps catholique et antirépublicaine, n’aime pas l’égalité, elle aime l’autorité.

Or, je vous le donne en mille, le 11 janvier, c’est la mauvaise France qui s’est le plus mobilisée. Et comme elle ne peut pas avoir de bonnes raisons, elle devait en avoir d’autres, cachées et inavouables, qui étaient de s’en prendre aux musulmans, boucs émissaires de ses aigreurs.

Résumons : la France qui était Charlie et qui a défilé le 11 janvier à Paris et dans les grandes villes, c’est la France périphérique des régions anciennement catholiques, berceau de ceux que Todd appelle les« catholiques-zombies ». Les cathos-zombies ne savent plus qu’ils ont été catholiques, mais, de ce passé oublié, ils ont conservé les références inégalitaires et les structures autoritaires.

En somme, catho un jour, salaud toujours. Certains se sont sentis insultés par le mot « zombie », ils ont eu tort : pour Todd, c’est « catho » qui est insultant. Mais puisque nous avons tous des origines dont notre inconscient a conservé les traces, nous sommes tous des zombies – Cro-Magnon-zombies, juifs-zombies….

Du reste, c’est peut-être cette conversion des appartenances manifestes en héritages latents qui nous a permis de fonder des nations qui les transcendent : les cathos-zombies ne sont pas des Français-zombies. La blague, avec Todd, c’est que ces lointaines origines deviennent des déterminismes implacables. Au passage, il pose une question fondamentale que les Français ont perdue de vue, habitués qu’ils sont à vivre dans un monde sans Dieu.

Une société peut-elle fonctionner sans croyance commune ? En effet, aucun pays n’a chassé aussi radicalement Dieu de la Cité que la France, aucun n’est gouverné par des élites aussi activement athées. Mais la France, nous dit Todd, a mal à sa religion disparue, comme on souffre d’un membre amputé, ce qui explique que les questions religieuses soient si explosives dans un pays si fier de sa laïcité.

On a l’idéologie de son anthropologie : le catho-zombie est donc volontiers néo-républicain, système « plus proche de Vichy dans son concept que de la IIIe République » qui définit, nous explique Todd, une République d’exclusion et fait de la laïcité une arme punitive contre qui vous savez.

Sociologiquement, enfin, le catho-zombie appartient à ces classes moyennes égoïstes, encore relativement épargnées par la crise, qui ont mis en place l’Europe de Maastricht. Bref, pour Todd, il coche toutes les cases. Face à cet odieux personnage, l’immigré musulman, qui a importé ses structures familiales égalitaires (égalitaires pour les garçons mais on ne va pas s’arrêter à ce détail), est naturellement outillé pour s’assimiler en douceur à la France centrale.

Si on pousse cette logique à son terme, ce ne sont pas les musulmans, porteurs de valeurs virilo-égalitaires, qui posent des problèmes au pacte républicain, mais les Bretons et autres Français périphériques. On commence par étudier des cartes et on a soudain l’impression de se retrouver dans un asile de fous sans savoir à quel moment a eu lieu la sortie de route.

Le monde que décrit Todd possède une sorte de logique interne, mais il n’a rigoureusement aucun rapport avec le réel.« Pour un savant, l’expérience sensible n’existe pas », m’a-t-il dit un jour alors que je l’interrogeais sur les discordances entre ses courbes et la vraie vie.

Todd observe à la loupe, mais il ne voit rien, ni le séparatisme croissant d’une partie des musulmans, ni les revendications identitaires, ni la haine de la France. Certes, il consent désormais à reconnaître l’antisémitisme des banlieues, mais pour conclure qu’il est l’expression d’aspirations égalitaires frustrées.

Il faut les comprendre. Quoi qu’il en soit, comme dit le Président, ça n’a rien à voir avec l’islam. En attendant, on finit par se demander si Emmanuel Todd n’est pas devenu un intello-zombie.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19550

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

5 Juin 2015, 09:50 Message

Et ça continue...

Tourcoing toujours en proie aux violences (Le Figaro)

« Quatorze voitures ont été incendiées et 12 personnes interpellées la nuit dernière à Tourcoing, dans le département du Nord. La ville a connu une quatrième nuit de violences depuis la mort lundi d'un passager d'un véhicule accidenté après avoir refusé de s'arrêter lors d'un contrôle de police. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 887

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

5 Juin 2015, 13:28 Message

'' Il faut les comprendre. Quoi qu’il en soit, comme dit le Président, ça n’a rien à voir avec l’islam. En attendant, on finit par se demander si Emmanuel Todd n’est pas devenu un intello-zombie."

Excellent !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19550

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

7 Juin 2015, 15:02 Message

Conseil municipal de Tourcoing : ce que disent les élus des violences à la Bourgogne (La Voix du Nord)

« Et en face, Gérald Darmanin rappelle également les moyens donnés au centre social : 315 000 euros en 2014 et 375 000 en 2015. Puis il livre un calcul : la structure a reçu 9 millions d’euros d’argent public en 20 ans et même 20 millions "si l’on ajoute l’État, la Région et le Département." "Si ce n’était qu’une question de moyens…", lâche le député-maire. »

Sauf que le Darmanin, petit coq se prenant pour un clone de Sarkozy est très loin de tirer les conséquences de ses propres remarques...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19550

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

8 Juin 2015, 09:39 Message

Les Luxembourgeois disent "non" au vote des étrangers (Le Point)

Ils ont de la chance ces Luxembourgeois...

« Le "non" l'emporte à plus de 78 %. Les Luxembourgeois ont massivement rejeté lors d'un référendum dimanche l'octroi du droit de vote aux étrangers, qui représentent 46 % de la population, infligeant un camouflet au Premier ministre libéral Xavier Bettel qui voulait "moderniser" la société. Le "non" au droit de vote des étrangers résidant depuis plus de dix ans dans le Grand Duché a recueilli 78,02 % des voix, selon les résultats définitifs.

"Le message est clair et a été très bien compris. Ce n'est pas un succès pour les partis du gouvernement. On respectera le résultat", a réagi M. Bettel, un libéral de 42 ans arrivé à la tête du gouvernement fin 2013. M. Bettel avait personnellement fait campagne pour la "modernisation" du Grand-Duché jusqu'à samedi, tentant de convaincre des électeurs hésitants dans des rues animées de la capitale. »

Messages: 3089

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

8 Juin 2015, 10:02 Message

Ces gens, une fois de plus, prennent leurs désirs pour la réalité. Ils sont tellement loin de ce que leur peuple pense qu'ils organisent un référendum en croyant sincérement le gagner.

En y refléchissant bien on ne peut qu'être attérré devant tant d'ignorance. Et moi qui croyait que la politique était l'art de prévoir le futur.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19550

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

10 Juin 2015, 20:55 Message

Tourcoing : pendant les émeutes (dont personne ne parle), le festival continue.

Tourcoing: la Fête de la musique se fera sans «Boudin & Chansons» jugé trop dangereux (Nord Eclair)

« Puis nous avons reçu un coup de fil pour annuler au motif que ça pouvait choquer. On a d’abord cru à une blague et on a demandé un mail dans lequel on nous explique que le premier adjoint juge dangereux de faire jouer un spectacle contenant le mot boudin dans son titre. »

Messages: 358

Re: Fin du "vivrensemble" (c)

11 Juin 2015, 05:48 Message

A la une de 20 minutes version papier, hier :

Vigipirate Chamboule tout : Cette année, de nombreuses fêtes d'école n'auront pas lieu ou se feront sans les parents pour des raisons de sécurité liées à la menace terroriste.

Page 8 : Le directeur d'une école élémentaire à Raincy (Seine-Saint-Denis) a décidé d'annuler cette fête. Une première dans l'histoire de l'école.

Consigne de sécurité extrême de la part des rectorats, "A Valenton, (Val-de-Marne, les parents ne pourront entrer dans l'école qu'entre 18h30 et19h. Et chaque participants sera raccompagné à la sortie par un enseignant."

Pas mal, pas mal... De mieux en mieux...

PrécédenteSuivante

Retourner vers Réensauvagement, propagande & déculturation