Afficher le sujet - Les abruti.e.s & les irrécupérables

Les abruti.e.s & les irrécupérables

Sur l'immigration de peuplement et ses conséquences
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

10 Mars 2019, 10:04 Message

Un beau spécimen, la tête de liste FI aux prochaines européennes.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

13 Mars 2019, 13:33 Message

Oui, c'est bien ici que l'on placera cette "nouvelle" :

Appel de chercheurs à la grève climatique mondiale du 15 mars (Le Temps)

Voilà qui appelle cette réponse de Francis Marche, qui m'a été opportunément signalée par un ami de notre site :

« Il est des paradoxes sociaux qui sont des symptômes d'aliénation au sens clinique: si, parce qu'on la croit aussi fatale qu'un phénomène naturel, il ne saurait être question de changer de politique migratoire, en revanche les régimes climatiques planétaires, phénomènes naturels s'il en est, sont désormais perçus comme modifiables au gré des politiques publiques. Les fins de mois difficiles, l'insécurité, la dette abyssale et les égorgements quasi quotidiens commis par des clandestins sont sans alternative possible, tandis que la fin du monde, eh bien oui, elle est évitable, il suffit de s'en donner les moyens.

Stupéfiante époque. »


Stupéfiante est bien le mot.


***


Dans un genre à peine différent :

« École raciste » et « lutte contre l’islamophobie »… Le stage délirant de Sud Éducation 93 (Dreuz)

Image


« Ainsi, tous les marqueurs d’un anticapitalisme ayant basculé de la lutte des classes à la lutte des races sont présents : SUD-Éducation 93 évoque "l’ethnocentrisme des nouveaux programmes du lycée en humanités, la répression policière des lycéen·ne·s dans les quartiers populaires" ou encore "le traitement différentiel des populations non blanches par l’institution scolaire [qui] apparaît comme de plus en plus décomplexé". Fidèles à l’activisme décolonial en vogue dans les milieux éducatifs (comme on a pu le voir avec le Front de mères, par exemple), les responsables syndicaux promettent de déconstruire "le traitement de la question coloniale et de l’islam par les manuels scolaires", et proposent une dizaine d’ateliers pour "déconstruire le roman national dans une école raciste et libérale" en présence de Françoise Vergès, historienne, militante, et auteure en promotion autour de son ouvrage Un féminisme décolonial… »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

19 Mars 2019, 13:54 Message

Dommage, mais guère surprenant, de devoir ranger un Pascal Bruckner dans cette catégorie.




***


Yves Calvi sur son antenne radio : « on devrait parquer les GJ dans des stades ».


Tout va bien.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

24 Mars 2019, 09:08 Message

« Alors qu’il était interrogé sur la tentative avortée d’un ressortissant italien d’origine sénégalaise d’incendier un bus contenant 51 collégiens pour venger les migrants, un ancien ministre de gauche a eu cette réponse digne d’un film d’épouvante : « Ce sont des faits qui créent l’angoisse et l’alarme. Il faut condamner l’acte, mais il faut comprendre le geste ».

L’auteur de cette ignominie se nomme Livia Turco. De toute évidence, l’idéologie « sans-frontiériste » a quitté la Terre. Tout là-haut, dans l’espace, Livia Turco tourne en orbite autour d’une planète non identifiée. La planète Gnangnan, peut-être. Les astronomes se perdent en conjecture. Seule Najat Vallaud-Belkacem a été vue au télescope électronique, marchant de long en large, une lyre à la main et chantant des mélopées déchirantes en faveur d’une immigration tous azimuts. La planète Gnangnan serait recouverte de lacs alimentés par les larmes de ses habitants. Ils s’y baignent par tous les temps, plongent, s’aspergent, nagent dessus et dessous en poussant de petits cris de bonheur… Aucun cosmonaute n’a, pour l’instant, accepté de participer à une mission vers cet astre étrange. La crainte d’en revenir complètement timbré est trop forte. » (Bd Voltaire)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

27 Mars 2019, 09:06 Message

Le stage de déboboïsation a réussi, pour une fois...
Mais une cure prolongée sur des années risque fort d'être nécessaire pour éviter toute rechute — ne parlons pas de rémission, c'est inimaginable.

L’ "humoriste" Laura Calu et son compagnon violemment agressés à Paris : elle témoigne en larmes.

Transcription :

« Je n’ai pas eu le temps de souffler que mon copain était en train de se faire assassiner devant mes yeux. Il y avait trois mecs au départ, mon mec était au sol, qui ont lynché mon copain à coups de coups de pied très très fort dans la tête, très très fort contre les murs, contre des barres de fer… »

Et le meilleur :

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 388
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

27 Mars 2019, 12:03 Message

Oui, elle va déménager dans un quartier moins "sensible" pour mieux donner des leçons de vivre ensemble aux autres j'imagine.
Dommage, elle a failli comprendre...

Messages: 340

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

27 Mars 2019, 19:26 Message

Le net et les média mainstream bruissent depuis plusieurs jours "sur comment" il faut entendre le "concept" de Grand remplacement, questionnement provoqué par les évéments de Nouvelle-Zélande : est-ce une théorie, un concept, un artifact de la pensée, un objet littéraire, une fiction délirante ?

Oui, c'est bien "un objet littéraire" en même temps qu'une fiction délirante car un point politique a été atteint auquel seul une fiction, un objet littéraire peut transcrire, ou seulement dire un fait du Réel.

Qu'est-ce à dire ?

Que "le Grand remplacement" est un dit fictionnel dont la fonction descriptive et nominative ne peut être assurée par aucun concept politique sérieux autre qui serait pris dans le champ des concepts existants. C'est une métaphore, un objet littéraire auquel la pensée sensible se voit contrainte de recourir par défaut afin de servir son dire.

Mais il y en a d'autres, qui disent en mentant la fiction ambiante : "le vivre-ensemble", au même titre que lui, est une autre menterie littéraire, et, si l'on se donne la peine de creuser un peu : "la diversité" en est un autre, fondamental dans l'ère où nous nous trouvons. Ces métaphores de menterie ("vivre ensemble", "diversité") s'opposent poliquement à cette autre métaphore, outil de recherche de la vérité qui s'est donné pour titre "Grand remplacement". Voilà le sens, la fonction politique de cet outil d'approche du Réel, qui veut dire la vérité en concurrence avec les métaphores outils-de-menterie que sont "le vivre ensemble", "la diversité".

C'est ainsi qu'il faut comprendre, et ainsi qu'il faut répondre à l'offensive actuelle de certains penseurs à deux sous, dont un certain Chaouat, universitaire jadis camusien, qui a pondu récemment un article dans le Point par lequel il s'attache à "démontrer" l'ineptie des outils d'analyse que la littérature offre à la forge idéologique. Ces universitaires ne savent penser ni la littérature, ni la politique, et à fortiori le croisement des deux. Le destin politique d'un outil littéraire (la métaphore), devenant outil d'exploration du réel sociologique, est chose à laquelle ils n'ont pas intellectuellement accès. De manière générale, il est vain d'espérer une quelconque pensée audacieuse, ou seulement originale, ou même seulement authentique, de la part d'un représentant de ce que Ciorant appelait à juste titre la volaille universitaire.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

28 Mars 2019, 08:55 Message

Je vois bien ce que vous voulez suggérer, cher Francis ; d'un certain point de vue, c'est pertinent. Mais la métaphore nous renvoie toujours à l'usage du mythe par Platon, pourtant adversaire des poètes, à chaque fois qu'il s'agissait de tangenter l'essentiel.

Toutefois, le Remplacement est tout premièrement un constat, et même une évidence (ex-videre), criante, et aveuglante ; il est donc par suite, peu ou prou, un concept, qu'il fallait constituer en l'exhaussant bien au-delà et en amont de la submersion migratoire, ce qui fut fait, et qui attend encore son heure (cf. Réconciliation, entre beaucoup d'autres)

Messages: 340

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

28 Mars 2019, 13:41 Message

L'histoire en train de se faire, comme toute historiographie, est le lieu d'une concurrence farouche entre dits, narrations littéraires et mises en perspective idéologique des faits, mises en sens (lesquelles sont aussi des mises à sac de la factualité) : vivre-ensemble est l'intitulé d'une narration aussi fictive, commode et nommante que peut l'être "Grand remplacement". La poétique, le dit poétique, précède (de peu), le constat sociologique, inchiffrable mais sensible, du phénomène que nomment ces syntagmes concurrents.

Une partie décisive de l'histoire du XXe siècle s'est vécue sous le sceau d'un syntagme lui aussi non adossé à la quantification mais tout aussi sensible, prégnant : la Guerre froide.

"La Guerre froide" est une invention, une "théorie du complot", elle n'existe pas, et si elle existe, où sont les chiffres à même de la quantifier ? Donnez-nous les chiffres de la Guerre froide et nous commencerons à vous prendre au sérieux ! Telle est l'attitude, passive-aggressive, du révisionnisme historique contemporain, celui qui s'applique à l'histoire en train de se vivre, et qui vise aujourd'hui la notion de Grand remplacement.

"La Guerre froide" était un syntagme poétique dont l'objet était de nommer un phénomène complexe, diffus, composite, à mille facettes, quasi inquantifiable et cependant déterminant pour toute une époque. Non seulement cette réalité était inquantifiable mais son caractère diffus alla jusqu'à la rendre chronologiquement insituable, lui conférant des bornes mouvantes ! En 1975, on parlait d'elle au passé (elle appartenait aux années 50), mais sous Gorbachev (et chez Reagan outre-Atlantique), dans la fin des années 80, on évoqua l'année 1975 en la situant au coeur de la Guerre froide. L'historiographie n'est que discours, changeant et contradictoire, où ce qui pourrait être caractérisé comme littérature ou poétique joue un rôle précurseur dans l'enchaînement du dit historiographique et comme support narratif de la factualité elle-même, cela parce ce que le vécu, autant que la dynamique des forces discourant sur lui, est foncièrement instable dans le monde moderne et post-moderne.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

31 Mars 2019, 21:09 Message

En l'occurrence, les séniles ; ils sont nombreux.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

1 Avril 2019, 17:22 Message



Le pauvre homme.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

3 Avril 2019, 11:26 Message

Image


"Elle" ? Comment ça, "elle" ?

Image


Image


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

10 Avril 2019, 09:01 Message

Jugement incontestable, mais comique quand on voit où il est écrit : le Nouvel Obs !
Cette suite d'adjectifs convient parfaitement à tout ce qui est atteint, peu ou prou, par le gauchisme culturel ; et ça fait du monde, à peu près "sur tous les bancs", comme on dit.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

25 Avril 2019, 09:41 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

20 Mai 2019, 11:39 Message

Un beau spécimen.


Avatar de l’utilisateur
Messages: 388
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

13 Juin 2019, 12:01 Message

Trois semaines de rando pour alerter sur le sort des migrants (Ouest-France)

Tout y est, même Edwy Plenel. (Des volontaires pour aller assister à sa conférence ? :lol: )

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

2 Septembre 2019, 13:01 Message

On vise là les "féministes", bien sûr.

Paris. Des militantes féministes et musulmanes se baignent en burkini, la piscine ferme (Ouest-France)

« Un petit groupe de militantes a pénétré ce dimanche 1er septembre dans une piscine du 11e arrondissement. Cinq femmes musulmanes se sont baignées en burkini, soutenues par d'autres militantes féministes en maillots une ou deux pièces, mais aussi des personnes transgenres et des hommes membres du collectif créé pour l'occasion.

« On se baignera, on se baignera ! Même si les racistes veulent pas, nous on se baignera ! »: leurs chants militants ont été accueillis avec des regards tantôt amusés, tantôt indignés des autres nageurs.

L'opération coup de poing a provoqué l'intervention des maître-nageurs, puis celle de la police, sans aucun heurt. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19538

Re: Les abruti.e.s & les irrécupérables

25 Septembre 2019, 09:43 Message

Quimper (29) : Une retraitée : « Les dealers ne nous dérangeaient pas, ils étaient polis, de vrais petits commerçants », « il leur faut des formations » (Le Télégramme)

« À Quimper, Camille et Sidonie (*) habitent à Kermoysan. (…) "Quand on est arrivé ici, il y a un an, les dealers ne nous dérangeaient pas, ils étaient dans leur coin, ils étaient polis, aidaient les vieilles dames à porter leurs courses. C’était des vrais petits commerçants. Maintenant, on voit des jeunes de 12 ans les suivre, c’est ça qui nous pose problème… Ils sont où les éducateurs ? Les parents ?". (…)

Sidonie et Camille sont amères. "On sait d’où vient le problème et ce ne sont pas des caméras qui vont le régler ! Ce qu’il faut, ce sont des moyens humains, des vrais humains". Elles évoquent des "vrais services publics" (…) mais aussi et surtout "des boulots et des formations". "C’est ce que demandent les jeunes, ils l’ont dit !". (…)

Et l’idée du maire d’instaurer une police municipale ? "Je ne suis pas tellement pour les milices, déjà que là, le Rassemblement national va sûrement cartonner, rétorque Camille dans un rictus. La police est un métier. Il ne nous faut pas une police trop armée, gros bras et lunettes de soleil mais une police qui accompagne les jeunes". Elle ne "pense pas que du mal" du combat de boxe entre un policier de Quimper et un jeune homme. "Les flics sont là aussi pour jouer au foot, contrairement à ce que disait Nicolas Sarkozy qui a fait la bêtise de sucrer les polices de proximité".

(*) Les prénoms ont été changés à la demande des deux retraitées. »

PrécédenteSuivante

Retourner vers Immigration de peuplement & conquête