Afficher le sujet - Liberté, liberté chérie...

Liberté, liberté chérie...

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

26 Mai 2021, 16:24 Message

Sans l'ombre d'une surprise, on y vient, par la porte ou la fenêtre.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

26 Mai 2021, 17:35 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

29 Mai 2021, 08:38 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

29 Mai 2021, 13:21 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

2 Juin 2021, 07:49 Message

IEF : Laurence Fournier : “Les chiffres sur le lien entre instruction en famille et radicalisation n’existent pas !”



Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

4 Juin 2021, 10:24 Message



« Stéphane Séjourné a ressuscité hier le ministère de l’Information. [Il] regrette le temps de la censure comme il déplore l’époque du pluralisme. Monsieur Séjourné imagine revoir l’arsenal législatif et réglementaire pour contrôler le contenu éditorial d’une chaîne de télévision », a répondu Pascal Praud. Et d’ajouter : « Il ne parle pas encore de rééducation ou de camps de travail. Mais nul doute que si on poussait un peu Monsieur Séjourné dans ses retranchements, il enverrait Eric Zemmour au goulag et votre serviteur en Sibérie ».

Pascal Praud a également critiqué l’absence de réaction des médias de gauche, assurant que si les mêmes propos avaient été, par exemple, tenus par un conseiller de Nicolas Sarkozy : « Le journal Le Monde aurait expliqué que Nicolas Sarkozy est un dictateur. Télérama appellerait au sursaut républicain. Franco ou Pinochet illustreraient la Une de Libération ». (par Valeurs Actuelles)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

15 Juin 2021, 07:35 Message

Les Sleeping Giants attaqués en justice par BV, CNews et Valeurs Actuelles (Bd Voltaire)

« Dès les premières attaques, en 2019, Boulevard Voltaire a réagi et porté l’affaire devant les tribunaux. Car les agissements de Rachel sont illégaux et sanctionnés par le Code Pénal. Aujourd’hui CNews et Valeurs Actuelles saisissent à leur tour la justice. Pour eux, “l’heure de la riposte a sonné”. Une bonne nouvelle pour Boulevard Voltaire et ses lecteurs car plus nous serons nombreux à agir et résister, plus nous aurons des chances de mettre fin à ce chantage odieux.

Parce que nous refusons de nous laisser dicter ce que nous avons le droit de dire, d’écrire et de penser par Rachel et que la liberté guide nos pas… »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

22 Juin 2021, 18:43 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

3 Juillet 2021, 08:32 Message

Depuis 2015, la France aura vécu plus de la moitié du temps sous l’état d’urgence

C'est Le Monde qui s'en inquiète... Un petit reste de surmoi, en lambeau ?

« L’assemblée générale du Conseil d’Etat va se réunir dans les prochaines semaines pour débattre de propositions sur le recours aux états d’urgence. L’institution chargée de conseiller le gouvernement et de trancher les litiges contre les décisions de l’exécutif, s’interroge sur ce qui permettrait d’y recourir moins souvent, pour des périodes moins longues et sous un contrôle plus resserré.

Entre l’état d’urgence décrété le 13 novembre 2015 pour faire face au terrorisme, levé le 1er novembre 2017, et l’état d’urgence sanitaire instauré par la loi du 23 mars 2020, levé le 10 juillet avant d’être remobilisé le 17 octobre jusqu’au 1er juin 2021, la France aura vécu plus de la moitié de ces presque six années sous l’empire d’un régime dérogatoire au droit commun. Une anomalie inquiétante en temps de paix.

La sortie officielle de l’état d’urgence sanitaire et la fin du couvre-feu devraient nous obliger à une introspection collective sur le fonctionnement des institutions pendant ces crises. Le Conseil d’Etat, qui consacre cette année son étude annuelle aux états d’urgence, publiera en septembre un bilan critique et surtout ses propositions très attendues.

La plus haute juridiction administrative a beau avoir apporté un soutien sans ambiguïté aux décisions des gouvernements aux moments où ils ont décrété l’état d’urgence, son regard rétrospectif est plus critique. De l’avis quasi général qui ressort de quatre conférences qu’il a organisées sur le sujet depuis octobre, l’état d’urgence serait un doux poison qui viendrait engourdir si ce n’est corroder quelques fonctions vitales de notre démocratie représentative.

Il est d’abord la conséquence directe de notre propension à créer des règles. A force de vouloir légiférer à la moindre émotion, l’exécutif se voit contraint de répondre à une menace exceptionnelle par la mobilisation d’une législation exceptionnelle. Comme si le summum de l’action politique était de produire de la norme. Depuis mars 2020, six lois, cent ordonnances et autant de décrets liés à la crise sanitaire ont vu le jour. Les lois et règlements sont si nombreux qu’il en faut autant pour adapter un cadre à un contexte d’action nouveau. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

9 Juillet 2021, 07:40 Message

De mieux en mieux...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

10 Juillet 2021, 08:09 Message

Anti-éoliennes, antivax : des menaces et bientôt des sanctions ? (Bd Voltaire)

« Les sociétés civilisées admettent l’expression des désaccords et l’opposition politique. Au moins en principe, dans les discours et les déclarations. En actes, le régime s’éloigne chaque jour d’une ligne pourtant traditionnelle, n’hésite plus à stigmatiser ouvertement les opposants puis à les menacer et, demain, à les sanctionner.

Ce fut, hier, un journaliste évoquant la nécessité de discriminer les réfractaires au vaccin anti-Covid, puis la piqûre de force entre deux policiers. Dérapage sans doute, qu’aucun ministre n’a dénoncé. C’est, désormais, le tour de Jean-François Carenco, haut fonctionnaire, ancien préfet promu à la tête d’une commission de régulation de l’énergie. Commentant les manifestations d’opposants aux éoliennes, ce républicain de stricte obédience a exprimé sans vergogne sa détestation démocratique : "Je suis pour que ceux qui ne veulent pas des éoliennes soient privés d’électricité. Au moins, c’est plus simple !"

C’est, en effet, plus simple. Au lieu de faire voter – de moins en moins – des citoyens dont l’avis sera de toute façon ignoré, la loyauté technocratique nécessite d’annoncer que l’opinion du peuple ne prime pas sur les exigences des grands de ce monde. Au lieu de faire semblant, l’honnêteté impose d’annoncer la couleur. Ceux qui gouvernent les affaires de ce pays et – ce sont souvent les mêmes – cherchent la lumière la trouveront indifféremment dans les éoliennes ou dans le nucléaire, selon les intérêts économiques du moment.

Nulle question de politique, dans tout cela. Voici une idée trop éthérée pour présider aux destinées d’un pays. Il ne s’agit pas plus d’un pays, encore moins d’une nation. Le peuple, uni par la langue, la culture, la terre et l’Histoire, n’a rien à faire dans les affaires de ce monde. L’éviter semble impossible, l’endormir est à la portée de gouvernants qui n’ont plus besoin d’user de violence. L’hypnose suffit, alimentée par une propagande gigantesque aux ressorts puissants : la peur, la culpabilisation, la jouissance individuelle.

L’habileté de ces gens est d’échapper à toutes comparaisons avec les dictatures du passé. Il leur suffit d’user des trop fameuses « valeurs de la République ». Celle-ci n’a jamais accepté de se soumettre à l’épreuve référendaire : elle s’est imposée par l’émeute, en 1792 comme en 1848 ; elle a pris le pouvoir en 1870 sans honneur, profitant d’une défaite ; elle l’a conforté ensuite par le moyen le plus simple en se présentant comme l’expression de la volonté populaire, en diabolisant ses prédécesseurs, en se prétendant l’incarnation de la France, qui lui préexiste et lui survivra. Et les Français l’ont crue.

Les républicains – en tout cas, ceux qui n’ont que ce mot à la bouche – n’ont strictement aucune considération pour le peuple. Si, d’aventure, celui-ci se prononçait pour l’institution d’un consulat à l’antique, d’une monarchie constitutionnelle ou le rétablissement des institutions de l’Empire, ils dénonceraient un peuple factieux. Eux seuls détiennent la vérité, une vérité qui se confond ici avec l’exercice du pouvoir.

La politique est sans doute la forme la plus élevée de la charité. Le cadre de son exercice est perverti à tel point qu’une question devient légitime : est-il possible d’y agir ? Certains – et qui leur donnerait tort ? – attendent plutôt que le régime s’effondre.

On ne répare pas un édifice vermoulu. On le brûle jusqu’aux fondations et on en bâtit un nouveau. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

12 Juillet 2021, 10:12 Message

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 4138

Re: Liberté, liberté chérie...

12 Juillet 2021, 10:18 Message

Plieux, dimanche 11 juillet 2021, dix heures et demie du matin.
[...] Je ne sais si c’est l’article de Sud-Ouest qui a excité chez un de ses lecteurs la pulsion de nocence et de délation, mais dénonciation il y a bel et bien eu, certainement, car deux heures après mon compte Twitter était “verrouillé”, au motif habituel d’incitation à la haine, carabiné de harcèlement et de menace, pour un tweet de 2017, qu’il a bien fallu, tant il est ancien, que quelqu’un aille chercher en fouillant pour le mettre sous les yeux des robots de contrôle. Or ce tweet est indubitablement haineux et d’une rare grossièreté, il comporte sans aucun doute non pas une menace à proprement parler mais un souhait de mort, mais non seulement je n’en suis en rien l’auteur, bien entendu (le style ni la matière ne sont les miens, d’évidence…), mais c’est moi qui en suis la victime, moi qu’il vise, moi dont la mort s’y trouve souhaitée. Je n’ai fait que le copier, pour le donner en exemple du harcèlement dont je suis entouré. Sans doute ne pouvais-je pas le “retwitter” car son auteur m’avait “bloqué”, je suppose. Je l’ai copié/collé, avec les noms, ou pseudonymes, des twitterriens dont les échanges gracieux l’avaient fait éclore, exactement tel qu’il était. Le voici :

« @Truteau16 @risseraka C’est moi. C’est une fiotte facho narcissique vendue aux juifs, mais heureusement il va bientôt crever, le papy ».

La fiotte facho narcissique vendue aux juifs mais qui heureusement va bientôt crever, c’est ma petite personne, naturellement. Et c’est donc pour avoir fait l’objet de cet aimable portrait que me voilà une nouvelle fois chassé de Twitter. [...]
©Renaud Camus.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

12 Juillet 2021, 22:22 Message

Florilège sur le "RS" de référence.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image



***


Ce soir le petit Micron, jouant le matador, voulant affirmer son "autorité" qui n'est qu'autoritarisme de petit chef à moitié fou, le visage toujours aussi halluciné quand il veut être martial, a choisi le quitte ou double, et, sans l'ombre d'une vergogne, a lancé sa campagne présidentielle (avec un stupéfiant copié-collé de 2016-17 !) dans la foulée d'annonces sanitaro-totalitaires improbables et certainement anti-constitutionnelles (mais le Conseil afférent étant ce qu'il est...), du fait non seulement d'une rupture d'égalité très manifeste et injustifiable, mais aussi d'une atteinte disproportionnée à la possibilité même de mener une existence normale (centres commerciaux !). Sans parler du viol de l'intégrité physique des personnes, à commencer par les enfants.

On verra quelles seront les réactions... et aussi les modalités de ces mesures — on peut parier que Castex et sa bande de Pieds Nickelés vont nous en pondre de bien abracadabrantesques sur 150 pages illisibles, de nature à mécontenter tout le monde ou à peu près.

En attendant, un cap a été franchi. L'avenir s'annonce décidément sombre.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25791

Re: Liberté, liberté chérie...

13 Juillet 2021, 08:54 Message

Philippot.



Poisson.


PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles