Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

14 Juillet 2019, 08:25 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

14 Juillet 2019, 17:36 Message




Edouard Philippe "n'a pas entendu les sifflets".

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

15 Juillet 2019, 08:15 Message

Les dîners de Rugy : et ceux de Macron à Bercy, on en reparle ? (Bd Voltaire)

« Ce sont les journalistes Marion L’Hour et Frédéric Says, en janvier 2017 – en pleine campagne présidentielle -, qui dévoilèrent le pot-au-feu par le menu dans un livre intitulé Dans l’enfer de Bercy. Selon eux, Emmanuel Macron aurait utilisé à lui seul, en 2016, 80 % de l’enveloppe attribuée à son ministère pour les frais de représentation, soit 120.000 euros. "Il multipliait les dîners, parfois deux fois par soir", avait révélé un ministre aux deux journalistes. Un an après, en mai 2018, Christian Eckert, ex-secrétaire d’État au Budget, animé d’une "immense rage", selon ses propres mots, faisait des révélations dans son livre Un ministre ne devrait pas dire ça… Parlant de Brigitte Macron, il écrivait : "J’ai pu observer de près [sa] méthode très efficace pour organiser l’emploi du temps, les rencontres et les repas de son époux." Et d’expliquer : "Tous les espaces du 7e étage de Bercy, qui regroupent les salles de réunion et de réception du ministère, étaient mis à contribution simultanément. Une stratégie qui permettait à Brigitte et Emmanuel Macron de prendre l’apéritif dans une réception au ministère, de débuter un premier dîner plus officiel avec d’autres convives au 7e étage puis d’en poursuivre un second à l’appartement ! Un double dîner, en somme." Quand y faut, y faut !

Des dîners, payés avec les deniers du contribuable, qui ont sans doute permis au ministre d’alors de rencontrer du monde, beaucoup de monde. Le ban et l’arrière-ban de la finance, des médias, de l’industrie. Et même ses amis Facebook… Comme l’ont écrit L’Hour et Says dans leur livre : "A posteriori, ces rendez-vous ressemblent davantage à un pré-meeting électoral qu’à une réunion Tupperware sur l’économie ou la compétitivité."

Alors, François de Rugy et ses dîners au homard arrosés de Dom Pérignon ou autres délectables nectars, c’est pas un peu de la roupie de sansonnet, non ? »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

15 Juillet 2019, 12:01 Message

Image


Ce n'est pas une blague.

Un commentaire :

Image


C'est à peu près ça.

Messages: 149

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

15 Juillet 2019, 14:00 Message

Bah on avait déjà la gracieuse Roselyne Bachelot-Tamiflou qui fait la joie de nos matins sur Lci...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

16 Juillet 2019, 19:08 Message

« Le luxe est une affaire d'argent. L'élégance est une question d'éducation. » (Sacha Guitry)

A méditer longuement, pour Rugy and Co .

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

17 Juillet 2019, 10:14 Message

«...le 14 juillet 2019 a fait voir sous une lumière crue qu’il y a désormais trois France qui se font face : place de la Concorde, celle du système patricien, sifflé ; sur les Champs, celle de la plèbe malheureuse, convulsive, matraquée ; et à l’Étoile, celle des banlieues, oubliant sa nationalité acquise et exaltant – dans une confusion édifiante – sa nationalité perdue.

Le Système semble incapable de comprendre cette scission, et encore moins d’y remédier. Ou bien il s’y refuse. Seul un leader inspiré et énergique pourra le faire : il lui suffira de s’appuyer sur l’immense majorité de nos concitoyens, consultés par référendum sur les sujets majeurs. » (Bd Voltaire)

Énergique ? A dire le moins...


***


Épilogue Rugyesque : « Selon Mediapart et Ouest France, l'ancien ministre de la Transition écologique a eu recours à des véhicules avec chauffeur de la République pour un usage privé. Lors de ses déplacements en train à Nantes le week-end, un chauffeur faisait aussi le déplacement en voiture pour le récupérer à la gare. » (Le Figaro)

Sans commentaire !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Juillet 2019, 08:44 Message

Inénarrable.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

27 Juillet 2019, 09:07 Message

Jules Monnerot dénonçait en 1949 (Sociologie du communisme), la connivence d'une emprise totalitaire faussement sentimentale au service du communisme : « Tout est permis à l’Entreprise. D’où ce style émotionnel, spécifiquement plébéien, qui se trouve déjà dans Marx ». Il ajoutait: « on est insensible et cynique quant à l’adversaire, aux traitements qui l’attendent et que, fussent-ils les plus cruels, il mérite mille fois. Mais en même temps, quand il s’agit d’eux-mêmes, les communistes ont l’indignation proprement intarissable. »

Changer communiste par écolo.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

27 Juillet 2019, 10:12 Message

Sinon, tout va bien chez LREM.
Corinne Vignon est "Membre de la commission des Affaires Sociales. Ambassadrice de la réforme des retraites".


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

31 Juillet 2019, 09:22 Message

Image

Image


On notera que, compte tenu du pedigree de la victime, la gauche s'indigne très sincèrement, ce qu'elle ne ferait en aucun cas s'il s'agissait d'un malpensant, tandis que la droite le fait pour des raisons plus objectives, indépendamment de la personne concernée.

Sur l'état des lieux, à nouveau, ceci (au sujet de la dernière révélation autour de Benalla, une histoire de téléphone portable bis dont le contenu démolit toutes les thèses élyséennes sur les rapports du personnage avec Micron) : « La preuve en est ce message pour le moins explicite, retrouvé en même temps que le téléphone en question, signé de Jean-Luc Minet, commandant militaire en second de la présidence de la République – pas exactement le premier venu – et adressé au même Alexandre Benalla, au moment de cette algarade des plus musclées : "Tous des cons Alexandre sois zen et fort c’est le patron qui décide et à 30.000 kilomètres il ne décide rien en te concernant." Au même instant, Emmanuel Macron est en voyage officiel en Australie et Alexandre Benalla aux anges, on imagine. » (BV)

Lequel Micron, selon un ministre, a déclaré à ses troupes gouvernementales lors d'une réunion d'avant-vacances : "on a commencé l'année avec les gilets jaunes, je la termine avec le maillot jaune".

C'est dire si tout va bien.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

1 Août 2019, 08:37 Message

Édifiant.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

2 Août 2019, 07:59 Message

Buisson, suite.

Patrick Buisson: «Il n’y a aucune convergence possible entre libéralisme et populisme» (L'Opinion)

« Est-ce la fin de cette droite que vous décrivez comme écartelée « entre un moi libéral et un surmoi conservateur » ?

La contradiction permanente dans laquelle elle se débat, son incohérence idéologique ont été lourdement sanctionnées par les électeurs. On ne peut à la fois prôner le libre marché et combattre la PMA et la GPA. Sauf à se retrouver dans la situation ubuesque que décrivait Philippe Muray : le parti des conséquences portant plainte contre le parti des causes.

Y-a-t-il une voie pour la droite entre progressisme et populisme ?

Je ne suis pas d’accord avec Alain Finkielkraut qui enjoint à la droite de répudier conjointement l’économisme et le populisme. Le populisme exprime l’instinct de survie des peuples victimes d’une dérégulation et d’une relégation sans précédent. Il faut le civiliser, et non l’anathématiser. Et s’en tenir au précepte énoncé jadis par Aragon : « Quand les blés sont sous la grêle, fou qui fait le délicat ».

Qui sera le candidat de la droite en 2022 ?

Macron, sans aucun doute. Après avoir digéré la gauche post-sociale en 2017, il a naturellement vocation à absorber la droite post-nationale, celle qui rejette par principe tout accord avec le RN. On ne voit pas qui, sur le marché politique, pourrait porter une offre libérale plus cohérente et attractive.

Macron peut-il être cette fois battu ?

Ce n’est pas impossible, dans un contexte marqué par le retour de la question sociale et l’élargissement de la fracture ethno-culturelle. L’élection présidentielle reste le seul scrutin où les classes populaires et la classe moyenne inférieure fournissent une majorité de votants. Seule une candidature opérant la jonction entre ces deux catégories serait susceptible de l’emporter face à Macron.

Comment expliquez-vous l’intérêt autour d’un possible retour de Marion Maréchal ?

L’intérêt des médias n’est pas toujours le critère le plus pertinent. Le storytelling produit davantage d’images que de suffrages. Les cas de Simone Veil et de Michel Rocard, stars médiatiques répudiés par les électeurs, l’ont démontré. Le moment choisi par Marion Maréchal pour revenir dans le débat laisse perplexe. D’abord en raison de l’échec de Bellamy, qui a fait apparaître l’insigne faiblesse électorale de la ligne libérale et conservatrice dont elle se réclame également. Ensuite parce que Marine Le Pen a fait montre d’une résilience dont bien peu la croyaient capable après le débat raté de 2017, réduisant les marges de manœuvre de sa nièce. Enfin, parce que son offre d’union à LR – une OPA sur une coquille vide et une main tendue à des gens qui n’en veulent pas – va vite trouver ses limites. »


***


Le bonhomme est lucide, mais il cherche à tout prix un trou de souris ; on ne saurait l'en blâmer, bien au contraire.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

5 Août 2019, 12:56 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

6 Août 2019, 16:02 Message

“Les institutions passent par trois périodes : celle des services, celle des privilèges, celle des abus.” François-René de Chateaubriand

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

17 Août 2019, 09:00 Message

Macron à Boulouris : pourquoi les gens présents portaient-ils tous le même bracelet ? (Libération)

« A 12h46, alors que le bain de foule était diffusé en direct, et qu’un point était fait sur la sécurité du Président, un journaliste a déclaré à l’antenne : «Si on regarde les images, ils ont tous un bracelet vert. Ce sont des personnes qui ont été filtrées, fouillées, dont on a vérifié l’origine, et l’équipement, le sac. C’est pour ça que le risque est extrêmement limité. Tout ça est très maîtrisé.»

Contactée par CheckNews, la mairie de Saint-Raphaël (dont Boulouris est un quartier) confirme : «Ce bracelet papier, de couleur bleue ou verte, permettait d’accéder à la cérémonie, et était la preuve que la personne avait bien été contrôlée par les agents de sécurité.»

Rien à voir avec un éventuel soutien de Macron, donc ? «Les gens qui étaient présents lors de ce bain de foule s’étaient préalablement inscrits sur le site de l’Elysée pour indiquer qu’ils voulaient assister à la cérémonie. Il y avait une centaine de places disponibles», précise le service de communication de la ville. »


Image


Kim-Jong Un fait à peine mieux.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19548

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

20 Août 2019, 09:09 Message

« La proximité entre Macron et Sarkozy sert les intérêts du premier et l’égo du deuxième (...) Cette complicité est rentable pour l’habile Macron qui exploite le point faible de Sarkozy: sa vanité » (Bilger)

Le petit manipulateur narcissique joue le petit narcissique en mal de reconnaissance : deux bons exemples du type masculin qui prospère depuis des décennies : le type pas fini, ou comme l'on disait plus crûment et vulgairement jadis : terminé au pipi. Désolé, mais cela ne mérite pas mieux. Considérant le rôle et la position de ces deux marionnettes, il faut bien s'aviser de notre déchéance.


***


Encore un gag.

L'ex-PCF Patrick Braouezec rejoint Emmanuel Macron (Le Figaro)

Messages: 341

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

20 Août 2019, 13:27 Message

Je ne connaissais pas l'expression "terminé au pipi". Je note. Une journée où l'on est parvenu à enrichir son vocabulaire un tant soit peu est une journée gagnée sur la déchéance et la mort.

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles