Afficher le sujet - Money

Money

Sur l'économie, la finance et le travail à l'époque du virtuel et de la décroissance à venir.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Money

24 Mars 2015, 09:20 Message

De la nécessité des institutions (C. Gave, Institut des libertés)

« Replaçons-nous juste après la seconde guerre mondiale. Pour éviter le retour de conflits aussi destructeurs que celui dont le monde venait de sortir, les États-Unis prennent la décision d’essayer de structurer la sphère internationale grâce à une série d’Institutions. Tour à tour voient le jour : les Nations Unies, le FMI, la banque mondiale, les accords de Bretton-Woods, puis plus tard, l’OTAN.

1. Les Nations Unies, c’était l’organisation politique censée fournir à tout moment un lieu où des conversations pouvaient se tenir à l’abri des regards indiscrets pour désamorcer les conflits potentiels.

2. Le FMI , c’était la structure qui permettait de traiter de la façon la plus rationnelle possible les problèmes que posent toujours la faillite d’un Etat, en essayant d’éviter dans la mesure du possible le recours au protectionnisme, grand responsable de la crise des années 30.

3. La Banque Mondiale, c’était l’outil qui allait permettre aux pays qui souffraient d’une épargne insuffisante d’obtenir des prêts leur permettant de se développer.

4. L’Otan, c’était l’alliance militaire offensive et défensive entre les USA et beaucoup de pays Européens qui garantissait que si l’un de ces pays était attaqué, les USA entraient en guerre immédiatement contre l’agresseur. Pour que tout cela fonctionne, il fallait bien sur que les USA acceptent de remplir les responsabilités de l’Hégémon et ces responsabilités reposaient avant tout sur une gestion saine du dollar, la monnaie US. Une première fois dans les années 70 et une deuxième fois depuis 2002, les autorités Américaines ont cependant fait passer l’intérêt à court terme des USA devant leurs responsabilités de puissance dominante. Et du coup, le système mis en place après la guerre se défait et le monde international retourne à l’anarchie.

Et c’est la que la Chine entre en jeu, car s’il y une chose que Chinois détestent plus que tout c’est bien l’anarchie. Les lignes de force de ce redéploiement ont été fort clairement précisées il y a quelques temps déjà. Mais les intentions sont une chose, la réalisation une autre. Le Pouvoir dans l’Empire du Milieu est en train d’arriver à la phase des réalisations concrètes.

• Pour remplacer le FMI, la banque centrale Chinoise, riche de 5000 milliards de dollars de réserves de change signe avec qui le veut des accords de swaps qui permettront à tout Etat en difficulté de trouver une source de financement en cas de problèmes temporaires.

• La Banque Mondiale se verra concurrencée par une « banque Asiatique pour les infrastructures », dont la majorité du capital sera détenue par la Chine. Mais le reste du capital sera détenu par des autres pays Asiatiques, et même, suprême habilité, par des pays non Asiatiques. Déjà, la Grande -Bretagne a annoncé son intention de souscrire, rapidement suivie par l’Australie et la Corée du Sud, et ce malgré les pressions immenses effectuées par les États-Unis pour que ces pays, et bien d’autres s’abstiennent. Quand La Grande-Bretagne et l’Australie « y vont », cela veut vraiment dire que l’Administration Obama n’a plus aucune crédibilité. Si le Japon venait à signer, il s’est agirait la d’une défaite sans précédent pour la Diplomatie Américaine..

Et en ce qui concerne le dollar, une nouveauté pratique se profile. Le rôle du dollar en tant que moyen de paiement international est terriblement conforté par le système de paiement électronique appelé ” Swift” qui relie toutes les banques du monde entre elles, et ce système est centré sur le dollar. Pour passer du yen à l’Euro, on passera du yen au dollar et du dollar à l’Euro. Ce qui veut dire que toutes les transactions se nouent et se dénouent aux USA. Cela donne à la justice Américaine une espèce de privilège d’extra-territorialité que l’on a bien vu à l’œuvre au moment de l’amende infligée à la BNP. En quelques sortes, celui qui contrôle les tuyaux contrôle les paiements et à une information parfaite sur ce que font ses concurrents.

Et bien, les Chinois vont lancer fin Décembre un système de paiement alternatif, centré sur le Renminbi. Ceux qui veulent laisser dans l’ignorance les autorités Américaines passeront par ce nouveau système, ceux qui veulent laisser dans l’ignorance les autorités Chinoises passeront par l’ancien. Ce sera à tout un chacun de décider par quel ” big brother” il préfère être martyrisé. Avoir le choix du tortionnaire est déjà un progrès. Nous sommes donc en train de voir émerger un nouvel appareil institutionnel, centré sur la Chine et non plus comme l’ancien, sur les USA.

La condition sine qua non pour que ce système fonctionne suppose que le Yuan (Renminbi) reste une monnaie forte et que la consommation interne Chinoise devienne le moteur de la croissance de ce pays, remplaçant les exportations, ce qui suppose l’abandon de son modèle mercantiliste par la Chine, ce qui est déjà largement le cas. Le seul inconvénient est bien sur que ceux qui ont toujours vécu dans une position de monopole s’accommode mal en général de l’apparition d’une concurrence et peuvent avoir recours à la force pour essayer de maintenir le Statut- Quo Ante. Et du coup, toute l’Asie qui voit arriver des tensions entre États Unis et Chine s’arme à qui mieux mieux. Regardez les budgets d’armement en Corée, au Japon, en Inde, à Taïwan, à Singapour, aux Philippines, en Indonésie….

Tout cela amène à deux conclusions :

-La première, qui est positive, est qu’un nouveau système de coopération internationale est en train de voir le jour, ce qui est toujours une bonne chose.

– La deuxième, plus inquiétante, est que cette émergence frappe de plein fouet les intérêts des Américains qui d’un côté ne veulent plus assurer les charges de l’ Hégémon, et de l’autre ne veulent pas que l’on chasse sur des terres qu’ils laissent en déshérence. Le remplacement d’un empire par un autre n’est jamais une simple affaire. Bref, le résultat final est que nous allons avoir une activité en Asie à la fois plus forte et moins volatile, ce qui devrait permettre une hausse des marchés financiers, tout cela contrebalancé par un risque géopolitique plus important.

C’est mieux qu’en Europe ou les institutions inventées à la fin du XX eme siècle nous garantissent une absence totale de croissance tout en entretenant un risque géopolitique qui ne cesse de monter…

A mon avis, tout bien pesé, il vaut mieux avoir son argent en Asie. »


***

Article très intéressant en ce qu'il fait un point sur la rapide (et décisive) évolution des choses côté alternative aux USA, Chine en tête (mais pas seule), choses importantes que l'on ne voit guère mises en avant, bien qu'elles aient d'ores et déjà des conséquences géopolitiques majeures (Russie...).

Quant à la conclusion de Gave, c'est bien délicat !
La situation économique des USA est catastrophique, tout comme celle du Japon, la Chine reste très dépendante et fragile, etc. Bref : je ne vois guère de "meilleure possibilité", ni même, comme lui, de "moins pire" ! Je crois qu'il faut jouer jusqu'au dernier moment les opportunités offertes par les gesticulations du système avant implosion, ou guerre, et se garantir de ces dernières le moins mal possible avec des actifs tangibles et une solution de repli... un peu comme Charles Sanat, lequel n'est qu'un boutiquier de la chose.

L'horizon est bien chargé, de quelque côté que l'on se tourne...
Il nous restera toujours le stoïcisme !

***

Pour conforter ces affirmations, voyez ce petit bilan fait par Sanat, précisément :

« Les 10 graphiques qui montrent que la situation aux USA est pire en 2015 qu’en 2008 ! » (Le Contrarien)

« Je vous propose aujourd’hui la traduction d’un article en provenance des États-Unis et qui illustre en 10 graphiques économiques l’illusion autour de la croissance américaine et de la reprise économique. La situation, loin de s’être améliorée sensiblement, est au contraire explosive et les autorités monétaires nous mènent de bulle en bulle et de crise en crise, avec à chaque fois… des conséquences qui s’amplifient. »

***


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

11 Mars 2016, 12:19 Message

Le piège du Revenu Universel (H16)

H16 fait dans le H16, certes, mais il a raison : c'est à surveiller, et pour d'autres raisons encore.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

14 Mars 2016, 20:50 Message

Encore et toujours le "revenu universel"...

Pas mal de choses justes, c'est toujours cela de pris ; un oubli de taille : la question démographique ; et derechef : "encore un effort camarade !". Qu'est-ce donc qui est ici à l’œuvre, qu'est-ce donc que ce qui arrive, et pourquoi ?

