Afficher le sujet - Bankster

Bankster

Sur l'économie, la finance et le travail à l'époque du virtuel et de la décroissance à venir.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23513

Bankster

27 Mai 2015, 09:28 Message



***

D'un autre côté, ceci qui est assez consternant : les plates-formes collaboratives d'Internet réinventent... l'escompte que ne font plus les banques !

Les plus petites entreprises rêvent aussi de financements « alternatifs » (Les Échos)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23513

Re: Bankster

27 Mai 2015, 17:17 Message

Petit bout de la lorgnette, et coup de gueule.

Cette histoire (ci-dessus) d'escompte traditionnel que n'assure plus les banques, du moins au point que des plates-formes collaboratives émergent pour cela, est tout de même stupéfiante. Comme les banques n'assurent presque plus les prêts aux entreprises (notamment petites et moyennes), et très difficilement aux particuliers hors immobilier (et encore), "on se demande"...

Le hasard fait que j'ai eu à travailler un peu avec mes deux banques ces derniers jours. Le résultat est également assez incroyable. Certes je ne suis plus autant le client à courtiser que j'étais du temps de mon entreprise, et mes affaires sont désormais plus modestes. Certes aussi ni l'une ni l'autre de ces banques n'ont été en mesure de me proposer quelque chose de correct suite à la vente de ladite entreprise, ce qui fait que je suis allé voir ailleurs. Mais tout de même, je reste un (très) vieux client, et un client pas totalement négligeable, ce me semble (on n'osera plus rappeler le vieil adage des temps historiques : "qu'il n'y a pas de 'petit' client", et moins encore les règles élémentaires de la civilité).

Or, sur deux peccadilles, c'est du n'importe quoi, d'un côté comme de l'autre, le tout avec une rogne manifeste et un accueil de chien (pauvre bêtes, elles ne méritent pas ce jugement). Ne prenons qu'un cas, celui d'un crédit immobilier sur 10 ans contracté il y a 4 ans, à un taux de 3.1% à l'époque. N'ayant pas dépassé la moitié de sa durée, je demande une révision de ce crédit, au vu de l'évolution des taux (il est grand temps...). On me propose alors soit de modifier le montant de mon échéance, soit de réduire la durée restante. Sauf que, selon le scénario, la somme "gagnée" va du simple au quintuple ! Je réponds en indiquant que la deuxième m'intéresse fort, mais que... je m'étonne de ce qu'on me raconte. Retour de mail : "il y a une erreur de calcul dans mon mail", et nouvelle proposition, où cette fois... je perds de l'argent avec la première solution, tandis qu'on me dit que pour la seconde, on y travaille et on reviendra vers moi plus tard... J'indique à nouveau le problème en signalant ma perplexité croissante... et on me dit qu'on m'envoie tout cela par courrier, et qu'on en discutera après. Un coup de téléphone à mon correspondant d'agence, et je tombe sur un répondeur m'indiquant que ce dernier est "en vacances jusqu'au 26 mai" (hier)...

Comment dire...

Ou bien ils gagnent leur vie tout autrement, dans l'artifice de leurs folles cavaleries, et ils n'en ont plus rien à faire des clients réels, particuliers ou entreprises, ou bien ils gèrent un service minimum sachant que leur situation est désespérée ?

Messages: 1464

Re: Bankster

27 Mai 2015, 21:13 Message

Ne serait-ce pas plutôt une savante mise en oeuvre des deux attitudes qui ne seraient pas en fait contradictoires, mais s'ajouteraient l'une à l'autre. Cela me fait exactement penser à la gestion réalisée par notre syndic, qui nous ruine et se fait payer sans aucun retard et semble bien se porter, mais qui répond à toute demande comme s'il était aux abois et ne pouvait rein améliorer. Je subodore un entremêlement d'intérêts et de pratiques bureaucratiques, dont la cohérence n'est maintenue qu'avec des bouts de ficelle aux dépens de leurs clients.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23513

Re: Bankster

27 Mai 2015, 21:41 Message

C'est ce que j'ai pensé : "les deux, mon général"...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23513

Re: Bankster

3 Décembre 2015, 09:52 Message

Un petit rappel, la date approche...

En janvier 2016, les banques pourront ponctionner directement vos comptes bancaires ! (Bd Voltaire)

« Avec le “bail-in”, les citoyens sauront directement où part leur argent. On imagine la réaction des futurs épargnants spoliés par l’application de ce bail-in.

Or il se trouve que, malgré tous les artifices comptables à leur disposition, les banques, notamment françaises, sont dans une situation financière préoccupante ; et encore, les opérations hors bilan ne sont pas prises en compte. Si par hasard l’une des grandes banques se trouvait en 2016 en situation de devoir recourir au fameux bail-in, le gouvernement se trouverait fort opportunément, grâce à la modification en cours, en possession d’une version modernisée constitutionnelle de l’Etat d’urgence. Les manifestations publiques d’épargnants dépouillés pouvant dès lors être interdites ou durement réprimées.

(...)

Une telle synchronisation entre des évènements malheureux d’ordre bancaire et terroriste a de quoi bouleverser les âmes les plus indifférentes ; cette relation symbiotique entre banque et terreur ouvrant dès lors un abîme de perplexité chez les esprits les moins aguerris. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3847

Re: Bankster

3 Décembre 2015, 16:09 Message

Les autruches parlent aux autruches : Toujours plus de monnaie de singe à toujours moins cher, dépensons sans compter, la vie est belle, eh bien dansons maintenant, après nous le déluge.

La Bourse de Paris a brusquement décroché au point de perdre près de 3% en début d'après-midi, semblant déçue par l'ampleur des nouvelles mesures de soutien de la Banque centrale européenne (BCE). L'indice CAC 40 perdait 2,94% à 4759,30 points, alors qu'il évoluait encore en nette hausse à la mi-journée.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé un renforcement de son programme de rachats massifs de dette, sous forme d'une extension de sa durée et d'un élargissement de la palette de titres qu'elle peut acheter. Ce programme dit "QE" lancé en mars dernier sera prolongé jusqu'à fin mars 2017 au moins, a déclaré à Francfort le président de la BCE Mario Draghi.

La BCE injectera ainsi a minima 1.500 milliards d'euros dans l'économie. Jusqu'ici les achats, de 60 milliards d'euros par mois, et devaient durer jusqu'à septembre 2016, pour un volume minimum cumulé de 1.140 milliards d'euros. La BCE va aussi pouvoir racheter plus de catégories de titres que jusqu'à maintenant. Mais en plus d'une prolongation du plan, les marchés s'attendaient à une augmentation du montant prêté chaque mois.
Le Figaro.fr 03/12/2015 à 14:52


Retourner vers Économie, travail et décroissance