Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

18 Avril 2021, 08:26 Message

Un ex-haut fonctionnaire préconise d’inverser le calendrier électoral pour pirater l’élection possible de Marine Le Pen (par Lettre Patriote)

C’est une tribune incroyable parue dans Le Monde. On y découvre qu’un ancien haut fonctionnaire a concocté un plan pour “pirater” l’élection possible de Marine Le Pen à la présidence de la république en 2022.

Pour ce faire, Philippe Lazar préconise que le président de la République réinverse le calendrier électoral en dissolvant l’Assemblée nationale pour organiser les élections législatives avant l’élection présidentielle.

Extraits :

Aucun des deux prédécesseurs de l’actuel président de la République n’a réussi à faire un second mandat alors que la Constitution les y autorisait. Il pourrait bien en être de même pour lui. […] Il est néanmoins très vraisemblable qu’Emmanuel Macron souhaite se représenter. […]

Dans ces conditions, il semble aujourd’hui acquis, d’après les sondages d’opinion, mais aussi de l’avis de la plupart des commentateurs politiques, que les deux adversaires du second tour seront les mêmes qu’en 2017 et qu’environ la moitié de ceux de nos compatriotes qui ne s’abstiendront pas voteront en faveur de Marine Le Pen. Il n’est donc pas exclu, compte tenu des risques d’abstention, qu’elle soit élue. […]

Cette situation est-elle irréversible ? Elle est moins bloquée qu’il n’y paraît. Si les élections législatives précédaient l’élection présidentielle, la recomposition politique de l’Assemblée ne manquerait pas d’offrir de nouvelles possibilités d’alliances. Le Rassemblement national aurait sûrement plus d’élus qu’actuellement mais son score serait loin d’atteindre la moitié des suffrages des électeurs. Les cartes seraient dès lors profondément modifiées en ce qui concerne l’élection présidentielle consécutive.

Or il est très simple de réinverser le calendrier électoral. Cela ne demande aucune modification constitutionnelle ou législative. Il suffit que le président de la République informe les Français de sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale avant la fin de son mandat, juste à temps pour que les élections législatives aient lieu avant les présidentielles. Plus tôt il ferait cette annonce, plus fort serait son impact.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

20 Avril 2021, 13:29 Message

On notera que Micron est désormais reparti tambour battant en campagne électorale, sans la moindre vergogne, et qu'il va faire rougir Chirac himself dans sa tombe, lui qui avertissait de la sorte ses soutiens dans une situation analogue : "vous allez voir, je vais vous surprendre par ma démagogie" (cité de mémoire, très à peu près) ; et qui, en effet, n'avait pas lésiné en une matière qu'il pratiquait déjà d'abondance. La morgue imbécile du Narcisse psychotique en plus pour ce qui concerne notre éternel adulescent, notre manipulateur en chef, notre ersatz présidentiel.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

24 Avril 2021, 08:10 Message

Image


Il y en a tant d'autres, hélas ! C'est à jet continu. Mais il est vrai que celui-là est assez coton.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 108

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

24 Avril 2021, 20:12 Message

Ces faces adipeuses et trop maquillées...

Ils sont repoussants !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

25 Avril 2021, 21:05 Message

Macron-Le Pen, des colosses aux pieds d’argile pour 2022 ? Un politologue dévoile les dessous des sondages (Bd Voltaire)

Jaffré roule à gauche, c'est un malin, mais il est expérimenté et n'ira jamais au-delà du raisonnable pour privlégier ses préférences dans ses analyses ; c'est aussi qu'il en a tellement vu qu'il se prend de plus en plus au jeu du sceptique amusé, du spectateur jamais lassé de la farce.

« Pour Emmanuel Macron, la stratégie du « en même temps » de gauche et de droite a déjà trouvé ses limites : "Emmanuel Macron doit conserver sa double face, qui lui permet de garder des soutiens de gauche tout en s’appuyant en fait sur la droite. […] Mais ce qui était jadis un projet de dépassement est maintenant davantage perçu comme un jeu d’équilibre, avec un jour un propos vers la droite et le lendemain un mot doux vers la gauche… Tout cela est de plus en plus vu comme une tactique, ce que les électeurs n’aiment pas quand ils le comprennent ainsi." Si Jérôme Jaffré le dit… D’ailleurs, un sondage britannique réalisé par Redfield & Wilton Strategies, publié samedi, et qui tient compte, lui, des indécis (21 %) donne le tiercé de tête suivant : Le Pen à 18 %, Macron à 16 % et Jean-Luc Mélenchon à 13 %. Une position inquiétante pour le président de la République, à la fois distancé et rattrapé.

Mais, du côté de Marine Le Pen aussi, la position de leader est loin d’être acquise. Jérôme Jaffré a raison de douter de sondages flatteurs : "Elle est sans doute surévaluée dans les sondages de second tour face à Macron." Quant au premier, n’oublions pas qu’elle était aussi donnée à 28 % en 2016 et qu’elle finit à 21,3 %. Pour le second tour, il a également raison de douter de l’abstention massive de la gauche : "Beaucoup d’électeurs de gauche se réfugient aujourd’hui dans l’abstention et le vote blanc. Mais, placés devant un tel choix entre les deux tours, la question cesserait d’être 'Peut-on battre Macron ?' et deviendrait 'A-t-on vraiment envie d’élire Marine Le Pen ?'."

Mais, surtout, cette position de leader apparemment incontestée, sans outsider, et sans qu’on connaisse encore le candidat LR, représente pour elle un risque majeur : celui "d’oublier le premier tour et le travail de mobilisation des catégories populaires. L’abstention, qui serait son alliée au second tour, pourrait devenir un handicap au premier." Or, tous les derniers rendez-vous électoraux depuis 2017, avant même la crise du Covid-19 et son impact fortement démobilisateur sur la participation (élections municipales et européennes), ont montré que l’abstention est une tendance de fond. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

26 Avril 2021, 07:57 Message

Guignols indécents, misérables marionnettes.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

26 Avril 2021, 08:35 Message

Le débat s’envenime autour de l’avertissement lancé par l’armée à Macron (Courrier stratège)

« Il est très rare que l’armée s’exprime "politiquement" en France, ce qui lui vaut le nom de "Grande Muette". Le silence assourdissant qui a entouré la publication d’une tribune de hauts gradés dans Valeurs Actuelles la semaine dernière est donc d’autant plus surprenant. On peut se demander dans quelle mesure cette tribune n’est pas un avertissement à Emmanuel Macron en bonne et due forme.
L’armée prône un coup d’Etat

Les hauts gradés signataires de ce texte, initialement paru sur le site Place Armes, n’y sont pas allés par quatre chemins. Après avoir dénoncé les différents délitements de notre pays, ils appellent à une réponse politique forte. Avec cet avertissement :

" Par contre, si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national."

La menace est donc explicite. On notera avec étonnement que la réponse essentielle de l’exécutif a consisté à sortir un nouveau texte anti-terroriste en urgence.

Marine Le Pen tente le ralliement

Dès vendredi dernier, Valeurs Actuelles publiait une lettre de Marine Le Pen proposant aux "vingt généraux" signataires de se rallier à elle. La présidente du Rassemblement National s’est présentée comme l’incarnation d’un projet contraire au délitement du pays.

Les signataires ont réagi sèchement à l’appel du pied de Marine Le Pen, toujours sur le site Place Armes :

"Il est pour le moins maladroit d’effectuer une opération de 'racolage' pour des objectifs électoraux. Elle aurait pu simplement se dire en phase avec nos préoccupations. De plus, qu’elle se rassure, nous n’en resterons pas à de simples exhortations. Notre combat commence à peine, nous ne lâcherons rien tant que nous n’aurons pas atteint notre but : sauver notre pays de la destruction."

Manifestement, c’est pas gagné, la récupération, pour Marine Le Pen.

Florence Parly réagit par le mépris

Pour l’instant, seule au gouvernement Florence Parly, ministre des Armées, a pris soin de réagir à ce texte incendiaire. Elle a dénoncé une "politisation irresponsable" de l’armée, mais nul n’a compris si cette réaction visait la tribune elle-même, ou l’appel de Marine Le Pen. Pour le reste, c’est un silence radio qui en dit long sur l’enfermement de l’équipe Macron dans une bulle déconnectée de la réalité.

On peut en effet penser que l’équipe au pouvoir consacre beaucoup de temps à la gestion du COVID, mais beaucoup moins aux questions régaliennes. De là à penser que la réalité du pays échappe désormais à Jean Castex et à sa fine équipe… »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

27 Avril 2021, 08:00 Message

Image


Sale temps pour les gauchos-progressistes, les wokes intersectionnels, les chantres de la bassesse et de la médiocrité libérale, bref : tout ce qui constitue la lie des peuples et qui se croit le sel de la terre.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

27 Avril 2021, 09:20 Message

Image

Image

Messages: 434

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

27 Avril 2021, 13:15 Message

Europe1 Tribune de militaires : la ministre des Armées demande des sanctions

Extrait : [...] "Pour ce qui concerne les militaires qui ont enfreint le devoir de réserve, bien entendu, des sanctions sont prévues, et j'ai donc demandé pour ceux qui seraient parmi les signataires signalés, des militaires d'active, j'ai demandé au chef d'état major d'appliquer les règles qui sont prévues dans le statut des militaires, c'est-à-dire des sanctions", a-t-elle déclaré lundi sur la radio France Info. "Ce sont des actions qui sont inacceptables", a martelé Florence Parly après avoir déjà fustigé dimanche une "tribune irresponsable".

Pour les militaires retraités signataires, également "astreints à un devoir de réserve", des sanctions sont aussi possibles, a-t-elle relevé. Elle a rappelé le cas du général Christian Piquemal, ancien patron de la Légion étrangère et également signataire de la tribune, qui avait été radié en 2016 des cadres de l'armée pour avoir participé à une manifestation interdite contre les migrants à Calais.[...]

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

28 Avril 2021, 08:42 Message

La grande muette l’ouvre sur les ondes : jusqu’où peut aller la désobéissance civile ? (Bd Voltaire)

Gauthier, au demeurant plutôt sympathique, n'est pas trop ma tasse de thé ; mais il remet rapidement quelques pendules à l'heure. Après avoir eu le courage d'écouter le détestable Apathie hier soir sur LCI, ainsi qu'un roquet vindicatif de la F.I. sur BFMTV, tout deux grotesques à force d'hystérie militante et d'épouvante surjouée mais néanmoins très nocifs, c'est appréciable.

Sur BFM, le général "en charentaise et sans kalash" (je le cite) initiateur de la fameuse pétition était interviewé (pour ne pas dire agressé sans ménagement par le crétin abyssal qui "anime" cette tranche horaire et ses invités). Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce général n'est pas très efficace à défendre ceux qui l'ont suivi ni à justifier son action ; s'il est satisfait de voir sa pétition gonfler (plus de 5000 signatures hier soir), il est surtout désireux de limiter les vagues et de noyer le poisson. Comme d'autres que l'on a déjà vu, ce n'est ni un politique, ni un combattant, mais une planche pas très saine (on évitera un autre qualificatif).

Le commentaire de Gauthier :

« Car aux origines de cette même "désobéissance civile", il y a un autre général, Charles de Gaulle, "l’homme qui a dit non", fondateur de notre Cinquième République, ayant opté pour la légitimité contre la légalité. Comme quoi les militaires révoltés n’ont pas fait que du mal à la République, même si fille de cette Révolution française parvenue au pouvoir par la force pour ensuite s’y maintenir par la terreur avant qu’un autre général, Napoléon, ne vienne y remettre bon ordre. Bref, ce ne serait pas la première fois que la gauche française se trouverait fâchée avec l’Histoire, la sienne, et celle de la France au passage.

Mais là où le "Système" commence à dérailler pour de bon, c’est qu’il n’est plus capable de faire la différence entre "désobéissance civile" d’agitateurs professionnels, pro-migrants, pro-islamistes ou pro-mariage pour tous, ne risquant qu’une Légion d’honneur ou une montée des marches au Festival de Cannes, tel le cinéaste Cédric Herrou, et la sourde colère montant de cette France donnée pour être "profonde", cette majorité dite "silencieuse" ayant commencé à faire entendre sa voix, gilets jaunes en tête. La preuve en est que les militaires signataires, pourtant épris d’ordre – leurs devanciers n’ont-ils pas fusillé, sans pitié, le peuple des communards ? – s’émeuvent désormais face au traitement plus que sauvage exercé face à cette jacquerie.

Tous les pouvoirs ont toujours eu deux craintes. La première consiste en ce moment charnière où le gouvernement ne peut plus et où le peuple ne veut plus. La seconde, c’est quand les forces de l’ordre commencent à fraterniser avec ceux qu’ils sont censés réprimer.

La France n’est certes pas au bord de l’insurrection. Mais cela pourrait nous annoncer une prochaine élection présidentielle plus qu’inattendue. »

On souhaite ardemment que sa conclusion soit prémonitoire...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

28 Avril 2021, 09:02 Message

P.S. un signataire dont je n'avais pas vu l'intervention. Il semble un peu plus solide, mais marche sur des oeufs de même, là où il faudrait, précisément, remettre les pendules à l'heure exacte du pays face aux Kollabos et autres Kapos, sans paraître toujours sur la défensive.



P.P.S. c'est limite un gag, mais funeste, de voir dans ces circonstances remonter au créneau toutes les vieilles gloires soixante-huitardes tel ce July ressorti de son formol !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

28 Avril 2021, 11:22 Message

Image


Pour ceux qui, comme moi, ne voient pas bien qui est cet ex présentateur de LCI :


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

28 Avril 2021, 16:29 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

29 Avril 2021, 08:25 Message

Tribune des militaires : 18 signataires devant un conseil militaire


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24878

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

29 Avril 2021, 08:45 Message

Macron en campagne électorale.

Terrorisme : sept membres des Brigades rouges arrêtés à Paris (Valeurs actuelles)

« Ce matin, sept anciens membres des Brigades rouges ont été arrêtés à Paris. Les adhérents de ce groupe terroriste italien d’extrême gauche ont causé la mort de plus de 80 personnes en Italie durant les années 1970. Ils se distinguaient par leur virulence dans les différentes grèves, manifestations et luttes contre le capitalisme. Le point d’orgue de cette organisation fut, en 1978, l’enlèvement et l’assassinat de l’ancien chef du gouvernement italien, le leader de la Démocratie chrétienne Aldo Moro. Les responsables de cette organisation furent condamnés pour terrorisme en Italie. Qui les a accueillis en leur offrant l’asile politique ? Le président de la République française de l’époque : le socialiste François Mitterrand, qui a refusé toute extradition de ces terroristes sauf s’ils avaient commis des crimes de sang. Cette politique a été baptisée “doctrine Mitterrand”. Selon Emmanuel Macron, les interpellations qui se sont déroulées aujourd’hui restent dans le cadre de ce dogme "puiqu’il s’agit de crimes de sang", selon l’Élysée. Ces sept criminels vivaient depuis quarante ans en France. Voilà le temps nécessaire aux autorités françaises pour renvoyer chez eux les terroristes étrangers… »

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles