Afficher le sujet - Union européenne ou union soviétoïde ?

Union européenne ou union soviétoïde ?

Sur les événements internationaux, par temps de "globalisation"
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Union européenne ou union soviétoïde ?

11 Février 2013, 10:16 Message

Union européenne ou union soviétique ? (Bd Voltaire)

« L’Union Européenne est devenue l’URSS des temps modernes : inefficacité et pharisaïsme, auto-légitimation permanente et déni du réel, persécution politique des présumés « dissidents » (1), et défense des privilèges de sa Nomenklatura y sont désormais monnaie courante. L’ineffable logomachie des documents officiels ne fait pas davantage illusion que les fariboles du Gosplan. Pour y remédier et tenter de regagner les faveurs de l’opinion publique, l’Union européenne ne se refuse rien : elle vient d’augmenter de 35 % le budget consacré aux visites de la Commission européenne et de 38 % le budget de son portail Internet Europa. »

http://www.bvoltaire.fr/etiennelahyre/union-europeenne-ou-union-sovietique,11306?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=8fadd04b0e-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

Avatar de l’utilisateur
Messages: 887

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

12 Juillet 2013, 15:53 Message

Un article de Causeur sur la négation des racines chrétiennes de l'Europe. D'ailleurs Jacques Chirac s'est opposé de toutes ses forces au fait que l'on mentionne les racines chrétiennes de l'Europe dans la constitution européenne. Pour moi, ce triste individu est l'archétype de l'homme de droite félon et inféodé à la gauche.
Pendant les dernières années de son second mandat, la presse anglo-saxonne disait qu'il était devenu un président de gauche !


Dans un article intitulé « Une Europe plus laïque, divisée par la croix » le New-York Times s’interroge sur le déni des « racines chrétiennes » de l’Europe par les autorités politiques de l’Union.
Le NYT évoque un épisode éminemment significatif, mais peu commenté dans les médias français. En novembre dernier, la Commission européenne a ordonné qu’on retire les symboles religieux qui décoraient des euros commémoratifs célébrant le 1150ème anniversaire de l’arrivée de Cyrille et Méthode en Slovaquie, où ils apportèrent le christianisme : les croix et les auréoles entourant les deux saints étaient jugés incompatibles avec le principe d’une Union laïque, bureaucratique, et culturellement neutre. Tout un symbole, quant on sait que les deux saints avaient étés sacrés co-patrons de l’Europe par Jean-Paul II en 1985.
La décision a provoqué un tollé chez les élites religieuses et politiques du pays, à tel point que la Commission européenne a finalement dû s’incliner. L’archevêque de Bratislava Zvolensky s’est insurgé contre ce « sécularisme militant », déclarant : « il y a dans l’UE un mouvement qui veut imposer une neutralité religieuse absolue et récuse toute forme de tradition chrétienne ».
En réalité, il s’agit moins de « christianophobie », que d’un rejet général de toute forme d’héritage, qu’il soit religieux, culturel ou philosophique : l’Union Européenne se veut avant tout un espace politique post-historique où les individus, jouissant de la liberté suprême de ne pas avoir de passé, ne seraient unis que par les seuls liens du libre-échange et de la démocratie représentative.
D’où cette « Europe divisée par la croix » décrite par le quotidien américain. D’un côté, les pays d’Europe de l’Ouest, la France et le Royaume-Uni1 en tête, où la religion comme affaire privée et la neutralité axiologique de l’Etat2 sont des dogmes unanimement acceptés. De l’autre, les pays récemment sortis du bloc soviétique, où la religion imprègne encore fortement le tissu social, ont encore la prétention de rester dans l’histoire et s’entêtent à défendre leur identité nationale.

http://www.causeur.fr/europe-laicite-christianisme,23411

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

20 Mars 2014, 22:37 Message

Un entretien avec Anne-Marie Le Pourhiet sur l'Union européenne ici.

« — Vous avez mentionné plus tôt la Cour européenne des Droits de l'Homme, parlons-en. Ses juges sont réputés pour les controverses politiques que créent leurs jugements dans certains États, et plus généralement pour l'interprétation extensive qu'ils auraient de leur office. La justice ayant pour but de faire appliquer les lois qu'une société se donne, et en l'absence de société européenne, quelle est la légitimité d'une justice européenne s'appliquant uniformément à des pays de cultures et de traditions différentes ? Quelle place et quel crédit accorder à la supranationalité normative ?

Vous savez, Jean Foyer, quand il était garde des sceaux du général de Gaulle, avait compris que si le texte de la Convention européenne des droits de l’homme ne soulevait aucune objection en lui-même, c’est l’existence d’une Cour chargée de l’interpréter qui allait poser de graves problèmes de souveraineté. Il avait donc mis le général de Gaulle en garde contre le risque qu’il y avait à placer ainsi la France sous tutelle de juges européens. Au Conseil des ministres suivant, après que Couve de Murville eut exposé l’intérêt de ratifier la Convention, le Général conclut, en s’adressant à son garde des Sceaux: "J’ai lu votre note. Vous m’avez convaincu. La Convention ne sera pas ratifiée. La séance est levée". Il lui avait précédemment enseigné : "Souvenez-vous de ceci : il y a d’abord la France, ensuite l’État, enfin, autant que les intérêts majeurs des deux sont sauvegardés, le droit". Et il avait raison. Le droit n’est légitime que s’il traduit la volonté populaire, la "supranationalité" normative n’est évidemment pas légitime dès lors qu’elle échappe au contrôle des représentants de la nation. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

29 Avril 2014, 11:21 Message

Discours de Charles de Gaulle

Le 23 juillet 1964.

« On a donc vu nombre d’esprits, souvent d’ailleurs valables et sincères, préconiser pour l’Europe, non point une politique indépendante, qu’en vérité ils n’imaginent pas, mais une organisation inapte à en avoir une, rattachée dans ce domaine, comme dans celui de la défense et celui de l’économie, à un système atlantique, c’est-à-dire américain, et subordonnée, par conséquent, à ce que les États-Unis appellent leur « leadership ».

Charles de Gaulle, Discours et messages, édition Plon, tome 4, page 228

Le 27 avril 1965.

« Les mêmes, dans la même intention, entendaient que notre pays, au lieu qu’il participât, ainsi qu’il est naturel, à une coopération organisée des nations libres de l’Ancien continent, fût littéralement dissous dans une Europe dite intégrée et qui, faute des ressorts que sont la souveraineté des peuples et la responsabilité des États, serait automatiquement subordonnée au protecteur d’outre-Océan. Ainsi, resterait-il, sans doute, des ouvriers, des paysans, des ingénieurs, des professeurs, des fonctionnaires, des députés, des ministres, français. Mais il n’y aurait plus la France. Eh bien ! le fait capital de ces sept dernières années c’est que nous avons résisté aux sirènes de l’abandon et choisi l’indépendance. »

Charles de Gaulle, Discours et messages, édition Plon, tome 4, page 355

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

29 Avril 2014, 18:56 Message

Olivier Berruyer «Elections européennes : la plupart des débats sont interdits»


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

2 Mai 2014, 09:47 Message

Nouveau fonds européen pour financer les besoins de santé des migrants malades (Bd Voltaire)

Trois milliards d'euros pour soigner des migrants en bonne santé, cherchez l'erreur...

Au passage un petit rappel : « À partir des années 80 a été découvert en France une maladie alors totalement inconnue : la drépanocytose, maladie génétique et héréditaire de l’hémoglobine. Les malades atteints venaient, pour la plupart, d’Afrique de l’Ouest, du Maghreb et des Antilles. En 2007, 28 % des naissances en France métropolitaine étaient considérées à risque, les indices les plus élevés concernant l’Île-de-France (55,68 %), la région PACA (41,91 %) et le Languedoc-Roussillon (34,78 %). »

Ah, et il y aussi l'AME...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

2 Mai 2014, 16:07 Message

Rien à rajouter à cette image !

Image

Messages: 3089

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

3 Mai 2014, 10:34 Message

Proprement extraordinaire cette photo. Nous sommes arrivés à tel un sommet de dé-réalisation que des gens sont capables de pondre une telle insanité en toute inconscience et bonne conscience.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

3 Mai 2014, 13:37 Message

Désir inconscient de faire capoter l'union ? ;)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

5 Mai 2014, 08:38 Message

Excellent article de M. Vanneste sur Bd Voltaire :

Franz-Olivier Giesbert et son mépris pour les « imbéciles » souverainistes…

« Pauvre FOG, toujours accroché à son radeau idéologique, celui de nos bobos, prétendument intellos, dont le confort intellectuel a vitalement besoin de ces horizons multiples, de cette diversité sans racines qui, paradoxalement, permet de se retrouver entre soi pour dire les mêmes banalités si généreuses dans la même langue et avec les mêmes mots. Il a tellement besoin de s’agripper à ses préjugés de caste que le journaliste qu’il a été ne voit plus rien, ne comprend plus la réalité qui l’entoure.

Que disait la stratégie de Lisbonne ? Que l’Europe allait être, en 2010, « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d’une croissance durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale ». Et FOG, enthousiaste, voudrait que les Espagnols poussent des « Olé » parce que le chômage du premier trimestre 2014 est à 25,9 % (55,5 % pour les jeunes !) quand il était à 26,7 % en 2013. Il se félicite d’un sondage des Français en oubliant que leurs votes sont et seront hostiles à l’Europe… telle qu’elle se fait, une Europe qui n’est pas la leur !

L’Europe s’aligne passivement sur la politique américaine vis-à-vis de Poutine, alors qu’elle est chez elle avec la Russie. L’Europe s’avère incapable de protéger ses frontières. L’euro pèse comme un boulet sur les pays du Sud qui n’ont pas l’économie de cette monnaie. Autrement dit, l’Europe n’existe que peu dans le monde, mais elle n’existe que trop pour les partenaires perdants de l’Union.

Le souverainisme résulte d’un jugement lucide sur la dérive et l’échec de la construction européenne, et d’un souhait de la construire autrement, autour des peuples, de leurs racines et de leur volonté, bref autour de nations sans lesquelles il n’y a pas de démocratie. Mieux vaut être lucide et un peu malheureux que d’être un imbécile heureux, Monsieur Giesbert… »

(Je souligne ce qui est l'essentiel à mes yeux)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

5 Mai 2014, 12:39 Message

Le mur du çon, c'est plusieurs fois par jour désormais : « Les Français ne sont pas contre l'Europe mais ils ne veulent plus qu'elle soit dirigée par la droite » (Cambadélis) !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

9 Mai 2014, 15:23 Message

Hollande, cet invertébré (qui ne tient que par la haine de son papa), ce chewing-gum pétri de négation vindicative et idéologique du réel, vient de vendre la mèche, comme le plus souvent au prix d'un simple renversement : « Sortir de l'Europe, c'est sortir de l'Histoire », dit-il avec une emphase qui ne peut lui convenir, qui échoue platement, comme tout ce qu'il annone ; quand c'est la Sortie de l'Histoire qui est la raison d'être de l'U.E.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

9 Septembre 2014, 10:10 Message

Une intéressante interview exclusive de E. Todd par O. Berruyer, publiée en plusieurs parties sur son site (Les-crises.fr). Todd est agaçant, à dire le moins, il a un bon moment furieusement épousé l'idéologie dominante, mais il semble virer sa cuti ces derniers temps, semble-t-il par honnêteté intellectuelle, ce qui est tout à son honneur.

Le texte complet ici.

Sa publication en 4 parties sur le site de Berruyer :

E. TODD : L’ALLEMAGNE TIENT LE CONTINENT EUROPÉEN

1 - La France s’est mise en état de servitude volontaire par rapport à l’Allemagne
2 -Les acteurs sont incompétents et très peu conscients de ce qu’ils font
3 - L’Allemagne tient le continent européen
4 - Le déséquilibre industriel en faveur de l’Union européenne par rapport aux États-Unis est spectaculaire

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

24 Novembre 2015, 11:54 Message

Image

Messages: 578

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

25 Novembre 2015, 10:30 Message

Je vous invite tous à prendre connaissance de cette pétition, à la signer et à diffuser si vous l'approuvez : c'est ici.

Elle appelle à refuser la nouvelle législation européenne visant à interdire l'accès aux armes de poing semi-automatiques qu’utilisent notamment les tireurs sportifs (dans des disciplines homologuées dans les compétitions nationales en internationales) sous prétexte qu'elles ressemblent aux armes automatiques utilisées par les terroristes.

Ainsi pour lutter contre les djihadistes armés de Kalashnikovs automatiques intraçables provenant des trafics d'armes, les eurocrates s'en prennent à ceux qui détiennent légalement des armes de poing semi-automatiques, déclarées et enregistrées, dont l'acquisition est subordonnée au respect de conditions très draconiennes, notamment à une autorisation préfectorale, et dont l'usage est strictement encadré (conservation en armoire forte, transport sécurisé, utilisation exclusive en stand de tir homologué).

On comprend qu'en fait, ces attentats ne sont qu'un prétexte pour resserrer d'un cran supplémentaire le filet d'interdictions qui bride chaque jour davantage la liberté des citoyens européens.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

25 Novembre 2015, 11:04 Message

Et aussi :

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

10 Janvier 2016, 09:51 Message

Quel retour de volée !

Le ministre de la Justice polonais au commissaire européen chargé des médias : plutôt que de parler de menaces fictives pour la liberté des médias en Pologne, condamnez la censure en Allemagne (Nouvelles de France)

« Les commissaires européens n’ont sans doute pas l’habitude de se faire remettre à leur place de la sorte ! Dans une lettre ouverte à l’Allemand Günther Oettinger, le commissaire européen à l’Économie et à la Société numériques qui a déclaré vouloir demander qu’on mette sous surveillance de l’UE la Pologne à cause de la réforme des médias publics par le gouvernement polonais issu des élections du 25 octobre, le ministre de la Justice polonais Zbigniew Ziobro lui reproche de ne pas s’être intéressé auparavant aux agissements du gouvernement de Donald Tusk, l’actuel président du Conseil européen, et l’invite à s’intéresser de plus près au silence des médias allemands après les agressions sexuelles massives de la Saint-Sylvestre par des demandeurs d’asile.

Cette lettre, dont voici la traduction intégrale en français, a été publiée le 9 janvier :



Monsieur le Commissaire,

Je n’ai pas l’habitude de répondre aux remarques peu intelligentes sur la Pologne formulées par des hommes politiques étrangers, car elles sont surtout révélatrices d’eux-mêmes. Mais ce qui m’a incité à écrire cette lettre, c’est ce que vous n’avez pas dit et que j’aurais pourtant attendu de vous, en tant que commissaire européen responsable des médias.

L’opinion publique en Allemagne, et aussi en Pologne, a été secouée par les agressions sexuelles massives contres des femmes survenues la nuit de la Saint-Sylvestre dans plusieurs villes allemandes. Ces événements, qui font craindre y compris pour la sécurité des Polonais séjournant en Allemagne, ont été tenus secrets pendant plusieurs jours par les médias allemands. L’ancien ministre de l’Intérieur allemand, Hans-Peter Friedrich, a même appelé cela un cartel du silence. La censure de ces informations par les médias allemands a stupéfait l’opinion publique dans le monde. J’ai attendu en vain une réaction décidée de votre part à une telle violation du droit des citoyens à l’information. J’en suis arrivé à la triste conclusion qu’il vous est plus facile de parler de menaces fictives pour la liberté des médias dans d’autres pays que de condamner la censure dans le vôtre.

Monsieur Oettinger,

Il y a une semaine dans une interview pour le « Frankfurter Allgemeinen Sonntagszeitung » vous avez critiqué l’action du parlement et du gouvernement polonais élus démocratiquement, une action qui vise a rétablir l’objectivité et l’indépendance des médias publics en Pologne. Vous avez exigé que la Pologne soit mise sous surveillance.

De tels mots formulés par un homme politique allemand sont lourds de connotations pour les Polonais. Y compris pour moi. Je suis le petit-fils d’un officier polonais qui a combattu pendant la Deuxième guerre mondiale dans l’Armée de l’intérieur secrète, dans cette Pologne qui était sous la « surveillance allemande ».

Monsieur le Commissaire,

Où étiez-vous quand en juin 2014 des agents des services spéciaux ont pénétré de force dans la rédaction d’un des plus grands hebdomadaires en Pologne, « Wprost », et ont malmené le rédacteur en chef pour lui arracher son ordinateur portable avec des enregistrements compromettants pour le gouvernement dirigé par l’actuel président du Conseil européen Donald Tusk ?! Dans votre pays, une action du même type dans la rédaction de l’hebdomadaire « Der Spiegel » avait causé en 1962 un énorme scandale qui avait fait chuter le gouvernement.

Pourquoi le fait qu’on avait mis sur écoute plus de 80 journalistes et juristes polonais qui s’occupaient de cette affaire d’enregistrements compromettants pour le gouvernement précédent a-t-il donc échappé à votre attention ? Pourtant, les services spéciaux ont eu recours à des informateurs secrets pour surveiller des rédactions de presse indépendantes.

Quelle justification trouvez-vous au renvoi d’un demi-millier de salariés de la télévision publique polonaise en les obligeant à se faire embaucher dans une entreprise externe à des conditions humiliantes, comme cela a été le cas sous le gouvernement PO-PSL ?! Après tout, ces partis sont vos alliés du PPE au Parlement européen et l’épuration massive dans la télévision publique avait déjà commencé avec le renvoi de plusieurs dizaines de journalistes indépendants peu après l’arrivée au pouvoir de la coalition PO-PSL.

Et que pensez-vous du fait que le gouvernement précédent ait obtenu le renvoi du rédacteur en chef et de journalistes du quotidien indépendant de référence « Rzeczpospolita » et de l’hebdomadaire populaire « Uważam Rze » ? La majorité des parts dans les deux journaux [qui étaient entre les mains de l’État, NDLR] ont été cédées par le gouvernement PO-PSL à un homme d’affaires ami. Ces renvois étaient consécutifs à un article mettant en doute les résultats de l’enquête gouvernementale sur la tragédie de Smolensk où le président de Pologne, qui était lié au camp politique adverse, a perdu la vie.

Pourquoi vous taisez-vous quand la maison d’édition germano-suisse Ringier Axel Springer, propriétaire de plusieurs médias en Pologne, dont l’hebdomadaire « Newsweek », viole gravement l’exigence d’objectivité de la presse et soutient ouvertement des manifestations contre le parlement et le gouvernement démocratiques de la Pologne ?! Les dirigeants de ce groupe étranger approuvent le comportement du rédacteur en chef de « Newsweek », Tomasz Lis, qui est sorti de son rôle de journaliste et a attisé pendant des manifestations de rue les discours antigouvernementaux. Vous tairiez-vous si le dirigeant du plus gros hebdomadaire allemand « Der Spiegel », Klaus Brinkbäumer, manifestait dans le centre de Berlin en exigeant le renversement, par des protestations de masse, du gouvernement d’Angela Merkel ?!

Monsieur le Commissaire,

On dit dans votre pays, en Allemagne : « cuius regio – eius radio », c’est-à-dire « tel pouvoir, telle radio ». Dans la pratique, en Allemagne, les chefs des radios et télévisions publiques sont désignés par les politiciens qui exercent le pouvoir à un moment donné. La loi sur les médias sur laquelle travaille le gouvernement polonais prévoit des solutions nettement plus démocratiques. Elle prévoit que le Conseil national des médias sera choisi par le président et les deux chambres du parlement.

Je n’ai pas votre toupet pour faire la leçon aux Allemands et leur dire d’adopter des règles similaires. Je ne vais pas non plus demander, suite à la censure des informations sur les agressions de la Saint-Sylvestre, de mettre le drapeau allemand en berne, comme vous avez dans le passé proposé d’agir avec les drapeaux des États de l’Union européenne endettés vis-à-vis de l’Allemagne. Je vous prie simplement, eu égard au prestige de votre charge, de faire preuve dans vos déclarations d’une plus grande prudence et surtout d’objectivité.

Respectueusement vôtre,

Zbigniew Ziobro »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21638

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

7 Avril 2016, 08:59 Message

C'est ce que nous allons avoir l'occasion de vérifier une nouvelle fois...

Pays-Bas: les eurosceptiques ravis du "non" au référendum sur l'accord Ukraine/UE (L'Express)

La chose est minimisée autant que faire se peut par nos médias.
Il s'agit pourtant d'une claque démocratique de premier ordre, compte tenu de ses conditions.

« Selon l'ANP, le "non" l'emporte avec 61,1% des voix, avec un taux de participation à 32,2%, au-dessus de la barre des 30% indispensable pour valider le scrutin. Selon la loi sur le référendum, le texte doit être maintenant représenté au Parlement et au Sénat. »

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3531

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

7 Avril 2016, 09:50 Message

Effectivement, ce référendum est une nouvelle claque à l'Euroland et le silence qui cherche à étouffer ce résultat est assourdissant. Que n'aurait-on entendu en cas de victoire du oui !

Messages: 3089

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

7 Avril 2016, 15:15 Message

Le constat et les analyses politiques et même civilisationnelles de Zinoviev sont à mes yeux à la fois grandioses par leur portée et d'une lucidité étonnante. Ce tour d'horizon du monde après l'éffondrement du communisme laisse pantois surtout qu'il a été prononcé il y a 27 ans cad immédiatement après l'éffondrement du rideau de fer.

La grande rupture — Analyse de la supra société globale

Le 10 mai 2006, s’éteignait dans le silence général Alexandre Zinoviev, logicien, écrivain et philosophe Russe. Plutôt que de faire du copié/collé de biographie disponible sur Internet, voici retranscrite une partie de sa dernière Interview avant son retour en Russie, après 23 ans d’exil, à l’heure ou la Serbie était martyrisée par l’OTAN. Alexandre Zinoviev dresse un bilan sans illusions et hautement critique de ses 23 ans en Occident.


Avec quels sentiments rentrez vous après un exil si long ?
Avec celui d’avoir quitté une puissance respectée, forte, crainte même et de retrouver un pays vaincu, en ruines. Contrairement à d’autres, je n’aurais jamais quitté l’URSS si on m’avait laissé le choix. L’émigration a été une vraie punition.


On vous a pourtant reçu a bras ouverts !
C’est vrai………Mais malgré l’accueil triomphal et le succès mondial de mes livres, je ne me suis jamais senti chez moi ici…

Depuis la chute du système communiste, c’est le système occidental qui est devenu votre principal sujet d’études? Pourquoi?
Parce que ce que j’avais dit est arrivé : la chute du communisme s’est transformé en chute de la Russie. La Russie et le communisme formaient une seule et même chose.

La lutte contre le communisme masquait t’elle une lutte contre la Russie?
Absolument. La catastrophe Russe à été voulue et programmée ici en Occident. Je le dis car ai été à une certaine époque un initié. J’ai lu des documents, participé à des études qui sous couverts de combattre une idéologie, préparaient la mort de la Russie. Et cela m’est devenu insupportable au point ou je ne peux plus vivre dans le camp de ceux qui détruisent mon pays et mon peuple. L’Occident n’est pas une chose étrangère pour moi, mais une puissance ennemie.

Seriez vous devenu un patriote?
Le patriotisme n’est pas mon affaire, ce n’est pas mon problème. J’ai recu une éducation internationaliste et je lui reste fidèle. Je ne peux pas dire si j’aime ou non les Russes. Mais j’appartiens a ce peuple et à ce pays. J’en fais partie. Les malheurs actuels de mon peuple sont tels que je ne peux continuer à les contempler de loin. La brutalité de la mondialisation met en évidence des choses inacceptables.

Les dissidents Soviétiques parlaient pourtant comme si leur patrie était la démocratie et leurs peuple les droits de l’homme. Maintenant que cette manière de voir est dominante en Occident, vous semblez la combattre. N’est ce pas contradictoire ?
Pendant la guerre froide, la démocratie était une arme dirigée contre le communisme, mais elle avait l’avantage d’exister. On voit d’ailleurs aujourd’hui que l’époque de la guerre froide a été un point culminant de l’histoire de l’Occident. Un bien être sans pareil, un extraordinaire progrès social, d’énormes découverts scientifiques et techniques, tout y était ! Mais l’Occident se modifiait presque imperceptiblement. L’intégration timide des pays développés commençait alors et constituait les Prémisses de la mondialisation de l’économie et de la globalisation du pouvoir auxquels nous assistons aujourd’hui. Une intégration peut être généreuse, positive si elle répond par exemple au désir légitime des nations nées de s’unir. Mais celle ci à dès les départ été pensé en termes de structures verticales, dominées par un pouvoir supranational. Sans le succès de la contre révolution Russe, il n’aurait pu se lancer dans la mondialisation. Le rôle de Gorbatchev n’a donc pas été positif ? Je ne pense pas en ces termes la. Contrairement à l’idée communément admise, le communisme ne s’est pas effondré pour des raisons internes. Sa chute est la plus grande victoire de l’histoire de l’Occident. Victoire colossale qui, je le répète, permet l’instauration d’un pouvoir planétaire. Mais la fin du communisme a aussi marqué la fin de la démocratie, notre époque aujourd’hui n’est pas que post communiste, elle est aussi post démocratique. Nous assistons aujourd’hui à l’instauration du totalitarisme démocratique, ou si vous préférez à l’instauration de la démocratie totalitaire.

N’est ce pas un peu absurde ?
Pas du tout. La démocratie sous entend le pluralisme Et le pluralisme suppose l’opposition de au moins deux forces plus ou moins égales. Forces qui se combattent mais n’influencent en même temps ; il y avait à l’époque de la guerre froide, une démocratie mondiale, un pluralisme globale au sein duquel cohabitait, coexistait le système capitaliste et le système communiste, et même une structure plus ou moins vivante, les non-alignés. Le totalitarisme communiste était sensible aux critiques venant de l’Occident et celui ci subissait aussi l’influence du communisme par le biais notamment de ses partis communistes. Aujourd’hui nous vivons dans un monde dominé par une idéologie unique, un fait unique, par un parti unique mondialiste.La constitution de ce dernier a commencé a l’époque de la guerre froide, quand des structures transnationales se sont mises en oeuvre sous les formes les plus diverses : médias, sociétés bancaires, sociétés commerciales…Malgré leurs différents secteurs d’activités, ces forces étaient unies par leur nature supranationale. Avec la chute du communisme, elles se sont retrouvées aux commandes du monde. Les pays occidentaux sont donc dominateurs, mais aussi dominés car perdent progressivement leur souveraineté au profit de ce que j’appelle la «supra société». Elle est constituée d’entreprises commerciales et non commerciales dont la zone d’influence dépassent les nations. Les pays occidentaux sont soumis comme les autres au contrôle de ces structures non nationales..Or la souveraineté des nations est elle aussi une part considérable et constituante du pluralisme, donc de la démocratie, à l’échelle de la planète. L’intégration Européenne qui se déroule sous nos yeux, provoque elle la disparition du pluralisme au sein de ce conglomérat, au profit d’un pouvoir supranational.

Mais ne pensez vous pas que la France ou l’Allemagne continuent à être des pays démocratiques ?
Les pays occidentaux ont connu une vraie démocratie à l’époque de la guerre froide. Les partis politiques avaient de vraies divergences idéologiques et des programmes politiques différents. Les organes de presse avaient des différences marquées, eux aussi. Tout cela influençait la vie des gens, contribuait à leur bien être. C’est bien fini.
Parce le capitalisme démocratique et prospère, celui des lois sociales et des garanties d’emploi devait beaucoup à l’épouvantail communiste. L’attaque massive contre les droits sociaux à l’ouest à commencé avec la chute du communisme à l’ouest. Aujourd’hui les socialistes au pouvoir dans la plupart des pays d’Europe mènent une politique de démantèlement social qui détruit tout ce qu’il y avait de plus socialiste justement dans les pays capitalistes. Il n’existe plus en occident de force politique capable de défendre les humbles. L’existence des partis politiques est purement formelle. Leurs différences s’estompent chaque jour d’avantage.
(…).
La démocratie tend aussi à disparaître de l’organisation sociale occidentale.
Cette super structure non démocratique donne des ordres, sanctionne, bombarde, affame. Même Clinton s’y conforme. Le totalitarisme financier a soumis les pouvoirs politiques. Le totalitarisme financier est froid. Il ne connaît ni la pitié, ni les sentiments. Les dictatures politiques sont pitoyables en comparaison de ce totalitarisme la. Une certaine résistance était possible au sein des dictatures les plus dures, aucune révolte n’est possible contre une banque.

Et la révolution?
Le totalitarisme démocratique et la dictature financière excluent la révolution sociale.

Pourquoi?
Parce qu’ils combinent la brutalité militaire toute puissante et l’étranglement financier planétaire. Toutes les révolutions ont bénéficié de soutien venu de l’extérieur, c’est désormais impossible, de par l’absence de pays souverains. De plus la classe ouvrière à été remplacée par la classe des chômeurs au bas de l’échelle sociale, or que veux un chômeur ? Un emploi. Ils sont dans une situation de faiblesse, contrairement à la classe ouvrière du passé.

Tous les systèmes occidentaux avaient une idéologie. Quelle est celle de cette nouvelle société que vous appelez post démocratique?

Nous sommes dans une époque post idéologique mais en réalité la supra idéologie du monde occidental diffusée au cours des 20 dernières années est bien plus forte que l’idéologie communiste ou nationale-socialiste. Le citoyen occidental est bien plus abruti que ne l’était le soviétique moyen par la propagande communiste. Dans le domaine idéologique, l’idée importe moins que les mécanismes de sa diffusion. Or la puissance de diffusion des médias occidentaux est énorme. (…) Il suffit que la décision soi prise de stigmatiser un Karadzic ou un Milosevic et ça y est, une machine de propagande planétaire se met en branle. Et alors qu’il faudrait juger les dirigeants occidentaux pour viol de toutes les règles de droit existants… La majorité des citoyens occidentaux sont persuadés que la guerre contre la Serbie était juste. (…).
L’idéologie occidentale combine et fait converger les idées en fonction des besoins. L’une de ces idées est que les valeurs et le mode de vie occidentaux sont supérieurs aux autres. Essayez de convaincre les Américains moyens que la Russie en meurt, ils n’y croiront pas mais continuerons d’affirmer que les valeurs occidentales sont universelles, appliquant ainsi l’un des vieux principes du dogmatise idéologique. Les théoriciens, médias, dirigeants sont persuadés d’avoir raison, et que l’homme occidental ; porteur de ces valeurs est un nouveau surhomme. (…).

Quelle est l’idée maîtresse de cette idéologie dominante en Occident ?
C’est le mondialisme, la globalisation autrement dit la domination mondiale. Et comme cette idée est asssez antipathique, on la camoufle sous le discours plus vague et généreux d’unification planétaire et de transformation du monde en un tout intégré. C’est le vieux masque soviétique de » l’amitié entre les peuples», destiné à couvrir l’expansionnisme. En réalité, l’Occident procède actuellement à un changement de structure à l’échelle planétaire. D’un côté elle domine le monde de la tête aux pieds, de l’autre s’organise elle même verticalement, avec le pouvoir supranational au sommet de la pyramide.

Un gouvernement mondial ?
Si vous voulez oui.

N’est ce pas être un peu victime de la théorie du complot ?
Quel complot ? Il n’y a aucun complot. Le gouvernement mondial est dirigé par les gouverneurs des structures supranationales, commerciales, financières et autres, connues de tous. Selon mes calculs, 50 millions de personnes a peu près font déjà partie de cette supra société qui dirige le monde. Les États Unis en sont la métropole. Les pays d’Europe occidentale et certains dragons Asiatiques la base. Les autres sont dominés selon une dure gradation économico financière. Ça c’est la réalité. La propagande elle dit qu’un gouvernement mondial, contrôlé par un parlement mondial serait souhaitable et que le monde est une vaste fraternité. Ce ne sont la que des balivernes destinées à la population. (…)
Les totalitarismes du 19ième siècle ont été extrêmement violents. On ne peut pas dire la même chose de la démocratie occidentale. Ce ne sont pas les méthodes mais les résultats qui importent. Les Russes ont perdu 20 millions d’hommes et ont eu des destructions considérables en combattant l’Allemagne Nazie. Pendant la guerre froide, sans bombes ni canons, ses pertes sur tous les plans ont été bien plus considérables, pertes de 10 ans de l’espérance de vie, la mortalité infantile est catastrophiques, 2 millions d’enfants ne dorment pas à la maison, 5 millions d’enfants en âge d’étudier ne vont pas à l’école. Il y a 12 millions de drogués recensés. L’alcoolisme est généralisé. 70% des jeunes ne sont pas aptes au service militaire à cause de leur état physique. Ce sont la les conséquences directes de la défaite de la guerre froide, défaite suivie par l’occidentalisation. Si cela continue, la population du pays va passer à 50 millions d’habitants, le totalitarisme démocratique surpassera en violence tous ceux qui l’ont précédé….

En violence …. ?
La drogue, la malnutrition, le SIDA sont plus efficaces que la violence guerrière. L’Occident vient d’inventer la guerre pacifique. L’Irak et la Yougoslavie sont deux exemples de réponse disproportionnée et de punition collective, que l’appareil de propagande se charge de d’habiller en guerres justes. L’exercice de la violence par les victimes contre elles mêmes est une technique prisée. La contre révolution Russe en est un exemple. Mais en faisant la guerre à la Yougoslavie, les pays d’Europe occidentale se la sont faites à eux mêmes. Selon vous la guerre en Serbie était une guerre contre l’Europe ? Absolument ! Il existe au sein de l’Europe, des forces capables d’agir contre elle mêmes. La Serbie a été choisie, parce qu’elle résistait au rouleau compresseur mondialiste. La Russie pourrait bien être la suivante, avant la Chine…

Vous dites que la démocratie totalitaire était colonisatrice. Pour Marx, la colonisation était civilisatrice, pourquoi ne le serait elle pas à nouveau ?
Pourquoi pas en effet ? Mais pas pour tout le monde. Quel est l’apport des indiens d’Amérique au monde ? Presque nul car ils ont été exterminés? Ecrasés. Voyez maintenant l’apport des Russes ! L’Occident se méfiait moins de la puissance militaire soviétique que de son potentiel intellectuel, artistique, sportif. Parce qu’il dénotait une extraordinaire vitalité. Or c’est la première chose à détruire chez son ennemi. Et c’est ce qui à été fait. La science Russe dépend aujourd’hui des financements Américains. Et est dans un état pitoyable, car ses derniers n’ont aucun intérêt à faire travailler leurs concurrents. Ils préfèrent faire travailler les avants Russes aux Etats-Unis. Le cinéma soviétique a lui aussi été détruit et remplacé par le cinéma Américain. En littérature, c’est la même chose. La domination mondiale s’exprime, avant tout, par le diktat intellectuel ou culturel si vous préférez. Voilà pourquoi les Américains s’acharnent depuis des décennies a faire baisser le niveau culturel et intellectuel du monde : ils veulent baisser au leur pour pouvoir exercer ce diktat.

Mais cette domination ne serait elle pas un bien pour l’humanité ?
Ceux qui vivront dans 10 générations pourront effectivement dire que les choses se sont faites pour le bien de l’humanité, autrement dit pour leur bien a eux. Mais qu’en est il du Français ou du Russe aujourd’hui ? Peut il se réjouir si il sait que son avenir est celui des indiens d’Amérique ? Le terme humanité est une abstraction…Dans la vie réelle il y a les Russes, les Chinois, les Français, les Serbes…etc. Or si les choses continuent comme elles sont parties, les peuples qui ont fait notre civilisation, je pense essentiellement aux peuples latins, vont disparaître. L’Europe occidentale est submergée par une marée d’étrangers et ce n’est pas un hasard. Nous n’en avons pas encore parlé mais cela n’est ni le fruit du hasard ni le fruit d’un mouvement incontrôlable….Le but est de créer une situation semblable à celle des Etats Unis. Savoir que l’humanité va être heureuse mais sans Français ne devrait pas réjouir les Français actuels. Après tout laisser sur notre terre un nombre limité de gens qui vivraient comme au paradis pourrait être un projet rationnel. Ceux la penseraient sûrement que le bonheur est l’aboutissement de la marche de l’histoire. Non il n’est de vie que celle que nous et les nôtres vivons aujourd’hui.

Le système soviétique était inefficace. Les sociétés totalitaires sont elles condamnées à l’inefficacité?
Qu’est ce que l’efficacité? Aux Etats Unis, les sommes dépensées pour maigrir dépassent le budget de la Russie. Et pourtant le nombre de gros augmente. Et il y a des dizaines d’exemples de cet ordre.

Peut on dire que l’Occident vit actuellement une radicalisation qui porte les germes de sa propre destruction ?
Le nazisme a été détruit dans une guerre totale. Le système soviétique était jeune et vigoureux. Il aurait continué à vivre si il n’avait pas été combattu de l’extérieur. Les systèmes sociaux ne s’autodétruisent pas. Seule une force extérieure peut anéantir un système social. Comme seul un obstacle peut empêcher une boule de rouler. Je pourrais le démontrer comme on démontre un théorème. Actuellement nous sommes dépassés par un pays disposant d’une supériorité économique et militaire écrasante. Le nouvel ordre mondial se veut unipolaire. Si le gouvernement supranational y parvenait, n’ayant aucun ennemi extérieur, ce système pourrait exister jusqu’à la fin des temps. Un homme seul peut être détruit par ses propres maladies. Mais un groupe même restreint aurait tendance à survivre, ne fut ce que par la reproduction. Imaginez un système social composé de milliards d’individus !! Ses possibilités de repérer et d’arrêter les phénomènes destructeurs seraient infinies. Le processus d’uniformisation du monde ne peut être arrêté dans l’avenir prévisible. Car le totalitarisme démocratique est la dernière phase de l’évolution de la société occidentale. Evolution commencée à la Renaissance.

Extrait du livre de Alexandre Zinoviev: «La grande rupture» Disponible à l’age d’homme. L’entretien à été réalisé par Victor Loupan à Munich en juin 1999 quelques jours avant le retour définitif de Zinoviev en Russie.

Suivante

Retourner vers International, européisme & mondialisme