Afficher le sujet - Croissance et cabri

Croissance et cabri

Sur l'économie, la finance et le travail à l'époque du virtuel et de la décroissance à venir.
Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23513

Croissance et cabri

13 Mai 2015, 11:03 Message

Tous ou presque se comportent tels les fameux cabris dès qu'un chiffre frôle un dérisoire 1%... C'est que l'attente alla Godot de la sacrosainte "croissance", à force de brûler des bougies et de s'autointoxiquer...

Pour remettre les pendules un peu à l'heure du feu de paille qui fait rêver nos gouvernants :

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23513

Re: Croissance et cabri

19 Mai 2015, 09:34 Message

La croissance ne reviendra pas, au mieux ce sera une croissance sans emploi. Or, nous ne savons pas faire sans croissance économique et sans emploi.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23513

Re: Croissance et cabri

22 Mai 2015, 11:54 Message

Où l'on apprend (INSEE) que le phénomène "plus gros contributeur" à ce chiffre faramineux de 0.6% de "croissance", c'est... l'augmentation de la note de chauffage des particuliers d'une année sur l'autre, la météo du premier trimestre de l'année dernière ayant été douce et celle ayant prévalu cette année nettement plus frisquette... Sinon, c'est le restockage des entreprises...

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23513

Re: Croissance et cabri

3 Décembre 2015, 10:04 Message

France, décembre 2015 : une situation catastrophique H16)

« Non seulement, la situation est bien plus mauvaise que ce qu’espéraient nos fins stratèges du gouvernement, mais tout indique qu’elle se dégradera encore les mois qui viennent (et difficile de voir dans les récentes annonces du président pédaloflambyste et son nouveau pacte de sécurité la moindre parcelle d’amélioration, les finances du pays déjà maltraitées étant maintenant complètement oubliées). »

« Cette situation, franchement alarmante en France, ne doit cependant pas faire oublier que le reste du monde continue à tourner, lui. Malgré tout, il faut le dire vite, surtout actuellement où des signes quelque peu inquiétants s’accumulent.

Ainsi, l’indice Baltic Dry Index, un indice de prix pour le transport maritime de vrac sec (principalement de minerais, de charbon et de céréales) et plutôt bon indicateur de l’état général de l’économie, s’est effondré pour atteindre un niveau très bas.

Ainsi, les prix du pétrole continuent de flirter avec des niveaux qui n’ont plus été vus depuis janvier 2009 (42$ le baril). Si cela est plutôt providentiel pour l’économie française fort dépendante de ses importations, cela signifie surtout que la consommation mondiale est au plus bas. À vrai dire, le pétrole est actuellement en super-contango, c’est-à-dire que les acheteurs préfèrent avoir la livraison dans le futur plutôt qu’actuellement et payer les coûts de stockage et d’acheminement, ce qui est la marque assez claire d’une surproduction.

Ainsi, les autres matières premières suivent globalement les mêmes tendances que le pétrole, là encore marquant le signe clair que la fameuse reprise économique tant attendue et louangée par nos gouvernants n’en finit pas de ne pas arriver.

Enfin, le dollar continue de monter (le cours EUR/USD dégringole).

Ces différents éléments, tous déjà présents pendant les derniers mois de 2008, laissent penser que la situation économique est tout sauf saine et qu’en fait de reprise économique, on se dirige droit vers une récession carabinée. En clair, il semblerait bien que les six prochains mois seront agités. »


Retourner vers Économie, travail et décroissance