Afficher le sujet - La honte

La honte

Sur l'ethnomasochisme, la repentance et le suicide du pays.
Messages: 486

Re: La honte

19 Août 2020, 20:43 Message

le Parisien par msn Le Mée-sur-Seine : Abdelillah Assaoui, le sauveur de deux enfants, recevra un titre de séjour

Extrait : "Les choses n'ont pas traîné. Abdelillah Assaoui, l'Algérien qui vit en France sans papiers depuis trois ans et qui a sauvé deux enfants d'un début d'incendie dans un appartement le 17 août au Mée-sur-Seine va obtenir « à titre exceptionnel un titre de séjour qui lui permettra de travailler ». C'est la décision annoncée par le Préfet de Seine-et-Marne Thierry Coudert ce mercredi à 12 h 30. A peine rentré de vacances ce 19 août, le représentant de l'Etat a vite réagi à cet « acte de bravoure » qu'il tient à saluer.

Lundi 17 août, un garçon âgé de 12 ans et sa soeur âgée de 5 ans étaient restés seuls dans l'appartement située allée de la Gare, leur mère étant partie travailler dès 8 heures à Savigny-le-Temple. Leur père est, lui, en déplacement en Italie. Une collègue de la maman devait les récupérer à 10 heures, mais leur a fait faux-bond au nom d'une « urgence ». Bref, à l'heure du déjeuner, le fils a souhaité se faire des frites. « Il a fait chauffer la friteuse sur la plaque électrique, mais l'a oubliée », raconte sa mère. D'où le début d'incendie dans la cuisine peu avant 14 heures.

C'est là qu'Abdelillah Assaoui intervient. Il boit son café dehors sur la terrasse du salon de thé turc de Yacut Babacan avec son cousin. Il voit les flammes et grimpe par une gouttière jusqu'à la fenêtre de la cuisine. Puis il évacue les deux enfants l'un après l'autre par le fenêtre du séjour. Il éteint le feu grâce à l'extincteur de Yacut Babacan.

Ce dernier tient à signaler que d'autres personnes l'ont aidé à réceptionner les enfants en bas, sur ses tables : Riad Zaire et Chaïb, des habitués du café et aussi deux autres sans-papiers : Hatem Amira, de nationalité tunisienne, et Haci Ozkul, de nationalité turque. «Cela nous ferait plaisir qu'ils aient aussi des papiers en France », insiste-t-il.
[...]"

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26475

Re: La honte

9 Février 2021, 12:32 Message

Admirez la prose de cette entreprise, et sa souplesse dorsale...

Notre Confession (Patagonia)

« Patagonia n’a pas su trouver des mots juste en réaction aux meurtres d’Ahmaud Arbery, Breonna Taylor, George Floyd, Tony McDade et Dijon Kizzee, et à l’oppression permanente que subissent certaines communautés dans le monde en raison de leur couleur de peau ou de leur origine. Nous avons aussi eu du mal à exprimer notre soutien au mouvement de justice raciale qui a balayé le monde. Les quelques mots que nous avons trouvés n’ont pas été à la hauteur de la situation et nous ont semblés insuffisants pour retranscrire la douleur de nos collègues de couleur et partenaires de la communauté outdoor. Le mouvement Black Lives Matter nous a forcé à reconnaître la profonde injustice raciale qui nous entoure et ainsi reconnaître notre complicité. En tant qu’entreprise de l’outdoor, nous n’avons pas réussi à cerner ni traiter les problèmes et les obstacles rencontrés par les personnes de couleur et les communautés marginalisées, menant de ce fait à leur exclusion des espaces et paysages naturels. Ces derniers mois nous ont révélé à quel point nous devions nous remettre à la hauteur de nos valeurs en tant qu’entreprise activiste. Nous avons raté trop de choses. Nos cœurs souffrent, mais notre souffrance n’est rien face à celle que nos collègues qui s’identifient en tant que Noirs, ou personnes de couleur, endurent et ont enduré.

Nous sommes désolés pour le mal que nous avons provoqué.

Pour nous impliquer véritablement dans ce sujet, nous devons admettre le manque d’implication de Patagonia et ainsi reconnaître l’entière responsabilité de l’héritage de nos échecs. Nous devons tout d’abord écouter et apporter tout notre soutien à nos collègues de couleur et nous engager à devenir une entreprise plus inclusive et équitable. Nous soutiendrons également davantage la parole des véritables leaders en matière de justice et d’équité au sein du mouvement écologique et des communautés outdoor.

Ce travail est urgent et de longue haleine. Nous n’aurons jamais fini. Nous recommençons à consacrer notre temps et nos ressources à cette partie essentielle de notre mission. Nous acceptons que l’on nous ouvre les yeux sur ce que nous avons ignoré. Nous bâtissons actuellement les fondations de ce travail en écoutant plus activement nos collègues de couleur et en apprenant de leurs expériences et de leurs idées. L’ensemble de notre entreprise a commencé un processus de partage sur la compréhension de ce que signifie être une entreprise antiraciste. Et nous actualisons notre politique interne pour rendre l’équité plus explicite.

Ne nous en tenons pas qu’aux mots. Dans les mois à venir, nous partagerons nos avancées sur ces sujets afin d’être tenu responsable de nos actes. Notre entreprise existe pour sauver notre planète, mais nous ne pouvons pas le faire seuls.

Nous devons concentrer nos efforts sur ceux qui sont le plus touchés par la crise environnementale et suivre leur direction. Nous sommes là pour contribuer à forger un monde plus juste. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26475

Re: La honte

3 Juillet 2021, 08:50 Message

Image

Messages: 486

Re: La honte

7 Septembre 2021, 08:56 Message

Grandes Affiches publicitaires du moment :

Image

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26475

Re: La honte

Aujourd’hui, 13:09 Message

Quand les harkis étaient conspués par la gauche (Cluzel, Bd Voltaire)

« De fait, le peu de cas qui a été fait des harkis arrivant sur notre sol à la fin de la guerre d’Algérie est évidemment intimement lié au parti pris pro-FLN des élites politiques, médiatiques, intellectuelles de l’époque. Les harkis étaient perçus par leurs coreligionnaires indépendantistes comme des traîtres. Et étaient donc méprisés jusqu’en « métropole ». Pour avoir trop aimé notre pays et l’avoir défendu comme des Français à part entière, ils ont été, en somme, les premiers "Arabes de service", "collabeurs", "bounty", "nègres de maison", "native informant" – comme sont usuellement qualifiés, sur les réseaux sociaux, Linda Kebbab, Jean Messiha, Kamel Daoud, l’imam Chalghoumi, Rachel Khan… par l’extrême gauche – et l’ont payé de la pire des façons. Les seuls à avoir fait montre d’empathie pour eux ont donc été leurs frères d’armes, ceux qui avaient lutté à leur côté, et mangé le même « pain de la misère », pour reprendre l’expression du chanteur pied-noir Jean-Pax Méfret. Le massacre dont ils ont fait l’objet, la trahison sans vergogne des accords d’Évian, le sentiment tragique d’impuissance mêlée de culpabilité qui a étreint alors les militaires forcés de les abandonner n’ont du reste pas été pour rien dans l’engagement "OAS" de ces derniers (à l’instar du célèbre commandant Guillaume, alias le Crabe-Tambour).

Oui, comment la droite, au sens large, pourrait-elle faire autrement que saluer le geste… et s’indigner en même temps (!) de l’ingénieuse schizophrénie d’un gouvernement capable, presque simultanément, de déposer une gerbe devant le monument des "martyrs du FLN" à Alger et de rendre hommage en des termes élogieux – « figure majeure de l’histoire contemporaine de l’Algérie » – à celui qui, en 2000, avait traité les harkis de "collabos", feu Abdelaziz Bouteflika. »

Précédente

Retourner vers Ethnomasochisme, repentance & nihilisme