Afficher le sujet - Escrologie, collapsologie

Escrologie, collapsologie

Sur l'écologie humaine, et la surpopulation adverse.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

24 Septembre 2019, 08:57 Message

Il y a le grotesque achevé de la mascarade, il y a surtout la manipulation indigne de cette gamine asperger qui est tarée et hystérique, que c'en est pénible à voir. Cette fois, c'est tout de même peut-être un peu trop, et il est possible que son exploitation se termine assez vite.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

26 Septembre 2019, 09:45 Message

Image

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

26 Septembre 2019, 13:15 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

27 Septembre 2019, 09:04 Message

« La sociologue Jocelyne Porcher – qui est une ancienne éleveuse – défend dans son livre Cause animale, cause du capital la thèse selon laquelle il y aurait une collusion d’intérêts entre les industriels des biotechnologies et les "défenseurs" des animaux comme les vegans, dans le but d’imposer une agriculture sans élevage.

Car, explique Jocelyne Porcher, les industriels ont compris bien avant les vegans que la consommation de viande était sur la pente descendante et qu’il fallait inventer de nouveaux produits pour continuer à engranger des profits.

Ainsi, la viande cellulaire cultivée à partir de cellules animales, mais aussi la fausse viande fabriquée à partir de composants végétaux, sont aujourd’hui considérées par les industriels comme deux options aux potentiels économiques énormes. Or, ces technologies séduisent les consommateurs qui s’affichent comme “soucieux de l’environnement”. Pourtant, pour Jocelyne Porcher, en remplaçant la viande par des produits transformés, le véganisme nous placerait encore plus entre les mains des industriels !

Pour elle, les vegans "ne sont pas des révolutionnaires, mais les idiots utiles du capitalisme". En ligne de mire : l’association L214 dont elle dénonce le lien d’intérêt avec la firme américaine Open Philanthropy Project qui finance directement ces alternatives à la viande. L214 écrit-elle "prétend agir contre les lobbies mais agit elle-même en structure de lobbying en faveur des firmes du végétal et de l’agriculture cellulaire" » (Lettre Patriote)


Soleil vert...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

30 Septembre 2019, 09:31 Message

Pour justifier le titre de ce fil : l'incendie considérable de l'usine classée Seveso "++" à Rouen n'est pas un problème, n'a pas laissé de trace. Circulez.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

3 Octobre 2019, 08:47 Message

Il semble que la pétition déjà évoquée ici fasse tout petit à petit son chemin.

Climat : une pétition qui dérange (Bd Voltaire)

« e texte de cette pétition a été adressé sous forme de lettre à António Guterres, secrétaire général des Nations unies, ainsi qu’à Patricia Espinosa Cantellano, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Il dit, en substance, qu’il n’y a pas d’urgence ou de crise climatique, que des facteurs naturels aussi bien qu’anthropiques provoquent un réchauffement, que le monde s’est réchauffé à un rythme inférieur à la moitié de ce qui était initialement prévu, que nous sommes bien loin de comprendre le changement climatique et que les politiques climatiques s’appuient sur des modèles inadéquats. Il évoque aussi le fait que le réchauffement n’a pas provoqué davantage de catastrophes naturelles (je vous en ai déjà parlé dans un article précédent), que le gaz carbonique (CO2) est l’aliment des plantes et le fondement de toute vie sur Terre. Il dit, enfin, que l’action politique doit respecter les réalités scientifiques et économiques.

La presse est évidemment restée assez silencieuse, pour l’instant, si ce n’est Valeurs actuelles qui en a parlé, et Le HuffPost. L’article de ce dernier est probablement caractéristique de ceux qui suivront. En effet, il ne peut s’empêcher d’essayer de trouver des liens entre certains signataires et l’industrie du pétrole ou du gaz. Il est bien connu que ceux qui s’opposent à l’alarmisme climatique sont vendus à l’industrie pétrolière ! Cependant, ce même journal s’est-il déjà préoccupé des penchants politiques des promoteurs de l’alarmisme ?

De nombreux professeurs ou chercheurs étant émérites, il s’attaque également ouvertement à l’âge de certains signataires et au manque de climatologues certifiés, c’est-à-dire s’intéressant exclusivement à l’effet du CO2. Interviewé, Benoît Rittaud, président de l’Association des climato-réalistes, explique cette situation par le fait que les chercheurs en poste n’osent pas signer par crainte de représailles contre les financements dont ils bénéficient pour leurs travaux ou par crainte de mise à l’écart par leurs supérieurs ou leurs collègues. Sur son site Mythes, Mancies & Mathématiques, il montre une lettre de renoncement qu’il a reçue de la part d’un ami climatologue. Il faut dire, cependant, que parmi les signataires figurent de vrais physiciens du climat et au moins une spécialiste réputée du permafrost. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

4 Octobre 2019, 09:11 Message

L’arithmétique est sans pitié pour le programme énergétique français (Contrepoints)

« – Ne pas baisser la pointe, si c’est impossible techniquement ou socialement :

- installer 10 GW de centrales à gaz power to power (via bio méthane, méthane de synthèse, ou hydrogène) avec stockage associé capable de fournir pendant deux jours. C’est plus ou moins le principe du programme Negawatt (assorti d’une baisse de consommation de moitié !). Mais les technologies n’en sont qu’au stade de pilote, et les rendements attendus sont tellement faibles que le coût sera exorbitant avec des impacts environnementaux très négatifs. Et la disponibilité de la ressource (biomasse) est sujette à caution. En aucun cas cela ne pourra être opérationnel dans 15 ans, si même c’est faisable un jour.

- installer en catastrophe 10 GW de centrales à gaz, alimentées en gaz russe ou qatari.

– Baisser la pointe malgré des besoins en forte croissance :

- faire de la France un désert industriel. Il est vrai que c’est bien engagé
- utiliser les compteurs Linky pour organiser une pénurie tournante, via des algorithmes de tirage au sort ?
- en tant que particuliers, acheter un petit groupe électrogène diesel »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

30 Octobre 2019, 11:00 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

5 Décembre 2019, 09:17 Message

C'est l'hiver.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

11 Décembre 2019, 09:53 Message

Climategate : 10 ans déjà ! (Bd Voltaire)

« D’autres échanges de courriels concernaient l’appel à l’aide de protagonistes français vers leurs collègues anglo-saxons pour discréditer l’académicien et géophysicien français Vincent Courtillot. En 2007, celui-ci et son équipe avaient trouvé une forte corrélation entre les données géomagnétiques et les températures terrestres sur une longue période. Ces résultats avaient été confortés par une autre publication en 2008, mais ils avaient donné naissance à une polémique, rendue exceptionnellement publique, portant sur l’utilisation des bases de données.

Les pro-GIEC s’étaient, en fait, concertés afin de mobiliser la presse française (Le Monde, Libération, Le Figaro en particulier) pour sonner l’hallali médiatique envers Vincent Courtillot.

Concernant le "Climategate", cette même presse et les médias français dans leur ensemble étaient restés très discrets, contrairement à la presse anglo-saxonne. Seul Jean-François Kahn avait osé titrer, dans Marianne : « Climategate : pourquoi les médias français gardent le silence. »

Suite à cette affaire, un de ses principaux protagoniste, Phil Jones, directeur du CRU, avait été suspendu et remplacé, et Rajendra Pachauri, alors responsable du GIEC, avait demandé une enquête de l’ONU sur ces pratiques. Avez-vous entendu parler de son résultat et des mesures qui ont été prises ? Moi pas. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

7 Janvier 2020, 12:59 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

8 Juin 2020, 13:47 Message

Or donc.

Dégât collatéral à la crise du coronavirus et à la polémique autour du Pr Raoult (cf. également "De la science") :

Le "changement climatique", soit le "réchauffement climatique", est pour l'essentiel "d'origine anthropique", nous serine-t-on à toutes les sauces et à longueur d'émissions saturant l'espace public de la seule parole autorisée, interdisant toute réplique, et condamnant d'office toute pensée critique comme nécessairement déviante.

Or : "changement climatique" est un pléonasme, ou plutôt une expression proprement stupide. Rien n'est plus "variable" (et imprévisible à grande échelle) que le climat, et toute la nature. C'est même leur propre...

"Réchauffement", ou refroidissement, font partie de ses cycles habituels, peuvent s'expliquer de mille façons autrement plus puissantes que la production humaine, et on ne constate en fait guère ni l'un ni l'autre de façon tellement avérée ; plus exactement : on les constate tous deux à la fois (les banquises Nord et Sud...), si l'on veut bien ne pas être hémiplégique par intérêt, ou par idéologie, celle-ci découlant toujours de celui-là.

"Origine anthropique" est tout simplement ridicule de vanité, ce qui se voit bien dans la mise en accusation du... CO2, par exemple. Il est indispensable à la vie, mais... Non pas que l'homme puisse faire n'importe quoi, et Dieu sait qu'il ne s'en prive pas, mais il faut croire qu'il est préférable de détourner l'attention des vrais problèmes, car, là encore, les intérêts en jeu sont si considérables qu'il parait impossible de les contrarier.

Quel rapport avec la pandémie Covid-19 ? Ils sont nombreux, mais on en soulignera un : ce sont les mêmes modèles mathématiques (on l'a du reste déjà souligné) qui sont à l’œuvre dans les deux cas ; et l'on a vu ce qu'ils donnaient, comment ils étaient honteusement exploités, au cours de la crise sanitaire.

Mêmes cause, mêmes effets: ergo...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3619

Re: Escrologie, collapsologie

9 Juin 2020, 10:59 Message

Je crois avoir déjà fait écho à ce papier de Bvd Voltaire

Pendant le confinement, les émissions de CO2 n’ont cessé d’augmenter !

Un constat : la majorité des avions cloués au sol, une circulation automobile quasi
inexistante, des industries à l’arrêt, tout cela durant deux mois, dans les 69 pays les plus développés de la planète, responsables de 97 % des émissions, dites anthropiques, de dioxyde de carbone (CO ).

Cette diminution a été évaluée à 58 % en Europe, selon static.climato-realistes.fr, durant le confinement. De ce scénario rêvé par les écologistes, on pouvait donc s’attendre (naïvement) à voir les courbes d’émissions s’effondrer ou, au moins, se stabiliser, ces courbes dont on nous rebat les oreilles à la veille de chaque grand-messe sur le climat, le GIEC estimant que l’augmentation de la concentration en CO atmosphérique de ces dernières années est presque exclusivement déterminée par les émissions anthropiques, et qu’elle est responsable de la hausse globale des températures au cours de l’ère industrielle. Seulement voilà, les enregistrements de la station de Mauna Loa, située à 3.400 m d’altitude, sur l’île de Hawaï, et dont l’historique datant de 1958 fait référence pour justifier le réchauffement climatique, montrent que le taux de CO dans l’atmosphère a continué d’augmenter durant les mois de mars et avril, comme si rien ne s’était passé !

Comment expliquer ce phénomène et cette information importante dont les médias ont consciencieusement évité de parler jusqu’à présent ? Il faut avoir à l’esprit que le gaz carbonique est un gaz rare dans l’atmosphère. En un siècle, sa proportion est passée, globalement, de 300 à 400 ppm, soit de 0,03 à 0,04 %, rappelle Le Figaro. Cette augmentation de 0,01 %, soit environ 2 ppm/an en moyenne, ces dernières décennies, est attribuée par le GIEC aux activités humaines et elle serait responsable de tous nos malheurs. Sauf que les océans et toute la vie végétale ou animale absorbent et libèrent également du CO , et en bien plus grande quantité.

Deux publications scientifiques sorties presque simultanément, en juin 2019, et reprises par le site Science, climat et énergie, tenu par des scientifiques belges, professeurs ou professeurs émérites, nous démontrent que le modèle prôné par le GIEC pour expliquer l’augmentation du taux de CO ne tient pas la route face aux observations comme la courbe de Mauna Loa.

En fait, selon le professeur Hermann Harde, à l’origine d’une des publications, la part anthropique dans l’augmentation de 2 ppm par an serait inférieure à 15 % et c’est la température, en particulier les températures de surface des océans, qui serait responsable de l’augmentation et de la grande variabilité annuelle (entre 0,5 et 3,5 ppm)

des émissions de CO . Il n’y a, alors, plus rien d’étonnant à ce que son taux ait continué d’augmenter durant le confinement. Ces publications, bâties sur des mesures réelles, montrent qu’il est possible d’expliquer ce qui est observé par une autre théorie que celle du GIEC, qui avait déjà été prise en défaut dans un papier datant de 2017. Cependant, ces trois entailles dans la muraille ne
sont pas près de faire vaciller l’édifice des idées reçues, des investissements colossaux et des plans de relance verts de l’après Covid-19.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

30 Juin 2020, 13:19 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22080

Re: Escrologie, collapsologie

6 Juillet 2020, 08:56 Message

Quand un écolo s’excuse pour la « panique climatique » créée, ces dernières années… (Bd Voltaire)

Ce n'est pas le tout premier apostat, mais il a un beau CV, tout de même.
A noter la rapide disparition de son article...

« En 2007, Lionel Jospin avoua, sur France Culture, que le danger fasciste – censé justifier un "front républicain" contre le FN – "n’était que du théâtre". Cela allait sans le dire, mais encore mieux quand l’un de ceux qui l’avait constamment agité le disait.

Aujourd’hui, c’est Michael Shellenberger qui vient à résipiscence. Ce nom ne vous dit sans doute rien, mais il s’agit d’un éminent militant écologiste américain, lauréat du prix du Livre vert 2008, qui depuis 2002 consacre sa vie à la lutte contre le changement climatique, créateur du laboratoire d’idées Breakthrough Institute, plaidant pour une augmentation de la dépense publique dans l’écologie, héros de l’environnement selon le magazine Time et, on l’aurait deviné, membre du trop célèbre GIEC.

Patatras ! Voici qu’en tant qu’expert de ce groupe, Monsieur Plus-vert-que-moi-tu-meurs se sent aujourd’hui dans l’obligation de s’excuser « pour la façon dont nous, les environnementalistes, avons gravement induit le public en erreur », et pour « la panique climatique que nous avons créée au cours des 30 dernières années ».

C’est Forbes qui le révèle, mais… pas longtemps : l’article a déjà disparu sous la pression des militants de la rédaction !

Dommage, parce que Shellenberger y pulvérisait plusieurs mythes réchauffistes, comme le prétendu "poumon du monde" que serait l’Amazonie, ou l’affirmation que le changement climatique aggraverait les catastrophes naturelles. Par ailleurs, il note que "les incendies ont diminué de 25 % dans le monde depuis 2003" et que la quantité de terres que nous utilisons actuellement pour produire de la viande "a diminué d’une superficie presque aussi grande que l’Alaska". Ou encore que "les émissions de carbone ont diminué dans les pays riches pendant des décennies et ont atteint un sommet en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France au milieu des années 70".

Shellenberger reconnaît qu’il a longtemps hésité à s’exprimer, mais que les déclarations de plus en plus délirantes des réchauffistes, comme celle d’Alexandria Ocasio-Cortez, la socialiste américaine soutien de Sanders ("Le monde va s’écrouler dans douze ans si nous ne nous attaquons pas au changement climatique"), et quelques autres ont fini par décider celui qui – sans doute pour aggraver son cas – est devenu un ardent défenseur de l’énergie nucléaire…

C’est égal, le mal est fait, et nos municipales l’ont bien montré : l’heure n’est plus aux débats scientifiques mais à l’adhésion inconditionnelle au culte de Gaïa. Et pendant que les "idiots utiles" votent vert, toute la filière des éoliennes et des panneaux solaires se frotte les mains…

Seul nous reste le plaisir d’en avoir entendu au moins un démonter toute cette propagande !

"Il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance" (Luc). »

Précédente

Retourner vers Écologie humaine