Afficher le sujet - Avant, c'était affreux.

Avant, c'était affreux.

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Avant, c'était affreux.

12 Mars 2019, 16:34 Message


Avatar de l’utilisateur
Messages: 461
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Avant, c'était affreux.

15 Mars 2019, 11:41 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

27 Mars 2019, 08:50 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

3 Septembre 2019, 07:56 Message

Dans une tribune publiée par Le Monde le 15 août, Jean-Pascal Gayant, professeur de sciences économiques au Mans et à Rennes 2, réfléchissant aux profonds changements affectant le mariage monogamique occidental, reconnaît qu’il fut la « pierre angulaire de la civilisation gréco-latine et un puissant dispositif de stabilité sociale ». Il conclut qu’avec l’évolution enclenchée par la loi Taubira, « il n’existe plus aucune raison de restreindre les contrats d’unions institutionnelles à deux individus seulement. Il n’est alors pas exclu de voir émerger la revendication de possibilité d’unions de plus de deux personnes, […] Par un singulier revirement, la polygamie […] ferait alors un retour par la petite porte de l’histoire. » (Le Monde)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

11 Septembre 2019, 11:59 Message

« La politesse n’est que la forme quotidienne la plus visible des représentations partagées d’une civilisation. Assimilée à l’hypocrisie et donc au mensonge, on a oublié ses vertus. » (Olivier Barbeau, Le Figaro).

Un commentaire : "Va dire ça a Babakar et Mehdi"
Kevin, Priscilla ou Killian ne sont pas mal non plus.

Messages: 390

Re: Avant, c'était affreux.

2 Octobre 2019, 15:38 Message

FranceInfo par msn La contraception gratuite bientôt étendue aux mineures de moins de 15 ans

Extrait : [...] Plus de 700 IVG par an chez les 12-14 ans

Actuellement, les jeunes filles de moins de 15 ans doivent "supporter financièrement" le coût des contraceptifs, des consultations médicales et des éventuels examens biologiques, "ce qui peut constituer un frein (...) pour des publics souvent en situation de fragilité". Cela se traduit par un recours fréquent à la contraception d'urgence, voire à l'IVG.

De fait, "chaque année, près de 1 000 jeunes filles de 12 à 14 ans sont enceintes en France" et "parmi ces grossesses, 770 se concluent par une IVG", est-il précisé dans l'avant-projet de loi.[...]"

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

3 Octobre 2019, 09:10 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

11 Janvier 2020, 09:43 Message

Image


Où l'on apprend également que des diplomates étrangers demandent désormais un port d'arme pour circuler dans Paris...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

3 Février 2020, 12:44 Message

Une championne du monde.


Avatar de l’utilisateur
Messages: 3762

Re: Avant, c'était affreux.

3 Février 2020, 13:37 Message

Cette personne sévissait à Libération, où elle était, en quelque sorte, à sa place. Le domaine de la lutte s’étendant, nous la retrouvons au Monde. Sa chronique d’hier était intitulée Adorer ou humilier le pénis : des pratiques à tenter. Court extrait où l’on voit se confirmer que le langage est le propre de l’homme :
Commençons donc avec une description pratique de ces rituels – impossible de vous expliquer l’objectif si vous n’avez pas, au préalable, une idée détaillée des opérations. Comment parle-t-on à un pénis ? Ce dernier préfère-t-il l’écriture inclusive, comprend-il les émojis ?
Que vous optiez pour l’adoration ou pour l’humiliation, il est préférable de vous munir d’un dictionnaire des synonymes. Car tenir plusieurs minutes en improvisation, face à un pénis mutique, demande autant d’imagination que de vocabulaire. Plus l’organe est petit, plus les compétences sémantiques doivent être larges (nous sommes plus habitués aux comparaisons flatteuses avec des concombres qu’avec des radis ou des baby-carottes).

Messages: 511

Re: Avant, c'était affreux.

3 Février 2020, 19:52 Message

Cette personne ne sait pas, manifestement, que les hommes et les femmes, quand ils ont eu la chance de se faire l'amour, avant l'amour, mais, plus que tout, après l'amour, se parlent !

Et rient, de ses discours et de sa gestuelle. L'amour à la française n'est pas une discipline sportive mais un art (et un sport) de la parole : ni ce spécimen de conne à chevelure teinte, ni les autres, qui se revendiquent de religions dont on n'a que battre, ne sont au courant de l'échange verbal post-coïtal entre deux amants qui s'apprivoisent dans nos vieilles contrées.

Cette tarée manie la langue fausse, celle d'aucun réel qui touche à son sujet dans l'ancestral pays de cette langue.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

3 Février 2020, 21:53 Message

Cher Francis, j'attendais votre réaction — c'est tout juste si je n'ai pas mis ce message dans ce but —, et je ne suis certes pas déçu !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

11 Février 2020, 09:42 Message

Les enfants désormais exposés au porno dès l’école primaire (Le Figaro)

« Avec la multiplication des écrans, les enfants se retrouvent très tôt et involontairement exposés à des images pornographique. Un constat qui préoccupe les parents. »

Qui préoccupe les parents !!!


***

L’année 2020 démarre par une explosion de violences (Le Figaro)

« Le bilan de la délinquance en France pour l’année 2019 était mauvais. L’année 2020 démarre par une explosion de la violence au quotidien. Les chiffres que Le Figaro a décortiqués sont ceux du gouvernement lui-même, tirés de l’ "état 4001", qui reflète l’activité des services de police et de gendarmerie. Ils révèlent que les infractions les plus graves subissent un véritable choc statistique. »

Sans blague ? Comment se fait-ce ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

22 Juin 2020, 11:23 Message

Déboulonnons Diderot !

Image

Image


(Lagarde et Michard)

Ah, oui , le texte en petits caractères...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22944

Re: Avant, c'était affreux.

25 Juin 2020, 07:44 Message

La polygamie, une « expérience formidable » ? C’est ce qu’affirme l’égérie féministe Assa Traoré (Bd Voltaire)

« Prenez la polygamie. Eh bien, on peut désormais dire haut et fort, dans Paris Match, que c’est une "expérience formidable". C’est, en tout cas, ce qu’affirme Assa Traoré (numéro du 11 juin dernier), forte de l’exemple de son père, "leader charismatique" arrivé du Mali à 17 ans pour y travailler au service de la propreté de la ville de Paris, qui s’est marié quatre fois, donnant le jour à 17 enfants : après avoir divorcé de deux Françaises, épousées, celles-ci, successivement, il a fait ménage à trois avec les deux dernières, d’origine malienne, Hatouma et Oumou, respectivement mères d’Assa et Amada : "Les deux compagnes cohabitent, les dix enfants qui naissent ne font aucune différence entre elles, ce sont [leurs] deux mères". Ces dernières elles-mêmes "n’ont jamais fait de distinction entre tous ces petits"… c’est donc un tableau idyllique que dépeint la jeune femme, rapporté par deux journalistes dans les colonnes du magazine sans l’ombre d’une distance critique.

Ce n’est, d’ailleurs, pas la première fois qu’Assa Traoré s’essaie à un tel plaidoyer : dans un portrait que fait d’elle Libération, le 6 septembre 2016, elle évoque son enfance qui a été « très heureuse » : "C’est souvent mal vu, la polygamie, mais nous, on est une famille très liée. J’appelle la mère d’Adama maman."

Au risque de casser l’ambiance très "Petite Maison dans la prairie" et de jeter un froid, si la polygamie est souvent "mal vue" – sapristi, on se demande bien pourquoi ? -, elle est surtout complètement illégale dans notre pays, interdite par l’article 147 du Code civil.

La lutte contre la polygamie – au même titre que celle contre l’excision – fut, jadis, un des grands combats féministes. C’est donc bien terminé : les associations féministes, telles Osez le féminisme !, ont fait sans hésiter de "Assa" leur égérie, la conviant à l’occasion et relayant ses actions. Les magazines féminins comme Causette ou Elle exaltent "une militante charismatique et tenace" à laquelle ils tressent des couronnes de lauriers. Nul ne lui tient rigueur (quelle idée !) de ses prises de position un peu osées en matière de mœurs et de régime matrimonial. Il est vrai qu’en nos temps libertaires, les "trouples" bénéficient déjà, dans la presse, d’une indulgente curiosité, ultime étape avant la normalité. Alors si, en plus, les intéressées et leur progéniture, comme l’assure Assa Traroé, nagent dans la plus parfaite félicité… »

Suivante

Retourner vers Modernité modernante