Afficher le sujet - Justice Taubiresque & al

Justice Taubiresque & al

Sur la vie en société, par temps de liquidation du pays, de propagande incessante et de déculturation
Messages: 823

Re: Justice Taubiresque & al

13 Septembre 2020, 13:13 Message

L'affaire démontre une fois de plus qu'on ne peut faire confiance à l'institution judiciaire pour juger l'un quelconque de ses membres. L'esprit de corps, le réflexe corporatiste bloquent et fourvoient sans délai les procédures et s'emploient à enliser les dossiers jusqu'à ce qu'une presse complaisante les oublie, ce qui arrive généralement rapidement. Il serait temps de mettre fin à cette quasi impunité. Comme le manifeste ce dossier, le "dépaysement" présenté par l'institution comme une garantie d'indépendance de l'instruction et de l'accusation, est une mesure bidon : on reste entre soi et le dossier serait-il envoyé aux antipodes cela ne changerait rien à la complaisante bienveillance du regard qu'y porteraient les collègues entre les mains desquels il tomberait. Ces affaires doivent échapper à l'institution, il faudrait d'ailleurs dire à toute institution, et venir devant le peuple, le peuple lui-même et non ses "représentants", dont on a compris qu’ils étaient promptement "institutionnalisés dès que le suffrage universel les a adoubés. Je n'ai pas de formule bien précise à proposer mais je vois clairement la nécessité de sortir d'un système qui assure à des personnages aussi méprisables une quasi impunité et qui leur permet dans la plupart des cas de continuer à pouvoir nous juger.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

18 Septembre 2020, 08:48 Message

“Il faut arrêter de parler d’indépendance de la justice” : Hervé Lehman fustige l’avis du Conseil supérieur de la magistrature dans le dossier Fillon (Valeurs Actuelles)

Non ?

Messages: 823

Re: Justice Taubiresque & al

21 Septembre 2020, 16:10 Message

A placer en exergue de la biographie de notre actuel ministre de la Justice :
"L'on vit ainsi prospérer de sombres avocats qui protégeaient l'injustice devant les tribunaux.."
Ernst Jünger, Sur les falaises de marbre".

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

22 Septembre 2020, 18:50 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

24 Septembre 2020, 16:13 Message

"Dupond-Moretti franchit toutes les limites" : Eric de Montgolfier appelle les magistrats à protester contre le garde des Sceaux (Marianne)

Éclairant, si sans surprise.
Cette engeance est aussi détestable que méprisable, qui ne sert que de décor à un mauvais théâtre de marionnettes toutes plus serviles ou vénales les unes que les autres.

« J’ai longtemps cru que la politique était une forme d’honnêteté. Je crois aujourd’hui que la politique est une forme de mensonge. Eric Dupond-Moretti en a pris toute la mesure. Comment peut-il s’en prendre au Parquet national financier dans un dossier où il était lui-même partie prenante avant d’être nommé ministre ? Si quelqu’un devait s’abstenir de toute intervention, je dis bien de toute, c’est lui. Or en attaquant le PNF, jusqu’au micro de l’Assemblée nationale, en lançant des poursuites disciplinaires folles contre trois magistrats de ce parquet, désignés nommément dans un communiqué, Eric Dupond-Moretti franchit toutes les limites. J’y vois le signe d’une République bien étriquée.

Avez-vous été surpris par sa nomination au ministère de la Justice ?


Eric Dupond-Moretti, je l’ai aperçu à Valenciennes, dans le dossier OM/VA il défendait un joueur, Jacques Glassmann. Puis à quand j’étais procureur de Nice, il venait souvent en ville où il a ses habitudes depuis longtemps. Sa nomination est l’aboutissement d’un long processus. Tout un système a progressivement emmené à Dupond-Moretti. Il faut bien constater que l’actuel président de la République n’a pas un attachement très développé à la justice. On l’a vu recevoir directement et sans se cacher des candidats au poste de procureur, comme si les magistrats étaient des fonctionnaires comme les autres et que le président voulait montrer qu’il en était le chef. Quelle hérésie de confondre garant de l’indépendance et chef. Un des dangers pour la démocratie aujourd’hui, c’est le comportement des politiques.

Vous semblez bien sombre sur les possibilités d'indépendance…

Je crois davantage à l’indépendance individuelle des magistrats qu'à la volonté de l’actuel garde des Sceaux d’assurer leur indépendance. J’ai en tête une phrase d’Henry Chéron, un avocat qui a été sous la IIIe République, fin 1930, un éphémère ministre de la Justice. Dans une circulaire adressée aux parquets, il avait écrit que le procureur « se décide en fonction de sa seule conscience ». C’est magnifique. J’ai toujours considéré que c’était notre devoir. Mais il est difficile de n’agir qu’en fonction de sa seule conscience, sans se soucier de sa carrière, de son avancement et de ses rubans… Il n’existe pas de système assez fort pour empêcher un lâche de se coucher. J’ai malheureusement vu beaucoup de magistrats se coucher. C’est désespérant. Notre premier devoir, notre unique devoir, devrait être ce que l’on doit à la Nation et à la Justice.

Diriez-vous la même chose aujourd’hui si vous étiez encore en poste ? Comment expliquez-vous le silence des hauts magistrats actuels ?

J’espère bien que j’aurais dit la même chose ! Je ne vois pas bien ce qu’un procureur risque à parler de Justice. Mais je sais bien qu’il est tellement difficile dans le système actuel de nomination via le politique d’arriver à des hauts postes dans la magistrature juste par rectitude professionnelle ! J’imagine que certains peuvent être inquiets à l’idée qu’on leur rappelle certains épisodes de leur carrière. D’autres sont dans l’attente d’une nomination future qu’ils ne veulent pas compromettre. Ou d’un de ces beaux rubans rouges ou bleus qui iront garnir leur cercueil... Cela ne date pas d’aujourd’hui. Je me souviens d’une commission de hauts magistrats à la retraite qu’avait réuni Robert Badinter dans le but justement d’obtenir d’eux une parole plus libre. Cela n’avait rien donné. Même à la retraite, ils étaient encore dans l’attente de quelque chose...

Vous voulez dire que plus on monte dans la magistrature, moins on est susceptible d’indépendance ?

Me vient en mémoire une vieille anecdote. Un jour, j’avais été invité comme procureur à parler devant un parterre de magistrats du parquet qui n’avaient qu’un an d’expérience. L’un d’eux, une femme, me demande : « Dans quel cas doit on faire un rapport au parquet général ? » Comme je considère que c’est une interrogation stupide, je fais une réponse appropriée : « Posez-vous une seule question, est-ce bon pour ma carrière ?» Toute la salle a ri. Des années plus tard, je rencontre la même magistrate, qui avait alors un des postes le plus prestigieux de la Chancellerie. On discute et elle me dit qu’elle se souvient de cette conférence et qu’elle m’avait posé une question, mais elle ne se souvient plus de ma réponse. Je lui ai rappelé au mot près, en ajoutant que je constatais avec plaisir qu’elle m’avait écouté… »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

29 Septembre 2020, 14:38 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

2 Octobre 2020, 11:18 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

3 Octobre 2020, 13:55 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

5 Octobre 2020, 18:24 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

11 Octobre 2020, 11:19 Message

Image


Je dirais même plus : "les muzs, etc."

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

19 Octobre 2020, 12:48 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

21 Octobre 2020, 10:12 Message

D'un magistrat (membre du RN).


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

29 Octobre 2020, 10:02 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

30 Octobre 2020, 14:58 Message

Précision sur Lyon hier (qu'on ne vous dira pas plus que le "reste" :

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

11 Novembre 2020, 09:12 Message

Béziers : sept membres d'une même famille condamnés pour 62 cambriolages, les parents s'enfuient pendant le délibéré (actu Orange)

« Présents à leur procès mais comparaissant libres sous contrôle judiciaire, les parents ont pris la fuite avant le délibéré. "Constatant leur absence au moment du délibéré, le tribunal a 'transformé' les mandats de dépôt en mandats d'arrêt", a indiqué le procureur Raphaël Balland. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Justice Taubiresque & al

11 Novembre 2020, 09:51 Message

Chez les fous.

Terrorisme islamiste : 230 individus dangereux vont sortir de prison, et rien ou presque pour les suivre ! (Bd Voltaire)

« Les chiffres font froid dans le dos, encore sont-ils "a minima", dit un magistrat au quotidien : ainsi, "sur 505 personnes incarcérées pour des faits de terrorisme en lien avec l’islamisme, 273 ont été condamnées définitivement et 232 sont actuellement soit mises en examen, soit en attente de jugement". Depuis janvier de cette année, 63 ont déjà été libérés et une vingtaine sortiront d’ici fin décembre. 70 seront remis en liberté en 2021, une cinquantaine en 2022 et une trentaine en 2023 : "Total en quatre ans : environ 230 sortants de prison."

Comme l’explique ce magistrat spécialisé dans la lutte antiterrorisme, ces gens-là – les plus dangereux, redisons-le – bénéficient d’une législation infiniment plus clémente, à l’époque de leur condamnation, qu’elle ne l’est aujourd’hui. "Ils ont écopé de peines relativement limitées, de 5 à 6 ans de prison, parce que le départ pour les zones de combat en Syrie ou ailleurs n’était passible que de peines correctionnelles, c’est-à-dire d’un maximum de 10 ans de prison, quand ils ont été arrêtés. Ce n’est qu’après janvier 2015 que la loi a été durcie et les départs vers "les théâtres de conflit" ont été criminalisés : "Aujourd’hui, pour un simple départ, un djihadiste passe aux assises et peut être condamné à 15, 20, voire 30 ans de prison, en fonction de la gravité de ce qu’il a commis sur place."

Il n’y a qu’en matière fiscale que la loi française s’offre le luxe d’être rétroactive, pas en matière criminelle. S’ajoute à cela une subtilité de la loi antiterroriste de 2016 (initiée par MM. Urvoas et Cazeneuve) qui, sous prétexte de durcir le régime de sanction, a en réalité quasiment supprimé, de fait, l’encadrement des djihadistes à leur sortie de prison. Ainsi, "sur les 273 détenus islamistes condamnés définitivement, seulement 80 environ bénéficieront d’un suivi sociojudiciaire à la sortie de prison, dont une trentaine parce que cette mesure fut décidée lors du prononcé de la peine".

De plus, pour les personnes condamnées à plus de sept ans de prison et pouvant, à ce titre, bénéficier d’un suivi, celui-ci a été calqué sur celui des délinquants sexuels et leur fait obligation de passer devant un psychiatre. Or, ces gens-là ne sont pas fous ni malades ! "Les médecins constatent le plus souvent que la personne présentée n’est pas folle, mais qu’elle a simplement fait des choix idéologiques", dit un policier au Figaro. »


***


Vu hier soir sur LCI Trévidic expliquer que, quoi qu'il en soit, il ne pouvait pas accepter une rétroactivité de la loi, qu'il ne le fallait pas au nom de nos "valeurs". Il est vrai que nous ne sommes pas en guerre ; ou plutôt si : une guerre d'opérette en ce qui nous concerne, face aux derniers des barbares.

PrécédenteSuivante

Retourner vers Réensauvagement, propagande & déculturation