Afficher le sujet - Vivre Ensemble

Vivre Ensemble

Sur l'immigration de peuplement et ses conséquences
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

5 Juin 2020, 07:56 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

7 Juin 2020, 08:51 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

8 Juin 2020, 08:51 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

8 Juin 2020, 08:56 Message

No comment...


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

9 Juin 2020, 09:24 Message




Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

9 Juin 2020, 12:49 Message

[video][/video]

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

12 Juin 2020, 07:39 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

12 Juin 2020, 08:33 Message

[message complété]

Image


Je crois que ce type est un footeux richissime, désormais "consultant" à l'Equipe...

Image



Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

14 Juin 2020, 11:00 Message

Image


Mais là, ce ne sont pas des messages "de haine", juste une indignation bien compréhensible, exprimée avec l'énergie d'une belle jeunesse, avenir de notre pays.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

15 Juin 2020, 09:38 Message

Image








Dame...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

15 Juin 2020, 09:52 Message

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 4055

Re: Vivre Ensemble

15 Juin 2020, 09:57 Message

Quand les tchétchènes viennent buter les dealers maghrébins jusque dans les chiottes françaises, Madame de Sévigné a ses vapeurs.
Dernière édition par Eric Veron le 15 Juin 2020, 11:58, édité 1 fois.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 4055

Re: Vivre Ensemble

15 Juin 2020, 11:57 Message

J’ai apprécié la lecture d’une tribune publiée dans Le Figaro par Jean-Michel Delacomptée :
«Une arme braquée sur nos tempes: l’émotivité se substitue au raisonnement»

M. Delacomptée sait manier la langue française et c’est bien agréable. Son papier pourra paraître manquer de pugnacité politique par les temps qui courent, encore que son auteur ne nous ait pas habitués à pareille vigueur de plume. Il s’en tient à son sujet et le traite clairement, c’est appréciable.

[Extraits, donc subjectifs]
[…]
Telle est la leçon délivrée par l’affaire Traoré après bien d’autres: portée par les réseaux sociaux et le grain de sel moralisateur de people impudents, elle valorise les jugements à l’emporte-pièce sous l’empire desquels nous sommes condamnés à vivre. Ce phénomène s’apparente à une arme constamment braquée sur nos tempes. Le phénomène est facile à décrire: absence de recul, primat du viscéral, ignorance des contextes, tranchant du lapidaire, flux incessant de réactions basiques, jouissance d’accuser, de dénoncer, de haïr. La faculté de discernement propre à l’exercice de la raison s’évanouit devant les spasmes de colères collectives toutes importées d’outre-Atlantique, et artificielles à ce titre, car détachées de nos réalités locales.
[…]
Le respect des minorités, qui caractérise la démocratie et qui l’honore, se transforme en ce culte aveugle rendu au discours victimaire par une jeunesse dépourvue de modèles dignes d’être admirés. Il n’existe pas de hautes figures pour ces justiciers épris d’égalité, seulement des coupables. Coupables qui, on le sait bien, sont essentiellement les mâles à peau blanche, hétérosexuels, d’un certain âge (celui des parents), riches ou pauvres peu importe, que les minorités souffrantes rêvent de dépouiller de leurs supposés privilèges au nom d’une fraternité universelle censée abolir toutes les différences, toutes les distinctions, hormis celles qui confèrent aux victimes autoproclamées et auto célébrées un certain type d’avantages appelés «progrès», traduits en discrimination positive et en droits sans devoirs.
Ces luttes régies par une susceptibilité à cran, où le narcissisme se jette dans le mimétisme comme un fleuve dans la mer, servent les désirs d’enfants non pas gâtés, raccourci condescendant, mais bénéficiaires d’une liberté, d’un confort matériel relatif mais indubitable, et, pour tout dire, d’un maternage d’État, qu’elles doivent aux efforts fournis par les générations précédentes. N’ayant jamais subi d’épreuves réellement tragiques, les jeunes générations, du moins une partie d’entre elles, se lancent dans des révoltes qui procèdent du méli-mélo sentimental dont Kundera observe, avec son acuité fondée sur une expérience historique intense, combien les résultats peuvent s’avérer politiquement terribles. Dans l’introduction qu’il a écrite pour sa pièce Jacques et son maître, hommage à Denis Diderot en trois actes, il note ceci:«La sensibilité est indispensable à l’homme, mais elle devient redoutable dès le moment où elle se considère comme une valeur, comme un critère de la vérité, comme la justification d’un comportement.» Et quelques lignes plus bas, il ajoute: «La sensibilité qui remplace la pensée rationnelle devient le fondement même du non-entendement et de l’intolérance.»
[…]
Circonscrit au plan sociétal, le culte des minorités ethniques et sexuelles ne construit rien. Confiant dans le succès qu’il tirera de purs rapports de force, c’est un négativisme conçu comme seul moyen de combat. L’esprit de confusion dont il se nourrit a pour privilège qu’en empêchant de penser, il interdit de débattre. Les ultras de ces causes ne les défendent pas, ils les figent en un martellement continu. Procureurs pavloviens, ils bâillonnent les récalcitrants par des flots d’injures. Férus d’agit-prop, ils squattent non seulement les réseaux sociaux, mais de nombreux partis, des médias télévisuels, les rues, les cervelles naïves malgré la générosité de leurs élans. Forts du simplisme de leurs convictions, ils poussent même les autorités publiques à courber la nuque. Ainsi de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, pour qui, dans certaines circonstances, les infractions causées par l’émotion dépassent les règles juridiques. Autrement dit, les raisons du cœur l’emportent à l’occasion sur l’État de droit.
On voit ici combien un renversement s’opère, où le débat démocratique et la rigueur des lois font face à une fluidité des affects génératrice d’opinions radicales contre lesquelles aucune logique, aucun fait, aucune preuve ne tiennent. Il ne s’agit plus d’œuvrer au bien commun, mais, au prix de l’explosion d’un «vivre-ensemble» déjà passablement écorné, d’imposer son intérêt de groupe sans la moindre considération des arguments susceptibles d’en limiter la portée. Dès lors, la politique en tant que confrontation raisonnée des idées et des choix partisans au service de valeurs partagées demeure sans effet: elle n’a plus voix au chapitre.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

16 Juin 2020, 08:40 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

2 Juillet 2020, 08:30 Message

Image


Mais............................

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24599

Re: Vivre Ensemble

6 Juillet 2020, 12:11 Message

Image

PrécédenteSuivante

Retourner vers Immigration de peuplement & conquête