Stupéfiant de voir ces gens "dans le constat", toujours plus juste, tendant même au consensus... et sans jamais l'esquisse de l'ébauche d'une analyse qui touche au cœur du sujet.

Robotisation, immigration, précarisation : désintégration ? (Le Figaro)

« Pourtant, le revenu universel et le contrat de travail unique pourraient être les deux piliers à même de négocier un changement de paradigme qui s'annonce inexorable, et de restituer leur dignité aux cabossés de la paupérisation. »

"Cassés de la paupérisation" ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

6 Décembre 2016, 11:07 Message

Témoignage : «Tout est devenu payant à l'hôpital, les patients sont des vaches à lait» (Le Parisien)

« Pour pouvoir joindre sa maman, Yolande a dû débourser 10 € afin qu'une ligne téléphonique soit ouverte dans sa chambre. "On m'a alors donné un numéro en 0.826. à composer, et un code pour joindre directement la chambre, raconte-t-elle. C'est lorsque j'ai entendu le message vocal m'annonçant une taxe de 0,15 € par minute que j'ai compris que mes appels seraient surtaxés. Je n'en suis pas revenue : ils se font de l'argent sur le dos des patients, peste Yolande. Il y a quelques années encore ça n'existait pas. C'est d'autant plus anormal, poursuit-elle, que dans l'hôpital, les smartphones sont interdits pour ne pas dérégler les machines !" »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

19 Janvier 2017, 11:18 Message

« "Il faudrait peut être veiller à ce que l'économie serve les intérêst d'une plus large part des parties prenantes des entreprises (...) qu'elles servent d'avantage les populations", a déclaré à l'AFP le PDG de Veolia Antoine Frérot, commentant cette évolution de Davos. » (Public Sénat par AFP, sur le forum de Davos)

Peut-être.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

21 Novembre 2017, 10:01 Message

Je doute que la seule Suisse puisse modifier la donne ; tout de même l'initiative est très intéressante en ce qu'elle dévoile. Pourrait-elle faire école ? C'est une autre histoire...

2018, l’année de la révolution monétaire : initiative « monnaie pleine » pour la Suisse (Bd Voltaire)

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3831

Re: Money

21 Novembre 2017, 10:33 Message

Très intéressant. Merci, Didier. Ces choses de la finance qu'on nous présente toujours absconses et réservées aux initiés, apparaissent soudain, relativement claires et simples. Nous allons suivre de près ce vote des Suisses. M'étonnerait que les autres laissent se manifester au grand jour pareille démonstration de leur incurie et de leurs turpitudes.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

11 Décembre 2017, 09:42 Message

Le « bitcoin », ou l’explosion du Système (Bd Voltaire)

Et encore un article de ce contributeur, qui pilonne sans faiblir son affaire.
Son énième résumé de la réalité de la situation économico-financière est juste, et sa prédiction, hélas, solidement argumentée.

Deux réserves, toutefois :

- la "technologie" (mot impropre) de la "blockchain" qui rend possible les "monnaies" de type bitcoin représente une indéniable (mais techniquement lourde, aujourd'hui encore) possibilité de changement structurel, ce dernier ayant pour lui de parfaitement s'inscrire dans toute la logique théorique et pratique du "progrès" technique. On peut l'exploiter dans de très nombreux domaines, pas simplement celui qui tient la vedette aujourd'hui (cadastre, etc. cf. une interview à ce sujet, sur TV Libertés, d'un "spécialiste" pénible mais bien informé du sujet). Et dans le domaine monétaire, il n'est pas impossible de voir à terme le "système" muter autour de cette nouvelle donne : du reste, les banques sont en train de disparaître physiquement, et leur privilège ahurissant, la délégation invraisemblable dont elles profitent à titre privé, peut très bien être reconsidérée par les États, eux-mêmes en train de se liquéfier. Pour autant : bitcoin and co sont en effet à ce jour des pyramides de Ponzi, etc.

- l'or ! Eh bien l'or n'est pas plus un refuge que le bitcoin. Son marché est de fond en comble manipulé sur une base tout aussi virtuelle ; et sa possession physique ne sera pas d'un bien grand secours concret, à aucun moment, face à l'apocalypse décrite comme inévitable. Et qui l'est très probablement, la "résilience" du "système" ayant ses limites, celles de sa... virtualité, précisément.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

1 Février 2018, 09:55 Message

Pas inintéressant. Le type est un peu pénible à écouter, il est sec et cause sa langue comme un cerveau qui ne voit plus que des algorithmes partout, il pense à 3 Ghz, mais, bon, "voilà".


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

18 Avril 2018, 09:12 Message

Plus d'un point à noter au cours de cette conversation.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

18 Juin 2018, 09:28 Message

Alzheimer : construction sociale ou réelle maladie ? (Bd Voltaire)

« Autrefois, on était vieux, gâteux, atteint de démence sénile. Les désordres de l’âge faisaient partie de la vie avant qu’elle ne s’achève et la mémoire qui flanche allait avec les genoux qui se dérobent. Si Alois Alzheimer avait bien découvert, voilà un siècle, les fameuses plaques amyloïdes, personne, avant 1976, ne s’était aventuré à mélanger Alzheimer et démence sénile. Sachant qu’aujourd’hui, toute personne qui se plaint de sa mémoire est cataloguée "Alzheimer", on mesurera le chemin parcouru en quarante ans.

Les premiers services de gériatrie apparaissent dans les années 80, "les années médicaments", où l’on instille dans la tête du public la demande de traitement : à chaque symptôme, à chaque désordre de l’existence doit correspondre une pilule magique. La société vieillit et l’industrie pharmaceutique "pressent l’ampleur du marché qui s’annonce". On commence à avancer des chiffres faramineux, la presse orchestre la psychose. Sans essais ou presque, les États-Unis lancent sur le marché le premier médicament, la tacrine. Une catastrophe thérapeutique : sans effet sur les troubles cognitifs mais désastreux pour ses effets secondaires.

D’autres médicaments suivront, ni plus sérieux dans leur élaboration, ni plus efficaces, mais tout aussi toxiques. « La grande machine des labos est en marche. Il leur faut juste convaincre gériatres et neurologues. » Ce sera fait à coups de voyages, congrès et autres symposiums.

Exit, donc, la démence sénile et le vieillissement cérébral, voici venu le temps d’Alzheimer pour tous… Un pronostic et surtout des traitements étendus à tous ceux qui se plaignent de leur mémoire défaillante. À noter, au passage, que France Alzheimer, tout comme les associations américaines sur lesquelles elle est calquée, est toute proche des labos qui la financent.

En 2007, Nicolas Sarkozy déclare la maladie d’Alzheimer "grande cause nationale". Les chiffres sont gonflés à dessein pour effrayer : on pronostique 42 millions de malades dans le monde en 2020, 81 d’ici 2040…

Il faudra attendre le scandale du Mediator® pour que les choses évoluent, mais si une sommité médicale reconnaît l’inefficacité des traitements, il estime que « les retirer désespérerait les malades » et leurs familles. Donc, on ne fait rien. On est alors en 2011. Cette année-là, les traitements contre Alzheimer coûteront 200 millions d’euros à la Sécu.

Aujourd’hui, le Pr Loïc Guillevin le dit ouvertement : "Ce sont des médicaments toxiques et très mauvais. Avec leurs effets secondaires, je suis sûr que plus de personnes ont été tuées que celles qui ont vu leur mémoire s’améliorer." »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3831

Re: Money

18 Juin 2018, 10:14 Message

Pour le Pr Olivier Saint-Jean, qui dirige le service de gériatrie de l’hôpital européen Georges-Pompidou, et le journaliste santé Éric Faverau, elle serait davantage une « construction sociale » destinée à prendre en charge la vieillesse devenue en soi une maladie insupportable.

Bien sûr que la vieillesse —à quel âge, la vieillesse ? Je préfère parler de vieillissement— est insupportable et de plus en plus insupportable au fur et à mesure que le corps nous force à en prendre conscience. Celui qui vous parlera du bonheur d'être vieux n'est rien qu'un sale menteur. Et pourtant nous supportons. Comment supporter, jusqu'où supporter ? Voilà, me semble-t-il, le questionnement juste. J'ajoute qu’après la vieillesse, c'est la vie qui deviendra bientôt, en soi, une maladie insupportable. Vous voyez où je veux en venir ? Logique.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23445

Re: Money

28 Février 2020, 09:34 Message

La question des retraites et de la Sécu bientôt réglée...

Image


Retourner vers Économie, travail et décroissance