Afficher le sujet - Démocrature remplaciste

Démocrature remplaciste

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Avatar de l’utilisateur
Messages: 3828

Re: Démocrature remplaciste

13 Octobre 2018, 10:40 Message

Re-merci.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

17 Octobre 2018, 09:05 Message

J'avoue n'avoir suivi cette affaire que de très loin.
Du coup, je tombe des nues en lisant ceci.

Comment on "aide" le "sens de l'histoire"...

Référendum en Nouvelle-Calédonie : l’effet boomerang ? (Bd Voltaire)

« Le point d’orgue de cette dérive politique fut le passage à la trappe, dans des conditions exposées plus loin, du référendum du 13 septembre 1987. Cet acte authentique d’autodétermination avait rejeté "l’indépendance kanak et socialiste" à l’écrasante majorité de 98 % des votants. Des observateurs méticuleux soulignèrent que 60 %, au moins, des votants mélanésiens avaient choisi le sage maintien dans le foyer protecteur et nourricier de la mère patrie. 59,1 % des inscrits avaient bravé le boycott musclé des indépendantistes, limitant l’abstention à environ 12 % de moins que la moyenne des scrutins territoriaux. Ce dernier chiffre marquait, en toute logique, la réelle représentativité de l’indépendantisme. Démocratiquement, la messe était donc dite.

Mais il fallait s’attendre à la violente riposte des agitateurs de la gauche extrême, à la manœuvre sur le territoire et en métropole depuis le début des événements. Embouchant le thème périmé d’une décolonisation accomplie en 1946, activement soutenus à gauche jusqu’au sommet de l’État, ils fomentèrent le sanglant attentat d’Ouvéa d’avril 1988. Le choc émotionnel national produit en pleine campagne électorale présidentielle atteignit l’objectif recherché de rebattre les cartes en Nouvelle-Calédonie. La droite défaite et décomposée, les funestes accords de Matignon de juin 1988 passèrent comme une lettre à la poste. Pur déni de démocratie, ce "Munich du Pacifique" raya d’un trait de plume le référendum de 1987. On se donna dix ans pour que l’évolution démographique et l’expulsion des listes électorales de milliers de non-Kanaks forcent la victoire de l’indépendance dans un nouveau référendum.

Mais les réalités étant décidément têtues, on s’aperçut à l’approche de l’échéance que le compte n’y serait toujours pas. On accoucha alors, avec la complicité d’une droite déboussolée, du stupéfiant accord de Nouméa de 1998, repoussant le référendum à 2018.

Le surréalisme de cet arrangement d’appareils éclate dans les seules dispositions de l’article 5 organisant le futur référendum. En cas de vote négatif à l’indépendance, on pourra revoter deux fois de plus jusqu’à ce qu’elle prévale. Et pour verrouiller l’indépendance, on fit graver dans la Constitution des dispositions irréversibles de souveraineté de la Nouvelle-Calédonie. Incroyable et pourtant vrai ! »

Voilà qui rappelle des choses, et qui démontre soit que nous (la France) sommes devenus un confetti bananier parmi d'autres, soit que la démocratie n'est plus qu'un décor fort décrépi (et dont sans doute il va falloir bientôt se débarrasser une bonne fois, disons dès que la mascarade ne sera plus du tout tenable, et que, de toutes façons, les lobotomisés n'y penseront même plus) — soit les deux. Je penche sérieusement pour les deux...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3828

Re: Démocrature remplaciste

17 Octobre 2018, 09:12 Message

Voilà qui rappelle des choses, et qui démontre soit que nous (la France) sommes devenus un confetti bananier parmi d'autres, soit que la démocratie n'est plus qu'un décor fort décrépi (et dont sans doute il va falloir bientôt se débarrasser une bonne fois, disons dès que la mascarade ne sera plus du tout tenable, et que, de toutes façons, les lobotomisés n'y penseront même plus) — soit les deux. Je penche sérieusement pour les deux...

Il serait peut-être temps d'ouvrir les yeux. Les illustrations en sont multiples.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

19 Janvier 2019, 10:14 Message

La maire (LR) de Montauban, Brigitte Barèges, déclenche une polémique lors de la visite d'Emmanuel Macron (France 3)

« La maire (LR) de Montauban a pris la parole lors de la rencontre entre Emmanuel Macron et les élus d'Occitanie. Brigitte Barèges a appuyé son discours sur l'insécurité et l'immigration sur l'exemple d'une agression sexuelle. Une agression mettant en cause une personne d'origine maghrébine. »

« Ce n'est pas la première fois que Brigitte Barèges déclenche une polémique. La maire de Montauban s'est déja faite remarquée par ses propos sur les "noirs" ou le mariage homosexuel. »

Messages: 521

Re: Démocrature remplaciste

19 Janvier 2019, 10:30 Message

« Ce n'est pas la première fois que Brigitte Barèges déclenche une polémique. La maire de Montauban s'est déja faite remarquée par ses propos sur les "noirs" ou le mariage homosexuel. »

Joli amalgame dans les enfers des mauvaises pensées politiques et du péché raciste sur une élue qui s'inquiète de l'incidence des agressions imputables à des migrants d'Afrique et de l'insécurité qu'ils font naître. Et après ça les journalistes subventionnés s'étonneront qu'on leur tape dessus dans les manifs. "Mais enfin pourquoi vous ne nous aimez pas ?" Foutue engeance.

Ces deux lignes sont le parfait exemple de la manière dont cette caste stipendiée distille et insinue dans les populations ce qu'il faut penser du réel et de quelle manière il ne faut pas le remettre en question. La première Occupation avait Le Pilori ou Je Suis Partout qui assénaient la pensée officielle. Cette saloperie de France-Télévision, l'insinue, opère dans les consciences par infiltration sournoise, vils amalgames, confusions et associations d'idées, lancinante stigmatisation du mal-penser chez les citoyens, apposition d'un voile idéologique qui agit comme anathème doux mais chimiquement pur, rejet catégorique aux enfers et à la damnation de quiconque s'émeut de ce qu'il voit, de ce qu'il vit.

Des coups de battes de baseball dans les parties qui se perdent.

Messages: 823

Re: Démocrature remplaciste

19 Janvier 2019, 11:02 Message

Brigitte Barèges était bien seule. Si, comme moi, vous avez apprécié son intervention, vous pouvez le lui faire savoir sur le site de la Mairie de Montauban. (Attention, il faut s'inscrire)

Messages: 521

Re: Démocrature remplaciste

19 Janvier 2019, 12:36 Message

Merci Alain Georges, j'y vais de ce pas.

Il y a cent ans ces "journalistes" auraient écrit que les propos que peut tenir Brigitte Barèges, son témoignage, sont sans valeur, sans poids véritabe ni portée possible car personne n'ignore qu'il s'agit d'une femme de mauvaise vie.

Quelle importance doit-on accorder à ce que peut bien déclarer une élue qui par ailleurs est bien connue pour ses propos homophobes et anti-noirs ?

La bien-pensance, ses méthodes, ses petits airs, en cent ans, ont été immuables. Les camps politiques ont tourné par rapport à elle, comme autour d'un poteau ou d'un mât de cocagne, tandis qu'elle, constante de l'être, menhir, a persisté telle qu'elle, n'a pas bronché d'un millimètre.

Les constantes, dans les sociétés humaines, sont rares, celle-là mérite une palme.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

2 Février 2019, 10:03 Message

« Le bien public, c'est l'information. Et peut-être que c'est ce que l'État doit financer. Le bien public, ce n'est pas le caméraman de France 3. C'est l'information sur BFM, sur LCI, sur TF1, et partout. Il faut s'assurer qu'elle est neutre». E.Macron. (Le Point)

(Présentation sommaire car en déplacement voiture)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

5 Mars 2019, 20:02 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

16 Mai 2019, 09:06 Message

Pays-Bas : la rédaction d’un journal démissionne après avoir été empêchée de révéler l’installation prochaine de migrants dans une commune (Telegraaf par Fdesouche)

« Par ordre du Conseil du district d’Osseveld-Woudhuis, les "articles critiques" sur l’arrivée d’un centre pour demandeurs d’asile n’ont pas été publiés dans le magazine, diffusé dans les quartiers Osseveld et Woudhuis depuis 27 ans. C’est la première fois dans une longue histoire que le Conseil de quartier intervient dans le contenu.

Depuis 2015, Tamboer écrit sur l’arrivée d’un centre pour migrants. (…) Son dernier article sur l’arrivée du centre était trop critique, selon le conseil de quartier qui a refusé de le publier.

(…) "On se croirait en Corée du Nord ou en Chine" dit Tamboer.

(…) Jaap van Brummen, président du conseil du district d’Osseveld-Woudhuis, qualifie la démission de la rédaction de "triste". Selon lui, cependant, il n’est pas question de censure. "Le conseil du district et les rédacteurs en chef se sont séparés. (…) C’est notre magazine, nous le finançons et nous sommes responsables de ce qui est imprimé dans De Wijkkijker". »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

30 Mai 2019, 07:51 Message

« Les députés devaient finir mercredi d’examiner la réforme du règlement intérieur proposée par Richard Ferrand. Le texte compte plusieurs volets, comme la réforme des questions au gouvernement, ou certains aspects sur la déontologie parlementaire. Mais c’est le chapitre consacré à l’accélération de la procédure législative qui concentre les critiques les plus graves.

Mardi soir, les députés de l’opposition ont quitté l’hémicycle en signe de protestation. A l’ordre du jour : la réduction de la très longue discussion générale qui précède l’examen d’une loi. Aujourd’hui, n’importe quel député peut prendre la parole entre cinq et dix minutes pour dire ce qu’il pense du texte. Avec la réforme, un seul député par groupe parlementaire y sera autorisé, et ce, pour cinq minutes maximum.

"Vous voulez museler l’opposition", s’est indigné mardi le député LR Patrick Hetzel, allant jusqu’à déclarer : "En procédant de la sorte, nous nous orientons – et je pèse mes mots – vers une dictature." "Vous avez certes gagné dans les urnes le pouvoir de gouverner, mais pas celui de nous retirer le droit de nous opposer", avait ajouté l’élue socialiste Laurence Dumont. » (Lettre patriote)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

27 Janvier 2020, 14:35 Message

Michel Onfray : « Nous sommes bel et bien rentrés en dictature, n’en déplaise à Emmanuel Macron. » (Planete360)

« Fidèle à sa stratégie du mépris, Emmanuel Macron a réagi de façon assez viscérale et épidermique, c’est de son âge, à la critique qui lui est faite de présider à la sortie de la démocratie en France afin de mieux y instaurer une dictature.

Les journalistes ont songé aussi bien à Mélenchon qu’à Ségolène Royal, mais j’ai moi aussi abondé en ce sens dans Théorie de la dictature, l’an dernier, pour en faire la démonstration sur plus de deux cents pages… Je m’appuyais sur l’œuvre politique d’Orwell.

J’avais synthétisé mon propos dans cette quatrième de couverture de mon ouvrage :

"Il est admis que 1984 et La Ferme des animaux d’Orwell permettent de penser les dictatures du XX° siècle. Je pose l’hypothèse qu’ils permettent également de concevoir les dictatures de toujours.

Comment instaurer aujourd’hui une dictature d’un type nouveau?

J’ai pour ce faire dégagé sept pistes: détruire la liberté; appauvrir la langue; abolir la vérité; supprimer l’histoire; nier la nature; propager la haine; aspirer à l’Empire. Chacun de ces temps est composé de moments particuliers.

Pour détruire la liberté, il faut: assurer une surveillance perpétuelle; ruiner la vie personnelle; supprimer la solitude; se réjouir des fêtes obligatoires; uniformiser l’opinion; dénoncer le crime par la pensée.

Pour appauvrir la langue, il faut: pratiquer une langue nouvelle; utiliser le double-langage; détruire des mots; oraliser la langue; parler une langue unique; supprimer les classiques.

Pour abolir la vérité, il faut: enseigner l’idéologie; instrumentaliser la presse; propager de fausses nouvelles; produire le réel.

Pour supprimer l’histoire, il faut: effacer le passé; réécrire l’histoire; inventer la mémoire; détruire les livres; industrialiser la littérature.

Pour nier la nature, il faut: détruire la pulsion de vie; organiser la frustration sexuelle; hygiéniser la vi ; procréer médicalement.

Pour propager la haine, il faut: se créer un ennemi; fomenter des guerres; psychiatriser la pensée critique; achever le dernier homme.

Pour aspirer à l’Empire, il faut: formater les enfants; administrer l’opposition; gouverner avec les élites; asservir grâce au progrès; dissimuler le pouvoir.

Qui dira que nous n’y sommes pas?" »


La synthèse n'est pas mauvaise.

Messages: 521

Re: Démocrature remplaciste

27 Janvier 2020, 20:52 Message

"... quand il veut faire du colonialisme français en Algérie l’équivalent de la Shoah (où sont les chambres à gaz et les six millions de morts gazés?), il s’exprime comme un élève passant l’épreuve histoire du brevet des collèges… Mais, l’époque étant ce qu’elle est, avec pareilles sottises, il obtiendrait son diplôme."

Je n'ai jamais goûté Onfray. J'en ai un peu cherché les raisons: je ne peux adhérer à aucune de ses approches parce que toutes ignorent le sacré. La pensée d'Onfray est malheureusement arrêtée à cause de cette carence qu'il doit à sa formation et probablement aussi à ses origines sociales (athées, influence native du marxisme, etc.) C'est un peu injuste et fatal, car l'homme a les yeux grands ouverts, dont il ne cligne par aucune peur.

Il reste à deux doigts de "tout comprendre", et à un degré de profondeur que l'on ne peut lui nier. Il a percé Macron et ne craint d'ouvrir la bouche pour proclamer ce qu'il a trouvé dans le personnage.

Il ne manque à présent que très peu, mais ce très peu fait l'essentiel, pour qu'il ne deviennent "le patron" penseur de la dissidence dans ce pays.

En-dehors d'Asselineau, il semble être le seul penseur cohérent (cohérence interne) a aussi avoir percé Maastricht, même si toujours sans la dimension irrationnelle, sacrale et destinale qui fait le moteur de cette histoire que nous subissons.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

9 Février 2020, 10:22 Message

Michèle Tribalat: les politiques seront-ils bientôt dépossédés de la question migratoire? (Le Figaro)

Après un long article tout aussi nécessaire qu'accablant, cette conclusion au sujet d'une fumeuse convention déjà bien engagée dans les tuyaux :

« Cette convention, dont le projet figure en annexe, si elle voyait le jour, créerait un statut légal de déplacé environnemental, qui supposerait d’établir des liens de causalité entre le déplacement et des dommages liés à l’environnement et de fixer des seuils de gravité aux impacts du réchauffement climatique. Les États seraient en cela aidés par un "appareil scientifique de référence, dans la lignée des travaux du GIEC".

Comme on y est habitué avec ce genre de texte (cf. pacte de Marrakech), la convention s’appliquerait "dans le respect du principe d’égalité souveraine des États parties, de leur intégrité territoriale et de leur indépendance politique, tel qu’énoncé par la Charte des Nations unies". Rien n’est moins sûr puisqu’on apprend que, si tout État ayant ratifié la convention pourrait la dénoncer "à tout moment par notification motivée et adressée au Comité d’experts indépendants", cet État devrait en discuter avec les autres États chargés de tout faire pour l’en dissuader.
Nous aurions franchi le stade ultime de la dépolitisation de la question migratoire, sans possibilité de retour en arrière.

Si cette dissuasion s’avérait infructueuse et que le comité d’experts indépendants ne validait pas la dénonciation, l’État ne pourrait pas sortir de la convention. Ce comité serait composé de 17 experts "indépendants et impartiaux" renouvelé par moitié à la majorité qualifiée tous les cinq ans. Ces experts seraient choisis lors d’une des conférences annuelles, chaque candidat devant représenter au moins 5 États. Par ailleurs, c’est le comité d’experts qui proposerait un financement plancher pour chacun des États (qui seraient invités à aller au-delà) afin d’alimenter un fonds international.

Avec cette convention nous aurions franchi le stade ultime de la dépolitisation de la question migratoire, sans possibilité de retour en arrière. Tout le contraire de ce que semblent souhaiter les citoyens français. Difficile de croire que ce rapport d’experts, s’il était suivi d’effets, serait en mesure d’atteindre l’objectif affiché d’un "consensus national apaisé autour des migrations". »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

12 Février 2020, 20:02 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23421

Re: Démocrature remplaciste

17 Février 2020, 09:56 Message

La "transparence" ou la couverture d'un totalitarisme panoptique au service exclusif du tirage des ficelles : les ombres dans la caverne n'ont jamais été plus efficaces que lorsque tout le monde croit tout voir, et que les surveillés pensent être surveillants.

S'il en est un qui est tenu par les c... c'est bien Macron. Et tout le monde sait, "en creux", ce qui lui pend au nez.

L’ère de la transparence (Bd Voltaire)

« Mais en vérité, le système n’a jamais été aussi opaque : la seule transparence qui existe, c’est la vie des hommes politiques et des journalistes qu’on connaît sur le bout des doigts pour les tenir au doigt et à l’œil ; s’ils s’écartent de la ligne fixée, s’ils dérapent, si le système décide de les faire déraper, aussitôt leur vie, exagérément noircie, est exposée en toute transparence à l’ensemble de la population, dans des termes de nature à la chauffer à blanc d’indignation.

À l’arrière-plan, il y a la transparence de la vie de tous les citoyens, par les téléphones, les connexions Internet, les relevés de comptes bancaires, etc., une propagande de plus en plus intrusive et multiforme incitant au repli et à la délation. Cela fait quelque temps qu’en Europe, les individus ne se sont pas trouvés dans un système aux yeux desquels ils sont aussi transparents, et vulnérables. On sait tout d’eux et, le moment venu, s’ils dérapent, on peut user contre eux de tous les leviers les plus pervers, en grossissant les traits potentiellement diabolisateurs, en éliminant les traits flatteurs et disculpants, tout en prétendant exposer une affaire ignoble en toute transparence.

Le résultat est l’opprobre publique pour le dérapant, et un avertissement sévère au restant du troupeau pour qu’il reste dans les plaisirs qu’on lui conçoit et, surtout, ne se mette pas à réfléchir et poser et prétendre résoudre les vrais problèmes : c’est cela, et rien d’autre, qu’on nous vend, inversion accusatoire, comme "société de la transparence". »

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles