Afficher le sujet - Liberté, liberté chérie...

Liberté, liberté chérie...

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

7 Mai 2019, 12:41 Message

Image


Rectification empressée à suivre :

Image


Mais :

Image


Pourquoi ? Directive européenne.

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

15 Mai 2019, 14:12 Message


Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

24 Mai 2019, 08:18 Message

2019: l’année où Macron a transformé la France en Etat policier (courrier stratège)

« Il existe deux façons de créer un Etat policier (non exclusives l’une de l’autre). La première consiste à mener un coup d’Etat brutal et direct, qui permet de confier le pouvoir à la police. La seconde consiste à procéder par petites touches, par flashs successifs, qui diluent la perception qu’on a de la réalité… et qui rend celle-ci plus acceptable. Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron procède régulièrement de la sorte, en franchissant chaque fois une étape supplémentaire dans l’affaiblissement des libertés publiques face à la répression policière.

Dans le brouhaha des Gilets Jaunes, et de leurs écarts ou de leurs dérives, des gens de bonne volonté ont pu ne pas voir la réalité du pouvoir politique. Alors qu’Emmanuel Macron n’a répondu qu’une seule fois aux revendications des Gilets Jaunes, la répression policière a été de tous les instants, disproportionnées et plus ou moins délibérée pour juguler la révolte.

D’où des centaines de gueules cassées sur lesquelles l’IGPN n’a à ce stade donné aucune réponse. Rien n’exclut qu’un jour ces éborgnés et ces manchots ne réclament une réparation judiciaire contre l’Etat… et contre les élus qui ont donné les ordres de tirer sur la foule.

Mais de cette dérive, on a pu ne pas prendre conscience, convaincus que certains pouvaient être qu’au fond, les Gilets Jaunes posaient un problème politique nouveau qui supposait des méthodes nouvelles pour être réglé.

L’inquiétante politisation du parquet

Les mêmes ont obstinément refusé de voir combien, dans cette dérive, la justice, et singulièrement le Parquet, avaient accepté d’être inféodés au pouvoir. Mais la politisation du parquet ne s’est pas limitée aux réquisitions extrêmement sévères qui ont visé les Gilets Jaunes depuis plusieurs semaines (le contrôle judiciaire du journaliste Gaspard Glanz ayant d’ailleurs été levé pour un excès de sévérité).

Le réquisitoire contre Bernard Tapie, demandant cinq ans de réclusion pour une affaire extrêmement discutable et discutée montre que, dans l’esprit des procureurs soumis au pouvoir, le doute ne doit plus profiter aux accusés.

Le siège et ses méthodes expéditives

Un incident gravissime est survenu cette semaine au tribunal de grande instance de Paris, qui illustre la dérive autoritaire du siège. Une magistrate a demandé l’expulsion par la force d’une avocate dans l’exercice de ses fonctions. Cette décision hallucinante montre bien que, en démocratie, l’équilibre des pouvoirs n’est jamais gagné d’avance.

Conscient qu’il s’agissait là d’une dangereuse boulette, le président du tribunal a fait une mise au point énergique:

"En aucun cas, il ne peut être recouru au concours des forces de l’ordre, à l’égard d’un avocat, dans l’exercice de ses fonctions" : le président du TGI de Paris a adressé jeudi un sévère rappel à l’ordre après l’expulsion d’une avocate d’une audience.

Néanmoins, le mal est fait. Preuve est donnée que des magistrats du siège peuvent décider de fouler aux pieds les droits de la défense.

La liberté de la presse dans tous ses émois

Mais la palme de la dérive autoritaire sous Emmanuel Macron revient à nos services de la sécurité intérieure, qui ont manifestement décidé de trucider la liberté de la presse.

Nous avions récemment rapporté le cas de ces journalistes convoqués pour confier à nos grandes moustaches le nom des sources qui les renseignaient sur les ventes d’armes à l’Arabie Saoudite. Ce que nous pensions alors être une exception est en réalité une pratique bien ancrée: les journalistes trop curieux font désormais l’objet d’intimidations ouvertes de la part de la police.

Ainsi, coup sur coup, on a appris qu’une journaliste du Quotidien avait été interrogée, après avoir déplu à la ministre des Armées, par la même DCRI, puis qu’Ariane Chemin elle-même, journaliste d’investigation au Monde, faisait l’objet d’une même procédure pour ses écrits sur l’affaire Benalla.

On s’amusera de l’opposition binaire, cultivée par Emmanuel Macron, entre la démocratie du progrès et la barbarie du nationalisme. Il n’empêche que sa démocratie à lui traite bien mal la liberté de la presse et le secret des sources, mais aussi la séparation des pouvoirs.

Tout cela commence à faire vraiment beaucoup. »


***

Image



Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

24 Mai 2019, 12:28 Message

Addendum : Le CSA, ou le Contrôle Sans scrupules des Adversaires (Liberté politique)

« Ce qui aurait pu pour passer pour un canular du Gorafi ou une mauvaise blague est désormais officiel : le CSA, la grande instance censée garantir l’équité républicaine, les bons usages démocratiques et la liberté d’expression dans les média, vient de décider que les prises de parole de Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump, seraient imputées au temps de parole du Rassemblement national dans le cadre des élections européennes. Une décision totalement improbable, reposant sur on ne sait quel fondement, et au nom d’on ne sait quelle conception du débat politique.

Ainsi donc, sous prétexte que des membres du Rassemblement national ont été vu dînant avec l’homme politique américain, et qu’il tient des propos assez conformes à l’esprit du parti, il serait assujetti aux règles du temps de parole. Toute expression publique libre est-elle désormais interdite ? Toute prise de position convaincue est-elle désormais assimilable à un discours militant, ou faut-il, par peur de subir les foudres du CSA, que tout personnage en vue se claquemure, pendant la durée des campagnes, dans un silence prudent, signifiant le terrible appauvrissement de notre débat public ?

A ce compte-là, nous proposons que la commission des comptes de campagne comptabilise les publications mirifiques du Figaro en faveur de François-Xavier Bellamy dans les frais d’impression du parti Les Républicains. Mais aussi, comme nombre d’éditorialistes l’ont remarqué, que les interventions médiatiques de Bernard Henri-Lévy soient à leur tour retranchées du temps de parole de La République en marche. Quant aux spectacles de Josiane Balasko, qui ne fait pas mystère de ses sympathies communistes, et a même prêté sa voix au clip de campagne du PCF, pourquoi ne pas les ajouter au temps de parole de la liste menée par Ian Brossat ? Les pleurs de Greta Thunberg seront-elles accusées de faire monter le niveau du réservoir de votes des Verts ? Ne parlons pas, évidemment, du Grand débat, qui a fourni au pouvoir en place une pré-campagne bien commode, ou des unes de la presse régionale de ces derniers jours, qui avaient des airs de tracts officiels pour la liste Renaissance, et qui, elles aussi, devraient bien être comptabilisées quelque part dans leur budget de communication.

De qui se moque-t-on ? Avec une décision telle que celle-ci, c’est la notion même d’engagement – qui a du sens, et ne mérite pas d’être accaparée par les seuls intellectuels « engagés » dans la défense du politiquement correct – qui est mise à mal, l’irrigation du débat partisan et politicien par d’autres acteurs, d’autres incarnations de la parole politique, ou encore les interactions enrichissantes avec des hommes politiques venus d’ailleurs, quelle que soit d’ailleurs leur provenance ou leurs convictions. Le CSA joue ici, mais ce n’est pas la première fois, quoique sous d’autres modalités, son rôle de police de la pensée avec une partialité qui atteint des records. On ne peut pas trop compter pour dénoncer cette situation sur le défenseur des droits, Jacques Toubon : venu du RPR-UMP-LR, nommé par Hollande, il est parti prenante de la manipulation en marche. Après tout, il faut peut-être se réjouir : par cette décision, le CSA rend la perversité de l’appareil macronien plus éclatante que jamais et visible aux yeux de tous ; les bulletins de vote glissés dans l’urne, dimanche prochain, sauront, nous l’espérons, honorer cette forfaiture comme il se doit. »

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

27 Mai 2019, 17:11 Message

Image

Messages: 375

Re: Liberté, liberté chérie...

4 Juin 2019, 11:23 Message

youtube Pierre Cassen : Macron veut me voler mes armes... pour délit d’opinion !


Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

4 Juin 2019, 17:35 Message

Celle-là, qui n'est pas unique, n'est pas mal non plus :

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

11 Juin 2019, 17:45 Message

Image

Messages: 375

Re: Liberté, liberté chérie...

12 Juin 2019, 09:45 Message

Précisions dans le point Des donateurs de la cagnotte Leetchi en soutien à Dettinger convoqués par la justice

Extraits : [...] Une enquête pour « abus de confiance » a été ouverte à Paris le 9 mai après la plainte de participants à cette tirelire 2.0 qui accusent Leetchi d'avoir « détourné les fonds », et des souscripteurs ont été contactés pour témoigner, a-t-on appris mardi 11 juin de source judiciaire. [...] À la mi-avril, 40 souscripteurs ont porté plainte, estimant que Leetchi avait « manifestement détourné les fonds remis par les participants » en les « retenant », en « procédant unilatéralement au remboursement de certains participants » et « en modifiant unilatéralement [leur] destination ».

[...] L'organisateur « ne s'est jamais engagé à ce que les fonds ne servent que pour les frais d'avocats », répond son avocate Laurence Léger, qui défend aussi le couple Dettinger. Dans au moins un courriel dont a eu connaissance l'Agence France-Presse (AFP), un officier de la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA) a convoqué mardi plus d'une centaine de donateurs pour venir témoigner mercredi ou jeudi.
[...]Ceux qui ne peuvent venir se sont vus adresser deux questions auxquelles ils doivent répondre par écrit : « Pour quelles raisons avez-vous souscrit un don à la cagnotte Leetchi en soutien à Christophe Dettinger ? » et « À quelle date avez-vous souscrit et quel était le motif de la cagnotte sur le site ? » « C'est un détournement de procédure, aucun d'entre eux ne peut aider à déterminer s'il y a eu abus de confiance », a réagi Me Léger auprès de l'AFP, y voyant une forme de « pression » et d'« intimidation ».

Ce message a par ailleurs été envoyé, sans cacher les adresses des uns et des autres. « Je trouve ça choquant », a déclaré à l'AFP l'un des souscripteurs contactés, s'étonnant d'avoir ainsi « accès à un groupe de donateurs de Leetchi, alors que dans les conditions générales on est protégé ».[...]

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

14 Juin 2019, 08:28 Message


Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

18 Juin 2019, 15:18 Message

Voilà un fil qui remonte bien trop souvent...

Image

Messages: 375

Re: Liberté, liberté chérie...

20 Juin 2019, 21:05 Message

riposte laïque Cazeneuve a donc fait un procès à Cassen pour une caricature…

lesobservateurs.ch

etc...

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

21 Juin 2019, 08:01 Message

Frédéric Pichon : « La loi Avia est liberticide, il n’y aura plus de débat possible sur les réseaux sociaux »


Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

26 Juin 2019, 11:17 Message

Image


Annexe "libérale" :

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

29 Juin 2019, 08:34 Message

Nantes. Le préfet monte au créneau avant un rassemblement pour Steve, disparu depuis une semaine (Ouest-France)

« Un appel a été lancé sur Facebook à tous les artistes, chorégraphes, musiciens, plasticiens et autres danseurs, "Pour une nuit des corps dansants". En hommage à Steve, qui est porté disparu depuis l’intervention policière à la fête de la musique. Hommage qui aura lieu ce vendredi soir, quai Wilson à Nantes, là même où le jeune homme de 24 ans est vraisemblablement tombé à l’eau.

"Un mois avant la manifestation"

Responsable du maintien de l’ordre dans la région, le préfet des Pays de la Loire ne voit manifestement pas ce rassemblement d’un bon œil. Il a décidé de monter au créneau à travers un communiqué très ferme. "S’agissant des rassemblements festifs à caractère musical, prévient-il, les demandes de déclaration doivent être déposées en préfecture, un mois avant la manifestation."

Sanctions pénales

Alors que la disparition de ce jeune homme, voilà tout juste une semaine, crée l’émoi, il insiste sur le rappel à la loi : "Les organisateurs d’une manifestation non déclarée encourent des sanctions pénales allant jusqu’à 6 mois de prison et 7 500 € d’amende." Et continue : "En cas de risque avéré de troubles à l’ordre public, l’autorité administrative peut – en dernier ressort – décider d’interdire la manifestation". »


***

Ces gens ne sont pas ma tasse de thé, il va sans dire ; toutefois la réaction de ce préfet, qui n'hésite pas à pratiquer de façon invraisemblable le deux poids deux mesures même à l'encontre de la population la plus acquise à notre pitoyable décadence, cela parce que les forces dites de l'ordre sont une nouvelle fois en cause, montre derechef le virage inquiétant que prend le régime.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

5 Juillet 2019, 08:05 Message




Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

5 Juillet 2019, 16:41 Message

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

8 Juillet 2019, 08:58 Message

Ça commence à se voir...

France has turned into one of the worldwide threats to free speech (The Hill)

La France « est devenue l’une des plus grandes menaces mondiales contre la liberté d’expression »


« Tribune de Jonathan Turley, professeur de droit à l’Université George Washington.

Alors que nos politiciens aux États-Unis peuvent applaudir Macron comme des idiots, la plupart des Américains sont de fervents partisans de la liberté d’expression. C’est dans notre sang. Cependant, sans se laisser décourager, Macron et d’autres en Europe s’apprêtent à imposer unilatéralement le contrôle de la parole sur Internet avec de nouvelles législations en France et en Allemagne. Si vous pensez qu’il s’agit d’une question européenne, détrompez-vous.

Macron et son gouvernement tentent d’éliminer unilatéralement les pensées haineuses sur Internet. Le Parlement français a adopté une nouvelle loi qui donnerait aux entreprises comme Facebook et Google seulement 24 heures pour supprimer les propos haineux de leurs sites, sous peine d’une amende de 1,4 million de dollars par violation.

Les Français et les Allemands n’essayent plus de convaincre les États-Unis de renoncer à leur liberté d’expression. Ils se sont rendus compte qu’ils n’ont pas à le faire parce qu’en imposant de lourdes amendes, les grandes entreprises seront forcées de censurer la parole selon des normes mal définies.

La décision des Européens frappe dans l’angle mort de la Constitution des États-Unis. Le Premier Amendement fait un excellent travail pour empêcher les actions du gouvernement contre la liberté d’expression, et la plupart des lois qui restreignent la liberté d’expression en Europe seraient inconstitutionnelles aux États-Unis. Cependant, bien que protégés contre Big Brother, nous sommes complètement vulnérables devant Little Brother, composé de sociétés privées qui ont un large pouvoir sur la réduction et le contrôle de la parole à travers le monde.

(…) Ces lois criminalisent la liberté d’expression selon des normes vagues faisant référence à l’ "incitation à la haine" d’autrui fondée sur la race ou la religion.

(…) Le résultat de ces lois mal définies est prévisible. Un récent sondage a révélé que seulement 18 % des Allemands estiment pouvoir s’exprimer librement en public. Plus de 31 % ne se sentent même pas libres de s’exprimer en privé parmi leurs amis. Seulement 17 % des Allemands se sentent libres de s’exprimer sur Internet, et 35 % déclarent que la liberté d’expression est limitée à de petits cercles privés.

Les Nations Unies renouvellent également leurs appels à faire de la diffusion de "propos haineux" un type de crime international. Les pays musulmans veulent que le blasphème soit inclus, et Israël veut que l’antisémitisme soit criminalisé. Même dans notre propre pays, des politiciens comme Howard Dean et divers universitaires ont déclaré que les propos haineux ne sont pas protégés par le premier amendement. La députée Frederica Wilson a demandé que des gens soient « poursuivis » pour s’être moqués de membres du Congrès.

La triste ironie est de voir la France prendre la tête des pays visant à restreindre la liberté d’expression. Autrefois bastion de la liberté, la France est aujourd’hui devenue l’une des plus grandes menaces mondiales contre la liberté d’expression. »


***


La France est-elle encore la patrie de la liberté ? (Bd Voltaire)

« La France, pays de la liberté ? Euh… vous y croyez encore, vous, lecteur de ce site dont la devise est, justement, "La liberté guide nos pas" ? Guide-t-elle ceux du Président ? La question se pose, quand on voit avec quelle unanimité la majorité vote des lois liberticides. Des lois qui veulent encadrer notre vie de tous les jours, qui font appel le plus souvent à l’odieux principe de précaution. Un principe qui nous interdit de vivre comme nous le voulons.

Certes, nous ne sommes pas en Corée du Nord ou en Iran, mais, chaque jour, on réglemente un peu plus notre vie quotidienne.

Bientôt, les enfants pourront sans doute dénoncer leurs parents s’ils leur donnent une fessée. On a connu ça ailleurs, en d’autres temps, pour d’autres raisons. Attention à la nouvelle génération de radars qui vous photographieront si vous n’êtes pas attaché, si vous téléphonez, si vous avez dépassé la vitesse autorisée. Demain, ces radars enregistreront vos voix.

Attention, aussi, à ce que vous pensez. Si, par exemple, vous soutenez les Identitaires ou si vous avez le malheur d’appartenir à l’un de ces groupuscules dits d’extrême droite. Un rapport parlementaire de 526 pages, pas moins (fruit d’une longue commission d’enquête présidée par LFI et dont le rapporteur appartient à LREM), a tout plein d’idées sur le sujet. Ces députés, du reste, n’ont travaillé que sur la droite, se gardant bien de s’intéresser aux groupuscules genre antifas, aux casseurs et aux banlieues antisémites.

Attention, aussi, à la liberté de la presse. Ils sont une dizaine de milliardaires à contrôler nos médias et à pouvoir formater nos cerveaux comme ils l’entendent avec la complicité de journalistes en majorité de gauche.

Mais maintenant, c’est carrément la loi de 1881 que l’on veut retoucher ; sous prétexte de l’améliorer, bien sûr. Il s’agirait de sortir de cette loi l’injure et la diffamation. Inquiétant. Au point que sociétés et syndicats de journalistes ont alerté les parlementaires sur l’entrave à la liberté d’informer que constituerait cette réforme. Et la future loi Avia qui veut renforcer la lutte contre la haine en ligne… Mission sera donnée aux plates-formes de supprimer tous les contenus que leurs scribes ou robots jugeraient contraires à leur vision du monde.

Attention à ce que vous dites. Émettre seulement l’hypothèse que l’incendie de Notre-Dame de Paris aurait pu, peut-être, être criminel frise l’hérésie, le blasphème. On appelle cela "complotisme".

Sommes-nous libres de dire que nous ne sommes pas libres ou, tout du moins, de moins en moins libres ? Simone de Beauvoir disait : "Une liberté qui ne s’emploie qu’à nier la liberté doit être niée." Je dirais, pour ma part, au vu de l’encadrement de plus en plus serré de nos faits, gestes et écrits : "Une liberté qui s’emploie à protéger doit être niée." »

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

10 Juillet 2019, 11:01 Message

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20830

Re: Liberté, liberté chérie...

21 Août 2019, 09:02 Message


PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles