Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

19 Juin 2020, 16:42 Message

47% de 70%...


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

20 Juin 2020, 20:16 Message

Image


Ces plus ou moins 70% reviennent souvent, sous différents angles ; on se perd en conjectures pour dire ce qu'ils sont....

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

21 Juin 2020, 11:47 Message

Incroyable : "je veux rester ministre de l'intérieur" exige (et menace) Castaner...
En effet, il est bien plus tard que les plus pessimistes même le pensent.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Juin 2020, 08:42 Message

Report des élections régionales : Emmanuel Macron étouffe la démocratie française (Contrepoints)

Pour ce qu'il en reste...


« Deux carottes frétillant devant les yeux des présidents de régions ayant une condition. Selon le journal 20 Minutes, l’Élysée les aurait ainsi conditionnées à l’acceptation d’un report du scrutin de mars prochain.

Emmanuel Macron ne se serait toutefois pas caché d’une arrière-pensée politique.

Prévues en 2021, les élections régionales sonneront comme une répétition générale. Dans le viseur du chef de l’État, trois de ses potentiels challengers de 2022 : Xavier Bertrand (Hauts-de-France), Valérie Pécresse (Ile-de-France) et Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes). Un ancien président des Républicains et deux anciens membres de la formation de droite partis préparer l’élection présidentielle hors du principal parti de droite du pays.

Ces élections auront l’effet d’un coup de poker. En cas de réélection d’un ou plusieurs de ces présidents de régions, ce ou ces derniers seront en position de force pour affronter le président sortant. En cas d’échec, Emmanuel Macron accueillera plus sereinement le scrutin présidentiel.

Et ce dernier, suivant de près ce que trame Xavier Bertrand, n’a semble-t-il pas perdu le Nord, comme le laissent entendre des propos révélés par Renaud Muselier :

"Je vous aide (financièrement) si vous m’aidez à reporter les régionales après la présidentielle, car j’ai des opposants politiques parmi vous. Je ne vais pas donner de l’argent à mes adversaires."

Si le président de la région PACA a depuis démenti ces propos, ces derniers n’ont pas tardé à faire réagir les principaux intéressés. Xavier Bertrand a ainsi qualifié la manœuvre de « chantage » lorsque son homologue francilienne parle de « convenance personnelle ».

Du côté des écologistes, dont la poussée lors du premier tour des élections municipales se heurte à un front républicain dans plusieurs grandes villes, on dénonce une "phrase de voyou".

Cette crainte toute politicienne associée à l’évocation d’une prolongation de fait des mandats régionaux n’est pas sans évoquer la façon dont émergent aujourd’hui les principales figures de l’opposition. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3626

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Juin 2020, 10:11 Message

Dans le viseur du chef de l’État, trois de ses potentiels challengers de 2022 : Xavier Bertrand (Hauts-de-France), Valérie Pécresse (Ile-de-France) et Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes).


Eh be, on est bien barré ! :)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Juin 2020, 14:58 Message

Macronie : le poisson pourrit par la tête (Le Figaro)

« Il y a quelque chose de pourri au royaume de la Macronie. Tout pue la lâcheté, la traîtrise, l’intérêt clanique, le compromis avilissant. Les médias sont tellement somnolents qu’ils ne s’indignent même pas de l’effondrement de l’Etat devant les nouvelles minorités ethniques, quand elles exhibent leur couleur de peau pour exiger les excuses des Blancs. Mêmes les clandestins s’autorisent à manifester massivement. Les prétendus défenseurs de la démocratie, eux, ont déjà oublié le scandale politique, révélé l’autre jour par Eliane Houlette, procureur du parquet national financier, d’une justice en lien constant avec le pouvoir dans la chute de François Fillon, candidat favori à l’élection présidentielle de 2017. Parallèlement, l’heureuse démolition de la loi Avia par le Conseil constitutionnel, jeudi, n’a conduit à aucune mise en cause des mouvements "antiracistes" qui, Licra en tête, ont comme objectif d’ajouter toujours plus de lois liberticides à la libre expression, afin de protéger une diversité victimaire. Et voici que l’on apprend que les 150 membres tirés au sort de la convention citoyenne pour le climat, qui ont rendu leurs conclusions dimanche, ont été cornaqués par 140 experts. Relire Marc Bloch, dans L’Etrange défaite : "Rien ne trahit plus crûment la mollesse d’un gouvernement que sa capitulation devant les techniciens".

La pensée confuse ajoute à la crise de l’intelligence qui empêche la Macronie jacteuse de parler clair et d’employer des mots justes. Le "en même temps" présidentiel produit des coquecigrues à la chaîne. Hier, c’est la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, qui s’est emmêlée dans ses explications verbeuses en justifiant que telle infirmière, Farida C., qui lançait des projectiles contre la police, réponde de ses actes tout en déclarant : "Je ne saurais pas expliquer à mes enfants s’il est normal ou pas de jeter des pierres sur les forces de l’ordre". En réalité, cette phrase indigne dit le doute qui s’est installé au cœur de l’Etat léthargique sur sa légitimité à affronter ceux qui ont compris l’intérêt qu’ils avaient à se plaindre d’être "discriminés" ou d'être les cibles d’une "police raciste". Partout où le regard se porte désormais, la violence est là au quotidien. Elle n’est plus seulement sociale. Elle est devenue raciale, identitaire, communautaire. Elle est revancharde pour ceux qui se réclament de la colonisation française passée. L’effacement de la force publique face aux affrontements entre communautés musulmanes, récemment à Dijon, n’a été qu’un symptôme d’une capitulation plus générale qui gagne, comme un virus, le sommet de l’Etat. Le poisson est en train de pourrir par la tête. La relève est urgente. »

Sœur Anne...

Messages: 623

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Juin 2020, 16:08 Message

http://fboizard.blogspot.com/
On peut ne pas être d'accord sur les prémisses et rejoindre l'auteur sur les conclusions : Il faudra bien plus qu'une énième constitution républicaine pour que ce pays soit de nouveau la France et sa population soit de nouveau un peuple. Si c'est encore possible !

" Pourquoi la crise en France est consubstantielle au régime républicain

"Nous sommes désormais au bout de cette logique républicaine qui conduit à la démoralisation du peuple et donc à l’affaissement des institutions publiques au moment où l’absence de morale même élémentaire et l’incompétence qui ne peut que s’en suivre ont atteint le sommet de l’Etat et sans doute une large part de ses rouages. C’est pourquoi le désordre permanent auquel nous assistons n’a rien d’accidentel, car il est en vérité consubstantiel au régime républicain.

On voit aujourd’hui plus que jamais ce que cela signifie. Mais on se demande alors ce qui retient encore attachés à ce régime les Français, même les plus avisés et les plus lucides sur la débâcle actuelle."

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Juin 2020, 16:53 Message

Alain Georges a écrit:Mais on se demande alors ce qui retient encore attachés à ce régime les Français, même les plus avisés et les plus lucides sur la débâcle actuelle


Ce qui les retient ? La peur, l'impuissance, avec ou sans le lacis qui les paralyse, et surtout le besoin de dormir éternellement.

Messages: 171

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Juin 2020, 20:28 Message

Et si F. Fillon devenait le prochain Premier ministre après la ré-élection forcément brillante, de l'actuel titulaire, au Havre ?


Le président qui change le plomb en or... Et la "poissonnière" retournera à ses passions.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

23 Juin 2020, 14:56 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

23 Juin 2020, 15:05 Message

Convention citoyenne pour le climat : le casse du siècle ! (Bd Voltaire)

Gauthier fait du Gauthier, mais en l'espèce cela convient plutôt bien.

150 personnes "tirées au sort" de façon douteuse, plus 140 "experts" pour les cornaquer, l'entourloupe est aussi énorme que ce qui en sort, mais comme d'hab, ça passe. Pour l'instant.

« Au début étaient les gilets jaunes. In fine, ce conclave de 150 "citoyens" tirés au sort, qui viennent de remettre 149 propositions au gouvernement. Au départ, une jacquerie populaire contre la taxe sur le diesel en particulier et les impôts en général. À l’arrivée, une aimable causerie sur l’environnement ne proposant qu’une énième aggravation de la pression fiscale.

Comment a-t-on pu en arriver là ? Entre la France d’en bas qui s’inquiète de ses fins de mois et celle d’en haut qui pétoche devant la fin du monde ? Telle est la question que se posera évidemment le « citoyen contribuable ».

Évacuons ces mesures dont même les "tirés au sort" avaient un peu honte : la "semaine de 28 heures". Vite retirée : "On va passer pour des guignols !" Vraiment ?

En revanche, est maintenue la limitation à 110 km/h sur les autoroutes, susceptible de permettre "une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre en moyenne sur ces transports et d’économiser 1,4 euro par 100 kilomètres en moyenne sur les coûts des carburants". Mieux : il est encore question de réduire la place de la voiture individuelle, avec une "amélioration du forfait mobilité durable".

Une fois que tout le monde ira à bicyclette – surtout les provinciaux, qui devront pédaler quarante kilomètres à l’aller et autant au retour pour aller au boulot –, il convient encore de s’occuper du contenu de nos assiettes et de promouvoir une « alimentation moins animale et plus végétale » et de proposer, au moins deux fois par semaine, des "menus végétariens" dans les cantines scolaires à partir de 2025. Ou de l’art consistant à répondre aux questions que l’ensemble de la population se pose d’urgence, dirons-nous.

Comme si ça ne suffisait pas, faut-il encore qu’après avoir dit aux Français comment vivre afin de devenir de "belles personnes", ces 150 "citoyens" s’en prennent à une Constitution déjà ravaudée à de multiples reprises, juste histoire d’y ajouter le codicille d’ "écocide", récemment rejeté par le Sénat, relatif à "toute action ayant causé un dommage écologique grave en participant au dépassement manifeste et non négligeable des limites planétaires, commise en connaissance des conséquences qui allaient en résulter et qui ne pouvaient être ignorées".

À y bien réfléchir, tout cela n’est pas faux, mais consiste surtout à soigner les symptômes plutôt que la maladie. Car si l’on veut en finir avec le massacre de notre Terre commune, ce n’est évidemment pas au peuple de France qu’il faut s’en prendre, mais à ceux qui le dirigent. À savoir ces multinationales désormais parées de vert, masque de Tartuffe, qui sont en train de faire de l’écologie un investissement des plus rentables.

Faux derche comme toujours, le MEDEF salue le "sérieux" du travail fourni par cette "convention citoyenne pour le climat", tout en déplorant le "manque de chiffrage des mesures dévoilées". Plus sérieux, le Rassemblement national et La France insoumise remarquent que, dans ce débat, à aucun moment le nucléaire – pourtant l’énergie la moins carbonée – n’a été évoqué. Du côté de EELV, c’est, en revanche, une satisfaction globale.

Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, quant à elle : "Le président de la République prépare une reconstruction économique, écologique et solidaire. Votre travail sera au cœur du projet." Nous voilà beaux.

Au fait, qui a soufflé ces brillantes idées à l’oreille de ces 150 braves bougres ? Libération nous en dit plus, le 22 juin dernier : "Les citoyens ont été conseillés par de nombreux experts, qui leur ont aussi apporté un appui pour la retranscription réglementaire de leurs propositions." Autant dire que, dès le début, le débat aura été confisqué par "ceux qui savent" aux dépens de "ceux qui ne savent pas", pauvres, ahuris qu’ils sont.

Les gilets jaunes, dont l’insurrection avait déjà été subvertie par des mouvements d’ultra-gauche,
sont les premiers dindons de cette farce. Et le reste des Français dans la foulée.

Bien joué, Macron ! »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

23 Juin 2020, 15:18 Message

Philippot toujours en embuscade.
Et pourquoi pas, MLP laisse en vérité un énorme vide à droite, tout autant que LR, dans un autre genre !


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

28 Juin 2020, 08:44 Message


Avatar de l’utilisateur
Messages: 3626

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

28 Juin 2020, 21:53 Message

Magnifique soirée électorale avec une victoire éclatante et un vainqueur indiscutable : ma pomme. Depuis le temps que je m’évertue à essayer de faire comprendre que le jour où le nombre de votants sera inférieur à celui des candidats, ces derniers commenceront peut-être à sa poser de vraies questions !... Ce soir, ils paraissaient être déjà bien inquiets.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

29 Juin 2020, 08:03 Message

En effet ; après le dégagisme des sortants, celui de la "démocratie". Certes la crise sanitaire est passée par là, et les conditions abracadabrantesques (y compris "politiques") de ce scrutin écartelé y sont pour une bonne part, mais des chiffres de participation à ce point jamais vus (depuis le début de la Vème, et même antérieurement), pour une élection censée être celle des élus "préférés des Français", selon le cliché ressassé à satiété, c'est un signe, et très sérieux, de la crise qui couve.

Pour ma part, j'ai surtout noté ceci :

- la féminisation croissante du personnel à ce niveau, qui va de pair — comme le remarque Zemmour à titre juste quoique choquant pour la doxa — avec la prolétarisation et le vidage progressif de la substance des postes visés, lesquels comptent de plus en plus pour du beurre et se résument à être le punching-ball préféré des citoyens au sujet des broutilles du quotidien — faits concrets et bienveillance sont leurs domaines d'excellence naturelle ; féminisation portée en bandoulière et revendiquée hautement comme une revanche encore trop limitée et surtout si tardive par ses représentantes

- l'horizontalité aggravée de la "méthode" gagnante, quel que soit le camp politique, même si elle convient mieux à la gauche ; savoir l'appui sur des comités de base, la participation des assoces, "l'écoute du terrain", la démagogie "citoyenne", le refus de toute autorité ; bref : un soviétisme originel fleurissant sur les décombres de toute verticalité et autorité (pour ne pas dire des miettes de feue une transcendance, même dégénérée, dont la simple idée même est devenue choquante quand on est encore capable de l'envisager) ; point qui se combine admirablement avec le premier

- les fruits de la propagande incessante sur "l'écologie", ce qui donne une lèpre verdâtre qui s'étend notamment à toutes les grandes métropoles, contradiction limite comique ; laquelle propagande a l'intérêt de passer les "clivages" habituels, de faire rentrer tout le monde dans le rang, et avec enthousiasme, ce qu'on ne savait plus faire depuis longtemps, et ce qui permet de masquer tout le reste et non seulement d'embobiner comme jamais.

En bref : une mascarade, Buzyn disait vrai comme il arrive parfois aux plus azimutés, moins importante que jamais, mais toutefois significative du cloaque terminal où nous nous enfonçons.

Pendant ce temps Erdogan and co, Xi and co, le reste du Monde agit et notre Remplacement prospère.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

29 Juin 2020, 08:38 Message

Regardez bien qui se réjouit de la victoire des escrologistes sur la droite à Colombes (92)...




***


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22135

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

29 Juin 2020, 10:04 Message



Image

Image

Image

Image

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3626

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

29 Juin 2020, 12:29 Message

Ségolène Royale n'a pas tardé. Elle se propose d'incarner la jonction du socialisme et de l'écologie lors de la prochaine élection présidentielle. Que voulez-vous ajouter à cela ? N'est-ce pas suffisamment clair ?

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles