Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Messages: 222

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

16 Mai 2021, 19:24 Message

Précision sur la donzelle, en rapport avec sa haute valeur morale, il y a peu elle était en "cucuménage" avec Manuel Valls...


:rolleyes:

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

17 Mai 2021, 08:01 Message

Pourquoi tant d’acharnement à humilier la France et son armée ? (Lettre patriote)

« La technique est toujours la même. Au motif qui y aurait un contentieux à apurer dans le rapport de la France à son passé, en réalité inventé par nos ennemis, M. Macron nomme une commission d’experts chargée de rédiger un rapport sur la question. Cette commission est présidée et largement composée de gens hostiles aux thèses profrançaises et favorables aux thèses antifrançaises de la partie adverse. Elle rend son rapport qui est, on pouvait s’en douter, non une tentative d’apaisement, mais nouvelle salissure sur la mémoire de la France, et doit être l’occasion de nouveaux actes de repentance, s’ajoutant à d’autres, humiliants pour notre pays.

Algérie

Avec l’Algérie, on pouvait tout à fait laisser les plaies se cicatriser avec le temps – plaies ouvertes, non par le souvenir d’une guerre vieille de soixante ans, que très peu d’Algériens ont gardé, mais par la propagande antifrançaise insensée du FLN au pouvoir depuis 1962, un parti qui ne représente plus du tout les combattants de l’indépendance, presque tous morts, qui a échoué sur tout et est rejeté par le peuple algérien. Mais M. Macron a cru bon de confier à Benjamin Stora la présidence d’une commission soi-disant paritaire mais dont le président, universitaire d’extrême gauche, épouse entièrement les thèses du FLN, en occultant notamment le souvenir des harkis (dont le massacre, en violation des accords d’Evian qui prévoyaient l’amnistie des deux côtés, est de la responsabilité de l’Etat algérien) ou d’autres massacres. En face, un rappel insistant des bavures incessamment reprochées à l’armée française depuis deux générations. Le résultat, par l’exaspération que ce rapport suscite : non point l’apaisement mais un renouveau d’hostilité à l’égard des Algériens dans une partie de l’opinion. Quant au gouvernement algérien, loin d’être apaisé, il redouble de ressentiment à l’égard de la France. M. Macron est bien le seul qui ignore que les repentances à répétition suscitent le mépris et un surcroît de haine de la partie adverse. A moins que, plus malin qu’on pense, il ne le sache que trop bien.

Rwanda

Avec le Rwanda, le président a procédé de la même manière : il a installé une commission d’historiens ou prétendus tels, confiée à Vincent Duclert qui a remis, le 26 mars 2021, un rapport sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsis au Rwanda en avril-mai 1994. Sans aller jusqu’à accuser l’armée française de complicité de génocide, du moins par écrit, ce rapport pointe des “responsabilités accablantes” pour la France. Quelles responsabilités ? Quand le Rwanda a été attaqué en 1990 par une milice sans légitimité venue de l’étranger, la France, par sa coopération militaire avec le gouvernement en place, ni meilleur ni pire que les autres en Afrique, quoi qu’on ait dit, a permis à celui-ci de se défendre. La France avait dès les années soixante-dix formé les forces armées rwandaises, notamment la gendarmerie, dans le cadre d’une coopération militaire normale. Nous ne leur avons pas appris le maniement de la machette, principal instrument du massacre. Cette coopération a cessé avec les accords d’Arusha (août 1993), qui devaient mettre fin à toute aide étrangère, accord respecté par la France et le gouvernement en place mais violé ouvertement par les envahisseurs et leurs parrains, principalement anglo-saxons. Il s’en est suivi des massacres croisés entre les deux ethnies, tutsi et hutu, qui ont fait 5 millions de victimes dans lesquels Paul Kagame, le chef des envahisseurs, grand ami de Macron, porte une responsabilité accablante. Cette responsabilité a été mise en valeur par des journalistes respectés et indépendants comme Pierre Péan et, plus récemment la canadienne Judy Rever, ou des universitaires comme le belge Filip Reyntjens ou le franco-camerounais Charles Onana, qui n’y avaient aucun intérêt, alors que les experts de l’autre bord ont souvent un lien avec le régime de Kagame. Il y a eu, entre 1994 et 1999, si l’on en croit des rapports de l’ONU peu divulgués entre cinq et dix fois plus de morts hutu que tutsi mais l’influence des alliés de Kagame chef des envahisseurs tutsi et président du Rwanda à partir de 1994 a permis que l’opinion internationale ne soit sensible qu’au massacre des tutsi . En aucun cas l’armée française engagée pour s’interposer entre juillet et août 1994 n’a, contrairement à ce qu’allègue Kagame, participé à un quelconque génocide ; elle a au contraire sauvé des centaines de milliers de vies au cours d’une mission pacifique qui avait l’aval du Conseil de sécurité. Or Macron , entièrement acquis à la thèse des Anglo-saxons qui a déjà multiplié les faveurs pour le régime de Kagame, toujours en place 27 ans après, projette un nouveau voyage au Rwanda où il faut s’attendre à une nouvelle couche de repentance pour des griefs inexistants.

Rappelons que l’égyptien Boutros-Ghali, qui était alors secrétaire général des Nations unies et donc bien placé pour savoir ce qui se passait, avait dit que la responsabilité de la tragédie rwandaise revenait entièrement aux Etats-Unis – qui ne s’en sont, eux, jamais repentis. En fait, notre pays fut le seul à tenter de faire quelque chose pour arrêter les massacres. La France est, on le sait, le seul membre du conseil de sécurité à pratiquer la repentance !

Le résultat de ces excuses à répétition : non point l’apaisement, mais la haine, l’humiliation de la France et de l‘armée française (qu’aucun président depuis 2007 n’a défendue), le ravivage des plaies, la diffusion de mensonges et de points de vue unilatéraux.

Pourquoi, mais pourquoi ?

On pourrait mettre cet acharnement de Macron à salir son pays sur le compte du souci électoral : une partie de l’électorat d’origine algérienne pourrait être conduite à revoter Macron par le gouvernement d’Alger, souvent prescripteur. Mais était-ce bien nécessaire ? Et si cela vaut pour l’Algérie, pourquoi le Rwanda, dont les Français ne savent rien et dont le gouvernement ne pèse nullement dans la politique française ? Et d’ailleurs, quelle famille de militaires votera encore pour un président qui ne cesse d’humilier l’armée française ?

On pourrait dire aussi que le président n’est pas très intelligent. Accepter une thèse unilatérale, celle des partisans de Kagame, malgré les nombreux démentis opposés à cette thèse, sans jamais s’interroger sur sa véracité, est le signe d’un aveuglement qui confine à la bêtise.

Un aveuglement qui n’a d’explication que l’idéologie : imprégné à Sciences Po (version Richard Descoings) par l’idéologie décoloniale venue des campus américains, Macron est sincèrement convaincu que la colonisation ne fut qu’une série de crimes, alors que la plupart des anciennes populations coloniales, hors d’Algérie, ne le pensent pas. Lors de sa dernière sortie antifrançaise en Côte d’Ivoire, Benalla lui-même rappela les bienfaits de la colonisation au Maroc. Mais, mois après mois, Macron s ‘obstine.

Comme il ne faut rien exclure, l’inintelligence de cette posture semble avoir un côté pathologique : comme si le jeune et fringant président se voulait l’interprète d’un masochisme national. “Nous devons déconstruire notre propre histoire” a-t-il avoué à la chaîne américaine CBS. Rien que ça ! Déconstruire, en français, c’est démolir.

Mais dans cette obstination où il a tout à perdre sur le plan électoral, comment ne pas se demander s’il ne serait pas investi d’un agenda d‘abaissement systématique de la France, lequel revêt d’autres aspects comme le démantèlement de nos industries stratégiques ? Un agenda dicté par ceux qui pensent que la mondialisation ne pourra atteindre pleinement ses objectifs que par une disparition du sentiment national, spécialement chez « la grande nation », plus que d’autres à même , par son histoire singulière, de résister à ce processus. « La France, nous la punirons » disait Condoleezza Rice après le refus de Chirac de participer à la désastreuse guerre d’Irak. Apparemment la punition continue. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

17 Mai 2021, 08:08 Message

Précisions sur le virage (ou l'outing ?) de Buisson, sur le modèle de la droite catholique la plus éculée, aveuglée par son ressentiment et ses ratiocinations de grenouilles de bénitier. Qu'il finisse en conseiller de MLP, en effet, ce sera la fin pitoyable d'une intelligence dès l'origine insuffisante.

Islam : vous êtes plutôt ligne Buisson ou ligne Zemmour ? Leurs divergences (Bd Voltaire)

« Patrick Buisson, pour faire vite, est un maurrassien de métropole, catholique, qui en veut d’abord à la République et aux Lumières. Plus qu’à l’islam. Éric Zemmour est issu d’une famille juive d’Algérie rentrée en métropole pendant la guerre d’Algérie. Cela change tout : tout dans le rapport à l’islam. On n’en a pas la même vision selon qu’on l’a côtoyé, soi-même ou ses proches, concrètement, territorialement. J’ai souvent constaté que les pieds-noirs ou les familles d’appelés ayant vécu la guerre d’Algérie là-bas, par exemple, étaient plus spontanément sur une ligne Zemmour.

Leur divergence provient aussi de leur différence de génération et de leurs fonctions, passées ou futures : Patrick Buisson a été conseiller de Nicolas Sarkozy, on sent chez lui le souci de la tactique. Son propos consonne d’ailleurs avec celui – cocasse – de Jean-Marie Le Pen trouvant Éric Zemmour « trop clivant » ! Comme si les clivants d’avant étaient devenus de vieux sages soucieux d’apaisement tacticien. Alors, le nouveau Buisson, futur – ou déjà ? – conseiller de Marine Le Pen ?

Éric Zemmour, lui, dit ce qu’il voit. C’est cette liberté et cette lucidité qui attirent à lui un public qui y reconnaît ce qu’il vit quotidiennement, notamment sur l’islam. Une liberté qui pourrait être interprétée comme le signe qu’il n’est pas candidat. À moins qu’Éric Zemmour n’ait décidé, lui aussi, selon l’expression d’Emmanuel Macron, de "prendre son risque" »


***

De plus je n'avais vu passer la déclaration de JMLP sur le caractère trop "clivant" de Zemmour : c'est limite gag.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

18 Mai 2021, 21:38 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

19 Mai 2021, 08:45 Message

Michel Thooris : « Comme le Beauvau de la sécurité, cette manifestation a été organisée par les syndicats pour protéger la Macronie ! » (BV)


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

19 Mai 2021, 08:53 Message

Selon un sondage commandé par CNews et dévoilé ce mardi 18 mai, une majorité des Français sont opposés à favoriser l’immigration pour assurer l’avenir démographique du pays. (BV)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

19 Mai 2021, 09:04 Message

Manifestation des policiers : Eric Zemmour annonce sa présence (Valeurs Actuelles)

« C’est un rassemblement qui devrait faire date dans l’histoire des mobilisations syndicales. Ce mercredi 19 mai, en début d’après-midi, plusieurs milliers de policiers français se retrouveront à l’occasion d’un rassemblement organisé par 14 syndicats différents. L’événement, qui devrait commencer à 13h devant l’Assemblée nationale, est ouvert à tous, dans l’objectif « d’exprimer le soutien de la population à sa police républicaine, engagée quotidiennement sur le terrain au service de la paix publique ». Caractère exceptionnel de la situation oblige, quelques semaines après la mort de deux policiers – l’une tuée à Rambouillet par un djihadiste, l’autre à Avignon par un dealer, de très nombreuses personnalités publiques ont déjà annoncé qu’elles participeraient à la manifestation. C’est notamment le cas d’Eric Zemmour, qui l’a précisé hier soir, mardi 18 mai. « J’y serai », écrit le journaliste, laconique, sur son compte Twitter officiel. La présence d’Eric Zemmour à une telle manifestation est loin d’être anecdotique. Le journaliste star, lu et regardé par des centaines de milliers de Français, se montre excessivement rarement lors d’événements publics. Encore moins souvent à des manifestations, sa dernière sortie officielle remontant sans doute à la Convention de la droite, en septembre 2019. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

19 Mai 2021, 09:25 Message

« Gerald t’es foutu, Darmanin est dans la rue »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

19 Mai 2021, 13:03 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

21 Mai 2021, 13:32 Message

Image


Il aurait tort de se gêner...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

23 Mai 2021, 08:28 Message

Youssoupha, Benzema : le député macronien ne recule devant aucune aberration pour défendre les choix de l’Élysée (Bd Voltaire)

« Concernant le footballeur qui s’abstint toujours de chanter 'La Marseillaise', l’avocat des causes perdues d’avance se range à l’argumentaire de son client. Le passage "qu’un sang impur abreuve nos sillons" est choquant. Lui-même est choqué et s’abstient parfois de chanter l’hymne national. S’il ne dispose pas d’un soutien psychologique, le voilà tout chiffonné pour la journée. Quant à réussir à jouer au football après une si dure épreuve… Comprenons Benzema.

S’ensuit une violente polémique sur le plateau avec Florian Philippot et Julien Odoul qui interpelle durement le parlementaire : " 'La Marseillaise' fait partie de la Constitution. Démissionnez tout de suite. Dans quel pays du monde un parlementaire se dit choqué par les paroles de l’hymne de son pays ?" Conscient d’avoir poussé le bouchon un peu loin, le macroniste sort les rames pour tenter de remonter le courant qui l’emporte vers les chutes du Niagara. Il n’a pas dit qu’il ne chantait pas mais il l’a dit… enfin… lorsqu’il ne la chante pas, il l’écoute très fort. Peut-être trop, d’ailleurs. D’où une surdité aux arguments de ses interlocuteurs. Comprenons le rameur.

Puis vient le second dossier. Le plaideur des causes ingagnables se montre plus détendu. Les paroles d’une chanson de Youssoupha "Ma semence de nègre fout en cloque cette chienne de Marine Le Pen" ne le dérangent pas. Le sommet du "n’importe quoi" est atteint. Morandini est atterré, la raison enterrée. Le personnage concourt dans la catégorie « figure libre ». Du patinage verbal de haute volée : "Ce n’est pas Marine Le Pen en tant que femme, c’est Marine Le Pen en tant que leader politique" auquel s’adresse le poète. Ouf ! Dans ce cas, tout va bien. Youssoupha peut même agresser physiquement Marine Le Pen. La police comprendra qu’il s’agissait de la leader politique qui était visée et non la femme. Enfin, nous comprenons. Pour les quelques attardés qui n’auraient pas saisi l’ampleur du raisonnement, le macronien précise : "Marine Le Pen n’est pas une femme, Marine Le Pen est un leader politique." Tout s’éclaire. »


****

Et comme d'hab, pas un de ces crétins égarés dans notre pays pour savoir ce que signifie le "sang impur"...


***





Image


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

23 Mai 2021, 13:18 Message

Image


Réflexion que je me suis faite : en effet, c'est délirant, si loin encore de la campagne effective, de vomir ainsi sur MLP, de lui cracher dessus, en jouant des grandes orgues et en assénant sans retenue des "arguments" du type bulldozer à triple blindage ; idem pour les journaleux qui commencent déjà tous à grimper aux rideaux (voir LCI, notamment...). Au point de se dire que, après septembre, ce sera carrément insupportable, et hystérique dans la dernière ligne droite. De quoi renvoyer la fameuse "quinzaine anti-Le Pen" de 2002 au rang d'aimable plaisanterie. Tout ce petit monde panique, à l'évidence. Au moins le macronien, ce qui fait du monde dans le cloaque politico-médiatique. S'ils partent si tôt dans cette folie irresponsable, c'est qu'ils craignent sans doute plus le remplacement de leur poulain par ses mentors qu'une défaite encore hypothétique l'année prochaine. Vont-ils sortir le joker Barnier, Bertrand et autres restant scotchés dans des scores très insuffisants ? Et notre Z, dans ce jeu de quilles, que pourrait-il provoquer ? Le résultat des prochaines régionales + digestion estivale : il est urgent d'attendre.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

23 Mai 2021, 17:28 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

24 Mai 2021, 18:41 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

25 Mai 2021, 08:06 Message

La honte ne l'étouffe pas, pas plus qu'elle ne le fait de ses "pairs", à commencer par Micron. On a connu des décadences plus classieuses ; la nôtre est pitoyable au-delà du pensable.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

25 Mai 2021, 10:06 Message


PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles