Afficher le sujet - Réconciliation

Réconciliation

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

9 Octobre 2019, 08:23 Message

Ce qui crève les yeux.

Europe et Islam sont parfaitement antinomiques, point final.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 149

Re: Réconciliation

9 Octobre 2019, 10:13 Message

Sur le Déracinement.

"Cette maladie générale du pays a pris la forme d'une espèce de sommeil qui seul a empêché la guerre civile. La France a haï la guerre qui menaçait de l'empêcher de dormir. À moitié assommée par le coup terrible de mai et juin 1940, elle s'est jetée dans les bras de Pétain pour pouvoir continuer à dormir dans un semblant de sécurité.
[...]
Quant au continent américain, comme son peuplement, depuis plusieurs siècles, est fondé avant tout sur l'immigration, l'influence dominante qu'il va probablement exercer aggrave beaucoup le péril.
Dans cette situation presque désespérée, on ne peut trouver ici-bas de secours que dans les îlots du passé demeurés vivants sur la surface de la terre.
[...]
Il serait vain de se détourner du passé pour ne penser qu'à l'avenir. C'est une illusion dangereuse de croire qu'il y ait même là une possibilité. L'opposition entre l'avenir et le passé est absurde. L'avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien ; c'est nous qui pour le construire devons tout lui donner, lui donner notre vie elle-même. Mais pour donner il faut posséder, et nous ne possédons d'autre vie, d'autre sève, que les trésors hérités du passé et digérés, assimilés, recrées par nous. De tous les besoins de l'âme humaine, il n'y en a pas de plus vital que le passé."

Simone Weil, L'Enracinement.
"Où le secret commence, commence aussi le pouvoir réel" H. Arendt, Le système totalitaire

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

18 Octobre 2019, 09:25 Message

Véritologie (aletheiologie ?) négative : la seule qui nous soit accessible.

Image
Guerrier grec, bronze, 460-430 av J-C

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

21 Octobre 2019, 18:24 Message

André Suarès, classique radical
Bartillat publie une brassée de textes inédits (Causeur)

« Le remède à la barbarie n’est pas un ensemble d’habitudes policées, qui viendraient corriger le mauvais goût, étayer l’édifice qui s’effondre, mais un ressouvenir, un hommage qui tient pour vivant, et vivant par excellence, vivant d’entre toutes les choses vivantes, ce dont naquirent les formes que nous voyons à présent se déliter, le feu sous les écorces mortes des fastidieuses commémorations officielles, l’espérance vive, telle la gloire, qu’évoquait son ami Péguy "ce tison de soleil au fond du cœur". André Suarès, à cet égard, est, osons la formule, un classique radical, un classique qui va à la racine de la civilité, qu’il nommera parfois, pour en resserrer le sens dans ses voiles latins, "civité". Lui qui ne fut jamais idéologue eut le sens profond de ce que Nietzsche nommera la "grande politique", celle qui tient toute entière dans la vérité du poème.

Cette vérité nous est restituée par Stéphane Barsacq, après deux décennies de recherche, en une brassée d’inédits majeurs d’André Suarès, un bouquet en "feu de roue", selon la formule alchimique, qui nous restituent, envers les oublieux et contre les technocrates, aux tragiques et joyeuses vérités de la culture européenne, "cette grande vague depuis Troie", comme disait Saint-John Perse, dont les crêtes sont les œuvres ici célébrées. Nous y découvrons, Pétrone, homme de goût, les accords et les discords de Bossuet et de Spinoza, la mystique de Dostoïevski et de Péguy, la générosité et le courage de d’Annunzio mais aussi le génie de Wagner et de Debussy. Les voici, parmi d’autres, non objets d’analyses structurales, déplacés par pincettes télescopiques ou disséqués par l’ingéniosité de quelque médecine légale, comme s’y plaisent parfois certains universitaires, mais "littéralement, et dans tous les sens", comme l’écrivait Rimbaud, invités dans le cercle de nos amis. »

Messages: 476

Re: Réconciliation

25 Octobre 2019, 00:31 Message

La question du vivant comme truchement du divin: le vivant est non néantisable. C'est une puissance et une vertu. La putréfaction dans le vivant sauve le vivant (les bactéries s'occupent des corps en inertie, les virus aussi pour relancer le vivant dans des formes et des étants de remplacement, qui continuent la vie dans des concrétisations se substituant à la chose mortelle et morte)

Face à la vie, le néant est défait : il ne parvient pas à la néantiser. Tous les chocs cosmiques (frappes d'astéroïdes, etc.) n'en peuvent mais. La vie persiste. Le vivant, depuis son apparition supputée, n'a pas été détruit, ni par l'inertie qui travaille le cosmos ni par lui-même : il n'est pas plus destructible qu'il n'est auto-destructible. Le vivant ne peut rien non plus contre lui-même.


Pourtant le Néant a quelques bons arguments pour lui : il lui suffit d'être, ou d'être pensable pour qu'aussitôt il triomphe. Dieu, face au néant, apparaît vide d'arguments. L'instance divine se dissout face à l'objection du néant. Seule face à lui, cette instance perd la partie.

Il faut à Dieu une auxiliaire pour lutter, contourner l'omnipotence du néant qui le nargue en lui clamant qu'il n'est point. Or la vie est là, servante de Dieu contre le Néant. La vie nargue à son tour le néant. Son rôle d'alliée de Dieu ne saurait être fortuit. Elle est, très simplement la création de Dieu asservie à une fin : celle de contester le Néant (mais aussi, ironie spinoziste, de le constater!). Le néant s'installe et voilà la vie qui le dérange, lui nuit, objecte à son pouvoir, et qui, de trop mourir, ne meurt jamais (la mort habite la vie et, comme elle le ferait d'une maison, l'entretient).

Il y a là une dynamique dans laquelle la vie s'occupe de contester, de constater, d'objecter, et, paradoxalement, dans les ruines et la poussière, de pousser l'interrogation vers Dieu.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

30 Octobre 2019, 13:51 Message

Le passé change parce que nous changeons.

Messages: 476

Re: Réconciliation

30 Octobre 2019, 17:47 Message

La vie et le néant sont en position symétrique: l'un et l'autre sont impuissants à s'auto-détruire. Que le néant veuille cesser d'être et il ne le peut par ses propres moyens: il n'y a rien qui serait issu de lui dont l'action le ferait cesser tout à fait ou même, le ferait s'engager sur une voie de compromission. Le néant ne se dégrade pas et n'engendre que lui-même.

Mais la vie, aussi grouillante et éphémère soit-elle, elle aussi n'en peut mais contre elle-même: elle a beau être anéantie, toujours, elle est là et elle est bien, par cela même, indégradable dans son être : sa dégradation ontique ne l'anéantit jamais.

Conjecture vertigineuse : que le néant et la vie soient seuls à connaître ce statut, cette incapacité à finir par soi-même; que tout ce qui n'est ni lui ni elle se transforme toujours pour en venir à s'éteindre en tout et à n'être plus que mémoire pétrifiée, puis pulvérulente et infime; que seuls elle et lui soit hors toute fin intrinsèquement amenée.

Mémoire, évolution, et incapacité à se néantiser par quelque devenir qui l'arrêterait dans un cul-de-sac fatal: voilà la vie.

Le néant, lui, de ces trois qualités ne possède que la dernière mais il est seul avec elle à la posséder. Ailleurs, partout ailleurs, règnent l'inertie et le spectacle de la fin.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

12 Novembre 2019, 14:28 Message

Réconciliation et universalisme sont parfaitement antinomiques, tout comme Europe et Islam.

Empire islamique, VIIe-XIe siècle, Gabriel Martinez-Gros, professeur émérite d’Histoire d’islam médiéval.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

18 Novembre 2019, 12:25 Message



Si cruelle, si touchante
Si traîtresse, si belle !
Le calme rentre dans mon cœur,
Purifié par la souffrance,
J’entends les harmonies célestes,
J’entends ta voix, Beauté !
Va, ne sache jamais l’horreur de ma torture
Que cette heure d’angoisse pour toi ne soit qu’un rêve,
Enfant, enfant, je te pardonne !

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

24 Décembre 2019, 17:53 Message

« Si je n'étais touché par vos sentiments, cher Monsieur, je ne mériterais pas de les avoir fait naître. Je ne sens rien de plus proche qu'une jeunesse ardente, qui rêve, au milieu de sa lutte contre le bois mort, de s'élever à la lumière et de se rendre harmonieuse. Comment n'admirer pas en vous l'esprit généreux qui se donne tout entier, d'une fois ? Ne pas se marchander est bien plus rare que faire don de soi. » (Suarès, Lettre-Préface à Ne tue ton père à bon escient de G. Lely)

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

30 Décembre 2019, 10:15 Message

« Les racines européennes du christianisme sont généralement moins mises en avant que les racines chrétiennes de l’Europe. Pourtant, un peu de recul historique conduit à poser la question de leur importance fondamentale dans la construction de l’église catholique, et plus généralement du christianisme lui-même. »

Bonne question.
On ne reprendra pas ici le texte qui suit, bêtement pagano-centré, le fait d'une énième émule des sottises des Benoist and co. La question de l'hybridation hellenistico-romano-chrétienne, et de ce qui, in fine, l'emporte en son sein en terme de destin reste ouverte.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

22 Janvier 2020, 08:55 Message

La connaissance, miroir du mensonge.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

23 Janvier 2020, 10:09 Message

Exemplaire, en effet.
Hélas, c'est si loin !

Le 22 janvier 1941, c’était aussi l’arrestation d’Honoré d’Estienne d’Orves (Bd Voltaire)

« Je n’aurais pas la prétention de vouloir retracer l’ensemble de la vie d’Honoré d’Estienne d’Orves, désigné communément comme le "premier martyr de la France libre".

Toutefois, en ces temps de déréliction, où l’exaltation de ce qui par trop national paraît suspect, la mort du capitaine de corvette d’Estienne d’Orves interpelle et nous oblige.

Elle nous oblige car cet homme, dont le tribunal militaire allemand en charge de son procès ira jusqu’à demander sa grâce au Führer, n’a jamais renié ni sa foi dans la France catholique ni son espérance de triompher de l’ennemi. Ennemi qu’il considérait, d’ailleurs, en patriote qu’il devait être, comme le rappelle la phrase qu’il prononça avant d’être fusillé au magistrat allemand qui le condamnait : "Monsieur, vous êtes officier allemand. Je suis officier français. Nous avons fait tous les deux notre devoir. Permettez-moi de vous embrasser."

Admettons qu’un tel comportement soulève l’espoir le plus fou. L’espoir de penser que quelques hommes de conviction peuvent encore demeurer parmi nous et qu’ils ne craindront pas de désigner les ennemis mortels de la civilisation française.

Car c’est bien à cet acte de résistance et de sursaut que nous convie cette triste date de l’arrestation d’Honoré d’Estienne d’Orves. Elle désigne aussi toute la profondeur du courage et du panache français, que l’exemplarité d’un homme incarna à travers une aristocratie de sang et de cœur. »

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

31 Janvier 2020, 10:17 Message

Écologie « humaine »

Me revient qu’un auteur, je ne sais plus lequel, affirmait quelque chose comme ceci : l’Âme du Monde est, comme lui, finie ; elle se partage entre les humains — de façon très inégalitaire, il va de soi, et par éclats ou en parcelles. C’est, au fond, l’idée de la réminiscence platonicienne, avec, à l’autre bout de la chaîne, Zarathoustra qui « marche parmi les hommes comme parmi des fragments et des membres d'homme ».

Plus nombreux sont les hommes, moins chacun reçoit de part de cette Âme au sein de la sienne propre, plus son écho y est mince, et en vérité plus difficile il lui est d’en être digne et même seulement conscient. Plus il s’éloigne de lui-même. Qu’il ne puisse jamais s’en défaire tout à fait, y compris s’il se tripote génétiquement, ne saurait servir de viatique.

Des intérêts autant vils qu’aveugles nous manipulent avec un catastrophisme millénariste si délirant que l’on voit tout de même ces derniers jours le système chercher à contrôler cet emballement, en ramenant un peu de rationalité à ce sujet : des « scientifiques » un peu moins serviles mais tout autant abusés font savoir que « le pire n’est pas du tout certain », et même peu probable…

La question essentielle ne tient pas à la finitude des ressources matérielles, énergétiques ou autres ; ni dans la pollution physico-chimique ; ni même dans la promiscuité, si épouvantable qu’elle puisse devenir — et qu’elle le soit déjà dans nos villes sans avoir besoin d’aller en Chine, Inde ou à Lagos. Elle tient au nombre, à la surpopulation globale du point de vue de l’humanité de l’homme, de son propre. Quand la quantité devient qualité, disait Engels : et quand cette qualité devient une non-qualité presque absolue.

La réponse aux « défis » qu’entraîne le retour par la bande de la limite ne saurait être technique : « il n’y a pas de solution technique au problème de la technique » ; et puis : l’on ne relève que les défis que l’on s’est créé. La réponse ne saurait être politique : cette dernière, et c’est déjà beaucoup, et c’est une condition sine qua non, doit veiller, dans cette époque de risques majeurs et de totalisation triomphante, aux conditions de la survie du pays, de son peuple et de son histoire, c’est-à-dire veiller à sa puissance et sur sa demeure la plus propre, qui va de ses paysages et de ses arts à son âme, précisément.

La réponse tient dans la question.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

7 Février 2020, 11:21 Message

Samedi dernier, long trajet en voiture comme souvent en fin de semaine ; j’écoute l’émission Répliques, que j’avais délaissée depuis fort longtemps. Il est très probable que les prochaines fois, je profite plutôt de Qobuz... Les invités : Régis Debray et Olivier Rey. Le thème : l’écologie.

Deux choses à dire de cette trop aimable conversation entre gens qui manient les références comme d’autres les étiquettes.

D’abord, ces gens occultent soigneusement et méthodiquement la référence qui sous-tend toutes celles qu’ils utilisent, que c’en est risible autant que pitoyable : les contempteurs de toute omerta, délivreurs de la caverne, sont d’abord des victimes intéressées de leur propre point aveugle — au point qu’il en est aveuglant. On aura droit à l’inévitable receleur de petite monnaie volée Ellul, à ses acolytes en tout genre, on citera Jaime Semprun, et même Girard. On devisera de l’homo faber, on parlera de technè, on pontifiera de-ci delà sur la sortie du christianisme et formulera benoîtement mais allégrement quelque visée globale sur le sens de l’histoire — l’air toutefois de ne pas trop y toucher : il ne faudrait pas se prendre trop au sérieux, c’est malpoli ; il est bien préférable de couvrir de bon aloi une prétention incoercible. En revanche on n’entendra pas un mot sur le penseur qui a rendu possibles ces bavardages typiquement germanopratins : le sulfureux et encombrant Herr doctor H, de longue date recouvert par tous les petits parasites qui l’ont pillé sans jamais comprendre le début du commencement de sa pensée. Il est vrai que se confronter à cette dernière ou aller chercher la racine de quoi que ce soit, c’est risqué, et trop difficile. Mieux vaut tourner en rond.

Et c’est bien ce qui se passe…

C’est le deuxième point : précisément pour cette raison, les palabres de nos brillants causeurs ronronnent en vain et ne délivrent qu’une « pensée » fort commune et vaguement mi-chèvre mi-chou, digne du café du commerce. Et encore ! Au café du commerce, au moins, est-on capable d’un peu plus de punch, et éventuellement de bon sens, dès lors que la gangue idéologique et la chape de plomb du discours obligé ne pèse pas. Nos intellectuels finissent par se dire que tout cela est sans doute une question d’hybris (ça fait bien), qu’il y a eu un passage hélas mal déterminable, « à un moment », du raisonnable au déraisonnable, qu’il y a de l’ordre du processus qui échappe désormais dans tout cela, mais que la technique n’est pas non plus mauvaise en soi, on ne saurait y renoncer — peut-être même qu’elle trouvera à résoudre les problèmes qu’elle pose ! A cet égard, on a atteint un vrai moment de comique quand, à l’appui de cette « idée », Debray à cité… le retour de la trottinette dans les grandes villes ! Si.
Or donc, nous voilà bien embarrassé, mais l’heure tourne, et il est temps d’aller prendre un café au Flore, sans doute.

La défaite de la pensée titrait l’un, la déchéance et l’irresponsabilité des « élites » intellectuelles et autre, plutôt : nous y pataugeons, et depuis des lustres.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

2 Mars 2020, 10:16 Message

« Non, je ne te trahirai pas. Jusqu'au bout je te serai bon gardien.
Présent et de tout près, quoique loin absent. » (Apollon à Oreste, Euménides 64-65)

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

4 Mars 2020, 11:36 Message

« En vertu de leurs titres, ils sont toujours agrégés ; mais bien plus encore en vertu de leur nature. On l'est dans les journaux comme dans les académies et les collèges. Agrégé, mot admirable, qui signifie qu'on est entré dans le troupeau et que l'on compte au nombre des moutons. » (André Suarès, Commerce n°XV, 1928)

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

6 Mars 2020, 11:21 Message

« La musique est du sentiment qui pense. Le cœur est le cerveau de l'émotion. Toute grande œuvre d'art est pensée dans le cœur, plus ou moins, avant d'être fixée par l'esprit ; et il faut qu'on le sente. » (Suarès, Opinions sur Beethoven)


***

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 440
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Réconciliation

7 Mars 2020, 15:12 Message

Magnifique.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 21681

Re: Réconciliation

12 Mars 2020, 09:13 Message

Une chose à bien voir : l'analyse précise du départ de la réaction sunnite à la domination chiite dans l'histoire de la conquête-razzia-colonisation islamique amène à qualifier la première, et tout le sunnisme, de populisme.

PrécédenteSuivante

Retourner vers Modernité modernante