Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Messages: 754

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

24 Septembre 2020, 10:33 Message

Si ce type peut se permettre ces propos devant son public d'élus, c'est bien qu'il se sait en phase avec lui : on est entre-soi, d'une essence supérieure à celle du vulgum pecus. Qui a approché ce milieu n'a pu qu'être frappé par la connivence immédiate qui s'instaure entre deux élus, seraient-ils de partis très éloignés idéologiquement, (RN exclu peut-être). Ils se prennent vraiment pour la nouvelle noblesse, celle des "élus" justement mais pas par la grâce du suffrage universel (les voix des cons) mais celle d'une sorte de providence, républicaine bien sûr, qui a reconnu leurs mérites, leur valeur, et les a oints de l'éminente dignité de "représentants du peuple", "La République, c'est moi" clamait l'autre goret. Et il en était probablement intimement convaincu, comme tous ses pairs. Ce banal "fait divers" met à nu les limites de la démocratie représentative et la corruption de la classe qu'elle a créée. Il démontre la perversité d'un système qui n'impose à ces "représentants" que la très brève épreuve d'une campagne électorale suivie d'une élection qui, s'ils en sortent vainqueurs, les met à l'abri de ces foutus électeurs pour de très longues années, sans aucun recours pour les couillons roulés dans la farine, contraints de les subir jusqu'au terme de leur mandat. Tant que ces gens ne se sentiront pas en permanence sur un siège éjectable, les électeurs ne seront pour eux que des crétins à bercer et à cajoler le temps d'une campagne et à mépriser et à berner le reste du temps.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

24 Septembre 2020, 11:07 Message

C'est un fait, hélas incontestable. Et fort bien exposé.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3784

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

24 Septembre 2020, 13:25 Message

Il démontre la perversité d'un système qui n'impose à ces "représentants" que la très brève épreuve d'une campagne électorale suivie d'une élection qui, s'ils en sortent vainqueurs, les met à l'abri de ces foutus électeurs pour de très longues années, sans aucun recours pour les couillons roulés dans la farine, contraints de les subir jusqu'au terme de leur mandat.

Tout est dit. Reste aux couillons de refuser de se rouler dans la farine de ce système pervers.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

25 Septembre 2020, 09:37 Message

Ménard a une idée précise sur le candidat idéal pour la présidentielle 2022.
A partir de 11'45.



Avatar de l’utilisateur
Messages: 3784

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

25 Septembre 2020, 10:50 Message

En tout hypothèse, coups de gueule toniques et tonifiants, réfléchis et ouverts. Un peu d'air frais dans le cloaque. Merci à lui.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

28 Septembre 2020, 11:42 Message

Un discours qui semble faire son chemin ; même s'il est marginal, c'est déjà beaucoup, compte tenu d'où nous en sommes.

« Des dirigeants à travers le monde – car il ne s’agit pas seulement de la France – semblent avoir perdu toute mesure, toute emprise sur eux-mêmes, et, enivrés par leur propre pouvoir, ne peuvent plus s’arrêter.

Mais est-ce seulement cela ?

Une hypothèse hautement désagréable se présente à l’esprit. L’épidémie n’aurait-elle pas fourni à de nombreux gouvernements l’occasion de tester leur capacité de nuisance, d’une part, et l’aptitude des peuples à se soumettre, d’autre part ?

Les divers pouvoirs apprendront ainsi jusqu’à quel point la dictature peut être tolérée par leurs administrés et quels sont les lignes à ne pas franchir, du moins dans un premier temps.

Cette expérience funeste nous montre, à nous, simples gens de la rue, combien cette démocratie qui alimente nos fantasmes politiques est fragile. Qu’une maladie, en quelques mois, ait pu la mutiler à ce point fait se demander si elle a jamais été autre chose qu’une aimable illusion, un mot indispensable dans les discours électoraux. » (Lettre Patriote)


***



Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

1 Octobre 2020, 13:33 Message

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

5 Octobre 2020, 09:34 Message

[Info VA] Avantages fiscaux et indemnités indues : un recours devant le Conseil d'Etat accuse le Conseil constitutionnel de violer… la Constitution (Valeurs Actuelles)

Ce serait comique si ce n'était si symptomatique...

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

6 Octobre 2020, 17:01 Message

Image



***


Le général de Villiers veut «réparer la France» : jusqu’à se présenter à la présidentielle? (Le Parisien)

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

7 Octobre 2020, 09:01 Message

Ce que recèle Asselineau et son UPR :

«Je vais devenir le nouveau Mohamed Merah» : le dérapage d’un élu de La Courneuve (Le Parisien)

L'article est édifiant, à tous égards...


***


Quant au Gal de Villiers, Zemmour lui a largement réglé son compte hier soir sur CNews... à raison, même si notre chroniqueur est un peu moins concentré en ce moment.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

9 Octobre 2020, 08:56 Message

« Certes, il faut protéger notre système de soins car nous en avons besoin, mais nous pourrions sans doute bénéficier d’un nombre de lits suffisant pour faire face à une recrudescence de malades si, au cours de ces dernières années, nous n’avions pas réduit de manière drastique le nombre de lits hospitaliers afin de diminuer la dette colossale des hôpitaux publics. Entre 2000 et 2015, le nombre de lits a diminué de 15 % alors que la population augmentait de 10 %. Certes, une grande partie de cette réduction a touché les services de long séjour mais, hélas aussi, les service de soins aigus, et ce n’est pas un hasard si nous n’avons que 6.000 lits de réanimation en France alors que l’Allemagne en compte 24.000. Et contrairement à ce qu’avait promis le Président, cette diminution n’a fait que continuer depuis 2018.

Ces fermetures de lits se sont, bien sûr, accompagnées de compression de personnel, ce qui inquiète (un peu tardivement) les autorités qui lancent un appel aux bonnes volontés pour venir épauler les soignants en nombre insuffisant pour faire face à un regain d’activité. Et il est naïf de croire, comme l’a pourtant affirmé, mardi, Emmanuel Macron lors d’un déplacement à l’hôpital de la fondation Rothschild, qu’une régulation plus performante et une meilleure organisation du travail suffiront à faire face à cette crise sans nuire à la qualité des soins. Cela pourrait être risible si ce n’était dramatique, car le personnel soignant épuisé par des conditions de travail très astreignantes et par des salaires peu attractifs ne sera sans doute pas capable de faire un effort supplémentaire pour faire face à un surcroît de travail dû à une reprise de l’épidémie de Covid-19 ou à une épidémie de grippe particulièrement sévère.

La motivation des soignants ne suffit plus à compenser les absences pour congé ou maladie, et les départs par démission ou mise en disponibilité se multiplient. Les infirmiers ne supportent plus des conditions de travail dégradées qui, par répercussion, ne leur permettent pas d’effectuer les soins dans de bonnes conditions techniques et avec l’approche humanitaire que nécessite la prise en charge des malades.

Le Ségur de la santé n’aura rien réglé et la France reste un des pays d’Europe à payer le moins bien son personnel hospitalier. La crise existe aussi chez les médecins où de nombreux postes ne sont pas pourvus (merci au numerus clausus) et beaucoup d’entre eux préfèrent travailler comme intérimaire avec un salaire satisfaisant que comme « praticien attaché » avec un salaire de misère.

Des services entiers ferment. Le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris estime que 10 % de nos lits de soins critiques sont fermés faute de personnel, et Olivier Véran regrette que des postes ouverts et financés ne soient pas pourvus, mais ils ne font que regretter les effets des dispositions qu’eux, ou leurs prédécesseurs, ont mis en place depuis des années pour essayer de rendre rentable un secteur qui, tout comme l’armée ou l’Éducation nationale, se doit d’abord d’être au service de la population avant de penser à sa rentabilité. » (Bd Voltaire)

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

9 Octobre 2020, 09:18 Message


Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23038

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

12 Octobre 2020, 08:52 Message

De la crise du Covid-19 aux institutions : remettre la Ve République sur ses pieds (Bd Voltaire)

Pas mal du tout, raisonnable dirons-nous. Mais il est à craindre que le temps ne soit plus tellement à ces questions, ni à ce type de réponse.

« Jamais un pouvoir n’a fait preuve à ce point d’un autoritarisme brouillon, mais inscrivant dans la durée les restrictions les plus graves aux libertés d’expression, de prescription, de manifestation. Depuis 2017, le gouvernement Macron mène l’offensive sur deux fronts : l’un a été la déconsidération des corps intermédiaires. Ils étaient déjà moribonds. Le deuxième front a été la liquidation de tout mouvement référendaire d’initiative populaire. La récupération des gilets jaunes par l’extrême gauche a été une des étapes de ce mouvement. Nos élites ne croient pas à "l’existence solidaire d’un peuple" (Vincent Coussedière). Ils tiennent d’autant moins à ce qu’il s’exprime.

C’est la stratégie de l’atomisation sociale. Une société atomisée n’est pas le contraire d’une société totalitaire. C’est, au contraire, le plus court chemin vers celle-ci. Par contre, une société atomisée est le contraire d’une société subsidiaire, d’une société où la démocratie se déploierait sur plusieurs niveaux. Pour que les Français croient à nouveau en la parole des hommes politiques, il faut que ces derniers soient responsables à la fois des décisions, des moyens et des résultats. Il faut que tout ce qui peut être décidé, exécuté, mise en œuvre au niveau le plus proche des gens le soit. C’est le principe du localisme, à la fois politique et économique.

Mais si le localisme est nécessaire pour qu’il y ait une souveraineté du peuple, il ne suffit pas. Il faut un double mouvement de référendum pour qu’il y ait souveraineté populaire : du haut vers le bas, c’est-à-dire d’initiative présidentielle, et du bas vers la haut, d’initiative populaire.
Il y a quelque chose qui rend cela impossible. C’est le quinquennat, instauré en l’an 2000, par un référendum avec 70 % d’abstention. Depuis, tout le monde a descendu d’un cran. Les ministres font le travail des préfets. Le Premier ministre n’est plus qu’un collaborateur du Président. Et le président de la République n’est plus qu’un super Premier ministre. Il n’y a plus de chef d’État. Le président de la République devient chef de la majorité, ce qui est le rôle du Premier ministre, et, même, il devient chef de parti, celui-ci fût-il croupion comme LREM. Le président de la République est bien en peine, le voudrait-il, de sortir du gouvernement des juges par le référendum. Il lui faudrait, pour cela, ne pas être bloqué dans les cinq ans d’un quinquennat qui le fait gouverner « le nez sur le guidon ».

Précédée par l’élection présidentielle, l’élection législative connaît des taux d’abstention énormes : en 2017, plus de 50 % au premier tour, 58 % au second tour. Pour changer cela, plutôt que d’inventer une VIe République, il faut tout simplement revenir à la Ve République. Revenir au septennat, faciliter la pratique référendaire, d’initiative populaire et présidentielle, redonner plus de pouvoir à la Chambre de députés en limitant la durée de ses sessions, comme avant 1994, mais en lui donnant plus d’initiative. Il faut aussi, bien sûr, rendre le Parlement plus représentatif, avec au moins un quart des sièges à la proportionnelle à l’Assemblée nationale, ou une proportionnelle avec prime majoritaire. Le système actuel est le pire des systèmes. Le quinquennat présidentiel a tué le meilleur de la Ve République.

Il faut remettre notre République sur ses pieds : un septennat pour prendre du recul, un régime parlementaire et primo-ministériel pour le quotidien, le référendum pour impliquer le peuple et lui faire trancher les grandes questions. De bonnes institutions sont celles qui permettent au peuple et au Président de trancher. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3784

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

12 Octobre 2020, 09:49 Message

[...] il faut tout simplement revenir à la Ve République.

Oui. Tout simplement. Mais fondamentalement, i.e. qu'il faut revenir sur l'élection du Président de la république au suffrage universel.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3784

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

12 Octobre 2020, 12:50 Message

J’ai dressé l’oreille en lisant (audacieuse tournure…) ce matin, la contribution d’un lecteur de Ouest-France, Pierrick Hamon, fervent admirateur, semble-t-il, du président Macron.

E. Macron ne se représentera pas
[...]
Son omniprésence sur la scène politique européenne et internationale le démontre. Il prépare la prochaine présidence de l’Union, et ce serait d’ailleurs, à mon avis, le meilleur choix possible, lui, le visionnaire, le jeune « lanceur de futur ».
Probable même qu’il soit en train de préparer un tel scénario en liaison avec les Allemands qui exercent déjà la présidence de la Commission, eux qui ont su saisir plus subtilement l’enjeu des institutions européennes à la manière d’un Jacques Delors.
La coïncidence des échéances du calendrier ne lui aura, au moins à lui, certainement pas échappé. La nouvelle équipe de Bruxelles – donc aussi le futur président du Conseil européen dont le rôle devrait alors être renforcé – et le futur président de la République française, entreront en fonction à peu près à la même date… en mai 2022 (31 mai et 13 mai 2022) ! CQFD ?

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles