Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

31 Janvier 2021, 09:06 Message

Pieds Nickelés version politique. Vendredi soir, nouvelle mascarade "au sommet de l'Etat", comme on dit. Mise en scène débile qui ne trompe personne et agace tout le monde, mais dont Macron croit sans doute qu'elle va fonctionner à son profit. Le voilà qui s'érige en défenseur du peuple contre l'oligarchie médicale, pou repousser le retour de l'enfermement et de la shlague ; pour pouvoir ensuite les décréter en paraissant avoir tout fait pour l'éviter... Tout cela est d'un pénible ! Le seul point qu'on peut remarquer : on voit ici et là un peu plus de médecins divers et variés commencer à l'ouvrir pour faire entendre une musique toute différente. Et simplement remettre les pieds sur terre.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

31 Janvier 2021, 19:06 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

4 Février 2021, 09:45 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

4 Février 2021, 09:57 Message

Le scandale de l’affaire Duhamel, président du Siècle, a braqué les projecteurs sur cette organisation occulte. (par Lettre Patriote)

Destiné à l’usage de ceux qui ont payé leur cotisation (200 euros par mois), l’annuaire du Siècle recèle la liste secrète des membres de ce cercle très restreint dont les noms ne sont jamais communiqués.

L’association « LE SIÈCLE », créée le 2 septembre 1944 et déclarée le 15 février 1946, a pour but d’organiser et de favoriser la rencontre de ceux qui sont particulièrement attentifs à la chose publique; elle se propose de rapprocher notamment des personnalités politiques, des hauts fonctionnaires, des syndicalistes, des industriels, des financiers, des journalistes, des membres de professions libérales, des personnalités de la vie culturelle et scientifique, pourvu qu’ils portent un vif intérêt aux problèmes généraux que pose l’évolution de la Cité.
Article 1er des Statuts

Depuis sa création en 1944 par d’anciens résistants voulant servir de creuset à la future élite dirigeante de la France, ce club élitiste, où l’on n’entre que par cooptation, a instauré une règle : rien de ce qui se dit pendant ses dîners, qui réunissent deux cents convives dans les salons de l’Interallié, rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris, un mercredi par mois, ne doit être répété à l’extérieur.

Au 1er janvier 2020, Le Siècle comptait 566 membres et 161 invités. L’Obs révèle que 11 membres du gouvernement actuel apparaissent, comme membres à part entière ou invités (statut intermédiaire avant de devenir membre). On y trouve :

l’ancien Premier ministre, Edouard Philippe,
Muriel Pénicaud (ex-ministre du Travail, devenue représentante permanente de la France à l’OCDE),
Jean-Michel Blanquer (Education),
Gérald Darmanin (Intérieur),
Florence Parly (Armées),
Elisabeth Borne (Travail),
Sébastien Lecornu (Outre-mer),
Emmanuelle Wargon (Logement),
Amélie de Montchalin (Fonction publique),
Agnès Pannier-Runacher (Industrie),
Jean-Baptiste Djebbari (Transports),
Franck Riester (Commerce extérieur),
Clément Beaune (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes).
Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée.

En 2011, sous Sarkozy, ce sont également 11 ministres qui étaient au Siècle.

Le conseil d’administration du Siècle a été présidé pendant un an par Olivier Duhamel, qui a démissionné le 4 janvier, suite aux accusations de sa belle-fille Camille Kouchner. Mi-janvier, deux autres administrateurs du Siècle ont été poussés vers la sortie par le scandale : Marc Guillaume, ancien secrétaire général du gouvernement et actuel préfet d’Ile-de-France, et Jean Veil, avocat et intime de la famille Duhamel.

Pour les remplacer, le conseil d’administration du Siècle a choisi Pierre Sellal, un ancien secrétaire général du Quai d’Orsay pour la présidence, et a rappelé trois anciens administrateurs : Patricia Barbizet (ex-Kering), la syndicaliste Nicole Notat, qui ont toutes deux présidé le Siècle, et Véronique Morali (Fimalac). Le conseil accueille également Philippe Wahl (La Poste), l’économiste Mathilde Lemoine (Edmond de Rothschild), Augustin de Romanet (ADP), Sophie Boissard (Korian), Denis Kessler (Scor), le magistrat Stéphane Noël (président du tribunal judiciaire de Paris), Odile Renaud-Basso (Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement), l’essayiste et avocat Nicolas Baverez et Stéphane Pallez (Française des Jeux). Ainsi qu’un autre proche d’Olivier Duhamel, Nicolas Molfessis, secrétaire général du Club des Juristes.


***


Où est le Murat qui dira : "Foutez-moi tout ça dehors" ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

9 Février 2021, 14:15 Message

Image

Messages: 1091

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

9 Février 2021, 14:33 Message

Où l'on comprend que si on veut se débarrasser de Macron, il faut d'abord se débarrasser de Marine.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

15 Février 2021, 17:32 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

17 Février 2021, 10:02 Message

« Le gouvernement a présenté ce mardi au Sénat un amendement pour organiser le vote anticipé sur des machines à voter. Il interviendrait dans la semaine précédant le scrutin, dès 2022 si les parlementaires le votent.

L’idée est d’offrir la possibilité aux électeurs qui le souhaiteraient de se déplacer dans la semaine précédant chacun des deux dimanches du scrutin présidentiel, dans une des communes inscrites sur une liste, où une machine de vote électronique sera mise à disposition. Bien évidemment, comme aux États-unis, on nous assure que “des garanties sont prévues pour éviter un double vote”.

Les résultats des votes issus de ces machines seraient dépouillés le même soir que les votes classiques. » (par Lettre patriote)


***

Joe Biden, prochain président français.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

17 Février 2021, 12:28 Message

Pour faire plaisir à l'ami Eric :


Avatar de l’utilisateur
Messages: 4158

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

17 Février 2021, 12:41 Message

Merci, Didier ;)
Éric Zemmour a changé.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

17 Février 2021, 17:16 Message

Aïe, aïe..

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 4158

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

17 Février 2021, 17:35 Message

Si P-M C le voit l'emporter... alors là, il ne reste plus qu'à s'incliner :lol:
M'est avis que vous n'allez pas tarder à créer un fil Z , mon cher Didier. ;)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

18 Février 2021, 09:20 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

19 Février 2021, 17:15 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

5 Mars 2021, 09:10 Message

Emmanuel Macron : liquidateur en chef de notre industrie (Vanneste)

« Sommes-nous gouvernés ou trahis ? Telle est la question à laquelle répond Olivier Marleix dans son excellent livre Les Liquidateurs. En fait, à le lire, on découvre qu’il y a un liquidateur en chef, notre président de la République, Emmanuel Macron. Ce livre est un réquisitoire contre celui qui n’aurait jamais dû être là où il est.
Olivier Marleix a présidé la commission d’enquête sur les décisions de l’État en matière de politique industrielle, notamment pour Alstom, Alcatel et STX. L’objet de la commission a été en particulier d’examiner les conditions dans lesquelles le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, avait autorisé la vente d’Alstom. Cette vente constitue une double trahison à l’encontre des intérêts de notre pays : d’abord, elle a consisté dans la cession d’une entreprise, de ses savoir-faire indispensables à notre souveraineté économique et militaire à un groupe étranger. Ensuite, celui-ci n’a pas respecté ses engagements à l’égard des salariés, et du bassin d’emploi de Belfort. Alstom fabriquait les turbines de nos centrales nucléaires et de nos sous-marins atomiques. Désormais, il faudra compter sur une entreprise américaine pour assurer deux activités, l’une économique, l’autre militaire, vitales pour notre indépendance. L’acquéreur, General Electric, avait promis la création de 1.000 emplois. Nous en perdons 4.000. Les licences d’exploitation sont déposées en Suisse et le coût de leur usage dépasse le bénéfice de la production en France, ce qui réduit évidemment les recettes fiscales. Cette opération est un fiasco, et celui-ci est signé Emmanuel Macron qui, secrétaire général adjoint de l’Élysée, avait commandé une étude sur cette cession pour 300.000 euros, sans en parler au ministre de l’époque, M. Montebourg, qui y était hostile, et sans en lui communiquer les résultats. Lorsqu’il l’a remplacé, il a signé ! Mais interrogé par la commission d’enquête de l’Assemblée, ou devant l’ensemble des Français lors des débats en vue de l’élection présidentielle, il a « oublié » son rôle éminent dans cette affaire.

En fait, selon Olivier Marleix, Emmanuel Macron est le modèle parfait de trois dérives actuelles qui coulent notre pays. C’est d’abord le délaissement de l’action au profit de la communication. En juin 2016, le ministre Macron inaugure la « Fonderie digitale » de General Electric (encore elle !) dans le quartier de l’Opéra et félicite ses dirigeants pour leurs engagements tenus… Deux ans plus tard, vente, licenciements et locaux sous-loués à Samsung… Plus généralement, c’est le concept publicitaire creux de « start-up nation » qui s’avère une supercherie. Derrière la mise en scène, les réceptions et les déplacements tapageurs, entre 2017 et 2019, la France a reculé dans le classement des pays attractifs pour les « jeunes pousses innovantes », derrière l’Espagne !

La grande tromperie sur le changement annoncé comme une révolution dans les objectifs, les méthodes, les mœurs et les acteurs, grâce au premier d’entre eux, correspond à la seconde maladie française : l’occupation des pouvoirs par une « élite » qui n’aime pas la France, fait carrière entre public et privé, assure pour elle-même une sécurité inaltérable tandis qu’avec cynisme, elle méprise la masse populaire, « les gens qui ne sont rien ». Macron est un modèle accompli de cette caste dont il est le dieu. Énarque, banquier d’affaires, socialiste, mais tendance DSK, il est déjà à l’Élysée sous Hollande et, en 2017, assure la continuité en « mieux », alors que des naïfs le croient de droite parce qu’il favorise la circulation des capitaux.

Enfin, M. Macron est le représentant dans notre pays de ce qu’Olivier Marleix appelle le capitalisme de connivence, le capitalisme illibéral qui, au lieu de demeurer dans un équilibre entre l’initiative privée fondée sur la concurrence loyale en économie et la recherche du bien commun des États-nations pour la politique, brise ces derniers, écrase ou manipule les responsables politiques sous le poids de groupes monopolistiques souvent plus puissants qu’eux et jouant des disparités fiscales et sociales entre les pays. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

7 Mars 2021, 08:50 Message

« Brice Horteufeux rompt le silence de la “famille Sarkozy”, ainsi que le citent nos confrères de Entreprendre.

“Cinq ans de présidence Macron, ce sera autour de 2 millions de migrants supplémentaires, soit plus de deux fois la ville de Marseille. Les discours abondants sur la maîtrise des fluxs sont totalement démentis par la réalité et les chiffres de 2020 ( 302 204 entrées régulières contre 415 826 en 2019) sont en trompe-l’œil. Cette baisse est due à l‘effet Covid et j‘affirme que nous subirons un fort rebond dès la sortie de la crise…

Par ailleurs, rien n‘est fait pour restreindre le regroupement familial qui concerne 72 245 personnes. Rien n‘est fait non plus pour supprimer l‘acquisition automatique de la nationalité française par mariage -25 200 en 2019- dont on connaît les dérives.

Rien n‘est engagé pour reconduire les déboutés au droit d‘asile dont la Cour des Comptes évalue à 5% seulement la réalité des expulsions.

Au total, jamais il n’y a eu autant d’immigrés dans notre pays, à ce jour entre 6 et 7,5 millions. L‘Etat a perdu le contrôle de l‘immigration.” » (par Lettre Patriote)

Zemmour, sort de ce corps !
Justement :

Un sondage place Éric Zemmour à 17 % au premier tour : désillusion ou vrai coup de maître ? (Bd Voltaire)

Sondage bidonné qui montre surtout qu'on commence à paniquer un peu partout devant le succès croissant de Zemmour ; et que ce dernier "accroche" bel et bien.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

7 Mars 2021, 18:01 Message

Image


Une trahison ? Quelle blague ! De toutes les façons, les cocus systémiques de la droiche adorent se faire entuber.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26713

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

8 Mars 2021, 09:38 Message

Selon la radio Europe 1, Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise, a indiqué dimanche qu’il ne donnerait pas de consigne de vote en cas de duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle de 2022.

“L’un est d’extrême centre, c’est-à-dire libéral complètement échevelé, très autoritaire. Et l’autre on ne sait pas très bien ce qu’elle veut, car maintenant la voilà repeinte en Européenne très allante, elle dit que l’islam c’est une religion comme les autres, et ce pauvre Darmanin qui dit aussitôt vous êtes trop molle… C’est devenu un objet flou Mme Le Pen, mais nous savons bien qui elle est, c’est l’extrême droite traditionnelle“, a estimé Jean-Luc Mélenchon sur France 3.

“Je ne reprendrai jamais l’initiative de dire faites ceci, faites cela” en cas de duel Macron/Le Pen, a-t-il souligné, “parce que les consignes n’ont aucun poids aujourd’hui, il faut vivre avec son époque !“

En 2017, Jean-Luc Mélenchon avait déjà refusé de donner une consigne à ses électeurs, mais avait indiqué qu’il irait, lui, voter, et pas pour le Front national. (par Lettre Patriote)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles