Afficher le sujet - Union européenne ou union soviétoïde ?

Union européenne ou union soviétoïde ?

Sur les événements internationaux, par temps de "globalisation"
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

25 Septembre 2020, 13:18 Message


Avatar de l’utilisateur
Messages: 4104

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

25 Septembre 2020, 16:12 Message

Cette affreuse personne — dont peu de gens doivent connaitre le nom — se contrefiche autant des «migrants» que des européens. Avec un sourire à peine retenu elle expose avec aplomb son programme : destruction de la dignité humaine, mise en place d'une fourmilière économique low cost.

Messages: 541

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

26 Septembre 2020, 22:29 Message

L'invasion migratoire, et le flux actuel des naturalisations mettent fin à la démocratie. Non point seulement parce que la décision de déclencher cette invasion et cette vague ininterrompue d'accession à la nationalité et ses droits est prise sans "consultation" du peuple, mais parce que le droit de vote étant accordé sans discrimination à tous les nationaux, sans considération d'ancienneté, ces flux faussent le vote. En effet, la majorité des électeurs en vient aux termes de cette décision politique et administrative à se confondre avec la clientèle des admis à ce droit, lesquels doivent leur admission à un pouvoir politique lui-même élu. Un pouvoir politique, en un régime démocratique qui le rend par définition transitoire, s'arrogeant la faculté de créer et de multiplier ses mandants à son gré et par décret (les décrets de naturalisation) assassine la démocratie. Il y a là un vice fondamental qui corrompt le coeur du principe démocratique : une naturalisation vaut pour une suite future de générations et il est vicieux, pervers et anormal, qu'un flux migratoire entrant et une avalanche de naturalisations de personnes étrangères puissent être décrétés par un pouvoir constitutionnellement transitoire, ontologiquement provisoire, élu pour un mandat à dates arrêtées.

Ces gens qui nous gouvernent ne jouissent d'aucun autre mandat ou pouvoir que celui de gouverner l'existant. Et ils usurpent ce pouvoir dès lors qu'ils se mettent en devoir, sans consulter personne, d'altérer l'existant, la future matière mandante du pouvoir politique, à leur gré et selon leurs visées. Il y a là un vice, une corruption, un détournement du principe démocratique aux termes duquel l'élu doit le respect à l'existant qu'il représente et qui lui délègue son pouvoir.

Messages: 1033

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

27 Septembre 2020, 10:05 Message

Il y a belle lurette que la classe qui tient les leviers de commande s'est assise sur les principes qui fondent la démocratie et qu'elle en a soigneusement saboté les mécanismes pour s'assurer que, jamais au grand jamais, le peuple ne puisse faire entendre sa voix. Nous le savons, nous le voyons, nous le subissons mais nous n'osons pas encore admettre qu'en l'état actuel de sa corruption, ce système est mortifère : aujourd'hui la démocratie, ses règles et ses slogans, est le moyen par lequel les peuples d'Europe sont manipulés, enchaînés, spoliés et menés à leur disparition. La volonté de ces peuples ne peut et ne pourra plus de longtemps s'exprimer dans les urnes. A nous de rechercher par quel voie elle pourra de nouveau s'imposer, pour autant qu'il y en est encore une. Mais peut-être y en aura-t-il toujours une tant qu'un seul d'entre nous sentira qu'il l'incarne et revendiquera de l'incarner au nom de sa fidélité à ce que fut son peuple. Heureuse coincidence, le site "Citatio" propose comme citation du jour ceci, qui tombe bien :
« On pourrait définir la tradition comme une extension du droit de vote au passé. Elle consiste à accorder le droit de suffrage à la plus obscure de toutes les classes, celle de nos ancêtres. C’est la démocratie des morts. La tradition refuse de se soumettre à la petite oligarchie arrogante de ceux qui ne font que se trouver par hasard sur terre. » Gilbert Keith Chesterton

Messages: 541

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

27 Septembre 2020, 10:44 Message

L'intérêt de mettre le doigt sur ce stratagème, qui consiste à modifier de manière irréversible la composition du corps électoral, ou plus simplement et plus exactement non point la "composition" mais bien le corps électoral lui-même, et de manière irréversible comme ne l'est pas par exemple un redécoupage des circonscriptions électorales tel celui auquel s'est plu de se livrer le sieur Hollande (qui par exemple a fait disparaître de la carte la région Languedoc qui votait mal depuis quelques années), l'intérêt dis-je, est qu'enfin il devient net, visible, identifiable que la démocratie est violée et que le pouvoir dont elle permet la délégation est usurpé. Le pouvoir élu commet un acte d'usurpation lorsqu'il refonde le corps électoral à coup de 100000 naturalisations par an.

Les élections sont faussées. Comment ? par aucun acte qui ressortirait à un ténébreux complot (Etat profond, collusion des médias et des juges avec le pouvoir en place, qui sont toujours matière à débat) mais par une politique de changement de peuple conduite au vu et au sus de tout le monde, par décrets qui paraissent au Journal Officiel. Nous ne sommes pas des complotistes: nous sommes seulement des observateurs qui tenons les yeux ouverts sur le Journal Officiel. Les décrets qui paraissent au Journal Officiel ne sont pas sujet à débat, à conjectures, à controverse. Ils sont purs de malfaçons, leur lecture non entachée de subjectivité. On refonde l'existant, on assassine le peuple, on le refait au grand jour. Le peuple est pis que remplacé: il est refait, comme on le dit de la victime d'une escroquerie, d'un habile subterfuge opéré au grand soleil des foires et fêtes de village.

Il n'y a pas d'issue, point de recours contre cette refonte du corps de la nation par décisions autoritaires et parfaitement légales, hormis le renversement désespéré de la table du jeu de gobelets et la dispersion des prestidigitateurs à coups de fouet et de fourches.

Messages: 1033

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

27 Septembre 2020, 13:53 Message

Renverser la table, oui, nous sommes nombreux à le souhaiter, mais dans ce pays plus nombreux encore sont ceux qui s'y refuseraient par paresse, désintérêt, lâcheté ou intérêt. N’attendons plus de ce pays le moindre sursaut. Le renversement, nous ne pouvons l'attendre que d'un grand chambardement mondial, où se confronteraient deux projets civilisationnels, celui qui verrait l'ours russe se dresser contre l'Otan par exemple, quel qu’en soit le prétexte. Espérons le et travaillons y si nous le pouvons.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

28 Septembre 2020, 11:30 Message

Alain Georges a écrit:Mais peut-être y en aura-t-il toujours une tant qu'un seul d'entre nous sentira qu'il l'incarne et revendiquera de l'incarner au nom de sa fidélité à ce que fut son peuple.


Profondément vrai.
A proportion des ravages de l'oubli... et de la disparition des "conditions de possibilité", comme dirait Kant.

Il peut être utile de relire la Critique de la Raison pure, par les temps actuels. Elle ne l'a guère été à ce jour pour ce qu'elle est en vérité. Qui est l'homme ? est la question qui tient en haleine toute l’œuvre du patient penseur de Königsberg.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

27 Novembre 2020, 10:34 Message

Viktor Orban :

« Nombreux sont ceux qui pensent que le chef du gouvernement d’un pays n’a pas à débattre avec George Soros. Pour eux, Soros est un délinquant économique, qui a gagné son argent par la spéculation, par la ruine de millions de personnes, et même par le chantage exercé sur rien moins que des économies nationales. Tout comme les gouvernements ne peuvent pas discuter avec des terroristes, les chefs de gouvernement ne peuvent pas non plus débattre avec des délinquants économiques.

J’y suis tout de même contraint aujourd’hui, parce que George Soros, le milliardaire spéculateur d’origine hongroise, a publiquement imparti des ordres aux dirigeants de l’Union européenne dans un article paru le 18 novembre sur le site dénommé Project Syndicate, dans lequel il leur intime de punir sévèrement les Etats-membres qui se refusent à s’intégrer dans un empire européen global et unifié sous la bannière de la société ouverte.

Tout au long de l’histoire, ce sont toujours les nations qui ont donné sa force à l’Europe. Bien que les nations formant l’Europe soient d’origines perses, les racines communes de notre foi les ont réunies. Le modèle de la famille reposant sur la tradition judéo-chrétienne a été le fondement de nos communautés. C’est la liberté chrétienne qui a assuré la liberté de la réflexion et de la culture et a créé une concurrence bénéfique entre les nations de l’Europe. Le mélange vertueux des différences a fait de l’Europe, pendant des siècles, la force motrice du monde.

Toutes les tentatives visant à chercher à unifier l’Europe sous l’égide d’un empire ont échoué. C’est pourquoi l’expérience historique nous fait dire que l’Europe ne sera de nouveau grande que lorsque ses nations le seront également, et qu’elles sauront résister à toute tentative impériale.

Des forces puissantes sont de nouveau à l’oeuvre pour faire disparaître les nations européennes et unifier le continent sous l’égide d’un empire global. Le réseau Soros, qui imprègne de toutes parts la bureaucratie européenne et les élites politiques, travaille depuis des années à faire de l’Europe un continent d’immigration. Aujourd’hui, le plus grand danger qui menace les Etats de l’Union européenne est représenté par le réseau Soros et la société ouverte, employés à promouvoir l’élimination des cadres nationaux. Les objectifs du réseau sont clairs : au travers de l’accélération de la migration, créer une société ouverte multiculturelle et ethniquement mélangée, démanteler les processus de décision nationaux et les remettre entre les mains des élites globalisées.

L’Union européenne est à la peine. Elle est atteinte depuis 2008 par une crise économique inédite, depuis 2015 par une crise migratoire, et en 2020 par une pandémie dévastatrice. Elle n’est même pas sortie de ses crises précédentes qu’elle doit faire face aux conséquences encore plus lourdes de la pandémie du coronavirus. Les signes en sont déjà là. La dette publique, le chômage, l’état de l’économie atteignent des niveaux critiques dans nombre de pays. L’on n’a jamais eu davantage besoin de la solidarité européenne et du rassemblement des nations européennes pour se venir mutuellement en aide.

Lors d’aucune de ces crises le spéculateur qui se dit philanthrope ne s’est préoccupé des intérêts des Européens. Il a chaque fois agi en fonction de ses propres intérêts. L’on se souvient, au moment de la crise économique, de son attaque contre le forint et contre la plus grande banque de Hongrie ainsi que, au moment de la crise migratoire, de son plan visant à l’accélération de l’implantation, de la répartition et du financement des migrants. A présent, au lieu de la solidarité et de l’entraide mutuelle, le voilà qui se présente avec une proposition visant à nous punir les uns les autres.

Le réseau dirigé par George Soros ne recule même plus devant l’intervention ouverte. Il veut placer les Etats-nations sous la pression la plus forte possible. Il dresse les uns contre les autres les peuples d’Europe. Les moyens employés par le réseau sont multiples et actifs sur les scènes les plus variées de la vie publique. La liste est longue des responsables politiques, des journalistes, des juges, des bureaucrates, des propagandistes politiques maquillés en représentants de la société civile qui émargent aux fiches de paie établies par George Soros. Et bien que le milliardaire accuse tous ses adversaires de corruption, il est lui-même l’homme le plus corrompu de la terre. Il paie et achète tous ceux qu’il peut. Ceux qu’il ne peut ni payer ni acheter ont droit aux rigueurs de la redoutable arme du réseau : le dénigrement, l’humiliation, l’intimidation, l’annihilation au travers de la presse de gauche.

De nombreux bureaucrates de haut niveau de l’Union agissent de concert avec le réseau de George Soros en vue de la création d’un empire unifié. Ils souhaitent mettre en place un système institutionnel visant à imposer aux nations libres et indépendantes d’Europe un mode de pensée unique, une culture unique, un modèle social unique. En leur ôtant le droit de tout peuple à décider lui-même de son sort. C’est le but de leur proposition appelée Etat de droit, qui ne reconnaît toutefois pas la prédominance du droit, mais celle du plus fort.

Les différences sont évidentes. Soros veut une société ouverte (Open Society), nous voulons quant à nous une société protégée (Safe Society). Pour lui, la démocratie ne peut être que libérale, pour nous elle peut être aussi chrétienne. Pour lui, la liberté ne peut servir que l’affirmation inpiduelle, pour nous la liberté peut aussi consister à suivre l’enseignement du Christ, elle peut aussi être mise au service de la patrie et de la protection de notre famille. La base de la liberté chrétienne est la liberté de décider. C’est ce qui est mis en danger aujourd’hui.

Etats-membres vivant du côté oriental de l’Union, nous savons très bien ce que signifie être libres. L’histoire des nations d’Europe centrale a été un combat incessant de la liberté contre les grands empires, afin d’arracher jour après jour, face à eux, notre droit à décider de notre sort. Nous savons d’expérience que toute aspiration impériale rend esclave. Nous sommes encore un certain nombre, issus de la génération des combattants de la liberté – les pays de l’ancien Bloc de l’Est de l’Estonie à la Slovénie, de Dresde à Sofia – qui avons encore une expérience personnelle de ce que veut dire résister à l’arbitraire, au fait du prince, et à sa version communiste. Intimidation, annihilation matérielle et morale, vexations physiques et spirituelles. Nous n’en voulons plus.

Les dirigeants occidentaux, qui ont vécu toute leur vie à l’abri de la liberté et de l’Etat de droit dont ils ont hérité, devraient maintenant écouter ceux qui ont combattu pour la liberté et qui sont à même, du fait de l’expérience de leur propre vie, de faire la différence entre l’Etat de droit (Rule of Law) et la volonté d’un seul (Rule of Man). Ils doivent accepter que nous ne puissions pas sacrifier au 21ème siècle la liberté que nous nous sommes gagnée au 20ème.

L’issue du combat pour ou contre le nouvel empire bruxellois n’est pas encore tranchée. Bruxelles semble tomber, mais une bonne partie des Etats-nations résiste encore. Si nous voulons conserver notre liberté, l’Europe ne peut pas faire allégeance au réseau Soros. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 4104

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

27 Novembre 2020, 11:00 Message

Excellent.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

21 Décembre 2020, 11:34 Message

La Commission européenne voudrait régulariser 34 millions de migrants présents dans l’Union Européenne (Breizh Info)

« La Commission européenne voudrait régulariser 34 millions de migrants. C’est ce qu’il ressort notamment de son plan d’action "pour l’intégration et l’inclusion que l’on peut consulter librement.

Un plan d’action présenté le 24 novembre 2020, par cette commission, non élue donc, mais qui entend faire la pluie et le beau temps des peuples européens.

La Commission estime dans ce plan "que les obstacles à la participation et à l’inclusion des immigrants dans les sociétés européennes doivent être supprimés"

"Lors de la conférence de presse de présentation du document, il est ressorti clairement des propos des commissaires européens responsables que la Commission continuera à encourager l’accueil des migrants, car ils estiment que cela sera nécessaire à l’avenir pour des raisons économiques" indique Zoltán Kovács, secrétaire d’Etat chargé de la diplomatie et des relations internationales hongroises, qui poursuit :

"Si le plan d’action donnerait aux immigrants davantage de droits et d’avantages, il ne semble pas prendre en considération les risques sécuritaires liés à la migration de masse"

Dans ce plan d’action, que se gardent bien d’évoquer les députés européens, Bruxelles offrirait aux migrants un logement et leur donnerait davantage voix au chapitre dans les affaires publiques à tous les niveaux de gouvernement. Ainsi, davantage de migrants et de citoyens européens issus de l’immigration seraient impliqués dans les consultations et les processus décisionnels aux niveaux local, régional, national et européen.

L’Union, selon le plan, apporterait plus de soutien aux immigrants qu’à ses propres citoyens en soutenant les entreprises créées et gérées par les premiers. En outre, le plan, en soutenant l’emploi des migrants, mettrait les citoyens européens au chômage dans une position encore plus difficile.

Comme si cela ne suffisait pas, Bruxelles nous obligerait également à adopter l’état d’esprit des eurocrates sur la question, en précisant clairement dans le plan d’action qu’il cherche à changer la façon dont les Européens pensent à l’immigration et aux migrants : "L’inclusion, c’est aussi s’attaquer aux préjugés inconscients et parvenir à un changement de mentalité et de la façon dont les gens se perçoivent les uns les autres et abordent l’inconnu" alerte Zoltán Kovács »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

19 Janvier 2021, 12:59 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

21 Mai 2021, 07:28 Message

En coulisses, accord sur un passeport vaccinal européen à partir du 1er juillet (Courrier stratèges)

« Reste à suivre la navette européenne d’ici à la fin juin. Chaque État membre doit désormais approuver ce passeport (la France est en train de le faire avec sa loi de sortie de gestion de crise). Ensuite, le Parlement européen doit l’approuver en séance plénière fin juin.

On attend de voir si ces délais très courts peuvent vraiment être tenus. Mais on sait en tout cas pour quelle raison européenne cachée Emmanuel Macron était pressé d’imposer son pass sanitaire en France. Et, comme si souvent, au lieu de limiter ce pass au franchissement des frontières, la France a voulu « sur-transposer » le droit européen (dans un esprit très Great Reset) en donnant au pass un rôle d’outil de contrôle de la circulation sur le sol national. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

23 Mai 2021, 10:11 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

23 Mai 2021, 13:02 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

3 Juin 2021, 08:07 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 25249

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

10 Juin 2021, 07:46 Message


Précédente

Retourner vers International, européisme & mondialisme