Afficher le sujet - Liberté, liberté chérie...

Liberté, liberté chérie...

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Messages: 375

Re: Liberté, liberté chérie...

4 Janvier 2020, 16:42 Message

Europe1 via msn Des salariés du Slip Français grimés en noir suscitent l'indignation sur les réseaux sociaux

En complément, je viens de trouver ceci.
Extraits : "La vidéo, tournée lors d'une soirée privée à une date non précisée[...]montre deux femmes et un homme. L'homme imite par moments un singe sur fond de musique jouant Saga Africa, tandis que l'une des femmes est maquillée en noir, sous les rires de la troisième personne.
Contacté, Guillaume Gibault, le fondateur du Slip Français, s'est dit "secoué" par l'événement, et a précisé que les deux salariés concernés ont été convoqués et mis à pied à titre conservatoire dès vendredi.
Dans son communiqué, SOS cite "la réponse d'une des participantes à cette soirée": "Pour clarifier les choses, loin de moi la moindre pensée raciste, bien au contraire ! Il s'agissait d'un dîner entre potes sur le thème Africa, rien de plus. Désolée si cela a mal été interprété. Bonne année et viva Africa"."

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

4 Janvier 2020, 17:05 Message

A mon sens, il peuvent attaquer aux Prud'hommes.
Mais le plus probable est que tout le monde va se coucher.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

8 Janvier 2020, 10:05 Message

Même Charlie, journal dit satirique et soixante-huitard en diable, zombiesque depuis le massacre de sa rédaction il y a 5 ans, finit par s'en rendre compte : “Hier, on disait merde à Dieu, à l’armée, à l’Église, à l’État. Aujourd’hui, il faut apprendre à dire merde aux associations tyranniques, aux minorités nombrilistes, aux blogueurs et blogueuses qui nous tapent sur les doigts comme des petits maîtres d’école”, écrit Riss, le directeur de la rédaction, dans son éditorial du numéro anniversaire de l'attentat islamique.

“Aujourd’hui, le politiquement correct nous impose des orthographes genrées, nous déconseille d’employer des mots supposés dérangeants (…)”, ajoute-t-il, s’en prenant aux “nouveaux censeurs” qui “se croient les rois du monde derrière le clavier de leur smartphone”.

“Les flammes de l’enfer d’autrefois ont laissé la place aux tweets délateurs de maintenant”


***


S'il n'y avait que les tweets... Riss oublie la XVIIème chambre (si mes souvernirs sont bons), les lois liberticides, la chape de plomb idéologique et "morale", l'omerta organisée et impérieuse, le mensonge permanent, l'inversion systémique, la complicité de la quasi totalité de ses confrères, du petit milieu parisien, et j'en passe... Encore un effort, camarade !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

10 Janvier 2020, 10:21 Message

"Sensitivity reader"...

Vidéo : (France 24)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

11 Janvier 2020, 09:23 Message

Interview de Finkielkraut par Pascal Praud ici, autour du cas Matzneff, et autres.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

13 Janvier 2020, 18:41 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

21 Janvier 2020, 10:22 Message

La loi contre la cyberhaine revient à l’Assemblée nationale (Le Figaro)

« Loi contre la haine en ligne, acte II. Vidée de sa substance par le Sénat en décembre, et après l’échec de la commission mixte paritaire du 8 janvier, la proposition de loi de la députée LREM Laetitia Avia refait son apparition à l’Assemblée nationale, mardi, pour une seconde lecture. La mesure la plus polémique a été réintroduite en commission des lois: les réseaux sociaux doivent retirer sous 24 heures les contenus manifestement haineux signalés par leurs utilisateurs, sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 250.000 euros, voire 20 millions d’euros en cas de récidive.

Ce point central du texte a été l’objet d’un bras de fer entre l’Assemblée nationale et le Sénat. Ce dernier craint que les réseaux sociaux ne s’érigent en censeurs et, par peur des sanctions financières, suppriment à tout-va les messages qui leur sont signalés. »

« Une crainte partagée par la Commission européenne » : c'est dire...

Ne parlons pas de la personne qui "porte" la chose...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

24 Janvier 2020, 08:52 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

30 Janvier 2020, 19:28 Message

Pétition de Bd Voltaire contre la loi dite "Avia" ici

« Si la loi Avia est définitivement adoptée, tout ce que vous pourrez lire, écrire et regarder sur les réseaux sociaux sera strictement contrôlé...
... et automatiquement censuré.

L'examen de la loi Avia va reprendre dans moins de 4 semaines au Sénat.

Il n'y a pas de temps à perdre.

Pour défendre votre liberté d'expression et d'information, s'il vous plaît, signez la pétition !

La loi Avia obligera les réseaux sociaux à supprimer, en moins de 24 heures, tous les contenus "manifestement illicites"... ou supposés tels.
Et elle contient un mécanisme de "signalement" qui en fera une arme de censure massive :
- Un média partage un article ou une vidéo sur les réseaux sociaux.
- Un internaute quelconque, qui n'est pas d'accord ou qui est indisposé, décrète qu'à son avis, c'est un contenu "illicite", et il le "signale" en cliquant simplement sur un bouton.
- Aussitôt, le compte à rebours est enclenché : les réseaux sociaux ont 24 heures pour traiter la plainte du délateur, sous peine de lourdes sanctions financières.

Le "signalement", c'est l'outil favori de la bien-pensance, des activistes de l'indignation permanente et de la délation citoyenne.

Nul doute que les réseaux sociaux en recevront des milliers et des milliers tous les jours.
Nul doute, non plus, sur le résultat de cette avalanche de "signalements" impossibles à analyser en 24 heures : pour éviter tout risque de poursuites, les réseaux sociaux censureront à tour de bras, au moindre signalement, sans aucun discernement.

Et comme il suffira qu'UNE SEULE PERSONNE "signale" un article ou une vidéo pour enclencher le compte à rebours de la censure...
... le rouleau compresseur du politiquement correct écrasera tout sur les réseaux sociaux.
Les débats libres sur des sujets sensibles comme l'immigration et l'islam, la PMA et la GPA, seront automatiquement filtrés et censurés.

Et toute l'information que vous trouverez sur les réseaux sociaux sera complètement biaisée.
Contre cette censure généralisée sur Internet, nous devons absolument défendre, tous ensemble, la liberté d'expression et d'information des Français. Pour cela, s'il vous plaît, signez la pétition ! »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

16 Février 2020, 16:30 Message

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3234

Re: Liberté, liberté chérie...

16 Février 2020, 17:19 Message

Cette sorte de pétition de principe me fait penser à la fameuse loi Hadopi sur le téléchargement illégal. M'est avis qu'elle émane de vieux monsieurs comme moi qui n'entravent que couic aux arabesques webmatiques des malfaisants qui auront toujours un coup d'avance. Là encore, si l'on ne se décide pas à attaquer le mal à la racine...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

16 Février 2020, 23:28 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

22 Février 2020, 12:17 Message

« Selon une information du Scottish Sun, des centaines d’Écossais sont secrètement inscrits dans une base de données de la police – pour avoir raconté des blagues offensantes en ligne.

La police écossaise a enregistré plus de 3.300 « incidents haineux », tels que le partage de blagues offensantes sur les médias sociaux, même si ceux-ci n’impliquent aucun délit.

Mais des comédiens et des militants affirment que cela revient à “fliquer” abusivement le public et que cela constitue un danger pour la liberté d’expression.

Les agents suivent actuellement les directives officielles qui stipulent que les blagues apparaissant motivées par l’hostilité envers la race, la religion ou une personne transgenre sont inscrites « indépendamment de toute preuve permettant d’identifier l’élément de haine ».

Le très sérieux Times raconte que 858 incidents “non criminels” ont été enregistrés par les système de la police écossaise l’année dernière – plus de deux par jour !

L’Angleterre et le Pays de Galles ne sont pas en reste : on y a fiché 120.000 “incidents” sur la même période. » (par Lettre Patriote).


La haine anti-haine — un magnifique exemple du cercle vicieux nihiliste dans lequel tout est pris et repris sans fin — a décidément de beaux jours devant elle.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

26 Février 2020, 10:17 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

28 Février 2020, 09:19 Message

Du crime et du péché.
Pas mal.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

5 Mars 2020, 18:38 Message

Rebelote.

« Chère Madame, cher Monsieur,

L'amendement "Sleeping Giants" a été définitivement rejeté la semaine dernière au Sénat.
Oui, ces activistes de la bien-pensance, qui attaquent notre site d'information libre Boulevard Voltaire depuis des mois – mais aussi l'hebdomadaire Valeurs Actuelles ou encore l'émission d'Eric Zemmour sur CNews – en harcelant nos annonceurs pour nous couper les vivres, se sont fait retoquer.

Avec cet amendement introduit dans la loi Avia, ils voulaient carrément obliger les entreprises à "s'auto-dénoncer" en publiant la liste des médias sur lesquels leurs publicités paraissent, pour faciliter leurs mesures d'intimidation abjectes et priver de financement tout site osant dévier de la pensée unique.

Cette bonne nouvelle, nous voulions la partager avec vous et avec les 48.000 signataires de notre pétition "Non à la censure généralisée sur internet", dont nous avons informé les sénateurs avant le vote de la loi Avia. Merci à tous.

Pour autant…

… la loi Avia qui, sous couvert de lutter contre les contenus haineux, organise une censure proprement scandaleuse et un contrôle sans précédent de l'information donnée aux Français, est toujours en cours d'adoption.

Et il faut une mobilisation phénoménale pour y faire barrage, avant le vote définitif à l'Assemblée nationale début avril.

Alors s'il vous plaît, signez et faites signer notre pétition contre la censure généralisée sur internet :
JE SIGNE LA PETITION

Voici comment la loi Avia fait peser de très graves menaces sur la liberté d'expression et d'information des Français.

1 >>> La loi Avia oblige les réseaux sociaux à censurer tous les contenus "manifestement illicites" ou supposés tels.
Les pires dangers de censure reposent dans ce "manifestement". Illicite, on sait ce que ça veut dire. "Manifestement illicite", c'est juste une personne qui va considérer qu'un texte est illégal, délictueux.

Et là, les pires dérives sont possibles.

Quand on sait, par exemple, que certains pensent que critiquer la PMA, c'est être "homophobe" donc commettre un délit, cela donne une idée assez précise de ce que donnera la censure sur internet si la loi Avia est votée !

Car en plus, la loi Avia donne le pouvoir aux simples internautes de déclencher cette censure effrénée, par un mécanisme de "signalement".

2 >>> Avec son mécanisme de "signalement" des contenus "manifestement illicites", la loi Avia est une arme de censure massive, au service des activistes de la bien-pensance.

Concrètement :
Un média partage un article ou une vidéo sur les réseaux sociaux…
Un internaute décrète qu'à son avis, c'est un contenu illicite et le signale en cliquant sur un simple bouton…
Aussitôt, le compte à rebours est déclenché. Les réseaux sociaux ont un délai très court (24 heures dans la version initiale de la loi) pour traiter la plainte, sous peine de lourdes sanctions financières voire pénales.
Le "signalement" étant une des armes favorites des activistes de la bien-pensance indignés, nul doute que les réseaux sociaux crouleront sous les signalements, impossibles à analyser en 24 heures, et qu'ils censureront à tour de bras, sans aucun discernement.
De quoi interdire tout débat, toute information contradictoire, sur tous les sujets dits sensibles : l'islam, l'immigration, la PMA et la GPA, etc.

Adieu le peu d'information libre encore possible sur internet. Bonjour la seule information autorisée : lisse, aseptisée, passée au crible de la bien-pensance.

3 >>> Car avec cette loi, le gouvernement cherche à contrôler l'information et museler les sites d'information qui refusent le diktat de la pensée unique.
Le Secrétaire d'Etat au numérique, Cédric O, l'a clairement dit lors des débats sur la loi Avia : il y a des sites "que nous souhaitons ici voir disparaître". Et plus précisément, à propos de l'amendement Sleeping Giant rejeté et qui visait à assécher les financements des sites anti-politiquement correct, il s'est déclaré "assez favorable à la philosophie de ces dispositions".

Difficile, en tant que membre du gouvernement, de s'exprimer plus clairement CONTRE la liberté d'information des citoyens !

Pour faire barrage à cette volonté du gouvernement et à sa loi liberticide, il faut organiser la mobilisation la plus large possible de tous les citoyens qui, comme vous, entendent lutter contre cette censure et défendre leur liberté d'information :

S'il vous plaît, signez et faites signer la pétition contre la censure généralisée sur internet !

Merci.

Bien cordialement,

L'équipe de Boulevard Voltaire »

Liens de partage :

Accès à la pétition

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

26 Mars 2020, 14:41 Message

...et Union Sovietoïde.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Liberté, liberté chérie...

Hier, 22:51 Message

Image


Coronavirus : L’état d’urgence sanitaire ouvre des brèches dans l’Etat de droit (Le Monde)

« La Constitution n’est pas suspendue, mais on peut y déroger en raison des circonstances liées à la crise du Covid-19. C’est le raisonnement totalement inédit que le Conseil constitutionnel a tenu dans sa décision rendue jeudi 26 mars sur la loi organique du 23 mars, votée avec la loi sur l’état d’urgence sanitaire.

Cette loi organique est constituée d’un article unique. Elle suspend jusqu’au 30 juin le délai dans lequel le Conseil d’Etat ou la Cour de cassation doit se prononcer sur le renvoi d’une question prioritaire de constitutionnalité au Conseil constitutionnel et celui dans lequel ce dernier doit statuer sur une telle question.

Les conditions de vote par le Parlement de ce texte n’ont pas respecté la Constitution. Celle-ci prévoit (article 46) que l’Assemblée nationale ou le Sénat ne peuvent pas délibérer sur un projet de loi organique "avant l’expiration d’un délai de quinze jours après son dépôt". »

Précédente

Retourner vers Politique & Nouvelles