Afficher le sujet - De "l'intégration"

De "l'intégration"

Sur l'immigration de peuplement et ses conséquences
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

22 Octobre 2020, 09:15 Message

Quand j’enseignais la philosophie à Garges-lès-Gonesse (Bd Voltaire)

On a beau le savoir...

« La décapitation du professeur d’histoire-géographie de Conflans-Sainte-Honorine m’a renvoyé six ans en arrière. J’étais un contractuel obligé de répondre favorablement à toute proposition de suppléance. Après cinq ans de service dans l’encadrement d’élèves de lycée-collège, puis quatre années d’enseignement, je devais remplacer une collègue au Lycée Simone-de-Beauvoir, à Garges-lès-Gonesse. Non sans surprise, je trouvais une école coincée entre le salafisme et le caïdisme. Aussi le portrait-robot d’une famille de cette zone correspondait à ceci : un aîné en prison, un autre sous la surveillance d’un juge mais continuant de vendre de la résine de cannabis, un plus jeune rendant la vie impossible à mes collègues – celui-ci n’hésitant pas à les narguer puisque ces derniers ne récoltaient pas autant d’euros que ses frères par semaine –, sans oublier la sœur voilée ainsi que la petite dernière cachotière et fêtarde.

Une élève sur deux portait l’uniforme salafiste à la sortie de l’établissement : seul le visage était découvert, tout le reste étant vêtu de noir (ou de marron) jusqu’aux extrémités du corps, y compris le cou. Face à l’ouragan, une conseillère principale d’éducation avait quitté le navire. On ne comptait plus, en effet, les incidents en classe : insultes, lasers, coups de pied aux portes, bagarres et intimidations adressées à l’enseignant. Donc, la proviseure était très fragilisée, car devant assurer elle-même le maintien d’un semblant d’ordre, assistée d’une secrétaire d’origine française dépressive et d’une autre d’origine maghrébine plus en forme… Cette dernière et d’autres, dont les surveillants, se sentaient comme des poissons dans l’eau.

Mes terminales n’étaient pas en mesure de saisir mes cours, bien logiquement inadaptés pour des esprits manquant cruellement de vocabulaire, de connaissances et, nécessairement, de patience. Je subissais des crises de nerfs de leur part, in fine pour m’anéantir, non sans la complicité des pédagogistes, mais surtout de leur prof principal qui voulait forcer l’entrée de certains d’entre eux à Sciences Po ! Malgré tout, le plus marquant était la sociologie des collègues : essentiellement un mélange de pétardo-gauchisme et de crypto-salafisme, ou bien trois heures de sommeil chez l’un et savante dissimulation chez l’autre. Pire encore : j’avais croisé un barbu "collègue" en djellaba, trois ans auparavant, au cours d’une suppléance au lycée Jean-Jacques-Rousseau, à Sarcelles.

Pour conclure sur mon passage à Garges : une tentative d’incendie qui m’a valu un témoignage (collectif) au commissariat, tout en mentant sur mon adresse postale pour assurer "ma sécurité"… En définitive, je ne pense pas, comme Charles Péguy, que la dérépublicanisation vaille déchristianisation. Parce qu’il suffit d’être sur ce terrain-là pour comprendre que le moule républicain n’est qu’un vide. À présent, il n’y a qu’un vaste supermarché des identités, tant sociales qu’ethniques, dont le credo est "Faites comme je suis". Voilà pourquoi les inspections et autres autorités académiques ne sont animées que par de vils objectifs : mettre la poussière sous le tapis, exiger la survalorisation des "candidats" et faire enseigner "le fait religieux". Seulement, beaucoup diront que j’exagère, que ce témoignage est fallacieux et orienté idéologiquement. Pourtant, quand je pense à Samuel Paty, je me dis que moi et tant d’autres n’étions pas si loin de subir le même sort que lui. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 164

Re: De "l'intégration"

22 Octobre 2020, 09:34 Message

"beaucoup diront que j’exagère"

Au contraire, il ne s'agit là que d'une description des plus banales du quotidien d'enseignant à notre époque.

Il fait bien d'évoquer la salle des profs, ces derniers portent une très lourde responsabilité dans l'aggravation du phénomène. L'autorité fut décapitée des écoles avec, entre autres, la disparition progressive des professeurs de sexe masculin, les femmes exerçant avec leurs qualités inhérentes...qui ne recouvrent pas l'intégralité des besoins dans le cadre de l'instruction et de l'éducation. Les quelques hommes restants étant pour la plupart craintifs vis-à-vis de la hiérarchie, de leurs collègues et du climat général en cette ère de #metoo.
"Où le secret commence, commence aussi le pouvoir réel" H. Arendt, Le système totalitaire

Avatar de l’utilisateur
Messages: 479
Localisation: Loire-Atlantique

Re: De "l'intégration"

22 Octobre 2020, 09:49 Message

Jonathan a écrit: Les quelques hommes restants étant pour la plupart craintifs vis-à-vis de la hiérarchie, de leurs collègues et du climat général en cette ère de #metoo.


Pardon de le dire, mais pour avoir rencontré un échantillon de ces "quelques hommes restants", qu'ils soient professeurs des écoles ou au collège, intervenants musicaux dans les écoles primaires, ou bien tout simplement des pères accompagnateurs (lors de sorties scolaires), je dois dire qu'aucun ne m'a jamais convaincue. Je ne voudrais pas faire de généralité non plus, mais tous ceux-là m'ont paru avoir laissé leur virilité aux vestiaires. Je leur préfère, et de très loin, certaines collègues féminines, bien plus dynamiques, et usant même d'une saine autorité quand il le faut. Bref, des femmes sans aucun doute, mais vertébrées, elles, au moins.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

5 Novembre 2020, 09:03 Message

Où certains ne cessent de découvrir la Lune...

57 % des jeunes musulmans pensent que la charia est plus importante que le droit français, ce fossé qui se creuse entre les communautés (Valeurs Actuelles)

« Le fossé se creuse entre les musulmans et les autres Français. Pour le “Comité Laïcité République”, l'institut de sondage Ifop s'est penché sur le rapport des Français à la laïcité. Une étude dont il publie les résultats ce matin, et qui ne manquera pas d'inquiéter tous ceux qui s'interrogent sur la possibilité pour les différentes communautés françaises de vivre ensemble. De fait, les chiffres sont éloquents. La majorité des musulmans de moins de 25 ans estiment que la Charia est plus importante que la loi de la République (57 %, en hausse de 10 points depuis 2016), quand à peine 15 % des catholiques estiment que les règles de leur religion devraient passer avant le droit français. Pareillement, deux musulmans sur trois sont opposés à l'idée que les enseignants puissent montrer des caricatures de personnages religieux à leurs élèves, alors que 75 % des Français et même 80 % des catholiques y sont favorables.

Il en va de même pour la très grande majorité des questions posées dans ce sondage : à chaque fois, l'opinion des musulmans s'oppose diamétralement à celle du reste de la France, donnant le sentiment de deux communautés ne partageant plus grand-chose sur le sujet de la laïcité. Le port des signes religieux ostensibles ? Qu'il concerne les parents accompagnant une sortie scolaire, les étudiants à l'université, les salariés du privé ou les agents du service public, les musulmans y sont largement favorables (respectivement 75 %, 70 %, 69 % et 63 %) quand les catholiques y sont farouchement opposés (18 %, 18 %, 19 % et 15 %) et les “sans religion” également (27 %, 23 %, 22 % et 18 %). L'enseignement de l'arabe et des langues maternelles à l'école publique ? 82 % des musulmans y sont favorables, contre 18 % des catholiques et 32 % des “sans religion”. L'obligation de signer un contrat de respect des valeurs de la République pour les associations recevant des subventions publiques ? À peine 58 % des musulmans y sont favorables, contre 85 % des “sans religion” et même 91 % des catholiques. Des horaires spécifiques pour les femmes dans les piscines municipales ? 81 % des musulmans sont pour, contre 16 % des catholiques et 24 % des “sans religion” Quant à la nomination à la tête de l'observatoire de la laïcité de personnalités qui seraient résolument engagées contre l'influence des intégristes religieux dans la société, seuls 35 % des musulmans l'approuvent, contre 76 % des catholiques et 77 % des sans religion. »

Messages: 1000

Re: De "l'intégration"

5 Novembre 2020, 10:39 Message

Peut-on s'en étonner et même, peut-on leur en vouloir? Qu'ont-ils en face d'eux qui puisse les convaincre de renoncer à une appartenance où il trouve leur identité et où ils puisent leur fierté, quand des décennies de lâcheté, de trahison, de renoncement, de pacifisme et de féminisme, de choix résolus de la facilité ont laminé ce qui faisait la grandeur, la gloire et la beauté de notre pays et ont fait de son peuple un troupeau de veaux dociles qui se bouscule à la mangeoire. Quel modèle a-t-on à leur proposer qui convienne à leur appétit de virilité primaire?

Comme l'écrit Nicolas L. dans "Trois religions" :
Que peut-on vouloir être, de nos jours, dans notre immense civilisation ? Un fier trottinetteur ? Un consommateur d’idolePhone ? Un acteur du développement durable ? Un citoyen du monde ? Un acteur du changement, écoptimiste et écoresponsable ? Ou un papa-poussette (et donc cocu, accessoirement) ? Un consom’acteur ? Quelqu’un qui positive et qui fait des projets ? Qui va dans le sens du progrès ? Qui vit avec son temps (comme tout collabo qui se respecte) ? Un cadre proactif, aimé de ses collègues car il joue collectif ? Ou encore un créateur de start-up ? De joint-venture ? Mieux encore, un business angel ? Un type bien qui se bouge, porteur d’innovations ? Un jogger jaune fluo ? Un blogger influent ? Un twitter-master aux 100 000 followers ? Un fan de Steve Jobs ? Un bon citoyen qui fait émerger des initiatives novatrices, vectrices de cohésion sociale ? Qui construit le vivre-ensemble jour après jour ? Qui s’engage au quotidien contre toute forme de discrimination ? Qui œuvre à changer notre regard sur les différences ? Et qui trie ses déchets pour sauver Mère Nature ? Soyons sérieux…"

Non, on ne guère leur reprocher. On peut juste les combattre, si on n'appartient bien sûr à aucune des catégories ci-dessus inventoriées.

Messages: 1000

Re: De "l'intégration"

5 Novembre 2020, 20:45 Message

Pour une fois qu'un migrant avait réussi son intégration!
Strasbourg : Un « gigolo 2.0 » condamné à trois ans de prison pour de multiples escroqueries :
Son mode opératoire était bien rôdé. Inscrit sur des sites de rencontre comme Tinder, il profitait des rencontres avec les jeunes femmes pour leur subtiliser leurs cartes ou leurs coordonnées bancaires, et s’en servait ensuite pour effectuer des paiements en ligne. Quand il était invité au domicile de ces jeunes femmes, il en profitait également pour prendre des photos du logement qu’il postait ensuite sur un site de petites annonces et proposer l’appartement en location.

Son autre spécialité ? Louer des appartements à la semaine sur Airbnb, pour ensuite proposer le logement en location en se faisant passer pour le propriétaire, et encaisser les premiers mois de loyer après remise des clés.
A l’audience, il a mis en avant sa volonté de faire venir sa famille restée en Afghanistan en Europe et de payer les passeurs pour justifier ses actes. Il n’a pas été placé sous mandat de dépôt*.
* Ouf, on a craint un moment que la justice vienne interrompre un parcours aussi réussi. Qu'advient-il donc des individus condamnés à trois ans de prison quand ils ne sont pas placés sous mandat de dépôt? On leur paye leur billet de retour?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

10 Novembre 2020, 16:46 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

29 Novembre 2020, 19:24 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

14 Février 2021, 10:34 Message



Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

25 Février 2021, 13:05 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

28 Février 2021, 12:51 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

2 Mars 2021, 12:34 Message


Avatar de l’utilisateur
Messages: 4061

Re: De "l'intégration"

2 Mars 2021, 13:02 Message

Je m'étonne de cet étonnement... La naïveté à ce point, confine à la sottise... Il faudrait sortir un peu... Pour moi, c'est une évidence... Je n'irai pas plus loin... Il est bien plus tard que certains semblent vouloir le croire...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

2 Mars 2021, 15:04 Message

C'est un extrait d'un documentaire qui retrace l'histoire du 9-3 depuis les années 1860 à aujourd'hui. L'interview date d'il y a plusieurs décennies, c'est la raison pour laquelle on l'a citée ici.

A titre d'information, le documentaire en son entier :


Avatar de l’utilisateur
Messages: 4061

Re: De "l'intégration"

2 Mars 2021, 17:55 Message

Ah, oui, je comprends mieux ! Le documentaire que vous proposez pour l'occasion semble bien fait et fort intéressant mais réclame deux heures dont je ne dispose pas en cette période. Tout ceci nous montre assez les causes, la rapidité et le sens de notre irrémédiable déclin.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 24632

Re: De "l'intégration"

4 Mars 2021, 19:19 Message

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France (Breizh-info)

« La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le malheur d’exprimer des pensées dissidentes, a commandé à l’IFOP une enquête pour sonder la place que les lycéens accordent aujourd’hui à la religion, le sens qu’ils donnent à la laïcité dans l’enceinte scolaire, mais aussi leur point de vue sur le droit de « blasphémer » à la manière d’un journal satirique comme Charlie Hebdo.

Pour cela, l’IFOP a mis en place un dispositif d’étude d’envergure permettant de mesurer la spécificité de la population lycéenne sur ces sujets — à travers des indicateurs offrant des comparaisons avec le point de vue de l’ensemble des Français majeurs — mais aussi d’analyser certaines variables pouvant influencer leur rapport à la laïcité comme leur affiliation religieuse, leur degré de religiosité ou leur évolution dans certains contextes scolaires (ex : éducation prioritaire, enseignement professionnel).

Les résultats sont révélateurs, à la fois d’une transformation religieuse et ethnique progressive au sein même de notre société, mais aussi d’un changement dans les mentalités (induit par cette transformation ?) notamment sur la question du droit au blasphème, de la laïcité, de la liberté d’expression. Enfin, ils témoignent également d’une importante fracture religieuse, selon que l’on soit catholique, musulman, ou sans religion.

On vous propose ci-dessous un débunkage face à des titres de presse qui ont fleuri aujourd’hui sur « les lycéens » qui seraient hostiles à la laïcité à la française, entre autres. Il n’y a pas « les lycéens », mais « des lycéens musulmans » et « des lycéens catholiques et/ou non musulmans », comme le montre le sondage (à télécharger ici dans son intégralité). »

PrécédenteSuivante

Retourner vers Immigration de peuplement & conquête