Afficher le sujet - Prémices de la guerre qui vient

Prémices de la guerre qui vient

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

6 Février 2020, 19:50 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

17 Février 2020, 10:06 Message

Plus de 120 agressions à l’arme blanche ont lieu chaque jour en France (Le Figaro)

Le genre d'information qui passe comme une lettre à la poste, sans que plus personne ne réagisse. Il faut croire que les plus soumis des orientaux, impérialisés jusqu'à la moelle au cours des siècles, ne changeant que de maîtres au gré des invasions, ont tout de même un peu moins de souplesse dorsale que nous, désormais.

« Les synthèses journalières qui tombent sur les bureaux des ministres, place Beauvau, regorgent d’incidents dont les protagonistes, de tous âges et de tous milieux, agressent ou se font justice à coups d’objets tranchants, au cutter, à la hache, à la machette.

"Il y a eu beaucoup de bagarres dans les campements de migrants, entre Afghans, Érythréens et Somaliens notamment, qui se terminaient à coups de lames, dans le nord de Paris. Le démantèlement de ces points de fixation a été salutaire", se félicite un hiérarque policier parisien.

Se disant "conscient de la radicalisation des comportements", ce haut fonctionnaire ajoute sobrement : "Les gens ont des gestes définitifs"

Lors d’une audition au Sénat, en octobre 2019, des élus invités à s’exprimer avaient mis l’accent sur une série d’incidents très révélateurs, à leurs yeux, du contexte de violence qui entoure désormais l’exercice de leur mandat, relatant 14 attaques au couteau, à la hache ou à la machette, mais aussi 105 coups, 7 gifles, 32 attaques avec une voiture ou un scooter, 21 pneus crevés, 12 voitures brûlées…

Pour ce qui est des drames qui conduisent à une mort violente au sein du couple (125 affaires en 2017), les criminologues ont pu évaluer que des armes blanches avaient été utilisées dans 34 % des cas. Les auteurs avaient sinon recours à des armes à feu (28 %), à des armes par destination (10 %) ou à d’autres moyens, comme la strangulation ou les coups assénés.

En toile de fond, il y a l’augmentation générale des violences qui ont plus que doublé depuis 2001, que ce soit entre les personnes (autour de 300.000 faits par an aujourd’hui) ou contre les dépositaires de l’autorité (plus de 38.000 infractions déclarées en 2019). »


On ne saura décidément pas qui est à l'origine de cette "explosion" de violences en tous genres.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

1 Mars 2020, 09:48 Message

On ne peut s'absenter deux jours sans prendre du retard sur le chaos qui s'installe...








Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

17 Mars 2020, 11:17 Message



Les voies du Seigneur... ;) l'armée va peut-être se retrouver là où elle l'aurait du depuis belle lurette... en espérant qu'elle fera alors le travail.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

17 Mars 2020, 13:13 Message




***


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

17 Mars 2020, 15:46 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

18 Mars 2020, 17:45 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

20 Mars 2020, 09:44 Message

Cyril Hemardinquer : « Des individus font exprès de vouloir contaminer des policiers lors des interpellations…Sur le terrain, la situation est dramatique » (Bd Voltaire)

Cyril Hemardinquer est le secrétaire régional Île-de-France de la Fédération professionnelle indépendante de la police.

« Actuellement, quelles sont les remontées du terrain ?

La situation sur le terrain est dramatique. Sur l’ensemble du territoire national, les unités se plaignent du manque d’équipement, masques, gants, gel hydroalcoolique… Mais aussi, et surtout, du manque de formation et de savoir-faire pour intervenir dans le cadre d’une telle crise sanitaire. Ce sentiment d’impuissance touche l’ensemble de la chaîne hiérarchique. Tout le monde veut bien faire, mais ne sait comment faire face à ce nouvel ennemi invisible dont l’arrivée n’a absolument pas été anticipée. Une grande partie de nos effectifs est sur le carreau, les premières scènes de pillage se sont produites, notamment dans les Yvelines. Sur le plan national, dans les cités et divers quartiers sensibles, le confinement n’est pas respecté et de nombreux individus hostiles aux policiers stagnent au pied des immeubles, des ventes à la sauvette de masque de protection ou de gel hydroalcoolique dérobés dans les hôpitaux se sont ajoutées au trafic de stupéfiant. Il faut impérativement que nos fonctionnaires soient en capacité de continuer à effectuer leur travail en parfaites conditions de sécurité et puissent être à même de remplir leurs missions régaliennes, pour préserver la stabilité et la paix sur notre territoire national.

Complément de David Portes, secrétaire général :

Encore une fois, nous devons avoir des instructions fermes et claires, avec peut-être l’appui de l’armée qui pourrait appliquer des sommations en cas de non-respect des règles, ce virus faisant tous les jours de plus en plus de victimes.
À la FPIP, nous en prenons acte et cet amateurisme aura certainement des conséquences si le gouvernement ne réagit pas rapidement pour protéger ceux qui protègent. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

20 Mars 2020, 12:14 Message

Coronavirus : Des dealers défient le confinement pour faire leur publicité, équipés de matériels de protection (Actu 17)

« "Ils font preuve de provocation en ne respectant pas les consignes de l’état d’urgence sanitaire. Nous sommes obligés de nous rendre sur ce type de contrôle alors que nous n’avons pas nous-mêmes le matériel nécessaire pour nous protéger" dénonce Christophe Gonzalez, du syndicat Alliance Police Nationale.

Le syndicaliste déplore "un manque d’anticipation du Gouvernement qui met la vie des forces de l’ordre en danger". »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

21 Mars 2020, 10:32 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

21 Mars 2020, 17:24 Message

Image



L'armée ??? L'idée court, mais quelle armée ? Ce qu'il en reste, plutôt, qui serait tout aussi incapable que les forces dites de l'ordre de tenir plusieurs positions, si les émeutes se propageaient aux différents "quartiers sensibles", et les razzias aux territoires vidés de ses "autres" habitants; tous sagement "confinés".

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3268

Re: Prémices de la guerre qui vient

21 Mars 2020, 18:39 Message

J'ai comme l'impression que le "réel", comme dit l'autre, est prêt à nous sauter à la gueule tous azimuts.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

21 Mars 2020, 18:43 Message

"Irréfragable" réel, comme dit Mafesoli....

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

22 Mars 2020, 10:12 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

23 Mars 2020, 16:50 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

24 Mars 2020, 19:25 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

25 Mars 2020, 11:59 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

27 Mars 2020, 20:03 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

28 Mars 2020, 10:03 Message

« On vit un enfer dans les hôpitaux en Seine-Saint-Denis, il faut l’armée dans les rues »

Selon Stéphane Gaudry, médecin en réanimation à l’hôpital Avicenne (Bobigny) et à Jean-Verdier (Bondy), interrogé par Actu.fr, la situation est bien plus critique en Seine-Saint-Denis que dans le reste de l’Ile-de-France.

« En Seine-Saint-Denis, c’est plus compliqué, la diffusion du virus est beaucoup plus rapide ici à cause d’une part de la promiscuité des habitants et du non-respect du confinement mais d’autre part, des facteurs de risque qui sont plus fréquents. Par exemple, l’obésité, le diabète ou encore la tension artérielle.

Le médecin le constate tous les jours, avec un nombre de contaminés et de décès sans cesse croissant dans le département. Le nombre important de patients entraîne un « dépassement des moyens ». Il indique que les "moyens sont déjà dépassés en Seine-Saint-Denis. Tout le monde est en difficulté mais encore plus ici".

Heureusement, une solidarité s’est mise en place entre les hôpitaux de la région et des patients de Seine-Saint-Denis sont pris en charge ailleurs.

Ici on n’accueille pas de patient de l’extérieur du département car nous n’avons pas de places. C’est saturé. Par contre, il y a des dizaines de malades que nous envoyons en dehors du département.

Pour Stéphane Gaudry, les caractéristiques du département sont une raison mais il insiste sur une seconde qui est pour lui inacceptable : " les habitants ne respectent pas le confinement, maintenant il faut l’armée dans les rues. Ce n’est plus possible".

Le médecin aimerait que son message soit bien entendu et que les habitants respectent ce confinement, cela faciliterait le travail des soignants. "On vit un enfer ici. Il faut que ça s’arrête, les gens se tuent les uns les autres en sortant." »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Prémices de la guerre qui vient

3 Avril 2020, 14:39 Message

Un agent de police marseillais : « On a ordre de laisser les dealers tranquilles, sinon, ils vont mettre le feu aux cités et dépouiller les supermarchés » (Paris-Match par Fdesouche)

« A Marseille, des centaines de fumeurs paniqués se pressaient pour acheter leurs barrettes de shit, collés les uns aux autres dans une longue file d’attente.
«150000 euros de chiffre d’affaires pendant les trois premiers jours de confinement aux Oliviers… C’est exceptionnel ! » confie un policier étonné.

Comment éviter que les quartiers ne s’embrasent ?

Ce même agent révèle le mode opératoire, simple : "On a ordre de laisser tranquilles les dealers et de chasser les clients. Si on s’attaque aux réseaux, les trafiquants vont mettre le feu aux cités, dépouiller les supermarchés, attaquer les camions alimentaires. On ferme les yeux. D’ici un mois, ils vont commencer à souffrir, avec la fermeture des frontières entre l’Espagne et le Maroc".

Le temps peut sembler épais, long, y compris pour les "experts" en privation de liberté, tous ces prisonniers dorénavant dispensés de parloir et de ravitaillement. Situation tendue qu’un détenu des Baumettes synthétise : "Le shit manque. On devient fou. Je ne sais pas comment on va tenir". »

Précédente

Retourner vers Politique & Nouvelles