Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

23 Octobre 2019, 18:57 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

25 Octobre 2019, 10:50 Message



Ergo, mon cher Bellamy...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

25 Octobre 2019, 13:28 Message

Image


La pétoche est bien réelle, mais il s'agit aussi et sans doute surtout de masquer la désillusion à venir : LREM qui se voyait conquérir les villes et territoires, avaler les positions des maires sortants LR ou PS, doit en rabattre sérieusement ; le "parti du président" n'est pas prêt de disposer d'une "implantation locale".

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

27 Octobre 2019, 09:31 Message

Alerte !!!
Bilger se radicalise :

« Morosité crépusculaire, pessimisme exagéré ? Je ne crois pas. À voir l’État si inefficace dans l’accomplissement de ses missions essentielles, à la fois sociales et régaliennes, on ne peut qu’éprouver de l’angoisse. Ce sentiment qu’on nous lâche, que nous sommes condamnés à tout faire nous-mêmes, est profondément déprimant. La crise trop longue des gilets jaunes a été la manifestation paroxystique et anticipée de la conscience de ce délaissement.

Et à côté de cette dérive dont chacun peut constater les effets, il y a une France officielle qui, comme le village Potemkine, fait semblant d’occuper tout le terrain. Malgré sa bonne volonté, au mieux elle colmate les brèches, au pire elle les aggrave.

Le constat résigné du président de la République – "Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire. Dans les services publics, à l’école, c’est mon affaire, […], ce qui se passe dans l’espace public, ce n’est pas l’affaire de l’État ou du président de la République" – révèle sans fard que le pouvoir nous charge de l’essentiel puisque lui-même ne s’en estime plus digne. Je ne suis pas persuadé que cette indifférence qui cherche à se faire prendre pour de la sagesse ne soit pas, d’une certaine manière, à relier au scandale du terrorisme intellectuel.

Le terrorisme intellectuel n’est évidemment pas de même intensité que celui, mortifère, de l’islamisme mais il fait couler dans les veines de notre société un poison délétère. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

28 Octobre 2019, 09:32 Message

Le sondage IFOP publié dimanche par le JDD est révélateur des tensions croissante au sein de la "société" française.

Si le Président de la république juge que le port du voile islamique dans l’espace public n’est "pas son problème", la laïcité est un sujet qui préoccupe de plus en plus les Français : huit Français sur dix jugent que le principe est menacé en France. Ce chiffre atteint un niveau sans précédent. En 2005, seul 58% des Français jugeaient la laïcité menacée. Le fait nouveau est que cette crainte est partagée quelque soit l’appartenance politique.

De même, 61 % des sondés pensent que “l’islam est incompatible avec les valeurs de la société française”.

Lorsque l’on demande aux sondés quels sont les partis les mieux à même de lutter contre l’islamisme en France, les réponses sont sans appel :

37 % Rassemblement national
20 % Gouvernement + majorité LaREM,
15 % Les Républicains
6 % Le Parti socialiste.

Les Français interrogés sont très majoritairement favorables à l’interdiction des prières de rue (82 %), 73 % des Français souhaitent interdire le port du voile aux accompagnants de sorties scolaires ainsi que pour les salariés du secteur privé (72 %). (par Lettre patriote)


***


A noter également : une grande homogénéisation des opinions, à travers les catégories d'âge, sociales, etc.

Pour Hervé Gattegno, cette enquête « révèle un net durcissement de l’opinion face à toutes les manifestations religieuses dans l’espace public et confirme une focalisation particulière envers la religion musulmane. À Emmanuel Macron, qui assurait jeudi que le port du voile hors des enceintes scolaires n’était « pas [son] affaire », les citoyens répondent en quelque sorte que c’est la leur. »

Gerard Larcher : "Porter un voile dans l'espace public, c'est une liberté que je veux défendre ".


***


Sondage choc de mi-mandat : pour Emmanuel Macron, une image durablement dégradée (Bd Voltaire)

C'est exact, incontestable. Macron est carbonisé, nous le disions lors de la "crise" des "gilets jaunes". Reste que, en effet : « Pour 2022, un peu comme Diogène qui cherchait un homme avec sa lanterne dans les rues d’Athènes, ou plutôt l’Idée platonicienne de l’Homme, pour dire qu’il ne croyait pas aux Idées, les Français vont arpenter leurs rues pour trouver ce challenger, cet anti-Macron, ni Idée, ni algorithme, mais un homme bien concret ».

Et qu'ils risquent fort de ne pas le trouver, ou de tomber sur une énième leurre. Le "système" dispose encore d'une grande marge de manœuvre en matière de sidération manipulatrice.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

30 Octobre 2019, 12:28 Message

Tiens...


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

31 Octobre 2019, 14:33 Message

Brexit, al-Baghdadi, islamisme, voile, SNCF : Macron semble complètement dépassé (Bd Voltaire)

En effet. Ou plutôt : la baudruche patine, comme il était inévitable. Cela, lors que le danger croît de tous côtés.

« Même sur les sujets, en apparence moins brûlants, de la grève à la SNCF ou de la réforme des retraites, l’exécutif semble dépassé, ne voyant rien venir, multipliant les déclarations ou les postures maladroites : aux cheminots à qui on a imposé la réforme de leur statut hier et demain la disparition de leur régime spécial de retraites, fallait-il aussi retirer certains avantages ?

Que penser, encore, de la déclaration d’Emmanuel Macron affirmant, au sujet de sa réforme des retraites, « Je n’aurai aucune faiblesse » ? Quand tout proclame le contraire. Et que, à peine 48 heures après, on apprend, dans Le Point, qu’il est « prêt à reculer sur les régimes spéciaux », craignant un mouvement dur des cheminots.

Emmanuel Macron est non seulement dépassé, mais très affaibli. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

4 Novembre 2019, 19:55 Message

La porte-parole du gouvernement de la République.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

7 Novembre 2019, 09:56 Message

« On a des territoires en guerre contre l’État, contre la République », affirme la vice-présidente de l’Assemblée nationale

Certes, et la guerre s'étend.
Ergo ?
Bien entendu, cette politicienne ne se pose pas un instant la question de la responsbilité de son parti politique dans la poudrière qu'est devenu le "pays".



"La question, elle est vraiment là". Elle a oublié : "c'est vrai que".
Mais, bon... nous n'en sommes plus à trier les lentilles.


***


Pendant ce temps...

« À Toulouse, le maire sortant LR a vite fait ses comptes : alliance avec LREM. Et qu’importe ce que disait Christian Jacob il y a un mois !

Bien des maires sortants ou des candidats PS ont fait le même calcul. La situation est exactement identique que chez LR : le leader parisien, Olivier Faure, répète que le parti est dans l’opposition à Emmanuel Macron mais, à l’échelon municipal, on dialogue, on s’allie, on se soutient joyeusement entre ex ou nouveaux petits camarades PS et LREM. Christian Jacob et Olivier Faure sont bien partis pour accéder à la finale du meilleur bobard de bronze.

Le Monde nous apprend en effet que, dans de nombreuses villes, PS et LREM partiront ensemble aux municipales : Clichy-sous-Bois, Romainville (Seine-Saint-Denis), Bergerac (Dordogne), Le Creusot (Saône-et-Loire), Bourg-lès-Valence (Drôme), Grenoble et quelques autres.

Le PS pense ainsi sauver ce qui lui reste de forces visibles : des étiquettes au fronton des mairies. Mais la démarche va lui enlever le peu de crédibilité qui lui restait. Le PS est en train d’inventer le "socialisme municipal" : lui qui, pendant des décennies, a maintenu artificiellement en vie le Parti communiste sous la forme du communisme municipal alors que le parti ne pesait plus que 2 % est en train de subir le même sort. Il devrait y réfléchir…

Surtout qu’il n’est pas assuré que LREM et Emmanuel Macron éveillent le désir et la peur dont me parlait cet ami. Il est même possible qu’avec la chute de la maison Bayrou, ces jours-ci, dans les bureaux d’un juge d’instruction, on assiste, dans un avenir plus ou moins proche, à celle de la maison Macron. Et alors, que deviendront-ils, nos amis LR et PS qui n’avaient rien trouvé de mieux que d’aller s’abriter dans cette maison de paille ? » (Bd Voltaire)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

7 Novembre 2019, 18:20 Message

Zemmour, sort de ce corps ! :lol:


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

8 Novembre 2019, 09:56 Message

Après sa saillie sur l'OTAN, le pataquès sur la "réforme des retraites", le foutage de gueule de première sur celle de l'immigration, voici que : « Macron sur le déficit public: la règle des 3% du PIB est "un débat d'un autre siècle" » (Le Figaro). Ce n'est plus de la godille à vue, ça yoyote sec. Macron, carbonisé depuis les "gilets jaunes", ne sait plus où il habite. Vous me direz, Merkel s'étrangle, c'est toujours ça...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

12 Novembre 2019, 09:45 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

12 Novembre 2019, 10:07 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

14 Novembre 2019, 14:54 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

15 Novembre 2019, 09:02 Message



Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

18 Novembre 2019, 13:55 Message

En d'autres temps, si une telle décision avait été prise et suivie d'effet, on aurait pu tendre l'oreille ; hélas, "mieux vaut tard que jamais" est ici inopérant : plus que tard, il est minuit largement passé, et le PS est mort, ainsi que la "gauche", tout comme LR et la "droite". De profundis.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

19 Novembre 2019, 11:33 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19919

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Novembre 2019, 09:54 Message

“L’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen ne peut plus être exclue” : c'est Buisson qui le dit, dans Le Point.

« Une élection présidentielle, c’est la construction d’un agenda politique appuyée par une vaste ingénierie de formatage de l’opinion qui s’apparente à du concassage mental. Il s’agit de transformer le scénario souhaité par une minorité en scénario souhaitable au regard du plus grand nombre. Le duel Macron-Le Pen était jusqu’ici le scénario souhaité parce qu’on l’estimait sans risques, dussent les médias souffrir d’une narration sans suspens et dépourvue de dramaturgie. Sauf qu’aujourd’hui, et à la surprise quasi générale, l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen ne peut plus être exclue. La dernière enquête de l’Ifop lui accorde 45 % des intentions de vote, alors qu’aucune étude ne l’avait donnée à plus de 41 % dans l’entre-deux-tours de 2017. Rappelons que Macron l’a emporté avec un écart de plus de 10 millions de voix et de 32 points. Si l’on en croit l’Ifop, l’écart ne serait plus que de 10 points, soit, à niveau équivalent de suffrages exprimés, un peu plus de 3 millions de voix. Pour annuler cet avantage, il faudrait un déplacement d’un million et demi de suffrages. Autrement dit, une mini- secousse à l’échelle de la géomorphologie électorale.

Marine Le Pen est encore loin du compte…

Il faut inclure l’effet de seuil, qui est d’ordre psychologique. A 40 %, la candidature Le Pen n’intéresse personne, à 45 %, elle suscite des interrogations, à 47 %, elle mettrait en mouvement l’immense armée des ambitieux et des habiles, des carriéristes et des opportunistes. Et c’est là que tout devient possible.

Selon vous, Marine Le Pen a-t-elle les capacités d’être élue ?

Force est de constater que les obstacles objectifs à l’élection de Marine Le Pen sont désormais largement exogènes. Il y a, d’une part, les menaces que ferait peser cette élection sur la paix civile, la crainte de mouvements de rue, plus d’ailleurs du côté de l’extrême gauche que de la communauté musulmane, et, d’autre part, l’interrogation persistante sur les ressources politiques et humaines nécessaires à l’exercice du pouvoir.

L’émergence d’une autre personnalité est-elle envisageable ?

Quand on compare le potentiel idéologique du RN, qui rassemble deux Français sur trois sur les questions de la sécurité, de l’immigration, de l’attitude à l’égard de l’islam ou encore sur ce qu’on appelle plus généralement les valeurs, et son point de culmination électoral, qui n’a jusqu’ici jamais dépassé un tiers des votants, on se dit que le patronyme Le Pen n’est sans doute pas étranger à cette distorsion. Un candidat, ou une candidate, non issu du RN mais soutenu par lui ne se heurterait pas au même plafond de verre. Il aurait, à n’en pas douter, toutes les chances de battre Macron en 2022. […] »

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles