Afficher le sujet - Escrologie, collapsologie

Escrologie, collapsologie

Sur l'écologie humaine, et la surpopulation adverse.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

6 Juillet 2020, 08:56 Message

Quand un écolo s’excuse pour la « panique climatique » créée, ces dernières années… (Bd Voltaire)

Ce n'est pas le tout premier apostat, mais il a un beau CV, tout de même.
A noter la rapide disparition de son article...

« En 2007, Lionel Jospin avoua, sur France Culture, que le danger fasciste – censé justifier un "front républicain" contre le FN – "n’était que du théâtre". Cela allait sans le dire, mais encore mieux quand l’un de ceux qui l’avait constamment agité le disait.

Aujourd’hui, c’est Michael Shellenberger qui vient à résipiscence. Ce nom ne vous dit sans doute rien, mais il s’agit d’un éminent militant écologiste américain, lauréat du prix du Livre vert 2008, qui depuis 2002 consacre sa vie à la lutte contre le changement climatique, créateur du laboratoire d’idées Breakthrough Institute, plaidant pour une augmentation de la dépense publique dans l’écologie, héros de l’environnement selon le magazine Time et, on l’aurait deviné, membre du trop célèbre GIEC.

Patatras ! Voici qu’en tant qu’expert de ce groupe, Monsieur Plus-vert-que-moi-tu-meurs se sent aujourd’hui dans l’obligation de s’excuser « pour la façon dont nous, les environnementalistes, avons gravement induit le public en erreur », et pour « la panique climatique que nous avons créée au cours des 30 dernières années ».

C’est Forbes qui le révèle, mais… pas longtemps : l’article a déjà disparu sous la pression des militants de la rédaction !

Dommage, parce que Shellenberger y pulvérisait plusieurs mythes réchauffistes, comme le prétendu "poumon du monde" que serait l’Amazonie, ou l’affirmation que le changement climatique aggraverait les catastrophes naturelles. Par ailleurs, il note que "les incendies ont diminué de 25 % dans le monde depuis 2003" et que la quantité de terres que nous utilisons actuellement pour produire de la viande "a diminué d’une superficie presque aussi grande que l’Alaska". Ou encore que "les émissions de carbone ont diminué dans les pays riches pendant des décennies et ont atteint un sommet en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France au milieu des années 70".

Shellenberger reconnaît qu’il a longtemps hésité à s’exprimer, mais que les déclarations de plus en plus délirantes des réchauffistes, comme celle d’Alexandria Ocasio-Cortez, la socialiste américaine soutien de Sanders ("Le monde va s’écrouler dans douze ans si nous ne nous attaquons pas au changement climatique"), et quelques autres ont fini par décider celui qui – sans doute pour aggraver son cas – est devenu un ardent défenseur de l’énergie nucléaire…

C’est égal, le mal est fait, et nos municipales l’ont bien montré : l’heure n’est plus aux débats scientifiques mais à l’adhésion inconditionnelle au culte de Gaïa. Et pendant que les "idiots utiles" votent vert, toute la filière des éoliennes et des panneaux solaires se frotte les mains…

Seul nous reste le plaisir d’en avoir entendu au moins un démonter toute cette propagande !

"Il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance" (Luc). »

Messages: 155

Re: Escrologie, collapsologie

19 Juillet 2020, 13:00 Message

Didier Bourjon a écrit:Quand un écolo s’excuse pour la « panique climatique » créée, ces dernières années… (Bd Voltaire)

Ce n'est pas le tout premier apostat, mais il a un beau CV, tout de même.
A noter la rapide disparition de son article...

Ces propos accablants sur l'écologisme nouvelle religion me rappellent, dans une moindre mesure, ceux de Jean Marc Jancovici
https://www.marianne.net/politique/jean-marc-jancovici-fermer-fessenheim-au-nom-du-climat-l-imposture-du-gouvernement

« En 2007, Lionel Jospin avoua, sur France Culture, que le danger fasciste – censé justifier un "front républicain" contre le FN – "n’était que du théâtre". Cela allait sans le dire, mais encore mieux quand l’un de ceux qui l’avait constamment agité le disait.

Aujourd’hui, c’est Michael Shellenberger qui vient à résipiscence. Ce nom ne vous dit sans doute rien, mais il s’agit d’un éminent militant écologiste américain, lauréat du prix du Livre vert 2008, qui depuis 2002 consacre sa vie à la lutte contre le changement climatique, créateur du laboratoire d’idées Breakthrough Institute, plaidant pour une augmentation de la dépense publique dans l’écologie, héros de l’environnement selon le magazine Time et, on l’aurait deviné, membre du trop célèbre GIEC.

Patatras ! Voici qu’en tant qu’expert de ce groupe, Monsieur Plus-vert-que-moi-tu-meurs se sent aujourd’hui dans l’obligation de s’excuser « pour la façon dont nous, les environnementalistes, avons gravement induit le public en erreur », et pour « la panique climatique que nous avons créée au cours des 30 dernières années ».

C’est Forbes qui le révèle, mais… pas longtemps : l’article a déjà disparu sous la pression des militants de la rédaction !

Dommage, parce que Shellenberger y pulvérisait plusieurs mythes réchauffistes, comme le prétendu "poumon du monde" que serait l’Amazonie, ou l’affirmation que le changement climatique aggraverait les catastrophes naturelles. Par ailleurs, il note que "les incendies ont diminué de 25 % dans le monde depuis 2003" et que la quantité de terres que nous utilisons actuellement pour produire de la viande "a diminué d’une superficie presque aussi grande que l’Alaska". Ou encore que "les émissions de carbone ont diminué dans les pays riches pendant des décennies et ont atteint un sommet en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France au milieu des années 70".

Shellenberger reconnaît qu’il a longtemps hésité à s’exprimer, mais que les déclarations de plus en plus délirantes des réchauffistes, comme celle d’Alexandria Ocasio-Cortez, la socialiste américaine soutien de Sanders ("Le monde va s’écrouler dans douze ans si nous ne nous attaquons pas au changement climatique"), et quelques autres ont fini par décider celui qui – sans doute pour aggraver son cas – est devenu un ardent défenseur de l’énergie nucléaire…

C’est égal, le mal est fait, et nos municipales l’ont bien montré : l’heure n’est plus aux débats scientifiques mais à l’adhésion inconditionnelle au culte de Gaïa. Et pendant que les "idiots utiles" votent vert, toute la filière des éoliennes et des panneaux solaires se frotte les mains…

Seul nous reste le plaisir d’en avoir entendu au moins un démonter toute cette propagande !

"Il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance" (Luc). »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 4104

Re: Escrologie, collapsologie

19 Juillet 2020, 15:45 Message

En souvenir, sans doute, de temps heureux où j’habitais un hameau, perdu dans la vallée d’une montagne sauvage et où vivait, depuis toujours, une famille pour laquelle la chasse était un mode d’existence, mon regard s’est posé sur un long article — pardon, un reportage — du Monde au titre évocateur et tout en nuances : « Les chasseurs deviennent des viandards » : la prolifération des sangliers hors de contrôle.
Parmi les clichés exotiques de rigueur, quelques explications à cette prolifération dont le fameux agrainage, qui consiste à répandre du maïs dans les forêts pour fixer l’animal et l’empêcher d’aller se nourrir dans les champs, en omettant de préciser qu’il s’agissait d’abord d’attirer les bêtes hors de leurs repères (inaccessibles en 4X4…) Il est bien noté également que Les chasseurs sont en première ligne, accusés d’avoir nourri, élevé et parfois même relâché en forêt des animaux destinés à assurer de « belles chasses ». Est alors pointé le notable qui paie très cher et doit avoir du gibier, quel que soit le prix. N’est, en revanche, pas relevé que le gibier réintroduit n’est pas le sanglier mais son cousin le conchonglier incomparablement plus prolifique.
Je vous raconte tout cela pour vous amener à la conclusion de l’article, écologique, bien sûr, climatique même : « Le scénario le plus probable est que le réchauffement climatique entraîne un accroissement de la population grâce à une augmentation de la quantité de glands en forêts. En effet, plus cette ressource est abondante, plus les femelles se reproduisent. D’après nos simulations, cela pourrait conduire à un emballement de la démographie. » D’après nos simulations ! randomisées sans nul doute...
Décidément, ce fameux réchauffement climatique tient du poumon de Toinette !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

29 Août 2020, 09:21 Message

Plaisant.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

25 Septembre 2020, 13:30 Message

Image


Les Grünen seraient-ils un tout petit peu moins azimutés que les nôtres ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

5 Octobre 2020, 09:47 Message

En Allemagne, les rénovations énergétiques des bâtiments n’ont pas fait baisser la consommation (Le Monde)

« Le constat est des plus déprimants : malgré les milliards investis dans la rénovation énergétique des bâtiments depuis une décennie en Allemagne, la consommation énergétique du logement est restée stable. Pis : non seulement la baisse des dépenses de chauffage ne compense pas le coût des travaux, mais les rénovations agissent souvent comme un facteur d’augmentation des loyers, souvent disproportionné. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

11 Octobre 2020, 08:56 Message

Hydrogène vert : un jeu de dupes (Contrepoints)

« La possibilité de remplacer les 3 milliards de tonnes de carburants consommés en 2019 dans le monde par de l’hydrogène "propre" n’est pas pour demain…

Toutefois, quelques scientifiques, techniciens et industriels (dont Total qui espère vendre du gaz pour succéder à la production d’électricité nucléaire) sont heureux de voir cette coûteuse fantaisie revenir à la mode. Ils espèrent se valoriser et s’enrichir sur le dos des Français dans cette impasse économique et technique qu’est l’hydrogène "vert".

Le député du Vaucluse Julien Aubert aura beau avertir du risque hydrogène dans de beaux articles cohérents, les écologistes ne voudront jamais faire de l’hydrogène avec du nucléaire puisque, dans leur tête, il est censé permettre de le supprimer !

C’est donc un jeu de dupes :

les uns (pro-nucléaires) soutiennent l’hydrogène parce qu’il aura besoin du nucléaire pour produire régulièrement une grande quantité d’électricité nécessaire à sa production ;
d’autres au contraire (anti-nucléaires) pour le "tuer" en résolvant techniquement et sans considérations économiques le difficile problème du stockage des énergies renouvelables intermittentes (ou fatalement variables de manière erratique…) ;
d’autres enfin (industriels comme Air Liquide pour l’hydrogène et Total pour le gaz) afin de développer leurs activités sur de juteuses subventions.

Bien que le serpent de mer hydrogène "vert" se morde la queue, de puissants lobbies soutiennent son développement dans leur propre intérêt en surfant sur des lois iniques. »


***


Le progrès technique, un serpent qui se mord la queue — la définition même de l'humanité. L' "écologie", une foutaise idéologique de plus, un délire d'aveugles volontaires occupés à fantasmer, un non-sens.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

11 Octobre 2020, 12:59 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

20 Novembre 2020, 10:32 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

20 Novembre 2020, 19:40 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

24 Novembre 2020, 15:53 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

5 Décembre 2020, 11:44 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

12 Décembre 2020, 09:48 Message

De toutes les escroqueries en cours, l'écologique est bien la pire. e lien avec le COVID 19 fait ici est pertinent.

La journée du climat, parlons-en ! (Bd Voltaire)

« Alors que la lutte contre l’épidémie de Covid-19 et ses conséquences désastreuses sur l’économie du pays monopolise l’attention à juste titre, le 8 décembre, de nombreux médias se sont fendus d’articles ou de reportages sur le climat. Ils venaient en soutien à des organisations écologistes qui ont décidé de consacrer cette journée à la lutte contre le réchauffement climatique.

Passons outre toute discussion sur l’idée qu’il serait possible d’infléchir l’évolution du climat de la planète en réduisant nos émissions de gaz carbonique (CO2) pour se focaliser sur ce qui est déjà entrepris au niveau européen pour y parvenir. L’information est passée quelque peu inaperçue, mais le 7 octobre 2020, le Parlement européen a voté une résolution visant à porter à 60 % la réduction des émissions de carbone d’ici 2030, par rapport à 1990, alors que cet objectif n’était "que" de 40 % en 2019.

En dépit de toutes les réalités technologiques et économiques, cet objectif, qui n’aurait pu rester qu’une incitation, a été inscrit dans la législation européenne comme contraignant. Comme je l’avais déjà souligné dans un article précédent, « la Direction générale de l’environnement de l’Union européenne s’appuie sur les dix principales ONG environnementales pour fonder ses décisions et imposer aux citoyens normes et taxations en tous genres », ONG qu’elle nourrit avec l’argent de nos impôts.

Dans un article pour Le Monde, Dominique Finon, spécialiste de l’énergie et du climat, écrit que cet objectif revient à imposer une décroissance de 27 à 33 %, d’ici 2030. Il dit également que l’objectif de -40 % était déjà difficile à atteindre car il suppose de réaliser, en dix ans, autant de réductions que dans les trente ans qui ont précédé. Il précise également que les technologies permettant une telle accélération de la baisse n’existent pas.

Le seul moyen d’y arriver, en fait, serait de détruire notre économie et de réduire drastiquement les libertés individuelles, c’est-à-dire de poursuivre indéfiniment ce que nous subissons actuellement en France avec les confinements liés au Covid-19.

Dans un article datant de début juillet, je vous signalais que la diminution des émissions, évaluée à 58 % en Europe durant le premier confinement, n’avait conduit à aucune diminution du taux de CO2 de la station de référence de Mauna Loa. Dans un communiqué du 23 novembre, l’Organisation météorologique mondiale faisait le même constat : malgré le déclin de l’activité lié au Covid-19, les niveaux de CO2 continuent de battre des records.

Plutôt que de célébrer la journée du climat, il est donc urgent que nos dirigeants et nos médias ouvrent les yeux sur la réalité et se posent les bonnes questions… avant qu’il ne soit réellement trop tard. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Escrologie, collapsologie

14 Décembre 2020, 10:57 Message

Le suicide électrique français (Lettre Patriote)


« Deux mois après que Monsieur Macron ait fait fermer d’autorité deux réacteurs nucléaires à Fessenheim, l’EDF a dû relancer d’urgence les quatre centrales à charbon françaises. Quatre centrales équipées de cheminées qu’on a montées à 240 mètres, tant leur pollution est extraordinaire, mieux vaut que les habitants n’en aient pas conscience. 100.000 tonnes par jour chacune de poussières, suies, métaux lourds, substances radioactives et CO2. Votre vieux diesel à côté, c’est petit bras.

Notons au passage à quoi nous mène l’imitation béate de nos voisins allemands et de leurs mercenaires grünen : nous avons dépensé 121 milliards dans l’éolien, et nous relançons notre charbon.

Et ça ne suffira pas : RTE a annoncé qu’il allait y avoir cet hiver, s’il fait grand froid, des coupures tournantes d’électricité, par paquets de 200.000 foyers, soit environ 450.000 habitants.

Monsieur Macron n’a pas fini d’avaler des couleuvres. Sauf s’il se moque du chauffage des français, ce qui est possible.

À propos de chauffage, la France s’est engagée à lutter contre le réchauffement et les émissions de gaz à effet de serre. Du moins c’est ce qu’elle prétend. Et c’est dans le cadre de cette lutte que les chaudières au fuel et à gaz vont être interdites dans les constructions neuves à partir de l’an prochain ; vous devrez installer une pompe à chaleur. Ça paraît logique… Sauf si l’Etat fait fermer les seules centrales électriques qui n’émettent aucune fumée ni aucun gaz à effet de serre : les centrales nucléaires. Or, la ministre Barbara Pompili, a déclaré qu’on allait continuer à fermer ces centrales ! On pourra compenser, dit-elle, par des “économies d’électricité”. Et le pire ce n’est pas qu’elle le dise, mais c’est qu’elle le pense. “Je vais économiser 30 watts avec mes ampoules à Led, et je vais pouvoir brancher ma voiture électrique à 100.000 watts.” C’est exactement le raisonnement de nos pseudo-écologistes.

Donc ça ne suffira pas. Aussi, après avoir fermé Fessenheim et fait quelques milliers de chômeurs, après avoir relancé les centrales à charbon, la France va construire … une centrale thermique en Bretagne, qui fonctionnera au gaz. Vous avez bien noté qu’on va fabriquer de l’électricité avec du gaz, et exiger des français qu’ils se chauffent à l’électrique. Encore bravo Monsieur Macron. Mais on va plus loin : la construction de cette centrale a été attribuée à Siemens, une entreprise allemande, qui aura l’entretien et la maintenance pour les vingt ans à venir. Et le gaz, de surcroît, sera acheté à l’étranger. Ainsi la France aura à la fois les chômeurs, et le déficit. Mais les émissions de CO2 seront, elles, bien françaises. Ça s’appelle organiser le déclin du pays.

La construction de cette centrale, outre qu’elle est la suite des errances de notre politique énergétique depuis que les écolos s’en mêlent, montre la faillite des éoliennes et autres EnR. Un scandale. Pourtant cette faillite était certaine : les éoliennes ne fonctionnent que 24% du temps, soit un jour sur quatre. Si vous en plantez 100.000 au lieu de 100, vous aurez 100.000 machines qui ne serviront à rien 3 jours sur quatre. De plus, ces éoliennes très peu puissantes – il en faut des milliers, sur des milliers d’hectares – vont épuiser les ressources mondiales de métaux et matières nécessaires à leur construction. Cet aspect très inquiétant des éoliennes est peu mis en avant, et pourtant réel : nous épuisons nos ressources pour une chimère. Et le raisonnement est exactement le même pour l’énergie photovoltaïque. Et pourtant, en dehors des barrages et de la géothermie qui sont réservés à quelques régions peu nombreuses, il n’existe que trois énergies qui n’émettent ni fumée ni gaz carbonique : l’éolien, le solaire, et le nucléaire.

Concluez vous-même. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 4104

Re: Escrologie, collapsologie

19 Décembre 2020, 19:12 Message

Pour la première fois, du poulet artificiel a été servi dans un restaurant
C'est au «1880», une adresse d'un quartier huppé de Singapour, qu'a été servi ce nouveau plat.
Par Le Figaro avec AFP
Publié il y a 3 heures, Mis à jour il y a 2 heures
Du poulet fabriqué en laboratoire a été servi pour la première fois dans un restaurant à Singapour samedi, une étape historique pour ses fabricants qui espèrent ainsi réduire l'empreinte carbone de la consommation de viande sur la planète.

Ouf ! Nous respirons mieux.

Messages: 1033

Re: Escrologie, collapsologie

27 Décembre 2020, 16:23 Message

VIVE LES ECOLOGISTES BRAVO LES EOLIENNES !

Après le socle de 400m3 de béton armé, indestructible et à jamais dans le sol (800 à 2000 tonnes ancrées dans le sol jusqu’à parfois 20 mètres), voici les pales, en fibre de carbone, qu'on ne peut pas recycler.7 tonnes (par pale), 45m de long. En fin de vie de l'éolienne (20 ans), il faut les tronçonner et enterrer!

Des milliers de morceaux de pales d’éolienne sont enterrés chaque année. Lake Mills dans l’Iowa, Sioux Falls, en Dakota du Sud et Casper, dans le Wyoming sont les trois municipalités américaines qui ont accepté de se répartir les milliers de morceaux de pales d’éoliennes qui devront disparaitre dans la terre. La localité de Casper, à elle seule, enfouira dans son sol les morceaux de 870 pales.
Les cimetières à pales sont condamnés à rester pour l’éternité. L’entreprise française Veolia, anciennement connue comme Vivendi Environnement, est le fabricant de ces éoliennes. Veolia confirme que malheureusement, à l’heure actuelle, il est impossible de créer des éoliennes recyclables. «Les pales d’éoliennes resteront là pour toujours», avoue dépité Bob Cappadona, directeur des opérations de l’unité américaine de la société française. En effet, le temps de dégradation des «cadavres» de pales est inconnu, préférant décréter que les pales ne se dégraderont jamais.

Un cimetière à pales d’éolienne : le paradoxe de l’écologie

Image

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie humaine