Afficher le sujet - USA : la présidence Trump

USA : la présidence Trump

Sur les événements internationaux, par temps de "globalisation"
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

14 Décembre 2020, 22:56 Message

Le feuilleton n'est pas terminé : les grands électeurs votent aujourd'hui, mais le résultat ne sera annoncé que le 6 janvier. D'ici là, Dieu sait ce qu'il peut se passer encore.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3938

Re: USA : la présidence Trump

14 Décembre 2020, 23:10 Message

De toutes façons cela laissera des traces. Quand on voit la zizanie qui règne, déjà, dans le camp démocrate, tandis que tonton Sleepy poursuit sa sieste, on se dit que l’avenir en Amérique (comme ailleurs) pourrait être mouvementé.
Dernière édition par Eric Veron le 14 Décembre 2020, 23:19, édité 1 fois.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

14 Décembre 2020, 23:19 Message

Oui, je viens de corriger...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

15 Décembre 2020, 12:36 Message

Je ne peux rien garantir, ne connaissant pas le droit électoral américain, mais il semble bien que des grands électeurs du GOP ont voté séparément dans un certain nombre d'Etats, et que cela induise une nouvelle donne...

Image

Image


En tous cas, il y a fronde.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3938

Re: USA : la présidence Trump

15 Décembre 2020, 13:01 Message

Incroyable suspens, c'est du délire ! Trump sera-t-il réélu avant que le Brexit soit effectif ?! Vous le saurez — peut-être — en suivant notre feuilleton La Démocratie, C'est Jamais Fini.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

15 Décembre 2020, 15:59 Message

Ceci est (un peu) plus clair :

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

15 Décembre 2020, 16:34 Message

...et une explication, façon Dreuz, encore plus précise : Que s’est-il passé lundi, avec le vote de contestation des grands électeurs de 7 Etats (Dreuz)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

16 Décembre 2020, 13:58 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

16 Décembre 2020, 18:41 Message

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3938

Re: USA : la présidence Trump

16 Décembre 2020, 19:37 Message

Tic-Tac...Tic-Tac...Tic-Tac...

Messages: 921

Re: USA : la présidence Trump

18 Décembre 2020, 21:36 Message

Campagnol
@CampagnolTVL

Le Pentagone et la présidence ont décidé de prendre deux semaines supplémentaires et de remettre au 5 janvier la mise au courant de l'éventuel successeur. Le lien entre ingérences étrangères, parti démocrate et sécurité nationale est établi, il manque le chaînon élections.

Après un petit tour à la source c'est à dire en anglais, tout le problème, avec la mise au courant de Biden des affaires courantes du Pentagone, c'est que le chef du Pentagone était de moins en moins convaincu qu'il devait lui transmettre les enquêtes puisqu'il en était l'objet.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

19 Décembre 2020, 15:58 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

20 Décembre 2020, 10:11 Message

Elections américaines : Mike Pence, homme de l’année 2021 ? (Bd Voltaire)

« Les États-Unis vivent une crise constitutionnelle sans précédent et on peut lire un peu tout et n’importe quoi sur le sujet. Alors, répétons-le : non, Joe Biden n’est toujours pas le 46e président du pays. Il se peut même qu’il ne le soit jamais.

Pourquoi ? Parce que le processus électoral n’est pas achevé. On sait que chaque État a certifié sa liste de grands électeurs et l’a envoyée à Washington. On sait également que les élus républicains des États clés ont envoyé leur propre liste, jugeant que celle retenue par le gouverneur était largement entachée d’irrégularités.

Ce beau bazar se retrouvera alors le 6 janvier prochain, au Congrès, où le président du Sénat, en présence des sénateurs et des représentants, ouvrira et comptera les votes (listes reçues).

Tout ce petit monde devra aussitôt se prononcer sur la validité des listes en question. Et c’est là que ça devient intéressant. Parce qu’il suffit qu’un seul membre émette une contestation pour contraindre les deux chambres à débattre. Or, durant ce débat, sénateurs et représentants sont autorisés à présenter des pièces et notamment des éléments de preuve relatifs à la fraude…

Et s’il n’en ressort aucun consensus (hypothèse la plus probable) ? Eh bien, la Constitution américaine, qui a prévu le coup, dispose que le dernier mot revient au président de la haute chambre (le Sénat) qui n’est autre que… Mike Pence.

Or, il se peut fort bien que le respectable vice-président soit convaincu qu’une fraude massive a fait basculer l’élection au profit du ô combien moins respectable Joe Biden. Il se peut, également, qu’il se souvienne qu’en sa qualité de vice-président des USA, il est le garant de la Constitution et des institutions. Auquel cas, il n’est pas déraisonnable de penser qu’il refusera d’approuver les listes litigieuses transmises par les États. Surtout en présence de listes alternatives.

La décision qu’il aura alors à prendre sera historique.

Pourquoi ? Parce que dans une telle éventualité, aucun des candidats n’atteindra le seuil exigé de 270 grands électeurs.

Et selon le 12e amendement à la Constitution, l’élection du futur président doit être renvoyée devant la Chambre des représentants qui devra voter selon la règle « un État, une voix ». Et nous savons qu’il y a plus d’États républicains que d’États démocrates.

Il est donc bien possible que Mike Pence devienne l’homme de l’année 2021. Ou pas. Certains commentateurs considèrent qu’il ne prendra jamais une telle décision. D’autres, en revanche, n’en sont pas du tout convaincus, estimant que l’actuel vice-président, fervent croyant et grand patriote, aura à cœur de défendre son pays. Notamment si l’ingérence étrangère est avérée, ce qu’on ne tardera pas à savoir. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3938

Re: USA : la présidence Trump

20 Décembre 2020, 13:09 Message

Moi aussi, je serais ravi de fêter la victoire de Trump. Mais enfin !... À lire les messages et regarder les vidéos supra, je m'étonne encore et toujours de la capacité d'auto-persuasion de certains, de ce désir forcené, farouche et enfantin de croire aux métamorphoses magiques. Comment ne pas voir, ne pas comprendre — dans cette histoire comme dans bien d'autres — qu'il est des forces sous-jacentes, puissantes, inéluctables et passablement mystérieuses qui dépassent de loin les manigances conjoncturelles et — dans le cycle où nous nous sommes trouvés — nous entraînent à l'abîme. Alors si la dérive tellurique doit passer par Sleepy Joe... Je m'empresse très, très vite de souligner que ceci ne fonde en rien un renoncement personnel. Tout au contraire, il éclaire la résistance qu'il est capital de mener pied à pied. Et n'oubliez pas de me ressortir le présent message, le 7 janvier, après la désignation de Trump comme nouveau président des USA ! :lol:

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23859

Re: USA : la présidence Trump

20 Décembre 2020, 13:48 Message

Oui, et il faut dire qu'il est bien pénible de chercher à savoir ce qui se passe vraiment — ou peut encore se passer, puisqu'en effet la messe n'est toujours pas tout à fait dite —, et de devoir pour cela en passer par ceux qui veulent y croire à tout prix, ceux qui confondent leur désir et la réalité, ou qui croient que leur militantisme internetique à vouloir entraîner le monde dans leur fiction relève de l'action efficace. Ceux-là ne veulent pas moins que les autres tordre le bras aux faits — ne parlons pas de la vérité ! De Dreuz à tel ou tel, ce qui en fait est le plus significatif c'est le ton qu'ils emploient pour avancer leur affaire. Plus il est rempli de réactivité et emporté, plus il témoigne de leur subjectivité. Cela renseigne plus que ce qu'ils avancent. Tout cela est malsain, et presque aussi dommageable que l'invraisemblable blockbuster dans lequel on nous embarque, en effet à destination de l'abîme. On s'est efforcé ici de suivre le feuilleton le plus raisonnablement possible (on rappelle que citer n'est pas adouber...), car il est de première importance quand bien même on n'est pas américanophile, et de relayer ce qui permettait de considérer l'affaire comme objectivement non conclue — à l'encontre de toute la propagande médiatique, et pour ce motif même.

Reste que, si Biden passe, il aura fort à faire, et que la guérilla de Trump, qui se poursuivra, fera mal ; et que la question suivante est : y aura-t-il après ce pataquès éhonté une réforme du système électoral pour assurer un minimum de crédibilité à la "démocratie" américaine, ou celle-ci basculera-t-elle définitivement du côté du décor en carton pâte pour abuser grossièrement les gogos ? On dira que cela ne fera pas une grande différence ; c'est vrai, mais...

PrécédenteSuivante

Retourner vers International, européisme & mondialisme