Afficher le sujet - Krisis - pandémie and co

Krisis - pandémie and co

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Messages: 331

Re: Krisis - pandémie and co

25 Mars 2020, 15:51 Message

Puisqu'il s'agit de guerre, ce qui arrive en ce moment peut être, au moins en partie et pour notre pays, éclairé par le recours au bon vieux concept de lutte des classes.
La pandémie semble en effet être pour la classe dominante, au service de laquelle œuvre exclusivement Macron (Voir la gestion des "Gilets Jaunes" et celle de la réforme des retraites) , l'occasion d'abattre définitivement les dernières résistances : le confinement, choisi pour "lutter" contre cette pandémie, plutôt que le dépistage et le traitement à base de chloroquine dont il aurait connu très tôt l'efficacité, est reconnaissons le, un remarquable moyen de mise au pas d'une population (il n'y a plus de peuple) récalcitrante : enfermement et ausweis !

Messages: 331

Re: Krisis - pandémie and co

25 Mars 2020, 16:22 Message

On notera d'ailleurs l'emballement des média à la botte sur ces deux points :Plaidoyer moralisateur et "culpabilisateur" pour le confinement (sortir de chez soi sans motif valable sera bientôt assimilé à un homicide, sauf là où, tradition, coutumes, moeurs aidant, on ne peut, ni donc ne doit, l'imposer ) et entreprise méthodique de discrédit par les experts faisant la fine-bouche pour parler du traitement proposé par Raoult. On fera d'ailleurs tout pour torpiller ce type, à commencer par mener en hôpital des "essais" de la chloroquine sur des subclaquants, pour lesquels on ne peut plus rien faire, dont on conclura que son traitement est inefficace (faute de pouvoir convaincre que la chloroquine est dangereuse, il y a des limites !)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Krisis - pandémie and co

25 Mars 2020, 17:51 Message

Je plussoie, avec ceci : le "choix" du confinement est en même temps la conséquence de l'incurie étatique organisée et de la nullité crasse de nos "élites" de façade, les dernières en date étant caricaturales à cet égard. Ainsi, les circonstances (si l'on peut dire) favorisent-elles un plan profond.

Messages: 331

Re: Krisis - pandémie and co

26 Mars 2020, 08:53 Message

Un article qui développe cette idée :
https://reseauinternational.net/la-tyra ... antavirus/
Extraits :
"Lorsqu’une mécanique hystérique se met à ce point en route, elle ne peut pas s’arrêter parce que sa raison première d’être, en tout cas celle officiellement annoncée, se trouve dépassée...... Il suffit de voir comment la pression, la terreur s’insinue dans les populations. Il suffit de voir comment les pouvoirs occidentaux ne mettent en place aucun plan de sauvetage des services publics, notamment du service de santé. Il suffit de voir comment, en revanche, les gens sont stigmatisés : si le virus se propage, c’est leur faute, c’est leur très grande faute, c’est parce qu’ils ne sont pas totalement terrés, enfermés, c’est parce qu’ils existent finalement. Ce n’est pas parce que le service public hospitalier est en lambeau, ce n’est pas parce que les États ne peuvent plus protéger leurs frontières, ce n’est pas parce que les pouvoirs ont décidé de faire une croix sur leur souveraineté médicale au profit des multinationles. Bref, ils sont responsables de leur malheur, qu’ils subissent, se taisent et remercient encore qu’il existe des dirigeants pour s’occuper d’eux.
.......................................
Puisqu’aucun programme de sauvetage de l’État n’est prévu, qu’un service public, hospitalier, ne peut être réanimé quand le corps de l’État est mis volontairement à l’agonie, préparons-nous à de longues périodes d’isolement. C’est le traitement qui nous est réservé. Puisque nous l’avons accepté, presque exigé.

C’est le traitement dont nous bénéficierons, si nous abandonnons notre liberté au nom d’une prison d’éternité. Car chaque année, et maintenant chaque saison, a ses virus. Il y aura toujours une raison pour enfermer le peuple. En attendant qu’une nouvelle société fantasmée émerge de ce chaos, émerge de ces esprits malades et fanatiques.

Si nous les laissons faire. En politique comme en ménage, chacun occupe l’espace que l’autre lui laisse occuper. Si nous n’exigeons pas de l’État qu’il remplisse ses fonctions, nous acceptons que le pouvoir se comporte comme un geôlier."
Karine Bechet-Golovko


Avatar de l’utilisateur
Messages: 3234

Re: Krisis - pandémie and co

26 Mars 2020, 13:45 Message

Je m'avise que l'article que j'évoque n'est peut-être pas accessible à tout le monde.
En voici donc quelques extraits (subjectifs donc):
[…]
Malheureusement, ces structures ont évolué sous l’influence des spécialistes de la méthode et, petit à petit, la forme a fini par prendre le dessus sur le fond.
[…]
L’avis du comité d’éthique sur la vaccination obligatoire ou sur la restriction de médicaments de base devait faire l’objet de l’avis d’un « vrai » comité d’éthique.
[…]
Ainsi, quelqu’un qui travaille sur la thérapeutique peut donner un avis sur le diagnostic ou l’épidémiologie, pas sur une thérapeutique qui contiendrait des produits sur lesquels il a travaillé. Dans la situation actuelle, un rappel de cette notion de bon sens pourrait être important.
[…]
La deuxième chose est que nous avons interdit les contacts directs, à l’intérieur de l’IHU, entre les représentants des entreprises pharmaceutiques (visiteurs médicaux) et les praticiens. Je crois que nous sommes une des rares, ou la seule, institution qui ait adopté une démarche de cette nature en France.
[…]
Enfin, l’envahissement des méthodologistes amène à avoir des réflexions purement mathématiques. Husserl disait : « Les modèles mathématiques ne sont que les vêtements des idées. » C’est-à-dire que l’on utilise la méthode, en réalité, pour imposer un point de vue qui a été développé progressivement par l’industrie pharmaceutique, pour tenter de mettre en évidence que des médicaments qui ne changent pas globalement l’avenir des patients ajouteraient une petite différence. Ce modèle, qui a nourri une quantité de méthodologistes, est devenu une dictature morale. Mais le médecin peut et doit réfléchir comme un médecin, et non pas comme un méthodologiste.
[…]
Il existe deux exemples fameux de réflexion illustrant cette pensée. Le premier est le paradigme (le modèle) du parachute. Jamais personne n’a comparé dans un essai l’efficacité du parachute. Un collègue anglais avait proposé, pour obéir à la dictature de la méthode, de faire sauter, au hasard, 100 personnes portant un sac avec ou sans parachute pour répondre aux normes actuelles de validation d’un essai thérapeutique. Le problème était de trouver des volontaires…
Une autre forme moins médicale s’appelle la « méthode de Tom ». Le médecin interrogé pour savoir ce qu’il faisait dans une situation où il n’y avait pas de traitement ayant vraiment fait la preuve de son efficacité disait : « J’applique la méthode de Tom », et il expliquait que Tom était son fils et qu’il traitait chacun comme si c’était son propre fils ! Et c’est le fond du serment d’Hippocrate. C’est ainsi que, lors de la crise Ebola, des débats furieux ont été mis en place pour savoir si, dans une maladie dont la mortalité était supérieure à 30 %, il fallait faire des études placebo contre un médicament.
[…]
Je pense qu’il est temps que les médecins reprennent leur place avec les philosophes et avec les gens qui ont une inspiration humaniste et religieuse dans la réflexion morale, même si on veut l’appeler éthique, et qu’il faut nous débarrasser des mathématiciens, des météorologistes dans ce domaine.
[…]
Cela explique pourquoi je n’ai pas voulu continuer de participer au conseil scientifique, dans lequel on trouvait deux modélisateurs de l’avenir (qui pour moi représentent l’équivalent de l’astrologie), des maniaques de la méthodologie. Les médecins confrontés au problème du soin représentaient une minorité qui n’a pas nécessairement l’habitude de s’exprimer et qui se trouvaient noyés par cet habillage pseudoscientifique. Enfin, il y a un conflit d’intérêts entre devenir le porte-parole de la stratégie gouvernementale et la présidence du comité d’éthique.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Krisis - pandémie and co

26 Mars 2020, 14:11 Message

Ce Pr Raoult est vraiment un phénomène !

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3234

Re: Krisis - pandémie and co

26 Mars 2020, 16:09 Message

Je n'ai toujours pas tranché la question de savoir si le Pr Raoult est un franc-tireur de premier ordre, ou s'il se laisse emporter lui aussi par une forme d'hybris, sur fond de guéguerres intestines. Se profile en tout cas une sécession au sein du monde hospitalier public de France.

Moi non plus. Bien sûr, l'aspect franc-tireur me séduit ainsi que le rôle de catalyseur vers la giletjaunisation à laquelle semble devoir virer toute cette affaire, mais je dois dire que je lis de nombreux articles dans plusieurs revues spécialisées étrangères qui relatent des faits concourant à faire de l'étude du professeur Raoult une expérience pour le moins fantaisiste. Une étude chinoise, assez similaire à celle menée à Marseille, a conclu à un effet nul de l'hydroxychloroquine. N'oublions pas non plus les premières vidéos par lesquelles le professeur — comme pratiquement tout le monde — parlait du covid-19 comme étant bien moins grave que la grippe. Nous verrons, mais les forces et les intérêts en présence ne sont pas négligeables.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Krisis - pandémie and co

26 Mars 2020, 16:52 Message

Je plussoie !

Il y a en effet, quand bien même c'est souvent mis en avant par des personnes partisanes à divers titres, quelques autres aspects de type Rock'n'roll chez le personnage... et pas tous à son avantage. Cela étant, la perfection n'est pas de ce monde, on ferait la dissection de ses collègues et néanmoins concurrents que cela pourrait être bien pire, et il nous faut bien avancer dans l'obscurité... il a au moins réussi à mettre un beau bazar dans le ronron institutionnel, et plus encore dans la com' générale, ce qui est appréciable !

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3234

Re: Krisis - pandémie and co

26 Mars 2020, 17:08 Message

[...] il a au moins réussi à mettre un beau bazar dans le ronron institutionnel, et plus encore dans la com' générale, ce qui est appréciable !

À mon tour de plussoyer.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3234

Re: Krisis - pandémie and co

26 Mars 2020, 17:22 Message

Sinon, vous avez le remède élaboré par Sirio Quintero, « scientifique vénézuélien et docteur en nanotechnologie », pas encore aussi connu que notre Raoult national, et que prend religieusement le président Maduro. Le breuvage contient du sureau, de la citronnelle, du gingembre, du miel, du citron et de l'eau, entre autres ingrédients. Il agirait comme « antibiotique naturel » contre le coronavirus.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3234

Re: Krisis - pandémie and co

27 Mars 2020, 00:01 Message

ImageImage
Savez-vous ce que c'est que faner ? Il faut que je vous l'explique : faner est la plus jolie chose du monde, c'est retourner du foin en batifolant dans une prairie ; dès qu'on en sait tant, on sait faner.
Voilà, à peu de chose près, la teneur de la dernière production de Finkielkraut, très content de lui, dans Le Figaro.

Messages: 331

Re: Krisis - pandémie and co

27 Mars 2020, 09:08 Message

(Europe Israël)

Dans une lettre ouverte adressée à La Provence, le docteur Bernard Giral, médecin généraliste à Fontvieille et président de la CTPS (Communauté territoriale professionnelle de santé) du Pays d’Arles a exprimé la révolte des professionnels de santé à l’encontre des décideurs et de ce qu’il n’hésite pas à nommer « le scandale de la chloroquine ».

Il n’a pas pour habitude de mâcher ses mots. Et hier, il en a fait toute la démonstration.

Ce médicament prôné par le professeur marseillais Didier Raoult pour combattre le Covid 19 mais dont les autorités en refusent toujours la prescription aux patients, « alors que ça ne coûte rien et que cela pourrait freiner l’aggravation de l’état des patients« .

« On nous parle d’étude clinique de grande ampleur pour tester la chloroquine. Sauf qu’ils l’administrent à des personnes qui sont déjà dans un état très critique, forcément les conclusions de cette étude diront que la chloroquine ne marche pas contre le Covid 19 !« , lâche le docteur Giral. Et le médecin de dénoncer : « comment expliquer que des élus des hautes assemblées, tels que Christian Estrosi, Valérie Boyer ou bien encore Martine Vassal se prévalent d’en avoir bénéficié et que leurs électeurs n’y ont pas droit ? Comment expliquer que Christian Estrosi a fait rentré de la chloroquine au CHU de Nice ? Il y a donc deux poids deux mesures !« .

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Krisis - pandémie and co

27 Mars 2020, 10:00 Message

En complément : ceci signalé hier.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Krisis - pandémie and co

27 Mars 2020, 20:07 Message

Image


A relier à ceci.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Krisis - pandémie and co

Hier, 09:40 Message

Covid-19 ou la chronique d’une émergence annoncée

Le professeur Philippe Sansonetti, titulaire de la chaire Microbiologie et maladies infectieuses au Collège de France, a donné une conférence intitulée « Covid-19 ou la chronique d’une émergence annoncée ».



Intéressant et absolument sérieux ; ne pas rater au moins sa conclusion, autour de 41 '.


Avatar de l’utilisateur
Messages: 3234

Re: Krisis - pandémie and co

Hier, 13:11 Message

Camus me pardonnera, sans doute, de prendre quelques libertés avec le copyright.
Plieux, jeudi 26 mars 2020, une heure du matin (le 27). L’expérience la plus sensible à l’hôpital, ces temps-ci, pour les patients ou qui voudraient bien l’être, c’est l’attente. Les pompiers m’ont mené, à Auch, hier soir, vers huit heures, parce qu’Agen est saturé. Deux heures et demie durant nous attendîmes dans la cour du service des urgences, à l’intérieur de leur camion. À peine étions-nous enfin dans la place, je fus placé dans une chambre de confinement, et n’y fut visité de personne jusqu’à trois heures et demie du matin. Une femme noire, aimable, polie et compétente, me fit passer alors le fameux test relatif au coronavirus, à l’aide de longs cotons-tiges enfoncés très avant dans chacune des narines, une expérience assez peu plaisante. Puis un homme très correct également m’a fait un nouvel électrocardiogramme et toute sorte d’autres examens, auxquels il n’a fallu pas moins de trois prises de sang, dont l’une au poignet. D’ailleurs tout le monde était très correct — je m’attendais à force « Alors qu’est-ce qui nous fait le petit papy ? », mais ce n’était au contraire que « Bonjour Monsieur », « Je vais prendre votre température, Monsieur », « Respirez bien fort et ne bougez plus, Monsieur ».
[…]
L’homme aux yeux verts, quoi qu’il en soit, jugeait que mon problème relevait d’un gastro-entérologue. Il pouvait très bien n’avoir rien à voir avec le virus — singulière coïncidence, tout de même, fièvre, toux, cette douleur au sternum, et ça n’aurait rien à voir avec le virus ? Et si ç’avait à voir, estimait-il encore, mon séjour à l’hôpital était prématuré. Les premiers symptômes étaient apparus lundi, nous étions jeudi, quatrième jour, les complications ne se manifestent en général, quand elles se manifestent, qu’entre le sixième et le huitième jour. Je pouvais donc rentrer chez moi, quitte à revenir quarante-huit ou soixante-douze heures après, si les ennuis sérieux commençaient. Je crois bien qu’on n’était pas mécontent de libérer un lit. En attendant qu’arrive Pierre pour m’emmener, il me fut demandé d’évacuer la chambre et d’aller patienter dans une autre pièce, confinée elle aussi, mais sans lit.
Le jeune médecin m’avait dit que les résultats du test à propos du coronavirus arriveraient demain, ou samedi au plus tard. Les analyses ont été plus rapides que prévue, leurs conclusions nous ont été communiquées cette après-midi, par un coup de téléphone de Toulouse. Contamination il y a bien. Cela vaut aussi pour Pierre, car on voit mal comment l’un de nous deux pourrait être contaminé et pas l’autre. Il présente ou a présenté d’ailleurs les mêmes symptômes que moi, fièvre, toux, la forte douleur sternale en moins. Mais les risques sérieux qu’il court sont bien moindres, car les hommes de quarante ans ne sont pas du tout le cœur de la cible, pour le virus. Il préfère infiniment s’attaquer aux barbons de ma sorte
Si j’en crois les vues de l’homme aux yeux verts, qui sont d’ailleurs pleinement confirmées par ce que disent les journaux et les réseaux sociaux, la fin de semaine qui vient devrait être décisive, dans mon cas. Si je la dépasse sans encombres, elle et les deux ou trois jours qui la suivront, je pourrai considérer m’être mis à peu près hors d’atteinte. Mais nous en sommes loin.
Je serais bien fâché de mourir en laissant tout en plan.
[...]

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20758

Re: Krisis - pandémie and co

Hier, 15:22 Message

Pièces au dossier à notre modeste niveau, toujours sans conclusion hâtive, bien entendu.

Le Pr Raoult soigne ses patients comme il pense pouvoir et devoir le faire, il ne mène pas une étude en double aveugle, etc. On ne sait pas si ses résultats sont si différents de ce qui se passe quand on ne fait rien, comme au sein de notre système de santé en capilotade. On ne sait pas qui est le Dr Dr Zelenko (déjà signalé, New-York, plusieurs centaines de cas affirmés guéris). Le Maroc n'est pas précisément un pays développé, etc. Quant à la remarque de Philippe Péchade, libre à chacun d'y voir un persiflage mal intentionné de complotiste impénitent... ou simplement une remarque lucide quant à un pan de la question.


Image

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3234

Re: Krisis - pandémie and co

Hier, 16:31 Message

Je remarque que Le Monde fait feu de tout bois contre le Pr Raoult. Un bon point pour lui ? :
Coronavirus et hydroxychloroquine : le couple Buzyn-Lévy cible de publications mensongères
Publié hier à 14h08
Coronavirus : comment le professeur Didier Raoult est devenu une figure centrale des théories complotistes
Publié aujourd’hui à 10h00

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles